Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 17:40

Invité avec Murielle par des amis au restaurant l’Envers du Décor, installés à la table à côté d’un vrai feu de cheminée, la bouteille du soir fut l’excellent Clos Fourtet 2003, un vin qui n’a fait que s’ouvrir dans nos verres au fur et à mesure du temps de ce sympathique repas, où l’on a bien sûr évoqué Château Branda, Puisseguin Saint Emilion bien sûr 


A Bordeaux, à la célèbre adresse de notre ami Jean Pierre Xiradakis, La Tupina, restaurant à l’ambiance chaleureuse et aux plats succulents et copieux, c’était le tour d’un château Guibot la Fourvielle 2008 de nous satisfaire avec de plus un rapport qualité prix plus que correct dans cette belle appellation qu’est Puisseguin Saint Emilion.

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:40

Une grande semaine de travail en perspective, du 17  au 24 février, avec Carlos, pour la promotion de mes vins de ceux de mes amis.

Le Brésil est l’une de nos priorités avec les USA et la Chine.

A peine de retour, je repartirai en voyage avec Mike à Singapour, Kuala Lumpur et Bangkok, du 2  au 10 mars.

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 16:06

Pour 1440 places cours Georges Clémenceau, l’architecte Michel Pétuaud-Létang a fait du bon, très bon boulot.

La présence du pianiste star Lang Lang à Bordeaux nous a donné l’occasion d’être ses invités , et quelle chance, quel privilège d’être ce soir là témoins d’un rare moment de grâce. Lang Lang et son piano Steinway & Sons nous ont permis de prendre conscience de ce qu’est la belle, la grande musique : les sonates pour piano de Mozart, les ballades de Chopin, la ferveur du public… Merci à nos amis de New York de nous avoir permis cette belle rencontre.

272c65eda1f4f6876e9df441177d8798616eff81.jpg

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 16:42

baomouss.jpg

 

 

Etiquette trouvée dans nos archives, ce doit être daté d’avant les années 40 où les règlements n’étaient pas aussi restrictifs qu’aujourd’hui. Il devait déjà y avoir des raisins blancs qui étaient donnés à champagniser à façon aux Caves de Saint Emilion ou de Montagne et qui permettaient de vendre du grand mousseux Saint Emilion.

Ce qui est sûr, c’est que nous avons acheté il y a 10 ans une parcelle de vignes contigüe aux nôtres, plantée de quelques pieds de vignes  à raisins blancs âgées de plus de 80 ans ! Nous avons essayé de vinifier les quelques grappes et ce n’était pas très bon, hélas.

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 16:11

Pour ceux qui connaissent François Audouze, l’une des figures incontournables des vins anciens, celui-ci a un blog où il commente les vins bus, les repas, les rencontres et là, il parle de son repas au Bistrot du Sommelier et son avis est intéressant, lui, qui est peu attiré par les vins modernes, riches, au goût Parker, a quand même eu un peu de plaisir avec, il est vrai, Virginie de Valandraud 2009, le Blanc de Valandraud et surtout notre Maury 2007.

En le lisant, je comprends ce qui lui plaît, le genre, par exemple les degrés, amateur de vins vieux qui faisaient difficilement naturellement les 12  degrés, il est peu attiré par nos 15 degrés naturels. Il ne manque à mes vins que 40 ou 50  ans de cave. J’attendrais 

Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 12:42

 2 repas –dégustations, midi et soir du 8 février au Bistrot du Sommelier, animés par Philippe Faure – Brac en personne.

Autour de la table, quelques amis comme François Audouze ou Bernard Pouliguen, des journalistes, blogueurs et amateurs de vin.   Repas préparé pour être en harmonie avec les vins présentés, millésime 2009, avec Valandraud Blanc et Rouge, Virginie de Valandraud et 3 de Valandraud rouge, et pour finir, Thunevin-Calvet Maury 2007.

Nous avons  également eu droit à un vin à l’aveugle, difficile d’imaginer que notre meilleur sommelier nous offre Pomerol 1993 Le Pin, vin qui m’a paru très frais, jeune et surtout très classique en style. Comme quoi, la dégustation à l’aveugle, c’est dur.

Aller-retour à Paris parfait avec le TGV Libourne-Paris, et samedi  avec le prétexte d’une amie qui passe la semaine dans la région, un Pape Clément rouge 2004 tout à fait  délicieux, la classe d’ un bon millésime, comme quoi là aussi, le temps peut bien faire évoluer nos vins.


Le samedi soir, invité à Bordeaux par un couple d’amis pour le plaisir de partager un moment                 avec des  amis de Saint Emilion, faut le faire, merci Marc. Bonne cuisine maison et après champagne et un Bourgogne blanc dont je n’ai pas noté les noms. A l’aveugle, un très très beau vin, classique, presque médocain en style, sans doute le millésime : un très très beau Monbousquet 2004, il est vrai qu’en magnum le vin se goûte toujours mieux. Après, en magnum aussi, mais là très moderne, dans le goût des vins que j’aime, que j’espère réaliser, un vin à la texture très fine, au nez hyper expressif, odeur de réduction, truffe et raisins mûrs, confiture de mûre à la vanille, c’était Beauséjour Bécot 1995, quelle jeunesse !


Les notes du Wine Spectator sont sorties, James Molesworth a noté beaucoup, beaucoup de Bordeaux 2010 et c’est bien car il y a du coup plein de « petits » châteaux, petits prix, vins de marque et bonnes affaires. Cher nous, par exemple, de Domaine Virginie Thunevin2010 Bordeaux, avec 89 points, comme le Domaine des Sabines et le Château Bellevue de Tayac  ou le Clos du Beau Père avec 90 points, etc…

Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 21:02

Très bon repas à Bordeaux pour faire connaissance, avec  Krug à l’apéritif, Bonneau du Martray 2006 Corton Charlemagne, tout jeune grand vin, et Valandraud 2010. Ambiance de travail et pour autant décontractée, le temps a passé  très, trop vite.

 

Rendez vous en suivant à Saint Emilion avec l’architecte des bâtiments de France pour 2  projets d’aménagement dans la ville de Saint Emilion, le site classé nous oblige à ne pas faire n’importe quoi , nos projets seront adaptés à nos besoins et aux  impératifs du secteur sauvegardé.

Demain, Paris.

 

 


Partager cet article
Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:27

Vendredi, je serai à Paris pour la journée, au Bistrot Du Sommelier, avec Philippe Faure Brac qui a organisé une dégustation de quelques uns de mes vins et un repas.


Toute la semaine sera vite passée, tant j’ai eu de déplacements et de rendez vous, et la présentation du millésime 2012 et les dégustations primeurs seront vite là.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 19:27

James Suckling  a commencé à publier quelques notes et commentaires sur sa dégustation des Bordeaux 2010 dont bien sûr Valandraud rouge  2010  qui est assez bien noté avec 95 /100, ce qui est  à comparer avec le 2009  noté  97/100. Il a donc préféré le 2009 chez nous; je ne suis pas sûr que James Molesworth et Robert Parker, quant à eux, n’auront  pas préféré le 2010.

A midi j’ai goûté les 2 vins à table à l’occasion de la visite de 2 de mes collègues négociants bordelais et j’attends leur avis…

Le 2010 Valandraud blanc, noté 95, devrait être l’une des belles bouteilles de blanc à Bordeaux dans ce millésime, toujours selon James Suckling.

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 15:31

A table la semaine dernière, un dîner à la maison préparé par Murielle pour 7 personnes : omelette  d’œufs de la ferme familiale aux truffes fraîches de Saint Alvère, œufs de poules qui courent la campagne et truffes bien parfumée, suivi de côtes de veau aux morilles et en dessert œufs au lait. Avec tout ça un Champagne Ruinart Blanc de Blanc et à l’aveugle  Sansonnet 2010 et Franc Maillet Jean Baptiste 2010, 2 vins suivis par le même consultant Jean Philippe Fort du Laboratoire Rolland et 2 vins défendus commercialement par mon entreprise. Et dire qu’il y a des gens pour dire que tous les vins se ressemblent ! ?

2 vins très différents, très beaux vins dans un grand millésime, terroirs très différents, texture, goût, idem. Ensuite Fleur Cardinale 2005, superbe, comparé au mythique Lafleur à Pomerol 2005 avec la mauvaise surprise d’un très léger goût de bouchon ? Quel dommage.

Pour finir un vin rare, peu goûté par mes invités, Rocheyron 2010 tout en retenue, un moderne classique, j’ai utilisé le mot rare dans ma bouche : salinité. Vive le secteur de Rocheyron et bravo à Peter et Silvio.


Le midi, j’avais eu le privilège d’être invité à manger à la table de Henri Duboscq de Château Haut Marbuzet, avec comme prétexte la sortie prochaine en librairie de nos 2 livres écrits par Gilles Berdin aux éditions Elytis, dans cette série « autour d’une bouteille avec ». Le hasard fait bien les choses, j’ai de l’admiration pour Henri Duboscq et il ne le savait pas ; ayant fait la connaissance de ses vins par Jacques Luxey lors de dégustations à l’aveugle où ce vin moderne avait de quoi séduire. Nous avons passé un très bon moment, Henri ayant le don de captiver son auditoire, un repas comme j’aime, simple, et le  magnum de Haut Marbuzet 1998 nous a  bien régalé après un délicieux champagne fait à Avize pour lui et un Interdit de Valandraud 2000 que j’ai mieux goûté chez lui que chez moi . C’est dire les bonnes ondes de sa salle à manger et des personnes invitées.

La présentation des livres sera faite ensemble, le 18  avril, je vous en reparlerai.

 

Partager cet article
Repost0