Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 16:42

Aux primeurs 2012, tous les vins habituels et quelques nouveaux : les vins de Pascal Montaut Château Les Jonqueyres à Blaye, les vins de Pierre-Emmanuel Janoueix Château Pierhem à Pomerol et Chateau La Bastienne à Montagne, plus le Chateau Teyssier  à Puisseguin d’Antoine Darquey.

 

Invitation-primeur-FR-2013-copie-2.jpg

Partager cet article
Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 17:00

Le vendredi a été bien occupé : dès  8 h 30 , un rendez vous avec l’administration des douanes : une déclaration de stock oublié et une amende, cela m’a fait relire le journal Sud Ouest du samedi 30 dans lequel  l’analyse du journaliste a relevé des points essentiels de l’intervention télévisée de notre président de la République François Hollande et ce constat dressé par celui –ci, comme d’ailleurs par Nicolas Sarkozy, simplification des obligations règlementaires à la charges des « petites » entreprises : 3000 minimum actuellement, si on en oublie et si nos rapports avec les administrations concernées sont bonnes, c’est une amende minorée, sinon ça part en vrille, ce n’est bien sûr pas la faute de l’administration s’il y tant de papiers à remplir, c’est seulement nos élus qui aiment bien rajouter des couches et des couches à des couches existantes pour prouver leur utilité ?

10 h, le journaliste- écrivain Yusen Lin, taïwanais qui passe quelques mois en France pour ré-écrire son livre sur Bordeaux, merci pour cela, j’ai eu le plaisir de l’inviter le soir à la maison  pour le remercier.

11h, Pascal Carrère, architecte en charge de quelques projets à venir, dont l’un déjà bien avancé, je suis du genre entrepreneur, même si ces temps ci c’est plus difficile.

12h , repas invité par Pierre et Axelle, Chai Pascal, puis visite des vignes peut être à vendre par un de mes amis, un joli projet de vie, j’aime ce métier.

16h Après un peu de bureau, rendez vous avec Isabelle et son équipe de tournage à la maison pour filmer la dégustation de James Suckling des Bordeaux 2012 qu’il venait goûter en primeur, l’occasion pour moi de goûter ou re-goûter quelques vins : ceux où je suis concerné pour une raison ou une autre. Je pense pouvoir affirmer que ce millésime 2012  offre de bien bons vins qu’il sera malin d’acheter en primeurs (si les prix sont raisonnables !) et ce sera le cas pour Fleur Cardinale, Sansonnet et Haut Carles.


Le soir, repas à la maison avec des amis pour pouvoir goûter à l’aveugle et boire un Clos du Paradis 2001, vin du Luxembourg, comparé à un Valandraud blanc 2007, suivi d’une comparaison de 2 grands vins Sansonnet 2010 et Peby Faugères 2010, et ensuite Valandraud 2004 ( bouteille échantillon ?)avec  Croix de Labrie 2004. Notre ami de Taiwan a fourni ce Beaune 1er cru 1979 Domaine Jacques Germain, suivi de notre Fine Bordeaux.


Lu encore dans le journal Sud Ouest, cet article sur les pollutions des eaux minérales. C’est sûr, si on cherche, on trouve des trucs pas bons dans tout ce que l’on mange, boit et respire, sans compter les ondes, le stress, notre héritage génétique… Oui, c’est bien de le savoir pour améliorer tout cela.

 

Maintenant à nous de faire la part des priorités, j’ai eu le plaisir ce lundi de rencontrer chez un ami de Puisseguin qui recevait un regroupement de bikers Harley Davidson, un ami d’enfance, un jeunot de 55 ans et surtout un entrepreneur de 86  ans plein de projets. Alors, pas belle la vie ?

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:32

3 jours intensifs, salon vraiment pro, organisation parfaite, on reviendra , c’est sûr.

Des clients, des amis, des prospects, beaucoup d’Allemands, ça tombe bien, nous ne sommes pas très présents en Allemagne sauf à  Münich chez nos amis Geisel et, à part Valandraud et Virginie de Valandraud, Bad Boy, la cuvée Constance, nos autres produits sont quasi absents.

IMG-20130325-00030.jpg

 

 

 

ProWein n’ a pas le côté glamour du salon Vinexpo ou des soirées dans les châteaux qui font partie des bonnes raisons de venir à Bordeaux, mais il offre de parfaites conditions de circulation, l’infrastructure des transports en commun fonctionne plus que bien, même si le tram a un moment été plus rempli que les normes de sécurité ne l’exigent : encore plus de monde que dans le métro à Tokyo !

Jeudi 28  mars à 17 h 30 au Syndicat de Pomerol, Neal Martin  présentera son livre sur Pomerol, en anglais ?

Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 23:43

Le millésime 2012 sera-t-il attrayant pour les journalistes, critiques et surtout le sera-t-il pour nos clients, importateurs, distributeurs, grande distribution, cavistes et autres réseaux ? Si je m’écoute, moi l’angoissé type, certes non – tant le marché a besoin d’un « petit millésime », et si je me réfère à la demande de James Molesworth du Wine Spectator qui bien qu’ardent défenseur des bons vins pas trop chers pour le marché des amateurs américains, n’a demandé chez nous que Valandraud, Virginie rouge et blanc, Clos Badon et Bad Boy ! Aucune de nos « petites » appellations de Bordeaux, comme le vin produit par ma fille. Alors que faire ? Que dire ?


Et bien, heureusement je suis un angoissé positif et, de plus, entrepreneur et je n’ai donc pas d’autres alternatives que de m’adapter si  je veux continuer à avancer, et je veux continuer à avancer dans ce merveilleux métier.


Donc, pour commencer, révision à la baisse des prix, c’est le passage  obligé  pour réussir la vente de nos vins 2012, tant pis s’il y a moins de marge, voire des pertes, les bilans passés et futurs sont lissés pour permettre ce genre de problème.

Ensuite les dégustations primeurs vont prouver, en tout cas pour la rive droite que je connais bien, que cette année nous avons réussi à faire des vins sexy, fruités, mûrs, agréables, et même s’ils  ne sont pas concentrés pour la course au tire de grand millésime, ils sont justement une alternative à ceux qui veulent simplement boire bon et pas trop cher, n’est ce pas là ce qui nous est demandé après nos merveilleux mais couteux 2009  et 2010 ?

Pour ce qui est de nous, en plus de la chance de présenter notre Valandraud en 1er Grand Cru Classé, nous avons plein, plein de visites à notre chai historique entre le 8 et le 11 avril, plus 2 tournages de film pour de grandes chaînes de télévision (française et chinoise) plus la sortie du livre de Gilles Berdin  « autour d’une bouteille » le 18  avril qui nous est consacré, au bar à vins du CIVB, plus, plus tous nos évènements : ProWein qui vient de s'achever, Vinexpo en Juin… Pas de doute, nos 2012 vont plaire et se vendre.

 

 


Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 17:44

Invité vendredi dernier au château de La Dauphine pour un déjeuner, j'ai été reçu par l’équipe et Guillaume Halley le propriétaire. Nous avons commencé par le primeur 2012 marqué par l’arrivée d’un nouvel œnologue  : Michel Rolland. 

Ce vin 2012 a de la structure, du fruit et de l’opulence, bref une belle réussite  !

Puis en apéritif un Château Meursault 1er cru 2009 appartenant à Olivier Halley (cousin de Guillaume), suivi des vins de la propriété : Château de La Dauphine 2003 soyeux et encore très frais pour ce millésime, le 2005 classique dans son année et le 2010 d’une grande pureté et beaucoup d’élégance . Tout ça servi sur

Noix de Saint Jacques poêlées au lard fermier

Agneau de  7 heures et légumes au jus

Mousse de chocolat blanc aux fruits noirs.

 

La Dauphine s’est engagée dans la culture bio depuis le millésime 2012, non seulement dans un souci d’éthique environnementale, mais surtout avec l’objectif de faire des vins meilleurs, convaincus qu'ils sont  par le développement et l’amélioration du processus bio dans un proche avenir.

 

ladauphine.jpg

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:49

L’Union des Grands Crus de Bordeaux a présenté la semaine dernière pour le négoce bordelais les vins de 2012 de ses adhérents, au Hangar 14, quai des Chartrons à Bordeaux, en avant première de ce grand évènement organisé à Bordeaux pour les journalistes et importateurs du monde entier, du 8  au 11  avril.

 

J’organise chez moi, depuis longtemps un des « festival off », rue Vergnaud à Saint Emilion, et si  vous avez dans vos amis un groupe de chanteurs polyphoniques corses,  un ou une violoniste de talent, un guitariste, enfin quelqu’un qui aime faire du spectacle contre « un bol de soupe et un verre de vin », vous pouvez l’amener avec vous.

Cette année, en plus du bon vin, il faudra bien une chanson pour oublier la crise mondiale…

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 16:51

Les vins de la Rive droite se gouttent très bien et les rives gauches à base de merlot également. Cette année sera l’année du merlot.


Chez nous, Valandraud 90 % merlot 10 % cabernet franc sera l’assemblage probable à la mise en bouteille dans plus d’un an. Les Pomerol et les Saint Emilion seront donc mis en avant par les dégustateurs.

 

Vive la Conseillante,  Clinet, Troplong Mondot, Angélus et autres stars de la Rive Droite !

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 17:36

Ce mercredi, petit déplacement rive gauche  pour découvrir le château Marquis de Terme à Margaux. Les travaux réalisés, ceux en cours, et goûter les vins car , en effet, depuis quelques années, à l’arrivée de Ludovic David, nous sommes l’un  des distributeurs de ce cru classé 1855.

Bon, ce sera l’un de nos chouchous cette année, le 2012  est parfait, les merlots parfaitement réussis font de ce vin un bel exemple de ce qu’il fallait faire cette année pour faire plaisir à nos clients ; niveau grande année et vous pourrez vérifier chez nous à Saint Emilion, rue Vergnaud durant la semaine de l’UGC, du 8 au 11 avril.

Invitation-primeur-FR-2013

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 17:15

Mardi 19, dès le matin, entretien et visite à Valandraud avec 2  collègues négociants bordelais et l’après midi, dès 15 h, au laboratoire Rolland, avec Rémi Dalmasso, notre maître de chai et Jean Philippe Fort, notre œnologue conseil du Laboratoire Rolland, préparation des assemblages de nos 3 cuvées principales de Saint Emilion : Virginie de Valandraud, Clos Badon Thunevin et bien sûr, Château Valandraud (y compris notre cuvée confidentielle Axelle). Chaque lot a été goûté avec attention, chaque tonnelier goûté pour faire le tri entre ceux qui favorisent nos vins en primeurs et ceux qui mettront en valeur nos vins en fin d’élevage. Oui, notre vin est présenté au mois de Mars-Avril au jugement des critiques et des acheteurs. A nous de faire au mieux concorder ce que nous avons aujourd’hui avec ce que nous allons livrer à nos clients en bouteilles dans 18 mois ! 

C’est la raison pour laquelle la dégustation primeurs est si pointue pour nous et nos juges ; en effet il faut savoir qi l’échantillon présenté aujourd’hui par nous sera vraiment proche de ce qui sera livré, et c’est d’ailleurs pour ça que les journalistes les plus notables goûtent jusqu’à 3 fois nos vins : en primeur, avant la mise en bouteille et après la mise en bouteille, voire souvent 2,5, 10 ans après. C’est comme ça que ça fonctionne : une marque, une propriété, ses dirigeants finissent pas être crédibles si les échantillons primeurs correspondent aux vins goûtés après aux USA, au Japon ou ailleurs !

Cette dégustation, chose rare car complexe et souvent un peu confidentielle, a été filmée par une équipe de télévision française qui sera dans le vignoble près de 50 jours (à 3 personnes) pour faire un film d’une durée de 2 heures qui sera diffusé sur le 3ème chaine de télévision française .

 

Dans l’après midi, le critique Jean Marc Quarin a commencé chez nous à goûter nos vins et quelques uns des vins réunis pour lui à sa demande, c’est déjà le 2ème critique reçu, après Antoine Gerbelle de la Revue du Vin de France.

Le soir, autre programme, j’avais le privilège de pouvoir remercier une équipe de journalistes japonais, rédacteur en chef, photographe, interprète et journalistes de la revue Winart, mais surtout Mr Tadayuki Yanagi qui, il y  a maintenant plus de 15  ans, avait écrit un article énorme, énorme de par les conséquences pour nous en terme de notoriété, dans la revue Brutus avec l’invention de « Cinderella Wine », il a contribué à faire de Valandraud un vin culte, encore aujourd’hui, au Japon.


Donc, repas pour 11 personnes préparé par Murielle, simple : omelette aux truffes, poulet fermier rôti, pommes de terre et cèpes, flan maison au caramel. 1 magnum de Bollinger, suivi à l’aveugle du 1er millésime fait avec Rémi : Valandraud 1998 et  La Fleur Pétrus 1998, Tadayaki a trouvé le 1er le millésime et a su décrire les différences de goût  des 2 vins. La Fleur Pétrus était superbe et a été préféré par 10 des 11 personnes présentes, sachant que l’accord avec le plat était parfait. Ensuite, un peu déroutant pour tous, j’ai servi 2 vins plus jeunes sur les poulets rôtis : Pétrus 2006 et Valandraud 2006, c’est rare mais je ne sais pas comment je me suis débrouillé, j’ai oublié où j’avais mis Valandraud et Pétrus et donc j’ai pensé que tout le monde préfèrerait Pétrus, y compris moi, et j’ai été surpris de voir qu’il s’agissait de Valandraud : la puissance et la jeunesse. Pétrus, plus discret, plus élégant, aurait été mieux servi avec l’omelette aux truffes. En tout cas, tout le monde s’est régalé, les verres finis jusqu’à la dernière goutte et les conversations et le son ont commencés à prendre de l’ampleur. L’ambiance faisait groupe d’adolescents en train de préparer leur soirée en boîte. Sûr, le vin est un formidable produit pour briser la « glace », Pétrus, ce grand vin apporte même un plus inimitable à chaque fois que j’en ouvre une bouteille, un souvenir inoubliable !

Après, Valandraud 2009 car j’avais reçu dans la soirée un texto d’un ami qui me disais que ce 2009 était mon meilleur ambassadeur !

Puis, sur le dessert, Yquem 2001 tout simplement, pareil tout le monde a trouvé ça réellement  bon et pour finir, après le café, un peu de Cachaça artisanale reçu lors de mon dernier voyage au Brési : Cachaça macérée avec des bananes, un "après dessert" liquide.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:25

Samedi soir, avec un groupe d’amis de notre âge, nous étions invités chez un couple d’amis de Libourne, dans leur belle maison et, avec un repas de qualité, bien sûr quelques vins : Champagne Delamotte (même maison que Salon) et Dom Pérignon 2002, bons tous les 2 bien sûr, et ensuite, à l’aveugle, un étonnant Crozes Hermitage 2006 d’Alain Graillot, fermé à double tour, presque rive gauche ?


Le vin qui a suivi a été tout simplement remarquable, grande classe,  grand vin : Clos Fourtet 2003 , difficile de faire mieux dans ce millésime. Après un Beauséjour Duffau 1995, il fallait oser.... un Vieux Château Palon 2009 aux qualités indiscutables, et au prix très doux, une découverte pour moi que ce Montage Saint Emilion.


 Le dernier vin servi fut le très jeune château La Conseillante 2006, belle réussite là aussi mais ce n’est pas une surprise. Sur le dessert au chocolat, un Maury 1983 de la cave coopérative de Maury, voilà des amis qui savent notre attachement à cette belle  région qu’est le Roussillon.

Partager cet article
Repost0