Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 17:44

Invité vendredi dernier au château de La Dauphine pour un déjeuner, j'ai été reçu par l’équipe et Guillaume Halley le propriétaire. Nous avons commencé par le primeur 2012 marqué par l’arrivée d’un nouvel œnologue  : Michel Rolland. 

Ce vin 2012 a de la structure, du fruit et de l’opulence, bref une belle réussite  !

Puis en apéritif un Château Meursault 1er cru 2009 appartenant à Olivier Halley (cousin de Guillaume), suivi des vins de la propriété : Château de La Dauphine 2003 soyeux et encore très frais pour ce millésime, le 2005 classique dans son année et le 2010 d’une grande pureté et beaucoup d’élégance . Tout ça servi sur

Noix de Saint Jacques poêlées au lard fermier

Agneau de  7 heures et légumes au jus

Mousse de chocolat blanc aux fruits noirs.

 

La Dauphine s’est engagée dans la culture bio depuis le millésime 2012, non seulement dans un souci d’éthique environnementale, mais surtout avec l’objectif de faire des vins meilleurs, convaincus qu'ils sont  par le développement et l’amélioration du processus bio dans un proche avenir.

 

ladauphine.jpg

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:49

L’Union des Grands Crus de Bordeaux a présenté la semaine dernière pour le négoce bordelais les vins de 2012 de ses adhérents, au Hangar 14, quai des Chartrons à Bordeaux, en avant première de ce grand évènement organisé à Bordeaux pour les journalistes et importateurs du monde entier, du 8  au 11  avril.

 

J’organise chez moi, depuis longtemps un des « festival off », rue Vergnaud à Saint Emilion, et si  vous avez dans vos amis un groupe de chanteurs polyphoniques corses,  un ou une violoniste de talent, un guitariste, enfin quelqu’un qui aime faire du spectacle contre « un bol de soupe et un verre de vin », vous pouvez l’amener avec vous.

Cette année, en plus du bon vin, il faudra bien une chanson pour oublier la crise mondiale…

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 16:51

Les vins de la Rive droite se gouttent très bien et les rives gauches à base de merlot également. Cette année sera l’année du merlot.


Chez nous, Valandraud 90 % merlot 10 % cabernet franc sera l’assemblage probable à la mise en bouteille dans plus d’un an. Les Pomerol et les Saint Emilion seront donc mis en avant par les dégustateurs.

 

Vive la Conseillante,  Clinet, Troplong Mondot, Angélus et autres stars de la Rive Droite !

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 17:36

Ce mercredi, petit déplacement rive gauche  pour découvrir le château Marquis de Terme à Margaux. Les travaux réalisés, ceux en cours, et goûter les vins car , en effet, depuis quelques années, à l’arrivée de Ludovic David, nous sommes l’un  des distributeurs de ce cru classé 1855.

Bon, ce sera l’un de nos chouchous cette année, le 2012  est parfait, les merlots parfaitement réussis font de ce vin un bel exemple de ce qu’il fallait faire cette année pour faire plaisir à nos clients ; niveau grande année et vous pourrez vérifier chez nous à Saint Emilion, rue Vergnaud durant la semaine de l’UGC, du 8 au 11 avril.

Invitation-primeur-FR-2013

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 17:15

Mardi 19, dès le matin, entretien et visite à Valandraud avec 2  collègues négociants bordelais et l’après midi, dès 15 h, au laboratoire Rolland, avec Rémi Dalmasso, notre maître de chai et Jean Philippe Fort, notre œnologue conseil du Laboratoire Rolland, préparation des assemblages de nos 3 cuvées principales de Saint Emilion : Virginie de Valandraud, Clos Badon Thunevin et bien sûr, Château Valandraud (y compris notre cuvée confidentielle Axelle). Chaque lot a été goûté avec attention, chaque tonnelier goûté pour faire le tri entre ceux qui favorisent nos vins en primeurs et ceux qui mettront en valeur nos vins en fin d’élevage. Oui, notre vin est présenté au mois de Mars-Avril au jugement des critiques et des acheteurs. A nous de faire au mieux concorder ce que nous avons aujourd’hui avec ce que nous allons livrer à nos clients en bouteilles dans 18 mois ! 

C’est la raison pour laquelle la dégustation primeurs est si pointue pour nous et nos juges ; en effet il faut savoir qi l’échantillon présenté aujourd’hui par nous sera vraiment proche de ce qui sera livré, et c’est d’ailleurs pour ça que les journalistes les plus notables goûtent jusqu’à 3 fois nos vins : en primeur, avant la mise en bouteille et après la mise en bouteille, voire souvent 2,5, 10 ans après. C’est comme ça que ça fonctionne : une marque, une propriété, ses dirigeants finissent pas être crédibles si les échantillons primeurs correspondent aux vins goûtés après aux USA, au Japon ou ailleurs !

Cette dégustation, chose rare car complexe et souvent un peu confidentielle, a été filmée par une équipe de télévision française qui sera dans le vignoble près de 50 jours (à 3 personnes) pour faire un film d’une durée de 2 heures qui sera diffusé sur le 3ème chaine de télévision française .

 

Dans l’après midi, le critique Jean Marc Quarin a commencé chez nous à goûter nos vins et quelques uns des vins réunis pour lui à sa demande, c’est déjà le 2ème critique reçu, après Antoine Gerbelle de la Revue du Vin de France.

Le soir, autre programme, j’avais le privilège de pouvoir remercier une équipe de journalistes japonais, rédacteur en chef, photographe, interprète et journalistes de la revue Winart, mais surtout Mr Tadayuki Yanagi qui, il y  a maintenant plus de 15  ans, avait écrit un article énorme, énorme de par les conséquences pour nous en terme de notoriété, dans la revue Brutus avec l’invention de « Cinderella Wine », il a contribué à faire de Valandraud un vin culte, encore aujourd’hui, au Japon.


Donc, repas pour 11 personnes préparé par Murielle, simple : omelette aux truffes, poulet fermier rôti, pommes de terre et cèpes, flan maison au caramel. 1 magnum de Bollinger, suivi à l’aveugle du 1er millésime fait avec Rémi : Valandraud 1998 et  La Fleur Pétrus 1998, Tadayaki a trouvé le 1er le millésime et a su décrire les différences de goût  des 2 vins. La Fleur Pétrus était superbe et a été préféré par 10 des 11 personnes présentes, sachant que l’accord avec le plat était parfait. Ensuite, un peu déroutant pour tous, j’ai servi 2 vins plus jeunes sur les poulets rôtis : Pétrus 2006 et Valandraud 2006, c’est rare mais je ne sais pas comment je me suis débrouillé, j’ai oublié où j’avais mis Valandraud et Pétrus et donc j’ai pensé que tout le monde préfèrerait Pétrus, y compris moi, et j’ai été surpris de voir qu’il s’agissait de Valandraud : la puissance et la jeunesse. Pétrus, plus discret, plus élégant, aurait été mieux servi avec l’omelette aux truffes. En tout cas, tout le monde s’est régalé, les verres finis jusqu’à la dernière goutte et les conversations et le son ont commencés à prendre de l’ampleur. L’ambiance faisait groupe d’adolescents en train de préparer leur soirée en boîte. Sûr, le vin est un formidable produit pour briser la « glace », Pétrus, ce grand vin apporte même un plus inimitable à chaque fois que j’en ouvre une bouteille, un souvenir inoubliable !

Après, Valandraud 2009 car j’avais reçu dans la soirée un texto d’un ami qui me disais que ce 2009 était mon meilleur ambassadeur !

Puis, sur le dessert, Yquem 2001 tout simplement, pareil tout le monde a trouvé ça réellement  bon et pour finir, après le café, un peu de Cachaça artisanale reçu lors de mon dernier voyage au Brési : Cachaça macérée avec des bananes, un "après dessert" liquide.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:25

Samedi soir, avec un groupe d’amis de notre âge, nous étions invités chez un couple d’amis de Libourne, dans leur belle maison et, avec un repas de qualité, bien sûr quelques vins : Champagne Delamotte (même maison que Salon) et Dom Pérignon 2002, bons tous les 2 bien sûr, et ensuite, à l’aveugle, un étonnant Crozes Hermitage 2006 d’Alain Graillot, fermé à double tour, presque rive gauche ?


Le vin qui a suivi a été tout simplement remarquable, grande classe,  grand vin : Clos Fourtet 2003 , difficile de faire mieux dans ce millésime. Après un Beauséjour Duffau 1995, il fallait oser.... un Vieux Château Palon 2009 aux qualités indiscutables, et au prix très doux, une découverte pour moi que ce Montage Saint Emilion.


 Le dernier vin servi fut le très jeune château La Conseillante 2006, belle réussite là aussi mais ce n’est pas une surprise. Sur le dessert au chocolat, un Maury 1983 de la cave coopérative de Maury, voilà des amis qui savent notre attachement à cette belle  région qu’est le Roussillon.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 14:54

Dans le N° 570 (Avril 2013), dégustation des 2003  dix ans après, je suis globalement d’accord avec l’analyse du millésime, un peu moins par leur classification des meilleurs, mais je ne suis pas critique, ni  journaliste à la RVF.

Plus sérieusement, ce millésime montrera ses véritables forces et faiblesses dans le 4 années à venir, mais qui se soucie de l’évolution des vins dans le temps ?


Encore une dégustation de vins carafés, pas carafés et ouverts  4 jours avant, et même résultat favorable à l’ouverture 4 jours avant, mais ce coup ci, il s’agit de vins blancs secs ! Incroyable résultat, je vais essayer à la maison.


Dans le classement des 200  personnalités du vin établi par la RVF, après les 30 "incontournables", les "influents" dont je ferais partie (je la joue modeste ) à la 46ème place, mon portrait est signé par Benoit Simmat, donc il me va bien, merci.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 16:51

Aurélie, en charge de la logistique a trouvé un bon boulot à côté de chez elle dans une entreprise de transport. Il nous faut donc actuellement une ou un collaborateur capable de faire ce job et s’il n’est pas déjà spécialiste de ce poste, capable d’être opérationnel très très vite, donc quelqu’un de très motivé pour apprendre ce métier qui n’est pas des plus faciles,  avec la pression des clients, l’interface avec la production, les commerciaux et les transporteurs.  

Et il nous faut également un cariste...

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 20:41

Arrivée à 16 h heure locale à Singapour, direction l’Hôtel Orchard et  Mike et moi étions invités à manger par l’un de nos clients dans un restaurant populaire, repas délicieux avec un crabe cuisiné de manière à nous plaire et  à nous en mettre plein les doigts. Repas décontracté et pourtant on a parlé bizness. Nous le reverrons avec Catherine à ProWein (l’autre grand salon) fin mars en Allemagne.


Le lendemain matin, réunion Ubifrance, avec présentation très complète de l’état de la ville de Singapour avec ses 5  millions d’habitants, 13  millions de touristes et le 3ème plus gros PIB mondial.

60 personnes à la dégustation organisée avec nos vins pour les importateurs intéressés, sans doute 4 ou 5  contacts de qualité, et le soir nous étions invités par  Mélina et NK, eux qui ont connu Valandraud dès 1993 et qui ont organisé chez eux, dans leur belle maison, un repas pour leurs amis, repas digne (mais c’est rien de le dire) d’un restaurant étoilé, plats succulents et pour les vins et plus particulièrement des miens,  des magnums conservés après achat primeur par eux dans leur cave dans des conditions parfaites.

Sushi of Blue-fine tuna with Yuzu Dressing

Parcel of Boston Lobster and “Joselito” Jamon with veal jus

Thai “Paneng” Curry with US Boneless Shorts Ribs, Baby vegetables and Turmeric Rice

Fresh Fruits

Coffee/Tea

Laurent Perrier Grand Siècle NV

Graacher Himmelreich Riesling Kabinett 2007 Weingut Joh.  Jos. Prum

L’interdit de…… 2000 Magnum

Chateau Valandraud 1996  magnum

Château Valandraud 1994 magnum

Le 1994, jeune, capable de voir 20 ans de plus, le 1996, plus classique, et l’interdit 2000 vraiment très bon.

2011-0697-copie-1.JPG

 

 

 

Un des beaux repas de l’année, j’espère qu’ils viendront à la maison. Le lendemain, visite de magasins à Singapour et avion (Asia low cost) pour Kuala Lumpur -  aéroport low cost également.


A Kuala Lumpur, restaurant Vintry pour la présentation du pays par l’équipe d’Ubifrance, rencontre avec le boss du restaurant et le responsable de l’Association des Sommeliers. Ubifrance et ses collaborateurs ont fait du bon boulot. Le lendemain, l’évènement (parfait) à l’hôtel Double Tree Hilton a été l’un des meilleurs que j’ai pu faire (et Dieu sait si j’en ai fait, des évènements, présentations de vin, etc…). Ici les professionnels sont gais, curieux, pas blasés, ce pays aime la France et les vins français, à nous de faire en sorte qu’il n’y ai pas que l’Australie qui soit présente sur les cartes des vins et dans les caves des particuliers.


Le soir, départ vers Bangkok avec Asia, arrivée vers minuit, taxi un poil « aventure », mais l’hôtel là encore était parfait (Crowne Plaza à prix très doux). Le lendemain, un rendez vous le matin au petit déjeuner avec un importateur, ensuite, repas à l’hôtel et l’après midi présentation de nos vins toujours organisée par Ubifrance à l’Ambassade de France, emplacement de rêve pour mettre en valeur nos vins. Organisation plus que parfaite, nos clients étaient là et aussi de nombreux prospects. Notre gamme permet d’avoir des distributeurs différents. Présence appréciée de l’attaché commercial et de Mr l’Ambassadeur et de son épouse, venus saluer tous les exposants, fiers d’être ici.


Le soir, repas Thai et le lendemain rendez vous également à l’hôtel pour un petit déjeuner de  travail, suivi par un repas avec l’un de nos importateurs dans le restaurant français tenu par un personnage au charisme évident, Alain Leroy du restaurant Indigo. On va bien le recevoir à Saint Emilion, avec ses presque 2 m et ses 150 kg.

 

2011-0708-copie-1.JPG

 

C’est surtout quelqu’un qui approvisionne son restaurant directement de Rungis et qui achète ses  huitres à notre Joël Dupuch, au charisme similaire. Ce même Alain Leroy étant aussi copain avec Jean Pierre Xiradakis du restaurant La Tupina à Bordeaux. Le soir, direction l’Hôtel Four Seasons pour une nuit et un repas organisé par Wisan dans le restaurant à l’intention de 30 amateurs de vin.

Samedi, retour par KLM via Amsterdam, ouf !

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 17:49

 

Après la visite des chais du château Fleur Cardinale pour mes collaborateurs, repas  à midi à la table des propriétaires avec les vins des la propriété,  Fleur Cardinale  et Croix Cardinale 2011 pour démarrer, puis Fleur  Cardinale  2006 et 2008, suivi de 2005 et 2010, et pour finir, le 2009.  A table, ces vins se sont bus très facilement.

 

2013-03-12-13.16.40-1.jpg

J’ai été, comme tous je crois, séduit par le 2010 aux tannins ultra fins, texture douce et, en second - étonnant, et même  si c’est un millésime moins médiatique, par le 2011... mais la régularité de la qualité est la norme de cette propriété. 

Demain je participerai aux dernières dégustations d’assemblage du 2012 pour la présentation primeur.

Partager cet article
Repost0