Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 16:25

Decanter :

4 étoiles pour Fleur Cardinale, Sansonnet, Virginie de Valandraud, Valandraud (17.5)

3 étoiles pour le Clos du Beau Père, ce qui le situe dans les 20/25 premiers  de Pomerol, objectif atteint. Il nous faut viser une meilleure note. Egalement 3  étoiles : Clos Badon Thunevin, Haut Carles, Domaine des Sabines (également dans les 20  premiers),  Fourcas Hosten.

Il manque nos blancs et Bellevue de Tayac, nous verrons dans l’édition papier ?


Izak Litwar a également publié ses notes le 13  avril sur les Bordeaux  2011 et sur le forum de Mark Squire :

Valandraud 95-96, Valandraud Blanc 92, Virginie de Valandraud 91, Virginie de Valandraud blanc 90, Clos Romanile 88, Bellevue de Tayac 90,  Clos Badon Thunevin 90-91, Clos du Beau Père  92, Domaine des Sabines 89, Domaine Virginie Thunevin 87, etc… Fleur Cardinale 90-91, Sansonnet 87 ?, Haut Carles 90, Marquis de Terme 91


Et vive Jean Marc Quarin qui fait exploser le standard de Rémi Dalmasso pour son Clos Romanile, et il faut préciser qu’avec 1500 bouteilles produites, tout le monde ne pourra pas goûter avant d’acheter !

Partager cet article
Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 14:18

Sur le site de Jancis Robinson, Julia Harding MW a édité le 13  avril ses notes et commentaires sur les vins blancs de Bordeaux : Virginie de Valandraud  blanc a eu 16.5 et un beau commentaire, et Valandraud blanc nous fait plaisir avec son 17  et  conforte notre ambition d’être dans les premières places des Bordeaux blancs.

Pour les abonnés à Jean Marc Quarin, le rapport N°4 du 15  avril 2012 sur 150  Saint Emilion 2011. Un coup de cœur pour Clos Romanile et Rémi et Sonia Dalmasso et de beaux commentaires sur mes vins et ceux de mes amis.


Sur le site de l’ami Jacques Berthomeau, un petit roman-article avec ce titre  « Moi, sans hésitation, aux 2 tours je votre Clos Badon à Saint Emilion, qui donne au veau ses lettres de noblesse. ». Y a –t-il dans sa chronique électorale cette référence au Général de Gaulle qui comparait les Français à des veaux ? Mon père, gaulliste et éleveur de veaux en Dordogne se saurait quoi penser … Paix à son âme !

J’aime ses photos et vidéos, celle du mouvement harmonique  est tout simplement parlante, comme la photo de Sean Connery en 1964 dans le film Goldfinger – qui a du venir de mon nom Thunevin  que l'on peut très librement traduit en Anglais par « Goldwine » , va savoir où Jacques va chercher tout ça…. En tout cas, ça donne envie d’en boire et d’avoir son anniversaire tous les mois.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 14:54

C’est un vendredi 13 avril 1951 que je suis né à Mascara en Algérie Française. J’ai toujours pensé que ces vendredi 13 étaient porteurs de chance, bonheur, favorables. Cet anniversaire est de plus spécial puisqu’il tombe également un vendredi cette année.

Je n’aime pas les fêtes et les anniversaires, mais à force, je finis par les supporter… Je vieillis !

Hier, Jean Marc Quarin a passé 4  heures à goûter 3 ou 4  millésimes de quelques vins peu connus de lui ou pas chers, diffusés ou produits par mon entreprise. Il est utile de remercier ici les quelques critiques qui s’intéressent aux vins peu célèbres et aux prix accessibles, car là, il s’agit d’une sorte de sacerdoce tant il y a une différence entre les discours tenus par les amateurs sur internet et la réalité. Beaucoup se plaignent des prix des 100 Bordeaux connus, classés ou célèbres et peu font en fait l’effort de lire ce qui s’écrit ici chez Jean Marc Quarin ou chez la plupart des medias : Bettane Desseauve, RVF, Wine Spectator ou même Robert Parker font des dégustations de vins achetables  et buvables par le plus grand nombre : par exemple, pour ce qui me concerne  de près puisque nous diffusons ces vins : Château Lafont Fourcat et A Nos Amours, notre plus beau succès avec notre Bad  Boy, Bad Girl et  Baby Bad Boy. 

Depuis longtemps déjà, Château de Carles, et récemment Château Subilaux et Château Bellevue La Randée, notre vin de marque Présidial, le vin de ma fille Domaine Virginie Thunevin, notre Lalande de Pomerol Domaine des Sabines, nos cuvées dans le Sud Les Dentelles, l’Amourette et surtout Constance et Calandray, Château Maro de Saint Amant, etc… Ceci dans le registre des vins vendus en France aux consommateurs entre 6 et 20 euros.

Jean Mars Quarin me faisait remarquer que je ne communiquais pas beaucoup sur ce pan de mon travail, de mon activité. Il n’a pas visité mon entreprise, mes chais, mes stocks et mes magasins de Saint Emilion, ni vu mes collaborateurs commerciaux en charge de promouvoir et de vendre ces vins ainsi que pas mal d’autres, sachant qu’à Bordeaux je ne suis pas le seul à faire ce boulot, pas mal de négociants font la promotion de leurs « chouchous » et exclusivités et ce, rarement pour l’argent qui se gagne bien plus facilement à offrir des crus classés célèbres qui, eux, sont demandés et juste pour mémoire, 15 % sur 100  euros c’est autre chose que 15 % sur 3  euros !


Hier également, visite du boss et des collaborateurs en charge de notre entreprise de l’un de mes 3  banquiers partenaires. Celui-ci avait l’avantage d’avoir étudié notre dossier et de l’avoir compris, ce qui n’est pas si courant. En général, c’est le commercial en contact avec nous qui connait le mieux ses clients.

Le soir, je n’ai pas eu le courage d’aller au Grand Hôtel de Bordeaux invité par Gault et Millau, les jours sont trop courts….


Les notes de Tim Atkin, Master of Wine, sont sur son site : il aime particulièrement nos vins justement pas trop chers comme notre Bordeaux, Domaine Virginie Thunevin (89 points), 3 de Valandraud (91 points), Château Bel Air Ouÿ (92 points), Château Prieuré Lescours (90 points), Domaine des Sabines (90 points), ces notes étant très largement supérieures à bien des crus classés célèbres, j’aime de plus en plus ces Anglais 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 13:44

Offre de notre 2ème achat : le Château Fourcas Hosten 2011, Listrac, dont le prix de vente primeur aux particuliers est de 9.60 euro hors taxes en France !

Cette propriété est l’une des étoiles montantes du Médoc, encore à des prix sages.

Qui dit que les Bordeaux sont chers ? Le premier vin offert étant toujours pour la France le Château Croix Cardinale, Saint Emilion Grand Cru avec un prix de vente aux particuliers de 16.80 euro hors taxes. Rajoutez la TVA à 19.60%  plus les frais de port et ça fait de bonnes bouteilles pour pas trop cher 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 17:04

Grâce à la présence de Daniel Perez et sa femme, venus à la maison après 52  ans de séparation (nous sommes originaires du même village d’Algérie), nous avons bu un vin offert par Bernard Magrez, fait par lui pour Gérard Depardieu en Algérie. Un Mascara 2002, avec les cépages du Sud grenache, carignan. C’était bon, semblable à nos vins du Roussillon, la rareté en plus.


Le temps de lire le livre sur Rolland, le gourou du vin, édité chez Glénat et écrit par Isabelle Bunisset. Le livre est trop court, je reste sur ma faim, en effet quelques mises au point, mais il doit y en avoir d’autres à faire J. C’était le weekend des livres sur les  œnologues, j’ai lu avec plaisir le livre sur Denis Dubourdieu écrit par Gilles Berdin avec pas mal de jolies citations dont celle-ci : « le grand vin se doit d’être contemporain, ne doit pas plagier le passé », « beaucoup d’appellations, peu de vins différents ». On ne peut qu’être d’accord avec le regroupement des Côtes de Bordeaux, en attendant celles de Saint Emilion, voire Fronsac !


Lu sur le site de la RVF le commentaire d’Antoine Gerbelle sur le millésime 2011 à Saint Emilion avec des commentaires précis sur Ausone, Valandraud, Pavie et Trottevielle et j’aurai pu rajouter comme l’a écrit un de ses collègues que les terroirs tardifs ont bénéficié à plein  du beau temps de septembre 2011, ce qui a permis ces réussites sur argilo calcaire sans stress hydrique l’été. Les premiers commentaires, les notes sont à mon avis celles d’un bon millésime, reste juste le problème  des prix et de l’ambiance politico économique.


Nous avons déjà acheté notre premier primeur 2011 : Château Croix Cardinale 2011, nouvelle propriété de la famille Decoster, également propriétaire du Château Fleur Cardinale, qui devrait se trouver avec un prix consommateur entre 20 et 25  euros et fait justement partie de ces vins réussis cette année.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 15:49

 

Il y a quelques temps que José Penin, le célèbre critique espagnol, n’était pas passé par Saint Emilion et nous avons eu l’occasion de le voir à la maison pour goûter quelques vins présentés par nous et Jean Guyon peut être content pour Rollan de By, Tour Seran ; nos vins du Roussillon également avec de beaux commentaires et de très belles notes (Hugo avec 96/100). Nos amis Zonin et Andrea Franchetti ont aussi été gâtés, ainsi que nos vins Valandraud et Virginie de Valandraud.

José Penin est en tout cas un homme souriant et heureux de vivre son métier.


Et le Wine Spectator a publié les notes des Bordeaux 2011

Tous nos vins ont été goûtés à l’aveugle à côté de Bordeaux chez un collègue négociant qui met ses locaux à la disposition de James Molesworth.

A Margaux, avec 87-90 pour Bellevue de Tayac, notre cru s’installe dans les 20/30 premiers crus de cette prestigieuse  appellation, Marojallia étant depuis 1999  dans les 10 premiers, n’a eu ici que 86-89, et Marquis de Terme a eu 89/92.

A Listrac, Fourcas Hosten a eu 85-88, mais mérite mieux

A Bordeaux, Domaine Virginie Thunevin 85-88, Subilaux 86-89, Lafont Fourcat A Nos Amours 86-89, Bad Boy/Mauvais Garçon 87-90, Bellevue La Randée 87-90

A Saint Emilion, Croix Figeac 87-90, Clos Badon 89-92, Sansonent 89-92, Pressac 89-92, Virginie de Valandraud 90-93, Le Prieuré 90-93, Gracia 90-93, Fleur Cardinale et Secret de Cardinale 90-93, Faugères 90-93, Peby faugères 91-94, Valandraud 92-95, Cheval Blanc 93-96, c’est la meilleure note du millésime.

A Fronsac, Haut-Carles 89-92, La Vieille Cure 89-92, Carles 88-91, Haut Mazeris 88-91

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 15:28

Calme :  encore quelques journalistes et critiques, Ian D’Agata, Bernard Burtschy, Abi Duhr, Julia Harding (l’assistante de Jancis Robinson), Eric Riewer.

Repas le soir avec les artistes Michel Puzio et Michel Gracia et pour 6  personnes :

Asperges vinaigrette, omelette aux truffes, fromage et fraises. Blanc d’Ossian 2009 (Castilla y Leon) et Valandraud Blanc N°2 2007. Ensuite, à l’aveugle pour tous Gracia, Croix de Labrie et Valandraud 2008. 3 vins incroyablement différents, j’ai classé dans l’ordre Croix de Labrie, complet, sérieux, presque Pauillac et je pensais que c’était Valandraud… Zut ! Encore une fois à ne pas reconnaitre mon vin même chez moi.

En 2ème, j’ai classé Gracia tout en douceur, féminin, texture à la Conseillante, j’ai pensé Croix de Labrie….Re-zut ! En 3ème  Valandraud, j’ai  pensé Croix de Labrie tant le vin était doux, suave, sexy, dérangé néanmoins par une forte dose  de gaz carbonique (il aurait du être carafé). Une heure après, les vins étaient tous aussi bon, le millésime 2008 a paru une réussite énorme pour nos invités professionnels qui pensaient boire du 2009.

Après, pour faire plaisir à tout ce monde, et Murielle a trouvé en  30 secondes, Pingus 2009, le grand vin,  la classe, finesse, élégance, puissance et buvabilité incroyable. Bu si facilement que c’est un péché de gourmandise pour un vendredi saint.


Ce matin, encore une bonne nouvelle de Christophe : le Wine Spectator et James Molesworth a mis 90-93 pour Valandraud blanc 2011  et 88-91 pour Virginie de Valandraud  blanc 2011 qui font partie des grands blancs secs de Bordeaux, même s’il y a encore quelques réticences quant au style de nos blancs 


Ce weekend pascal, le temps maussade inspire la lecture et donc, j’ai lu avec plaisir et très rapidement le dernier livre de la série « autour d’une bouteille» consacré à Denis Dubourdieu, ouvrage écrit par Gilles Berdin et publié chez Elydis Edition.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 14:13

D’abord la bonne nouvelle : 92-95,  soit la 2ème meilleure note du millésime derrière Cheval Blanc qui a 93-96 ! Et notre vin a de plus été goûté à l’aveugle et non à la propriété.

Hier jeudi, pas mal de monde encore, une belle fréquentation, surtout à 12 h30. C’est vrai que Serge et ses aides font des miracles !

DSCN1615.JPG

 

Tout est frais et bon et les bouteilles offertes par quelques amis exposants rendent le moment plus que convivial, même s’il y a toujours quelques copains qui ne comprennent pas  l’esprit du lieu où il faut un peu se lever, se servir et laisser se servir tout le monde. Tant qu’on peut rester comme ça, ça va – sachant que si c’est gratuit pour tous ceux  qui sont présents, ce sont les exposants qui payent.


J’ai passé toute la matinée avec une télévision hollandaise et un collègue  hollandais et viticulteur possédant un vignoble à Saint Romain La Virvée : La Tulipe de la Garde. Le sujet : vin de garage et grand cru de Saint Emilion, c’était vraiment très sympa et mon collègue a un charisme et une gueule pas négociable et pose des questions avec un esprit très "français".

md_372017_8486854d5bb2a1b3c0553a053e6c3b02-copie-1.jpg

 

 


Le soir, quelques journalistes et aucun repas, couché comme les poules en pleine forme ce matin pour apprendre par Christophe que les meilleures notes du Wine Spectator sont sur le site ... et James Molesworth me semble avoir bien vu les qualités du millésime sans considérer les prix et l’ambiance économique (Vieux Certan, Cheval Blanc, Clinet par exemple).  Valandraud sort en général plus que bien chez  la plupart des critiques déjà publiés, c’est souvent le cas  dans les millésimes compliqués.

Chez James Suckling 93-94, chez Jean Marc Quarin  92/100, Desseauve a cité Valandraud parmi les grands vins et a particulièrement aimé Clos Saint Julien, Haut-Carles, Pressac et Faugères  ( vive Terre de Lisse !)

Partager cet article
Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 10:30

Moins de monde le matin, l'après-midi un peu mieux et le soir peut être un peu trop difficile de gérer les allées et venues de nos amis visiteurs. On commence à fatiguer, encore un jour et après c'est juste des rendez-vous personnalisés.

Encore des sommeliers, des Suisses, des Allemands, des Américains, des blogueurs, Vitisphère et une interview par Emilie Porcher et son amie.  Thierry Desseauve, qui a goûté plein de vins et m'a parlé de nouveaux projets dont un évènement à faire à Londres, du Grand Jury Européen, du livre sur Michel Rolland "le gourou du vin", des collègues négociants avec leurs clients et quelques banquiers, ainsi que des avocats !

Le soir, repas russe, ambiance  chansons et boissons !

Buisson Charles 1er cru Goutte d'Or 2007  et Valandraud Blanc 2007 : ils ont trouvé. Ensuite, plus difficile, une série de 3 Marie Thunevin-Calvet 2008-2006-2005-2004; la grenache vieillit plus que bien, le 2005 poivre noir sera une référence. Après, comme j'avais été scotché par le talent du sommelier, Anton (le meilleur sommelier russe), je lui ai concocté le vin impossible à deviner, le plus rare du monde et le mieux noté Parker pusique 370 points au moins !

Assemblage de 4 millésimes de Valandraud (2204, 2006, 2007 et 2009). Le 2009 emporte le tout et ce vin de table assemblé 4 heures avant le repas avait l'avantage d'être très très bon et ils ont tous trouvé rive droite eet Saint Emilion !

Après, sur le chocolat et avec les desserts, notre Maury 2004 et pour finir notre Fine Bordeaux.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 09:09

Beaucoup de monde, ça donne de l’énergie, c’est vrai aussi que les crus connus rares et chers sont très prisés, par exemple cela peut donner en statistiques 5  bouteilles vidées à la fin de la journée, soit 1  bouteille pour les moins célèbres, voire pour les vins ou le propriétaire lui-même n’est pas là !


Beaucoup d’américains, de russes, japonais, chinois, suisses, allemands, français et encore une très très bonne ambiance malgré un temps maussade. Encore des journalistes Tim Takin, Neal Martin…, les banquiers, tonneliers et autres collègues font partie des visiteurs et tant que cela ne gêne pas les acheteurs et journalistes, c’est bon.


Et le soir, repas avec une viande niveau 100 points.

Pata Negra et Valandraud blanc 2009, nos blancs sont un vrai succès. A l’aveugle, du lourd, du rare, du 100 points, du mythe, avec l’omelette aux truffes : Abreu Thorevilos 2002  Napa Valley, Californie, énorme puissance, quel vin ! Et Valandraud 2002 qui se goûte actuellement  très bien , et c’est James Suckling qui le dit, alors …

Après, avec l’aloyau et les pommes de terre sautées, l’un de mes vins préférés au monde, Sine Qua Non Against the Wall 1996 à base de grenache, un peu de syrah, quel vin, quel plaisir, olives noires, se boit sans fatigue, appelle le magnum. Comparé à Valandraud 1996 qui est actuellement un très très grand vin. Merci à Jean Marc Quarin de l’avoir pressenti il y a 15  ans déjà ! Ne pas oublier que 1996 est grand dans le Médoc, vive nos cabernets francs

Après, à la demande « générale » d’un de nos amis né cette année là, à l’aveugle encore, et tout le monde à trouvé la décennie, mais pour l’année c’était difficile d’imaginer  le 1968 de Biondisanti Brunello di Montalcino, vin encore très vivant, poivre blanc, intérêt historique plus que plaisir comme souvent les vins vieux.

Mon ami François Audouze dira que je n’y comprends rien, que je ne suis pas éduqué, et moi je lui dirai que je préfère les goûts de sa fille !

Pour se mettre en forme et pour finir une goutte d’Armagnac 1979  de la famille Fezas.

Partager cet article
Repost0