Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 17:20

Un de mes amis m’a dit que je parlais trop des vins que je fais ou de ceux où j’interviens en tant que consultant, ou de ceux de mes amis, ou, ou…Mais comment faire, alors que mon métier consiste à faire cela et que la plupart des repas dont je parle sont des repas de travail, soit chez moi, soit dans les châteaux que je distribue et avec qui j’ai des relations amicales en plus d’être professionnelles ?

J’ai juste regardé combien de vins non faits par moi j’ai cité le mois dernier : 30 ! Je pourrai faire mieux, en effet .


Dans El Mondovino, un gros article sur le classement et même notre boutique L’Essentiel et l’Envers du Décor sont cités. Amis espagnols soyez les bienvenus !


Samedi soir, un repas pour 10 personnes à Libourne avec des amis venus se régaler de la cuisine de notre hôtesse et des vins de son mari. Foie gars poêlé aux fruits, délicieux, osso bucco de veau  confit à point, fromages et dessert. Les vins : 2 bouteilles de champagne Roederer,  1 magnum de Jean Faure 2005, 1 magnum de nos amis Côte de Baleau 2000 et, pour finir 2 bien bonnes bouteilles de Troplong Mondot 1999, grand vin. Vive les amis.

Le lendemain, pour éliminer tout ça, une belle journée passée à côté de Périgueux chez une amie pour chercher des cèpes et ramasser quelques châtaignes.


Froid, très froid ce matin, et Fleur Cardinale qui continue ses vendanges, les préfermentations à froid seront naturelles, et pour nous aussi, car nous devons ramasser  notre parcelle de carmenère enfin mûre. Les jours de beau temps auront été parfaits.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:59

Invité par la banque CCSO à la soirée des entrepreneurs organisée  par le Medef Gironde au Stade Vélodrome de Bordeaux. Moi qui n’ai pas exactement le profil que j’imaginais pour ce genre de soirée quelque peu politique – même si je suis très intéressée pour l’économie, il se trouve que les personnes que j’ai rencontré, celles que je connaissais et celles dont j’ai fait la connaissance ce soir là m’ont fait passer un bon moment de convivialité et je n’ai pas vu le temps passer. La preuve, je suis rentré à la maison à 1 h 30 du matin !


Bien entendu, en ce moment , c'est la sortie du bilan, les encours passés et à venir. Je parle beaucoup des banquiers ces temps ci, et j’en parlerai encore, en bien et en mal – de  ceux qui comprennent nos besoins, mon entreprise et de ceux qui ont à régler chez eux le problème de la directive européenne de Bâle 3, ceux qui comprennent qu’on ne peut pas inventer des flux lorsqu’il s’agit de rembourser des investissements (vignes ou autres) sur 10 ans, et ceux qui sont obligés d’avoir ces flux pour être eux-mêmes dans les clous. Tout ça le jour où, à la tribune de Bordeaux, je n’ai entendu parler que des entreprises à aider, à considérer, écho à ce qu’à dit à Paris le Président François Hollande.

Paroles, paroles...et pour nous, toujours le même problème : comment financer à bas taux par des crédits sans remboursement du capital - style obligation à remboursement in fine - nos stocks et nos investissements peu productifs ?


Repas de qualité, avec les vins offerts par Castel : Ferrande 2011 dans les Graves, agréable, N°1 de  Dourthe rouge et blanc, Montlabert 2009 Saint Emilion et un Médoc dont j’ai oublié le nom.

Dans les choses apprises hier soir : - 30 % c’est le différentiel de marge entre les entreprises allemandes et françaises, et c’est pas rien !

Notre table, sympa, dès qu’il y a des landais l’ambiance est plus détendue, l’occasion de parler longtemps à François de la Giroday, homme à la carrière plus que bien remplie .

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 16:40

Mardi 23 octobre avec 2 banquiers sympas, rapide repas à l’Envers du Décor, un bon plat , un café et une bouteille de Haut Mazeris 2003, le temps de dire bonjour à beaucoup de monde ( restaurant plein de clients habitués et pas mal de touristes). Hier, la ville était, avec ce soleil d’été, envahie de visiteurs de toutes nationalités. Travailler et habiter à Saint Emilion est un vrai privilège, une vraie chance.

Ensuite, rendez vous avec mes comptables et Madame la contrôleuse du fisc pour  avoir les conclusions de son travail réalisé depuis quelques mois. C’est en fait un audit d’état du travail de KPMG et des commissaires aux comptes, et c’est avec satisfaction pour nous que le résultat de  ce contrôle réalisé d’ailleurs quasiment tous les 3  ans, n’a pas décelé de problèmes, hormis  pour une régularisation de la taxe professionnelle. Donc, après l’URSSAF qui a contrôlé cette année aussi, nos bilans et mon entreprise sont bien plus audités que celui de mes banquiers !

Après, une journaliste pour une conversation a bâtons rompus : visite des vignes de Fongaban, Fleur Cardinale, Romanile et Gracia, nos chais, discussion sur l’écologie, le secteur  viticole, le classement, la biodiversité, la vilaine guêpe et le pauvre beau faisan lâché dans nos vignes, errant comme une âme en peine,  tel un pauvre poulet nourri au maïs transgénique et perdu dans cette nature sauvage. Direction le château  Siaurac toujours aussi beau où Aline Goldsmith  prenait la relève pour notre charmante journaliste.

Et vite vite à Valandraud avec les Decoster pour un repas avec nos amis brésiliens distributeurs de nos vins de Bordeaux. Bon repas préparé par notre ami Serge et les 2008/2009/2010 de Fleur Cardinale. Quel vin ce 2009 ! et quel potentiel pour le 2010 !

A propos de Fleur Cardinale, au 3ème jour de leur vendange, le rythme ralenti car, quoiqu’en pensent les médisants, les jaloux, les raisins mûrissent encore avec ces quelques jours d’été indien.

 

Mercredi, belle réception, organisée pour le baptême des cloches du Château Angélus, du beau monde, des artisans, les employés du crus, des architectes, des médias, les représentants de la politique locale et bien entendu quelques courtiers et négociants invités par la famille de ce beau château actuellement en un ambitieux chantier.  Spectacle, mise en scène, repas, tout ça se voit déjà  dans les medias (TF1 etc….). Ah oui, il y avait aussi de bons vins, champagne, Angélus 2006 et surtout ce 2000, quel vin, quelle réussite dans ce millésime, texture, douceur des tannins, longueur, la grande classe.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 16:47

A la demande de Murielle et pour le plaisir de faire plaisir, j’ai ouvert hier à table pour accompagner une viande sur le grill et des pommes de terres aux cèpes, une bouteille de Pingus 2009  tout simplement remarquable.

J’ai ensuite goûté avec mes collaborateurs quelques échantillons des cuves 2012  de Saint Emilion et Margaux. Et bien ça a été bon pour le moral, le Pingus 2009  et ces lots dont certains sont déjà superbes, c’est bon et ça rend joyeux !

En effet, à part notre lot de cabernet sauvignon de Margaux et nos 2ème choix, tout le reste est déjà garanti très bon et, du coup, il nous tarde de goûter les lots qui vont constituer Badon et ensuite ceux de Valandraud.

Dans l’après midi j’ai eu le temps de passer voir le 1er jour des vendanges à Fleur Cardinale, les raisins ramassés sont aussi beaux que du caviar : noirs, mûrs avec très très peu de 2ème choix. Quel étonnant terroir !

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 15:38

Des banquiers, des Norvégiens, des Espagnoles, des Brésiliens, des banquiers – oui, je sais 2 fois les banquiers, mais quand on aime, one ne compte pas.


J’ai besoin de financer les investissements à faire : un bureau pour les services commerciaux et comptables à Saint Emilion, 2 magasins de vente de vins , un agrandissement de chai de vinification  à Prieuré Lescours, un entrepôt matériel et stockage à Saint Etienne de Lisse. Des financements nécessaires pour financer le fond de roulement et surtout ces foutus stocks. J’ai donc de quoi faire avec mes banquiers.

Les vendanges commencent à Fleur Cardinale, chez, il reste 2 petites parcelles de Cabernet Sauvignon et celle de Carmenère 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 18:46

On a vendangé hier matin les cabernets francs et sauvignons de Valandraud sur le plateau, car le climat tropical de ces 2 derniers jours nous y oblige. Les cabernets francs sont extra, les sauvignons, on verra ?

 

Jeudi, repas et dégustation avec 4 importateurs russes qui ont goûté une grosse partie de notre gamme, j’ai particulièrement  aimé la façon directe de parler commerce et il est vrai de tous nos vins se goûtaient bien. A table, Valandraud 1998, Thunevin Calvet Dentelles 2006  et Hugo 2005 se dégustaient  parfaitement avec le pot au feu et la soupe de pot au feu. Pour finir, gâteau basque de chez Lopez et le Maury 2004, puis Fine Bordeaux de Valandraud qui elle aussi, se boit très bien aujourd’hui.

Le soir, dégustation des lots de vin 2012  déjà fermentés et en cours de macération. Ça m’a rendu optimiste pour l’avenir du millésime.

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:13

A priori, dernier entretien – repas  avec Gilles Berdin qui écrit une série de livres intitulés « Autour d’une bouteille ». Hier, c’était 2 bouteilles : une Interdit de Badon Thunevin 2000  et l’autre un Château Sansonnet 2009 tout simplement remarquable, vive le millésime 2009 !


L'Interdit de Badon était meilleur le soir, preuve d’une capacité de vieillissement mais le paradoxe de ce vin, c’est d’être très classique bordelais quoique nous ayons fait pour le produire ! Vanité des vanités, tout est vanité – c’est hélas ce qui ressort de toute notre agitation !

Avec  lui, un tour à Valandraud où les merlots sont enfin ramassés. Nous finissons nos merlots pour Bad Boy  aujourd’hui, les cabernets sauvignons de Badon demain et la semaine prochaine, ce sera le tour des vieux Cabernet francs de Valandraud et les sauvignons s’ils sont mûrs.

Nous avons été voir la famille Decoster à Fleur Cardinale et, avec eux, nous avons fait un grand tour dans les vignes, qui sont très belles, feuillage couleur d’automne, raisins très sains. Ils commencent à vendanger la semaine prochaine et ils ont eu raison d’attendre.


Le soir, relecture de ce qu’a déjà écrit Gilles Berdin, et moi qui dit en préambule que je ne corrige jamais ce qui est écrit sur moi, je vais être obligé de corriger quelques conneries ou méchancetés dites par moi, car inutile d’en rajouter, aujourd’hui mes relations avec Bordeaux sont apaisées et c’est tant mieux.

Aujourd’hui, nous recevons des Russes dont l’intérêt pour les vins dits de garage est toujours très fort.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 14:55

Direction Paris Montparnasse en TGV depuis Libourne, un rapide aller-retour pour aller rencontrer Dominique Dhyser et Mario Dussurget au bar à vins/ restaurant L’Ecluse Carnot.


J’y étais invité pour parler de leur entreprise, de la mienne, du travail déjà effectué ensemble et des perspectives.

Les réunions de travail avec de bons vins et un bon repas, ça rend les échanges plus cordiaux car même si les relations d’affaires sont bien présentes, les relations de confiance s’installent. C’est souvent la même chose d’ailleurs en Chine.


Bon, les bars à vins L’Ecluse devraient être sponsorisés par le CIVB . En effet, alors que l’on sait dire ubi et orbi que les Bordeaux ne sont pas présents sur les tables parisiennes, ces établissements ne proposent que des Bordeaux, avec un choix de vin au verre facturé simplement au prix de la bouteille divisé par 7.5 pour un verre de 10 cl.

Sûr que les vins servis ce jour là pour nous étaient ceux que je connaissais bien : Virginie de Valandraud blanc, La Dominique 2007. Il y a sur la carte Château  Fleur Cardinale, Domaine des Sabines, Bellevue de Tayac, Bel Air Ouÿ, Compassant…

Merci pour nous et tous les Bordeaux offerts.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 16:52

Chacun  de nous a reçu à un moment ou un autre un signe, un message, une révélation sur le chemin à prendre, la route à suivre, les portes à ouvrir, etc…


La création de Valandraud tient à pas mal de ces rencontres, j’en ai déjà parlé et cela a été écrit. Bien sûr Jacques Luxey, créateur du Grand Jury, qui a été notre pygmalion,  père d’éducation dans le monde des grands vins. Les rencontres et dégustations de crus célèbres : Le Pin à Pomerol, Haut Marbuzet à Saint Estèphe et quelques autres, nous ont fait prendre conscience que même non classé 1855, des crus à l’histoire récente pouvaient faire de grandes choses.

Moi, à mon tour, j’ai passé de relais à d’autres, certains dans le mouvement garagiste, mais pas que cela. Il y a quelques jours, en étant  à Valandraud pour goûter des raisins d’une plante de merlot à ramasser rapidement, j’ai eu le plaisir de voir arriver Eric Prissette, créateur du célèbre Rol Valentin, qui a raconté à son ami et à moi comment une dégustation de grands vins de Saint Emilion, dont Valandraud, lui avait fait se poser les bonnes questions. Pourquoi Valandraud 1992 était il si bon ?  Création récente du cru, terroirs inconnus et propriétaires inexpérimentés.....  Voilà l’histoire  de toutes nos vies, des tilts, des chocs, et après on fait au mieux - on fait ce qu’on peut.

Aujourd’hui Rol Valentin a été vendu et malgré le fait qu’il ne soit pas classé pour des raisons sans doute de cohérence parcellaire, ce cru figure toujours parmi les meilleurs de Saint Emilion, et ça, c’est bien pour nous, leurs voisins, pour les propriétaires actuels et pour Eric qui peut être fier de ce qu’il avait créé.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 16:30

 

Pomerol  a été terminé  samedi 13, Compassant sera terminé aujourd’hui, ainsi que sans doute les cabernet sauvignons de Prieuré Lescours.

Demain mardi 16, enfin nous commencerons les merlots du plateau pour Valandraud, le reste des merlots et cabernets francs sera terminé en principe avant le 20 octobre.

Il nous restera à faire des cabernets sauvignons et des carmenères peut être ?


C’est pas  tout de vendanger des raisins, il faut aussi goûter et boire nos vins à table, et c’est ce que nous avons fait de samedi. Nous étions invités à Troplong Mondot où il y a un restaurant de qualité ouvert tous les jours sauf le mercredi. Le restaurant s’appelle les Belles Perdrix et il y a actuellement un menu de vendanges que vous consulter ici, et nous avons pu nous régaler avec :

Pressé de lapin charentais au sauternes et jeunes carottes fondantes, aloyau de bœuf limousin poêlé sauce béarnaise avec gâteau de pommes de terre et fondant de haricots verts, baba au rhum ( l’un des meilleurs que j’ai  mangé ) et comme boisson champagne, Mondot 2007, Troplong Mondot 2006 remarquable, Troplong Mondot 2004 et Sigalas Rabaud 2008.

 

Le soir, à table avec un bon, très bon repas en famille à Sansonnet, notre blanc de Valandraud et à l’aveugle, Château Canon 2008 et Angélus 2008 – très grand vin, suivi par Sansonnet 2008, 1ère année commercialisée par les propriétaires actuels qui, chaque année réalisent un vin meilleur que le précédent. Le 2012  pourrait surprendre car, avec quelques choix techniques, tris des raisins, petite cuve en bois de vinification et remise en état du vignoble, ce cru choisit d’être dans l’excellence.

Et goûté avec mes collaborateurs, Axelle 2010 puis à table. C’est dommage qu’il y en ait si peu.

Partager cet article
Repost0