Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

22 juillet 2022 5 22 /07 /juillet /2022 10:07
Si vous n’aimez pas ça, n’en dégoutez pas les autres.
C’est en découvrant les paroles d’une chanson de Maurice Chevalier de 1923 que je comprends aujourd’hui l’importance, toute relative j’en conviens, des avis des uns et des autres pour un vin qui peut séduire l’un et dégoûter l’autre !
L’époque est de plus en plus propice aux avis péremptoires et ce n’est pourtant pas si nouveau, si je me rappelle bien des avis et commentaires au début de l’histoire de Valandraud.
Bien sûr, avec le temps, on se rappelle des bons moments, des amis, des commentaires élogieux ou tout simplement encourageants, mais je n’oublie pas les horreurs dites sur le vin et ceux qui le faisaient : Murielle, moi et nos équipes.
Pour tromper l’attente, on pourrait également appliquer cette maxime au sujet du prochain classement des crus de Saint Emilion : si vous ne l’aimez pas, n’en dégoûtez pas les autres.
Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 10:39

Hier, matinée passée à travailler sur un nouveau projet (rendez-vous en septembre !) avec Rémi Dalmasso, Jean Philippe Fort et l’équipe de notre partenaire, alors que l’équipe du bureau s’enthousiasmait pour la mise en marché de Carruades de Lafite Rothschild 2021. Que dire si ce n’est que nous avons plus de demandes pour ce cru iconique que de volume disponible ! Et que cela doit être la même chose pour nos collègues, le succès appelant le succès. A nous de gérer le privilège qui nous est accordé.

Et déjà de nombreux critiques ont publié leurs commentaires sur le millésime 2021 et noté les quelques 120 marques proposées en primeur par la place de Bordeaux.

Et c’est le pourquoi de cette belle journée : tous les critiques sont pour l’instant très positifs sur ce millésime qui, s’il n’est pas le 20ème « millésime du siècle », est une bonne surprise qualitative à défaut de quantitative. Ce millésime est en chemin pour  être un sacré rapport qualité-prix, ce qui sous-entend une meilleure plus-value pour la filière (acheteurs et clients), et bien sûr pour la propriété, même si certains l’oublient.

Car il n’y a rien de mieux qu’une campagne réussie sur un millésime intermédiaire pour conforter le statut d’un cru revendiquant son appartenance à une famille de crus.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 09:38

1 / 3 crus contestent encore le fait de ne pas voir conservé leur statut de Crus Classés en 2012 pour diverses raisons.

2/ 2 Premiers Grands Crus Classés A (depuis 1955) n’ont pas voulu participer au classement 2022 et en ont donné la raison.

1 Premier Grand Cru Classé A (depuis 2012) a retiré sa participation et en a donné les raisons.

3/ Quelques rares crus, pourtant bien connus, n’ont pas eu envie de postuler par goût de discrétion, de tranquillité, de fiscalité ou toutes autres raisons.

4/ En fin d’année 2022, quelques crus feront des procès pour contester sans doute des décisions de la commission de classement qui ne leur auraient pas été favorables quelles qu’en soient les raisons.

5/ 80% des postulants accepteront avec plaisir et soulagement le nouveau classement et ceux qui seront un peu insatisfaits mais compétiteurs penseront déjà à 2032.

6/ Petit rappel historique : lors du premier classement en 1955, il était seulement prévu 2 catégories de crus classés : Grand A  = les premiers crus classés  (pas de  A ou B) et Grand B = les grands crus classés

Les classements suivants de 1969,1986, 1996 et 2006 ont créé une distinction parmi les 1er crus avec la création des catégories « A » et « B », laissant le statut des Crus Classés inchangé.

En 2012, et ce n’est qu’une hypothèse car je n’en suis pas sûr, le classement devait retrouver sa présentation d’origine en classant les premiers crus classés dans une seule catégorie qui aurait été complétée ensuite  du retour de la distinction des 4 « A ». Les autres premiers gardant le bénéfice du « 1ER Grand Cru Classé » sans « B ».

En 2022, retour des catégories A et B pour le statut de Premier Grand Cru Classé, pas de modification pour les Crus Classés.

Le formalisme du classement des crus de Saint Emilion est (et sera) de plus en plus précis, le désir de tous les organismes et personnes concernées étant de bien faire, de mettre en valeur et en lumière Saint Emilion, ne travaillant que pour l’intérêt collectif de l’appellation.

Partager cet article
Repost0
23 février 2022 3 23 /02 /février /2022 10:25

1/ Le classement de Saint Emilion 2022 : peut-on en parler quand on n’est pas juge mais partie ?

2/ Réflexions du matin… Je suis très étonné de ne pas lire d’article de fond, voire de livre comme celui écrit par Dewey Markham (« 1855, histoire d’un classement des vins de Bordeaux »). En effet, il serait intéressant de comprendre les tenants et les aboutissants des raisons ou raisonnements ayant conduit à la création de ce classement des vins de Saint Emilion en 1955, à son évolution jusqu’à ce jour et à la prochaine étape de 2022 qui est en train d’être revisitée.

3/ Réflexions de l’après-midi… J’entends, je lis et je comprends que beaucoup de mes amis, collègues, critiques trouvent qu’il y a beaucoup de prétendants et que ce classement de Saint Emilion va finir par ressembler à une armée mexicaine, c’est-à-dire, pour ceux qui ne savent pas ce que cela signifie, qu’il y aurait plus de généraux que de simples soldats !

4/ Actuellement, il y a 18 Premiers Grands Crus Classés (dont 4 « A » avec 3 démissionnaires pour 2022) et 64 grands crus classés sur une appellation qui compte environ 5400 hectares et 800 propriétés différentes !

5/ Pour 2022, il y aurait a priori près de 150 prétendants aux 3 catégories, et alors ?!

6/ Hypothèse : il est possible, et même souhaitable, que le classement 2022 désigne entre 4 et 6 Premiers Grands Crus Classés A, entre 20 et 22 Premiers Grands Crus Classés et 85 à 95 Grands Crus Classés.

7/ Quelques chiffres simples pour aider à la comparaison des surfaces :

Nos 4 premiers grands crus classés A de Saint Emilion : 130 hectares

Les 4 premiers crus classés 1855 du Médoc : 400 hectares

Les 33 grands crus de Bourgogne : environ 550 hectares

Vega Sicilia (Espagne) : 200 hectares

8/ Les prix de vente atteints par les uns et les autres les placent tous dans l’univers du luxe, la question étant où positionner le curseur du minimum requis ? Le maximum tutoyant les étoiles….

9/ Que ce soit clair : le règlement du classement 2022 est consultable en ligne par tout un chacun  et l’on peut constater que celui-ci est à 90% basé sur des critères de qualité des vins, de leur notoriété, de leur prix, de leur terroir et de leur dégustation, sans oublier que le principe d’émulation récompense le travail.

10/ La création régulière de crus iconiques célèbres, produits dans plus de de 10 pays viticoles et chèrement acquis par nos clients et amateurs fortunés, devrait nous motiver, nous inciter à accepter la promotion de crus de chez nous, avec le privilège d’avoir, pour nous y aider, le classement des crus de Saint Emilion.

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 14:45

Un petit tour outre-Manche, avec les commentaires et notations de Bordeaux 2018 par Jancis Robinson, et  les vins de nos amis ont été gâtés 😀 :

CHATEAU LA MARZELLE 2018 : 16.5/20

CHATEAU LA VIEILLE CURE 2018 :16.5/20

LYNSOLENCE 2018 : 16.5 +

CHATEAU SANSONNET  2018 : 16.5/20

CHATEAU FLEUR CARDINALE 2018 : 16.5+

CHATEAU CROIX CARDINALE 2018 : 16

CHATEAU SOUTARD CADET 2018 : 16 /20

Les Bordeaux 2018 poursuivent leur bonhomme de chemin !

Partager cet article
Repost0
24 février 2021 3 24 /02 /février /2021 16:14

Après 18 mois passés dans nos chais en cuves et surtout en bonnes barriques neuves, il est temps pour les 3ème vins d’être mis en bouteille par nous et notre équipement. Nous sommes, depuis longtemps totalement équipés pour ne pas avoir à demander à un prestataire de service quelle peut être sa disponibilité pour venir faire nos mises en bouteilles.  Cela nous laisse une liberté de choix seulement basée sur des critères de qualité : échantillons goûtés avec Rémi hier, un vrai régal, une gourmandise. Valandraud 2019 lui, continue son élevage en barriques.

Lors  des dégustations professionnelles des 2019 organisées par l’UGC ou par nos collègues négociants, les vins ont été notés plutôt favorablement par les journalistes et les critiques du monde entier. Ce sera bientôt le tour de nos clients de juger et commenter. Ce sera encore le cas pour le millésime 2020 car il est difficile à ce jour de programmer des évènements grand public dans nos chais.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 16:43

Virginie Thunevin a prêté son prénom pour nous permettre de baptiser le second vin du Château Valandraud en 1992- et  qui avait lors de sa création toutes les caractéristiques d’un véritable second vin : issu des terroirs achetés ou loués alors, produisant un vin élaboré à base des raisins des jeunes vignes, des lots écartés du 1er vin, des saignées et des presses, puis élevé  dans nos chais dans de très bonnes barriques neuves de la Maison Seguin Moreau, par la même équipe , et mis en bouteille par nous.

Ce second vin produit alors plaisait beaucoup grâce bien sûr à son nom, sa présentation luxueuse et paradoxalement son goût très éloigné de celui de château Valandraud, beaucoup plus puissant. Ce Virginie de Valandraud était très élégant, peu tannique, et j’en parlais à l’époque comme d’une interprétation bourguignonne d’un vrai Bordeaux. Le vin était devenu une icône, justement grâce à sa légèreté et son goût, dans ce pays toujours très fan de Valandraud : le Japon.

Les prix obtenus par mon entreprise et les négociants bordelais, et en boutique ( à l’époque plus de 100 F la bouteille) m’avait incité à transformer, à faire évoluer ce Virginie de Valandraud en un cru à la qualité digne d’un 1er vin, à l’instar des très célèbres Clos du Marquis ou Forts de Latour.

Donc, dès 1997 Virginie de Valandraud devient un vin puissant, avec une même capacité de vieillissement que celle revendiquée par les grands Bordeaux.

Cela signifie que, tout comme pour Château Valandraud, il s’agit pour nous de faire le meilleur vin possible ; et comme le vignoble n’a cessé de s’agrandir, les volumes produits issus de nos vignes en pleine propriété ou en fermage, permettent à ces Virginie d’être de plus en plus qualitatifs  et sont d’ailleurs récompensés  par de bonnes notes et commentaires de journaux, medias  et critiques, tels que Le Figaro ou plus récemment Neal Martin de Vinous au sujet du 2016 : «the second wine, Virginie de Valandraud, could challenge many of the more expensive Grand Crus of the appellation. », suite à des dégustations à l’aveugle réalisées à Londres en compagnie d’autres critiques et de professionnels du vin.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 10:10

Monsieur Jean Pierre Pernaut présentera son dernier journal télévisé sur TF1 ce 18  décembre 2020 à 13h, et c’est juste l’occasion de nous rappeler toute l’importance qu’a eu ce reportage sur Valandraud réalisé durant le semaine du 8  septembre 1997 par l’équipe bordelaise de Jean Yves Gros pour être ensuite diffusé au 13 h iconique de TF1 que Jean Pierre Pernaut a présenté pendant plus de 30 ans.

On a encore à la maison les 4 minutes de ce reportage diffusé sur une cassette VHS 😏 envoyée par l’équipe de tournage ! A peine cette diffusion terminée, le standard téléphonique a été saturé tellement le reportage était beau… Collègues, journalistes, inconnus, et bien sûr tout plein de demandes farfelues, mais en tout cas on s’en rappelle encore !

Ce reportage réalisé en 1 heure, en même temps que celui réalisé par M6  et une chaine suisse avait été déclenché par un article paru le 14  août 1997 dans le très puissant média qu’était à l’époque L’Express, article incroyable de 4 pages réalisé par M. Georges Dupuy.

Merci, merci encore 🙏de nous avoir tant  aidés, comme tant d’autres, qu’ils soient conseils, médias, critiques, journalistes, négociants et courtiers bordelais, importateurs, distributeurs, sommeliers et bien sûr nos clients, sans qui nous ne sommes rien !

Partager cet article
Repost0
4 juin 2020 4 04 /06 /juin /2020 14:42

Les journalistes publient leurs commentaires et notes des 2019 petit à petit, voici le résultat publié par Izak Litwar  pour nos vins :

Chateau Valandraud 2019 :  96-97

Valandraud blanc 2019 : 93-94

Virginie de Valandraud 2019 : 92

Virginie de Valandraud blanc : 92

Clos Badon-Thunevin 2019 : 92+

Clos du Beau Père  : 92

Domaine des Sabines 2019 : 90

Sans oublier les propriétés que je conseille :

Chateau Corbin 2019  : 96

Chateau Croix Cardinale 2019 : 90-91

Chateau Fleur Cardinale 2019 : 94+

Chateau La Marzelle 2019 : 91+

Chateau Moulin du Cadet 2019 :  93

Chateau Sansonnet  2019 : 91-92

Merci !

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 12:34

En 2014,   l'idée de faire un vin orange, ces vins blancs vinifiés comme des vins rouges, nous a naturellement été proposée par notre consultant Athanase Fakorellis, d'origine grecque ( ceci expliquant cela), idée que j'ai accepté avec un peu de réticence, n'étant pas un grand amateur de vin oxydatif, ni d'amertume.

La vinification et l'élevage des raisins blancs cépage Sémillon s'est fait de 2 manières : une en grappes de raisins entières et l'autre en graines éraflées. La durée d'élevage fût particulièrement longue, environ 3 ans me semble-t-il.

Ce Bad Boy vin orange millésime 2014 a été pratiquement vendu en intégralité au Japon et donc, nous avons en élevage de nouveau dans nos chais 4 barriques de Sémillon, millésime 2018 vinifié avec rafles.

 

Partager cet article
Repost0