Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 15:13

Nous y étions récemment invités à diner avec des amis. Il nous été servi avant de passer à table un Meursault Perrières 1er cru 2001  des Comtes Lafon et un Chassagne Montrachet Les Vergers 1er cru 2006 de Michel Niellon, et ensuite pour le travail à l’aveugle, 4  vins de Bordeaux du millésime 2009.


Le 1er vin  était bon, un peu fermé : Clos L’Eglise 2009 ( 98 RP)

Le 2ème vin, boisé, très présent, très concentré, à ne pas boire avec 15/20 ans : Gracia 2009 ( 98RP)

Le 3ème vin, plus accessible, un bon vin, moins concentré, plus classique : Haut Carles 2009 ( 92RP)

Le 4ème, et pour moi, le meilleur et l’un des grands vins de Bordeaux qu’il faut avoir en cave : caressant, mûr, suave, sexy, très fin, quelle texture … : Pontet Canet 2009 (100RP)


Et pour finir, Haut Carles 2011 dont je n’arrête pas de penser qu’il s’agit là d’un grand vin, pas pour les snobs, ni pour les lecteurs d’étiquette. Un de ces vins à servir à l’aveugle pour prouver qu’à Bordeaux il y a des grands vins et pas chers, en plus !

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 14:33

Merci Weinwisser , merci René Gabriel pour le gros coup de cœur accordé à Valandraud blanc 2011, un encouragement pour continuer et Murielle, citée par René Gabriel peut, comme moi, être contente des choix stylistiques voulus depuis le 1er millésime en 2003, déjà.


A l’Essentiel, hier soir, dégustation avec Rami et ses amis « traders » et « banquiers » de nos vins 2011 avec la présence en guest stars de Michel Puzio( Croix de Labrie) et de Michel Gracia (Gracia), mes amis « garagistes »-canal historique, qui ont  su bâtir en 15/20 ans 2  bien jolis marques. La preuve : leur succès dans leur campagne primeurs 2011, les notes, les commentaires étant récompensés par les ventes.

Le blanc de blanc Ruinart étant toujours aussi bon, la journée très belle, a été assombrie par l’accident de voiture  qui est arrivé à une de mes collaboratrices : la voiture en face roulant à gauche, le jeune conducteur sans doute en train de se servir de son téléphone portable.

On comprend l’interdiction et le danger de foutu téléphone au volant.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 16:50

Hier soir, avec un bon couscous mangé chez un ami amateur de vin, et servi pour 6  convives :

Ruinart Blanc de Blanc et Brut, suivi d’un rosé de Saint Tropez délicieux et à l’aveugle malgré la chaleur, un très jeune Trotanoy 1983.  A part Murielle qui avait dit 1982, nous étions tous entre 1995 et 2000, rive droite, mais rien de plus. Et pourtant, ce vin, on le connait plutôt bien

Partager cet article
Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 17:12

L’école Cordon Bleu de Paris était en visite chez moi à Valandraud à 14 h avec 22  élèves, le professeur Frank Ramage et son collaborateur pour la traduction.  Visite, présentation du vignoble, du chai, un peu de technique, un peu d’humour et dégustation de 2007 Bel Air Ouÿ, Virginie de Valandraud, Valandraud, Bad Boy,  2010 Virginie de Valandraud blanc et Valandraud blanc, et pour finir Bad Girl 2008.


Le matin, réunion pour travaux d’agrandissement à Prieuré Lescours avec l’architecte et à 11h 30, Michel Rolland « en  vrai » pour l’assemblage de Valandraud 2010. Quel talent ! le gourou, le sorcier, capable d’écarter un lot de 2010  que nous avions cru très bon et de nous sortir à l’arrivée à peu près le même volume : environ 14 000 bouteilles  d’un vin qui sera peut être meilleur que le 2009 !

A table, dégustation de 2007- 2008 et 2009 avec un repas simple fait par Murielle, les frites à se damner, la viande plus que bonne, le pata negra vraiment bien, comté et fraises et framboises

Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 16:06

Dégustation des 2011-2010-2009 du Club des 5 pour le négoce et le courtage de Bordeaux.

Avec Smith Haut Lafitte, rouge et blanc, Gazin, Branaire Ducru, Canon La Gaffelière et l’Oratoire, Aiguilhe, La Mondotte. Beaucoup de monde, les  vins 2011 se goûtaient mieux qu’il y a un mois, preuve que le millésime évolue bien avec l’élevage en barrique. Les 2010  et les 2009  étaient vraiment bons mais ça ce n’est pas un scoop. L’ambiance plutôt joyeuse, même  si la campagne primeur s’annonce difficile, rajoutée au contexte économique défavorable après la vente de 2 millésimes exceptionnels, tout contribue à une réelle prudence. De plus, tous les critiques n’ont pas rendu leurs copies, surtout le Wine Advocate qui devrait sortir le 26/27 avril.


Sur JancisRobinson.com, Julia Harding MW note et commente les Margaux 2011 ce 19  avril et Bellevue de Tayac, nouveau Cru Bourgeois, se trouve encore distingué par un 16.5, sachant que cela situe le cru après Palmer 18.5, Margaux 17.5, Alter Ego de Palmer et Issan 17 :

Ch Bellevue de Tayac 2011 Margaux    16.5 Drink 2016-2022
Smudgy dark cherry, black core. Spicy blackberry fruit and a touch of chocolate, floral too. Then lots of vanilla on the palate – tastes more right bank than left – though the tannins are velvety. Rich and generous. Nothing skinny here though there's plenty of freshness. A fruity, harmonious whole with none of the faults of the vintage. Sweet aftertaste. (JH) 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 15:28

Calme :  encore quelques journalistes et critiques, Ian D’Agata, Bernard Burtschy, Abi Duhr, Julia Harding (l’assistante de Jancis Robinson), Eric Riewer.

Repas le soir avec les artistes Michel Puzio et Michel Gracia et pour 6  personnes :

Asperges vinaigrette, omelette aux truffes, fromage et fraises. Blanc d’Ossian 2009 (Castilla y Leon) et Valandraud Blanc N°2 2007. Ensuite, à l’aveugle pour tous Gracia, Croix de Labrie et Valandraud 2008. 3 vins incroyablement différents, j’ai classé dans l’ordre Croix de Labrie, complet, sérieux, presque Pauillac et je pensais que c’était Valandraud… Zut ! Encore une fois à ne pas reconnaitre mon vin même chez moi.

En 2ème, j’ai classé Gracia tout en douceur, féminin, texture à la Conseillante, j’ai pensé Croix de Labrie….Re-zut ! En 3ème  Valandraud, j’ai  pensé Croix de Labrie tant le vin était doux, suave, sexy, dérangé néanmoins par une forte dose  de gaz carbonique (il aurait du être carafé). Une heure après, les vins étaient tous aussi bon, le millésime 2008 a paru une réussite énorme pour nos invités professionnels qui pensaient boire du 2009.

Après, pour faire plaisir à tout ce monde, et Murielle a trouvé en  30 secondes, Pingus 2009, le grand vin,  la classe, finesse, élégance, puissance et buvabilité incroyable. Bu si facilement que c’est un péché de gourmandise pour un vendredi saint.


Ce matin, encore une bonne nouvelle de Christophe : le Wine Spectator et James Molesworth a mis 90-93 pour Valandraud blanc 2011  et 88-91 pour Virginie de Valandraud  blanc 2011 qui font partie des grands blancs secs de Bordeaux, même s’il y a encore quelques réticences quant au style de nos blancs 


Ce weekend pascal, le temps maussade inspire la lecture et donc, j’ai lu avec plaisir et très rapidement le dernier livre de la série « autour d’une bouteille» consacré à Denis Dubourdieu, ouvrage écrit par Gilles Berdin et publié chez Elydis Edition.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 09:09

Beaucoup de monde, ça donne de l’énergie, c’est vrai aussi que les crus connus rares et chers sont très prisés, par exemple cela peut donner en statistiques 5  bouteilles vidées à la fin de la journée, soit 1  bouteille pour les moins célèbres, voire pour les vins ou le propriétaire lui-même n’est pas là !


Beaucoup d’américains, de russes, japonais, chinois, suisses, allemands, français et encore une très très bonne ambiance malgré un temps maussade. Encore des journalistes Tim Takin, Neal Martin…, les banquiers, tonneliers et autres collègues font partie des visiteurs et tant que cela ne gêne pas les acheteurs et journalistes, c’est bon.


Et le soir, repas avec une viande niveau 100 points.

Pata Negra et Valandraud blanc 2009, nos blancs sont un vrai succès. A l’aveugle, du lourd, du rare, du 100 points, du mythe, avec l’omelette aux truffes : Abreu Thorevilos 2002  Napa Valley, Californie, énorme puissance, quel vin ! Et Valandraud 2002 qui se goûte actuellement  très bien , et c’est James Suckling qui le dit, alors …

Après, avec l’aloyau et les pommes de terre sautées, l’un de mes vins préférés au monde, Sine Qua Non Against the Wall 1996 à base de grenache, un peu de syrah, quel vin, quel plaisir, olives noires, se boit sans fatigue, appelle le magnum. Comparé à Valandraud 1996 qui est actuellement un très très grand vin. Merci à Jean Marc Quarin de l’avoir pressenti il y a 15  ans déjà ! Ne pas oublier que 1996 est grand dans le Médoc, vive nos cabernets francs

Après, à la demande « générale » d’un de nos amis né cette année là, à l’aveugle encore, et tout le monde à trouvé la décennie, mais pour l’année c’était difficile d’imaginer  le 1968 de Biondisanti Brunello di Montalcino, vin encore très vivant, poivre blanc, intérêt historique plus que plaisir comme souvent les vins vieux.

Mon ami François Audouze dira que je n’y comprends rien, que je ne suis pas éduqué, et moi je lui dirai que je préfère les goûts de sa fille !

Pour se mettre en forme et pour finir une goutte d’Armagnac 1979  de la famille Fezas.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:13

Vendredi 16, un peu en avance pour son anniversaire, Andreas Larsson et son ami sont venus à la maison pour manger et boire. C’est simple, Andreas est meilleur sommelier du monde – ambassadeur de la…. cuisine de Murielle.

Nous étions 8 autour de la table, cuisine 100% Mumu : omelette aux truffes noires, gigot d’agneau et gratin dauphinois, et gros baba au rhum de Monsieur Lopez à Libourne.

Avant de passer à table, quelques 2011 pour se faire la bouche : Clos Badon Thunevin, Virginie de Valandraud, Valandraud, Fleur Cardinale, Secret de Cardinale, Croix Cardinale, Sansonnet et Valandraud Blanc.

Ensuite, avec le premier plat, Sansonnet 2010 et Fleur Cardinale 2009, c’est vrai, je ne me lasse pas de boire ces vins. Après, à l’aveugle, Clos Badon Thunevin 2009 et Smith Haut Lafitte 2009, Tertre Roteboeuf 2008 et Valandraud 2008.

Et pour faire honneur au Brésil et aux brésiliens passés à l’improviste goûter nos 2011 avec Andreas à l’apéritif : Cachaça Vale Verde.


Les vins  ouverts à l’aveugle méritaient tous le détour, chacun dans son style, avec son prix et sa réputation, que demander de plus ? Bordeaux est capable de faire des vins de ces qualités avec ces différences de goût et c’est encore, même pour moi, une source d’émerveillement.

Clos Badon a été ouvert car, juste avant le repas Jacques Berthomeau me téléphone pour me parler de Clos Badon et de l’article lu dans Terre de Vins où celui-ci était arrivé juste derrière Tertre Roteboeuf en millésime 2008 (Merci Bettane et Desseauve)

Sur Livets Goda, jolie revue suédoise N°52, un gros numéro sur Bordeaux, avec 2 pages d’ un portrait de Stéphane Derenoncourt , Michel Rolland et moi pris en photo avec Fifi. Et dans le top 10 de la rive droite (4 pages), un portrait de Valandraud et les commentaires de dégustation de tous les millésimes, de 1991 à 2009, plus nos Blancs et sont cités dans les 10 futurs stars de Saint Emilion Fleur Cardinale et Clos Badon et à Fronsac Haut Carles.

La Suède est, pour mon entreprise, l’un des meilleurs  pays si l’on pense qu’avec 9 millions d’habitants, il représente 2 % du chiffre d’affaires. Merci à notre agent qui fait un boulot remarquable et bien sûr à nos clients, amis et à Andreas !

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 17:09

A

Réunion à 9h 30 près de Bordeaux dans une propriété où je suis consultant auprès d’ avocats pour la compréhension de la gestion d’une propriété viticole et de la commercialisation du vin.


A midi, avec Peter Sisseck  présent par hasard à Saint Emilion, rendez vous au Domaine de l’A de Christine et Stéphane Derenoncourt pour visiter les vignes, le chai, goûter les millésimes 2011, 2010, 2009 en salle de dégustation et les autres millésimes à table. Avec des collègues négociants et un courtier.

Repas plus que sympa dans leur belle maison, cadre enchanteur et lieu plein de quiétude. Tout était plus que bon  et, peut être était ce un message subliminal, j’ai beaucoup apprécié les 2004, 2008  et 2002, et donc, je peux imaginer que le 2011 fera partie des réussites du millésime. Je me dois de rajouter que tous les vins étaient d’une jeunesse remarquable, aucun signe de vieillesse, preuve d’un terroir et de talent, mais ça, c’est déjà connu.

2011-0285.JPG

Partager cet article
Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:32

Hier soir, repas organisé au Château Sansonnet sous un bon prétexte : l’ami Denis Hervier venu avec un copain goûter les 2010  de la rive droite et sentir un peu les 2011.

Repas préparé avec talent par la trop discrète équipe du 91  cours Le Rouzic : Kinette et Michel Gautier.

Avant le repas, dégustation de nos vins en 2010, je ne peux que redire que Sansonnet 2010  sera un challenger difficile à battre. Ce vin n’a fait que progresser au cours de l’élevage et passer à côté de l’achat ou de la dégustation de Sansonnet 2010 serait idiot tant le vin est encore aujourd’hui la bonne affaire pour un amateur exigeant. Il fait partie des vins, comme sans doute Fleur Cardinale, qui seront encore meilleurs que leurs 2009 !

A l’apéro, Valandraud Blanc 2010  et à table Sansonnet 2009, Virginie de Valandraud 2009 suivi de Fleur Cardinale 2009  et Clos Badon 2009.  Difficile de croire les imbéciles qui disent que tous les vins se ressemblent, chaque vin est typique de son terroir, la force des argiles, la « minéralité » des calcaires, la douceur des sols siliceux, quels beaux vins.

Ensuite et en guest star sur le brie truffé, Valandraud 2009 que j’ai presque redécouvert. Il est vrai que Kinette avait pris le soin de décanter la bouteille.

Après,  à l’aveugle, 2 grands vins que l’on boit même ici rarement : Ausone 2007 où l’on comprend la comparaison avec Romanée  Conti et et les grands crus de Bourgogne, suivi de Lafleur 2006, Pomerol mythique, on a pu en avoir la confirmation. Quels beaux vins ! Quel beau métier !

chateau-sansonnet.jpg

Partager cet article
Repost0