Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 10:10

 René Gabriel n’est pas content du prix de Prieuré Lichine  2005, il le dit, il l’écrit. Il est le deuxième « gros » importateur, avec un américain, qui râle sur ces prix qu’ils ne comprennent pas, surtout par rapport au disponible existant des 2000 !

Cela me rappelle les refus sur les prix de Lascombes ou Pavie qui ont eu lieu lors du changement  radical opéré par les  nouveaux propriétaires en terme de qualité et de quantité.

Dans le cas de Prieuré Lichine, la propriété fait de gros efforts depuis quelques temps et la note Parker permet aux propriétaires d’en récolter enfin les fruits.

Il n’empêche qu’au même moment, l’augmentation de Duhart Milon, Lagrange et les autres n’a pas eu le même écho . Pourquoi ? Va savoir.

Sur Chateauonline, je me suis amusé à regarder les mains de tous des propriétaires qui parlent du millésime 2005… Instructif !

 

Est-ce que le 6.06.2006 sera la journée du diable ? On peut ne pas y croire, mais passer sous une échelle peut s’avérer dangereux, alors pourquoi tenter le diable  (et le pot de peinture) ? Moi, je suis un peu immunisé : je suis né un vendredi 13, jour de chance indiscutable pour moi.

Les vendanges 2006 d’ici 4 mois, et si ça continue on va pouvoir vendre en primeur du vin presque livrable… Telle est la nouvelle façon de faire les ventes à Bordeaux , moi y compris.

Aujourd’hui toutes les notes sont données, tous les clients sont prêts, mais voilà, il manque l’essentiel : le prix du voisin, sachant que s’il fait bien ou mal son affaire, cela pourra nous informer pour notre propre cas. Puéril ? Oui. Moi, je ne fais attendre qu’une fois tous les 5 ans, sinon, je préfère être un leader plutôt qu’un suiveur. Mais cette année, je préfère attendre jusqu’à la Saint Glin-Glin, plutôt que de faire une connerie comme en 1998 ou 2004.

Attendre, voilà le secret d’une vente réussie à Bordeaux, enfin, c’est ce que l’on croit…jusqu’à la preuve du contraire.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 09:01

Hier Mercredi, mise en marché par l’intermédiaire de 2 courtiers et dans la proportion de 80/20 des 115000 bouteilles du Château Clément Pichon 2005  Haut Médoc Cru Bourgeois Supérieur des Vignobles Fayat.

Aujourd’hui jeudi, la totalité de la récolte est vendue au négoce bordelais et le consommateur trouvera le produit entre 15 et 20 euros TTC en magasin en 2007 !

Les courtiers et le négoce sont en train de réaliser ces jours –ci la plus importante mise en marché de vins de tous les temps, car entre la multitude des offres, le volume et les prix, les statistiques vont encore fausser l’image de Bordeaux, avec d’un côté ceux qui marchent (les grandes marques et les vins bien notés par la critique avec l’hégémonie du Wine Advocate de Robert Parker) et les autres, qui représentent 90 % , et qui ont plus de mal à trouver preneur, et ce, à des prix rarement rémunérateurs.

C’est la première année que je vois des vignes arrachées pour cause de prime d’arrachage, conclusion malheureuse d ‘une crise plus grave  qu’il n’y paraît. Ces 2 mondes ici ont rarement été aussi éloignés, et personne n’en sortira indemne. Le temps que les marques de négoce à Bordeaux prennent le relais, la crise sera consommée.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 09:55

Bel article paru hier dans Sud Ouest à la gloire de chateauonline, qui a enregistré en vidéo les commentaires de 90 propriétaires ou responsables de grands châteaux de Bordeaux à propos du millésime 2005.

 

 

Pour illustrer cet article, 2 photos de moi, 1 avec Valandraud et 1 avec Clos Badon sur laquelle  j’ai l’air tellement réjouit que l’on voit bien que j’ai peut être  un peu abusé … bu un peu trop de ce bon vin, mon visage étant rouge alors que mon vin est presque noir (ou l’inverse ?!)

L’article parle des 140 vins déjà offerts et annonce la couleur (...de l’argent ,ou de l’or selon les crus, et peut être pour  certains  prix trop élevés du « jamais vu »)

Parlerons nous des échecs de mise en marché dans ce microcosme où tout se sait un jour ou l’autre ?

 http://www.sudouest.com/180506/une.asp?Article=180506a106047.xml

Cet après midi, départ pour Vinexpo Hong Kong, via Bordeaux et Münich pour moi, et via Toulouse et Münich pour Jean-Roger.

Un stand pris en commun à l’initiative de Rollan de By, avec La Couspaude, Reignac et Laussac. Semaine intensive en perspective avec mon premier salon Vinexpo et de nombreux repas-dégustations.

 

 

Encore à propos de notes, elles sont presque toutes parues sauf In Vino Veritas (Belgique) et RVF .

Et sortie ce matin de l’excellent Sénéjac à un prix angélique !

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 11:04

A 7 h 30 ce matin, un touriste en camping car me demande où se trouve la boulangerie pour acheter ses croissants pour son petit déjeuner, eh bien , il lui aura fallu attendre 8 h pour l’ouverture…Intra muros,notre village compte peut-être moins de 500 habitants, ceci expliquant cela (et nous recevons plus d’un million de touristes par an)

 

 

Hier soir, à l’apéro, Alain Vauthier  a amené une bouteille de Sanctus 2001 qui s’est bue facilement et avec plaisir à 4. C’est le style de vin que j’aime et que je définis comme « Bordeaux nouvelle vague ». Vive ces différences de style  qui font la richesse de Bordeaux.

Hier toujours,  campagne primeur un peu terne, mais ce matin, pour bien commencer, sortie de Veyry, de Christian Veyry, oenologue  qui travaille avec le Laboratoire Michel Rolland et qui est responsable entre autres  de Château de Carles. Christian a choisi cette année de distribuer une grosse partie de sa production par exclusivités  protégées pour 7/8 pays, laissant le reste libre.

 

 

Je vais essayer de vous expliquer ce que je comprends de nos méthodes de vente par la propriété de nos vins à Bordeaux.

 * 1ère possibilité : toute la récolte est vendue à un seul négociant (ou client, qui peut être un importateur ou la GD).

Avantage : 1 facture – 1 négociation.

Danger : être prisonnier d’un seul client, rapport de force plus direct

* 2ème possibilité : offrir toute la production aux courtiers qui proposent  à qui veut acheter sur la place de Bordeaux.

Avantage : seulement pour une marque à forte demande : liberté totale

Danger : désintérêt des acheteurs dans les millésimes « mous » : aucun contrôle

* 3ème possibilité : Mix  allant d’une distribution totale par pays avec des négociants ou des importateurs par pays à des distributions en partie protégées et en partie libre comme l’a choisi Christian Veyry cette année. Cela peut ressembler à notre système français rêvé : libéral et étatique.

Avantage : protection des distributeurs pour éviter la guerre des marges, fidélisation.

Danger : difficile de croie qu’un pays peut acheter la même quantité de vin chaque année. Que deviennent les quantités non vendues ?

Partager cet article
Repost0
17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 13:31

Les notes du 3ème grand critique américain Steve Tanzer sont sorties.

 

 

Bien apprécié des importateurs américains et de la plupart de ses collègues, Steve Tanzer prend le temps de goûter et regoûter les vins et ses notations sont habituellement du style Parker moins 3 points, donc quand vous verrez ses notes, vous pourrez vous rendre compte qu’il a vraiment aimé ce millésime à Bordeaux à cause de cette conjonction acidité, maturité, richesse, élégance. Il a goûté et noté entre autres un vin  dont nous allons essayer d’assurer la distribution en Espagne, en Suisse et au Luxembourg, je veux parler de Jean Faure de Mr Decelle, également propriétaire de Mas Amiel. En un an, il a eu le temps de tout remettre à niveau et de faire de cette propriété (ex cru classé de Saint Emilion), l’un des toutes meilleures à Saint Emilion (un peu comme Hervé et Griet Laviale l’ont fait eux aussi à Franc Mayne).

Jean Faure est voisin de La Dominique, le cru classé dont  j’ai charge depuis peu, grâce au chois fait par Mr Fayat propriétaire de ce superbe cru. C’est pour dire que je secteur  bouge, si l’on y rajoute Cheval Blanc, L’Evangile, La Conseillante et La Tour Figeac qui eux aussi font preuve d’un grand dynamisme qualitatif.

Le premier avantage de Jean Faure pour les clients, c’est que le prix n’est pas trop élevé et donne en fait l’une des bonnes affaires de ce grand millésime 2005.  L’autre avantage et qui pourrait passer pour un inconvénient aux yeux de acheteurs, c’est l’absence de notes de Parker…. Tanzer a mis 90-93, Decanter  et Jancis Robinson 16.5 ! A vous de prendre les paris pour la prochaine notation de ce cru, dès que tout le monde aura pris conscience de ce fait (je pourrai en dire tout autant pour La Dominique, qui rejoue dans la cour des grands cette année)

Tanzer toujours :

Valandraud  93-95

Ausone 95-98

Cheval Blanc 93-97

Troplong Mondot 93-96

L’Angelus 93-95

Eglise Clinet 92-95

Beauséjour Duffau 92-95

Pontet Canet 92-95

La Mondotte 92-95

Ducru Beaucaillou 92-94

Gracia 91-94

Fleur Morange 91-94

Pape Clément 90-93

Marojallia 90-93

Le Gay 90-93

La Conseillante 90-92

Fleur Cardinale 90-93

Croix de Labrie 90-93

Clos Saint Julien 90-92

Valandraud Kosher  90-92

Etc…

Partager cet article
Repost0
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 14:46

Bien sûr chaque château attend de voir ce que va faire son voisin et tirer les enseignements des réussites et des échecs pour définir sa propre stratégie, et éventuellement faire mieux.

Mais à ce rythme, nous allons y passer nos vacances d’été… et nos clients ne seront plus au bureau pour passer leurs ordres d’achat.

En fait, c’est une attitude qui énerve nos clients, qui pourtant, à notre place feraient sans doute pareil, allez savoir ?!

Hier après midi, j’ai rencontré pour la première fois Oz Clarke et son éditeur. Je lui ai demandé pourquoi il avait attendu autant de temps pour me rencontrer : en dehors de tout critère de travail, nous avons passé un moment délicieux, et le mot n’est pas de trop pour définir notre rencontre.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 14:56

En 1984, quand je suis arrivé à Saint Emilion et que j’ai acheté 150 000 F l’immeuble en face de la Cadène, rue du Tertre de la Tente, je n’aurai pas imaginé qu’à cet emplacement où j’avais installé un bric-à-brac la première année, je pourrai créer en 1985 un restaurant qui a été le premier à Saint Emilion à proposer le vin au verre comme dans presque tous les restaurants branchés aujourd’hui. En fait, j’avais compris que le client –touriste n’avait pas  les moyens ou l’envie d’acheter une bouteille 75 cl pour son repas. Le succès fut immédiat, grâce à la proximité du restaurant La Cadène qui était là bien avant moi et comme il était  répertorié au Michelin et faisait le plein tous les jours, il m’envoyait ses clients « en trop », car ses propriétaires Marion et Marfi nous avait pris en amitié. Et en plus des touristes, j’avais à l’époque la clientèle de toute une équipe de Libournais, composée de professions libérales, copains et amis qui faisaient que le restaurant Le Tertre était devenu le 1er bar à vin – restaurant du village.

 Mes 2 premiers clients étaient Pascal Fauvel et Philippe Méneret, bien connus ici. Comme le temps passe vite …

J’ai revendu le restaurant en 1987, d’autres activités étant venues m’occuper :  boutique de vins, etc… mais chaque fois que je passe dans ce Tertre, je me prends un petit coup de nostalgie…

(Dans la France de  1987, en principe on n’avait pas le droit de vendre un verre de vin dans un bar sans avoir une licence III ou IV, c’est pourquoi la plupart  installaient un restaurant - qui lui a le droit de servir du vin avec la nourriture pour le coût d’une licence moindre. La licence de restaurant était facile à obtenir à l’époque , par exemple pour un 2ème restaurant (Le Clocher), j’ai pu avoir une licenceIII dès l’année 1986, car la gendarmerie faisait  en ce temps là des contrôles réguliers – sur dénonciation d’un de mes voisins – et ne pas vendre de vin quand on a un bar, c’était plutôt navrant.)

Partager cet article
Repost0
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 10:56

Les vins qui marchent bien , qui sont très demandés :

Lucia, Quinault L’Enclos et Moulin Haut Laroque, ce qui n’empêche pas une demande forte sur Pontet Canet 2003 ou Yquem 2001.

 Et surtout, tous les jours des demandes d’offres sur Ausone 2005, qui n’est pas encore sorti (fin mai- début juin ?)

Partager cet article
Repost0
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 11:04

Petit retour sur la semaine de l’Union des Grands Crus qui est aussi l’occasion pour nous de recevoir producteurs amis et clients.

Voici les vins que nous avons bus lors de nos repas :

 

 

 

 

 

 

Dimanche 2  Avril - dîner

Puligny Montrachet  Clavoillon 1998 Domaine Leflaive

Château de Cleray Sauvion 2004

Puligny Montrachet 1ER Cru Clos De La Mouchère 1999 Jean Boillot Fils

Kapscandy 2004 & 2005

La Landonne 1999 Delas

Côte Rotie 2000 Jamet

Grange des Pères 1997

Trevallon 1990

Domaine du Gros Nore 2001 Alain Pascal

Château D’Arche 1999

Château D’Yquem 1997 (2 ½ bouteilles)

 

 

 

 

 

 

Lundi 3 Avril - déjeuner

Saint Aubin De Branne 2004

Puligny Montrachet 1998 Domaine Leflaive

Vega Sicilia Valbuena 2001

Vega Sicilia Alion 2002

Vega Sicilia Unico 1996

Vega Sicilia Pintia Toro 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 3 Avril – diner

Château Valandraud 1998

Harlan Estate 1999

Domaine Calvet Thunevin « Hugo » 2003

 

 

 

 

 

La Muntada Gauby 2001

Clos L’Eglise 2001

Y d’Yquem 2000

Mas Amiel 10 ans d’âge

 

 

 

 

 

 

Mardi 4 Avril – déjeuner

L’Interdit de Valandraud

Clos des Fées Vieilles Vignes 2000

Domaine Calvet Thunevin « Constance » 2002

Flor de Pingus 2003

 

 

 

 

 

 

Mardi 4 Avril – dîner

Corton-Charlemagne Grand Cru 1994 Leroy

Château Lynch Bages 2000

Puligny Montrachet 1ER Cru Clos De La Mouchère  1999 Boillot & Fils

Château Haut Mazeris 2003 Fronsac

Harlan Estate 1999

Domaine Calvet Thunevin « Hugo » 2001

Château Valandraud 2003

Château Ausone 1995

Axelle De Valandraud 2000 Magnum

Château D’Yquem 1997

Château Tirecul La Gravière Cuvée Madame 1997

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 5 Avril – dîner

Château Clinet 1988

Château le  Moulin 1997

Château Trotanoy 1988

Château  L’Eglise Clinet 1996

Château Rouget 1999

 

 

 

 

 

 

Jeudi 6 Avril – déjeuner

Gevrey Chambertin 1999 Dugat-Py

 

 

 

 

 

Bonne Mares 1995 Vogüe

Romanée Saint Vivant 1988  D.R.C.

Mazis-Chambertin 1994 D. Laurent

Volnay Santenots du Milieu 1996 Lafont

Romanée Saint Vivant  1996  Jadot

Le Pin 1999

 

 

 

 

 

 

Jeudi 6 Avril – dîner

Haut-Carles 2001

Château Fleur Cardinale 2001

Château Ducru Beaucaillou 2001

Château Pontet Canet 2001

Château Pape Clément 2001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 09:15

Voilà, je n’aurai jamais 100 points chez Parker.

Les notes tant attendues sont arrivées à la fin du repas offert par Bernard Magrez au Château Fombrauge à partir de 15 h 30, les USA ayant reçu leur exemplaire du Wine Advocate au courrier.

52 vins notés plus de 95 /100 dont 9 avec un maxi de 100, avec la chance pour mon négoce d’avoir la moitié des 52 parmi mes amis. Mon négoce se trouvera donc conforté cette année, même si je n’ai pas certains 1er GCC du Médoc, ce qui est vraiment dommage pour fidéliser mes clients.

D’ailleurs, durant l’Union des Grands Crus, vous avez pu goûter tous ces vins à Valandraud :

Marojallia 94-97

Gracia 94-96+

Valandraud 93-96

Pape Clément 96-100

Clos de Sarpe 94-96

Le Gay 94-96

Magrez-Fombrauge 94-96

Le Plus de la Fleur de Bouard 94-96

La Fleur de Bouard 90-92

Croix de Labrie 93-95

Cote de Baleau 90-92

La  Couspaude 90-92

La Dominique 89-91

Clos Puy Arnaud 90-92

Franc Maillet Jean Baptiste 87-88

Villhardy  90-93 

La Dauphine 87-88

 Rollan de By 88-90 

 Haut Condissas 89-91+

Rocher Bellevue Figeac 88-90

Angelots de Gracia 91-93

Clos Saint Julien 90-93

Clos Saint Martin 92-94

Lynsolence 92-94

Villa Mongiron 88-89

Compassant 87-88 

 Presidial Thunevin 86-87 

Cour d’Argent 87-89

Clos Chaumont 87-89

Clos Louie 89-91

Clément Pichon 85-86

Fleur Cardinale  91-94

Bellevue de Tayac 88-90

Haut Mazeris 89-91

Haut Carles 88-90

Grandes Murailles 90-93

Grands Chênes 90-92

Quinault l'Enclos 92-95

Senejac 90-92

Tour Seran 89-91

Valandraud kasher 90-93

Etc… (j’ai du en oublier)

Voilà. Je n’aurai jamais 100 points chez Parker. Si je ne l’ai pas eu en cette année bénie des dieux, c’est que je ne sais pas faire ou que Parker juge que mon vin ne le mérite pas, tout simplement.

Partager cet article
Repost0