Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 14:10

Je n’ai goûté que les vins de la Rive Gauche que je distribue (sauf les Sauternes) et tous les vins de la Rive Droite.

Beaucoup de bons vins d’après moi, une belle réussite homogène à Pomerol avec un coup de cœur particulier pour Gazin (que je ne distribue pas….encore !), Clinet très bon, et La Conseillante est encore l’une des réussites du millésime par son côté « rien de trop ».

Les vins du consultant Stéphane Derenoncourt, rive droite et rive gauche, étaient plein de fruits, bons à boire, digeste. Un Beauséjour Bécot superbe, Troplong Mondot encore au top.

Saint Emilion  moins régulier que Pomerol, quelques vins fluides, d’autres durs; j’espère que La Dominique plaira cette année encore comme en 2006  où mon arrivée dans ce cru avait été remarquée par mes collègues négociants.

Rive gauche, j’ai adoré Giscours et Le Tertre, Gruaud Larose et les Graves en blanc  et en rouge : Pape Clément bien sûr et la surprise d’un Fieuzal que je n’avais pas connu à ce niveau depuis Mr Dupuy (c’est dire le saut qualitatif).

Je n’avais pas de stylo et je cite tout est de mémoire. Certains très bons que je ne distribue pas ont sans doute été oubliés et j’ai du oublier  de citer 2 ou 3 crus qui m’ont semblé bons.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 16:56

Même si de temps en temps dans nos métiers autour du vin, il m’apparaît que des dérapages sont permis par les journalistes « morpions » :  je pense à la Revue du Vin de France et à cet article sur le millésime 2007 vu par un collègue étranger à Bordeaux, j’aurai bien aimé qu’ils soient là, tous, pour goûter les Talbot 2007, Connétable de Talabot 2007 , Caillou Blanc 2007 que j’ai eu le privilège de pouvoir goûter ainsi qu’une centaine de personnes concernées par ces vins, toutes ces personnes étant issues du négoce bordelais et des 4 bureaux de courtage concernés.

Bon, je ne vais pas être le laudateur de la rive gauche puisque , vous le savez tous, c’est sur la rive droite que se trouvent les plus belles réussites cette année (humour bordelais ;-))

Blague à part, quand le millésime 2007 donne à faire de vins tels que  ceux que j’ai goûté, je sais par expérience que nos clients vont aimer. Le seul problème ? Les prix. Mais cela ne concerne pas les vins de Talbot qui sont l’une des meilleurs « marques » de Bordeaux (cela veut dire que le prix « réfléchi » est toujours accepté par nos clients).

En effet, l’euro toujours aussi fort, et tous les autres paramètres sont à prendre en compte, surtout quand il s’agit d’un millésime de bonne qualité plutôt que d’un millésime à vocation spéculative comme le 2005 qui continue d’attiser les convoitises. Bon, ces questions ne trouveront leur réponses que d’ici quelques semaines.

Sur la route du retour à Saint Emilion, petite halte chez les amis du Château Sénéjac où le 2007 est là aussi une réussite. Et dégustation des derniers millésimes de ce cru qui fait partie du club Biturica comme vous le savez déjà. Egalement, dégustation du château Beau Soleil qui est entré dans la légende des Pomerol dans la dernière Revue du Vin de France.

 

La veille, j’étais à Paris avec Murielle , ou plutôt à Bagneux, pour enregistrer une émission télé pour la chaîne Demain TV : plus de  2 heures d’enregistrement en compagnie d’une belle assemblée d’autodidactes créateurs et chefs d’entreprise pour expliquer qu’en France tout est possible si on a l’énergie et le projet qu’il faut. L’émission sera  diffusée en boucle lors du lancement de cette chaîne sur la TNT Ile de France. J’y ai rencontré pas mal de monde et tous étaient attentifs aux autres, curieux de l’histoire du voisin. L’empathie du journaliste, plus la joie de vivre des invités a fait que le temps a passé trop vite, mais que de cartes de visites échangées, de promesses de se revoir et même déjà une aide généreuse pour aider mon entreprise à vendre du vin ( merci Stefano).

Stéphane Droulers avait  prévu un dîner  avec ses amis à 20 h et   nous a vu arriver à 22 h ! Même pas le temps de noter le nom de ce bon vin italien et juste le temps d’apprécier la cuisine de Paolo Petrini.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 11:32

Lors de la dégustation interne de l’Association des Grands Crus Classés de Saint Emilion organisée au Château La Tour Figeac, j’ai goûté quelques crus de moyenne qualité, quelques ratés - ou plus « langue de bois » conformes au millésime - voire intéressants,  et heureusement  il y avait aussi quelques crus classés qui ont  réalisé des prouesses dans ce millésime particulier, avec des vins issus de raisins mûrs, des vins gras, amples, complexes et pour tout dire de la qualité d’un bon millésime.

Je ne donne pas de noms pour le moment : début avril sera vite là pour pouvoir confirmer mes premières dégustations, à moi et mes collègues.

 

Presque tous les jours, je reçois une demande d’emploi ou de stage, avec un CV et quelques fois une lettre manuscrite m'expliquant pourquoi une telle demande, si c’est  par internet, il est clair que cela est moins personnalisé. Il n’empêche, je prends rarement plus de 30 secondes pour lire et faire répondre par la négative sauf 1 ou 2 fois par an.

Pourquoi une demande accroche-t-elle mon intérêt ? Je ne sais pas trop.

Ce qu’il y a de sûr, c’est que j’ai plein d’amis qui cherchent des employés, par exemple actuellement : un maître de chai, un ouvrier, 2 tractoristes, un doué en informatique…

A l’inverse, j’ai aussi à la disposition d’un  cru qui serait à la recherche  d'un grand et bon professionnel  capable de gérer, de faire le « patron », 3 personnes que je connais bien et qui sont disponibles et  vraiment compétents.

Ainsi va la vie, c’est l’info qui reste le moteur de l’adéquation entre l’offre et la demande.

Partager cet article
Repost0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 11:32

Jeudi départ pour Londres avec John pour participer à l’événement Decanter au Landmark Hotel et visites de clients et prospects. Retour Dimanche.

Hier dégustation durant 1 heure d’échantillons des meilleures cuves 2007 dans le but d’établir le profil des 1ers vins 2007 : Valandraud, Clos Badon Thunevin et Virginie de Valandraud.

Il y aura probablement moins de Valandraud, mais les lots peuvent évoluer d’ici la mise en marché. Nos meilleurs lots venant juste de terminer leur malolactique et d’être soutirés. Le boisé n’a jamais été aussi peu perceptible, preuve de l’amélioration des livraisons de nos tonneliers et de l’adaptation au profil aromatique actuel recherché par nos clients.

D’après Jean–Roger Calvet,  Vinisud est un succès.

Partager cet article
Repost0
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 14:54

Le 13 février, dégustation des 2006 et 2007 organisé par le club Biturica à l’attention des tous les bureaux de courtage concernés par la vente au négoce bordelais.

Le château Clément Pichon qui est près, très près de Bordeaux, à Parempuyre  avec de belles salles nous permet de pouvoir facilement organiser de tels évènements.

Bien sûr, ces 2007  sont bons, les prix plus que corrects. Robert Parker lui même a dit du bien de ce club, alors ?

Alors les 2007 de Bordeaux, mis à la vente en primeurs, donc à vocation spéculative.. et là, c’est pas gagné d’avance !

Alors,  est ce que ces 2007 trouveront preneur en primeurs ? Je ne suis pas devin, mais si le prix et les modalités de règlement  sont adaptés, je dirai pourquoi pas . Bien sûr, je me dois d’être optimiste, mais le fait est qu’ici, à Bordeaux, les stocks de bons vins sont plutôt bas, à la propriété comme dans les chais de négoce.

Réponse dans 3 ou 4 mois !

Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 15:29

Tous les ans, j’avais l’habitude de recevoir chez moi, au garage de Valandraud ( rue Vergnaud, en pleine ville de Saint Emilion), plein de propriétaires d’un peu partout pour faire goûter le dernier millésime,  en profitant du formidable travail de relations publiques créé par l’Union des Grands Crus .

 

Cette année, du lundi 31 mars au jeudi 3 avril inclus, cette dégustation sera organisée au Château La Dominique à Saint Emilion, propriété des Vignobles Clément Fayat (qui est très célèbre ici de par son succès dans les multiples entreprises qu’il possède).

 

Cela nous donnera l’occasion de faire connaître au plus grand nombre le Château La Dominique, voisin du Château Cheval Blanc, de Château La Conseillante et Château L’Evangile.

Il y aura en plus des vins des Vignobles Fayat (vendus sur la place de Bordeaux), comme à l'habitude, nos vins et ceux où je suis impliqué soit par des accords techniques, soit par des accords commerciaux, ou de distribution exclusive par pays ou secteurs, etc… Ce qui explique que quelques uns des crus présents les années précédentes ne fassent plus partie de la palette des vins présentés cette année.

Il y aura comme d’habitude, une espèce de buffet campagnard  pour nous et ceux qui seront à La Dominique aux alentours de midi.

La liste complète des crus sera publiée  ultérieurement, mais vous pouvez déjà annoncer votre passage et envoyer vos demandes de rendez vous personnalisés auprès de chacun de mes collaborateurs ou moi-même pour les Vignobles Fayat et les relations avec la place de Bordeaux.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 10:04

Visite d’une partie du vignoble de Saint Emilion avec Alain Brumont (Montus Madiran, etc..) et c’est avec plaisir que je l’ai vu s’émerveiller devant nos beaux terroirs et surtout le travail accompli dans les vignes par les hommes et les femmes dans ce millésime dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’aura pas été facile. J’aime à montrer les vignes de Michel Sauru qui adhère à la cave coopérative (Union des producteurs) et qui a des vignes si bien tenues que bien des grands crus connus pourraient s’en inspirer – mais ils sont plus enclins à jouer du violon qu’à s’adapter à l’exigence des clients et de la concurrence.

 Donc vive Saint Emilion qui ressemble de plus en plus a un jardin et qui passera sans aucun doute ni difficulté la concurrence mondiale. Alain et Laurence se sont, je crois, régalés à sillonner tout le coin à vélo (40 km) : Pomerol, Lussac, Montagne, Saint Georges, Puisseguin, Castillon et Saint Emilion.

Le soir, ils ont eu la surprise d’être invités avec nous par notre bouchonnier au repas et à la vente aux enchères de vins au profit de l’orphelinat « Le Nid » de  Meknès au Maroc. Le fil conducteur entre Saint Emilion et cet orphelinat était Abdou et Mario Marfi qui, dans leur restaurant historique de La Cadène savent si bien nous recevoir comme des amis autour entre autre d’une table d’hôte qui fonctionne bien.

156 personnes réunies pour une bonne cause et pour passer un bon moment autour de bonnes bouteilles dans la salle mise à notre disposition au château La Couspaude de la famille Aubert.

Une cinquantaine de lots ont été acquis à des prix très hauts (générosité oblige) par la salle, un des commerçants présent ayant à lui seul dépassé les 5000 euros !

En tout, près de 40 000 euros ont été collectés en une seule soirée, quelques enfants sauront au Maroc que le vin de Saint Emilion est capable d’offrir du bonheur. Soirée très amicale, l’occasion de voir des amis perdus de vue (François Dumas), d’approcher des icônes (Laberdolive en Armagnac) et de voir qu’à Saint Emilion, grands crus, petits crus, crus classés et garages peuvent s’unir pour faire le bien.

Couchés tard, c’est avec plaisir que nous avons pu aller dimanche matin au marché de Libourne où les premiers cèpes étaient proposés (environ 20 euro) et cela peut aider à relativiser les effets d’un été maussade….

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 10:17

Hervé, je n'ai pas résisté à faire partager l'enthousiasme que tu affiches sur ton blog  dans ton billet d'aujourd'hui . 

Extrait :

..."Je voulais donc vous révéler, vous crier puisque le silence est presque total autour de ce vin, que pour moi, cette année, l’un des plus beaux et des plus grands vins du millésime, est un Fronsac. Un simple Fronsac, certes, mais ceux qui diront cela ne savent pas que Fronsac est un des plus grands terroirs de Bordeaux, sans doute le plus méprisé, le plus oublié, le plus négligé. C'est nul, mais c'est comme ça. Oh, je sais, ce billet aura moins d’impact que s’il était écrit dans le Figaro Magazine ou la RVF, mais ce n’est pas parce qu’on prie dans le désert qu’il ne faut pas prier. On ne sait jamais, après tout.

Haut-Carles, pour ne pas le citer, est cette année un vin époustouflant, symbole vivant de tout ce que peut-être un grand vin de Bordeaux quand tout va bien et qu’il y a derrière un vin un passionné, une équipe brillante et des moyens pratiquement sans limite. Certes, on pourra le trouver cher, une vingtaine d’euro en primeur (je rigole, je rigole, vu les moyens mis en œuvre, je ne suis pas sûr que ce vin ne soit pas vendu à perte…), mais pour moi, c’est le vin que dans deux ans, je « dégainerai » avec une petite lueur dans l’œil, lorsque mes amis sortiront leurs étiquettes rutilantes. Bang, bang, les déceptions vont être rudes ;-))

Ce vin est un monstre  de puissance, de finesse, d’élégance, de profondeur, de complexité et, si vous n’en achetez qu’un cette année, faites moi un brin confiance, c’est celui là. Oh, il se peut un jour ou l’autre qu’il arrive dans le peloton de tête d’un grand jury européen. Ou que Bob, pour peu que le vin lui soit présenté, tombe en arrêt devant lui, car c’est tout ce qu’il aime. Mais, qu'il soit un jour ou non reconnu à sa juste valeur, qu'il y ait ou non plus-value (on s'en fout, non ?), je vous assure, ce vin vous enchantera, vous surprendra, vous étonnera, vous bluffera pendant des années et des années.

Voilà, je l’ai dit. A vous de voir."  Hervé Bizeul

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 15:31

En attendant mon rendez vous au bar du CIVB lundi , j’ai eu le temps de dialoguer avec quelques responsables de la communication.

Une des actions fortes du CIVB est axée sur la formation, m’apprend Mr Troquard : un nombre impressionnant de touristes (j’ai cru entendre 30 000 ? !) fait un stage de 2 heures au CIVB pour découvrir le Bordeaux. L’office du tourisme de Bordeaux juste en face, un lieu plutôt sympa , et le côté pas « prise de tête » expliquent sans doute ce succès. Mais c’est toujours pareil, qui de la poule ou de l’œuf est arrivé le premier ?

Egalement, déclinaison dans le monde entier d’Ecoles du Vin de Bordeaux. Cela doit intéresser tout distributeur d’avoir pas loin un tel centre d’intérêt pour le vin de Bordeaux.

Encore mieux : mise ne place de formations pour  les responsable vin de la GD ( et pourquoi pas faire quelque chose pour les cavistes ?)

Je suis reparti convaincu de la bonne direction prise pour communiquer sur « les » Bordeaux, si différents, si complexes par leur histoire ancienne et actuelle, traditionnelle et avant-gardiste.

A Bordeaux, c’est encore en train de bouger : un film va être tourné dans une vingtaine de propriétés.

 

Jean Marc Quarin (www.quarin.com), dans sa chronique N°43 parle de quelques grands vins du millésime 1998, et fait le commentaire suivant : Pomerol domine le millésime et les1998 sont souvent supérieurs au 2000 et égaux  des 2001. Je suis d’accord, avec des exceptions sans doute, mais hélas, je bois moins de Pomerols qu’avant. Denis, si tu me lis…

En tout cas, ce millésime offre beaucoup de plaisir aujourd’hui, à Pomerol et à Saint Emilion aussi.

Nous avons offert à nos client le Blanc de Valandraud N°2 qui sera parfait à boire pour la fin d’année.

La campagne primeur touche à sa fin, le chiffre d’affaire et le nombre de bouteilles vendues sont fortement réduits pas rapport à 2005, qui, il est vrai, était exceptionnel. Nous retombons sur les bases de 2001. L’activité des vins livrables sera supérieure de 30 % à l’année dernière qui était une petite année. Nous repasserons la barre des 10 millions d’euros et sans doute plus d’un million de bouteilles livrées !

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 09:31

Week end à Maury pour faire le tour des vignes, plutôt belles malgré l’année difficile.

Nous avons mangé dans le tout nouveau restaurant de qualité où les vins de Maury sont à l’honneur (on a tout simplement bu un bon Clos del Rey 2004, servi à la bonne température dans ces nouveaux verres à la mode que je n’aime pas, mais ils sont solides…)

Visite à Claudine et Hervé Bizeul à Vingrau pour faire la bise aux enfants, goûter les derniers vins produits dont un remarquable Clos des fées blanc, et visiter le domaine de la Chique où plein d’oliviers plantés en terrasse sont repris en main. Grande propriété ( de 150 hectares ?) avec une vue magnifique sur l’étang de Salse. 20 hectares de vignes en plus et des milliers de cigales pour dire l’ambiance.

Une repas de plus chez Geneviève et Jean Pla avec la table d’hôte qui permet des rencontres, et voilà c’est lundi avec l’arrivée d’un nouveau collaborateur pour s’occuper du trading. De mon côté, déjeuner de midi chez Greg  avec 4 journalistes américains pour parler « Bordeaux nouveau style ».

Partager cet article
Repost0