Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 15:12

 

Nous avons bien vendu Haut Marbuzet 2007 et acheté beaucoup de Château La Pointe 2007 (Pomerol) qui sera une des belles valeurs de Pomerol dans les 3  ans, si les investissements et le choix du consultant célèbre sont confirmés.

Une autre valeur sûre : Château Lafon Rochet à Saint Estèphe .

Le Médoc s’ouvre à nous petit à petit. Les amis des amis aident à cela, le dynamisme de notre entreprise de négoce s’en trouve renforcé . Bien sûr ce n’est pas demain qu’en plus  du Château Mouton Rothschild, j’aurai d’ autres 1ers crus de la Rive Gauche.... mais bon, ça ne m’empêche pas d’en acheter et d’en revendre dans le circuit.

Et puis quand même, j’ai de belles valeurs ici Rive Droite et aussi le célèbre Pingus !

 

Les notes 2007 de Jacques Dupont ont été publiées dans Le Point et nous sommes gâtés : coup de cœur pour Clos Badon  et meilleure note des Saint Emilion Grand Cru pour Valandraud !

Partager cet article
Repost0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 16:13

Je ne sais quoi dire !

Déjà, pour un millésime normal, il est dur de prévoir l’avenir, alors pour ces 2007 : brouillard intense, fumée épaisse, difficultés certaines.

Néanmoins, plus de 20 crus ont  été proposés aujourd’hui. Le rythme est important, les affaires sont plus calmes.

De belles marques appartenant à des propriétaires sérieux sont proposées à des prix  qui le sont moins, si j’en juge par les réactions de nos clients.


Y a-t-il une once de satisfaction pour le négoce et ses clients ? Le courtier et son rôle de conseil existe-t-il encore ? La propriété est-elle sourde, aveugle, ou a-t-elle une fois de plus raison envers et contre tous ?

Nous le saurons bientôt (peut-être !)

Partager cet article
Repost0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 11:19

Voilà. Les notes de Parker sont diffusées partout dans le monde pour les Bordeaux 2007  et 2005. En tout cas, pour les vins que Parker a goûté et ceux qu’il a bien voulu noter.

En effet, tous les vins goûtés par Parker (ou par les journalistes en général) , ne sont pas tous notés ni commentés. Certains à cause d’un oubli, d’autres en attente d’une confirmation et d’autres enfin parce qu'ils ne représentent pas d’intérêt pour le critique ou ses clients, voire trop mauvais ou simplement pas présentés.

Je suis un peu déçu pour le millésime 2005. J’aurai pensé que Parker  donnerait un peu plus de « 100 points » pour ce millésime d’anthologie : seulement 2 crus ont eu cette note ! (mais 70 vins ont une note supérieure à 95)

Bon, en tout cas tout le monde ici est bien loin du record de Guigual qui accumule 19 fois 100 points, ou de Chapoutier 13 fois. On est des petits joueurs à Bordeaux ….enfin à part Petrus (7 fois quand même ) 

 

A part ça, je pense que l’on peut être globalement heureux des notes des 2007 qui n’ont pas été notés par rapport au cours du dollar. Parker n’a pas noté comme Suckling, lui !

Pour les 2005, la confirmation pour beaucoup de bons vins pas trop chers, tant mieux.

 

Je suis déçu, pour mes clients primeurs, des notes de La Dominique 2007, Haut Carles 2007 et 2005. Je suis content pour Fleur Cardinale 2007 et 2005, Haut Mazeris 2007 et 2005, Marojallia 2007 et 2005 et surtout je suis content pour les garagistes -  même ceux qui n’acceptent ce terme  que quand ça les arrange ou que Parker les note (en bien).

Les notes du 2005  feront bouger des caisses, pour ce qui est du 2007 j’attends pour voir, mais je ne suis pas trop sûr que, pour le coup, la force de la marque et son prix ne soient de vraies valeurs pour réaliser la vente, même si Parker donne là aussi le ton (pour la fixation du prix ou la fluidité de la marque)

On a  déjà vendu quelques caisses de Sauternes et des vins de Despagne (Mont Perat, etc…)

Petite réflexion : grosse différence entre Neal Martin et Robert Parker sur beaucoup de vins.
 Egalement sur le forum du site de Parker, les notes du 2005 sont commentées plus de 1000 fois  et vues déjà plus de 63 000 fois !

Si l’on ajoute tous les sites sur le vin, les blogs et la profession,  Parker fait pour sûr de l’audience.

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 14:46

Voici l’historique des dates de sortie en primeur de Château Valandraud ainsi que le nombre de bouteilles produites, et les prix de sortie pour le négoce bordelais.

   

 

Prix de sortie

          Quantité produite

Date de mise en marché

1991

         13,72 €

1 500

 bouteilles

le 05.08.1992

1992

         19,81 €

4 500

 bouteilles

le 16.07.1993

1993

         24,39 €

4 500

 bouteilles

le 02.05.1994

1994

         27,44 €

9 600

 bouteilles

le 16.05.1995

1995

         36,58 €

12 000

 bouteilles

le 20.03.1996

1996

         73,17 €

7 200

 bouteilles

le 03.03.1997

1997

         91,46 €

4 800

 bouteilles

le 06.04.1998

1998

         73,17 €

12 000

 bouteilles

le 20.01.1999

1999

       121,95 €

15 000

 bouteilles

le 13.06.2000

2000

       125,00 €

15 000

 bouteilles

le 09.04.2001

2001

       100,00 €

12 000

 bouteilles

le 22.05.2002

2002

         85,00 €

12 000

 bouteilles

le 07.05.2003

2003

       140,00 €

12 600

 bouteilles

le 13.06.2004

2004

         75,00 €

20 000

 bouteilles

le 01.04.2005

2005

       165,00 €

15 000

 bouteilles

le 21.06.2006



1/  information importante : les dates de mise en marché étaient souvent bien avant la parution  des notes de Parker ou de la Revue du Vin de France, et même régulièrement avant la sortie des 1ers crus bordelais.

Je ne suis pas particulièrement un suiveur, même si en prenant de l’âge et de l’expérience, je suis plus « prudent ».

 

2/ information utile : les volumes, qui sont volontairement réduits pour essayer de faire concorder le  maximum de qualité et de quantité.

 

3/ les prix de sortie étaient souvent supérieurs aux 1ers crus 1855 jusqu’au millésime 2003 inclus. Depuis, sans grosse note de Parker, un vrai décrochage pour le prix de sortie et surtout de marché.

 

4/ spéculation importante dès le millésime 1992 jusqu’au 1998, et depuis plus aucune spéculation. Cela est essentiellement du à l’absence de grosse note de Parker et au fait que Valandraud n’est pas acheté par les fonds spéculatifs.

 

5/ est-ce un mal, cette évolution pour le 1er vin  dit « de garage » ? Car bien sûr, si je dois une partie de le notoriété de Valandraud à la qualité du vin, la majeure partie vient  surtout de la spéculation importante des débuts qui a valu à Valandraud de valoir un moment plus cher que Petrus, Le Pin, la Romanée Conti et bien sûr  tous les 1ers crus.

 

6 / aujourd’hui plus personne n’achète Valandraud pour la spéculation, cela oblige ce vin à être vraiment distribué par les négociants bordelais, qui représentent 70 % des clients de ce vin, et peut être à enfin être bu, et là ça se passe souvent pas trop mal.

 

7 / Est ce que cela peut changer ? A priori non, les marques doivent être de plus en plus fortes et il n’ y a pas de place pour tout le monde dans le créneau de l’ultra luxe. Mes collègues sont devenus très performants et la sélection aujourd’hui réalisée dans les premiers crus fait qu’il y a une production de 1er vin souvent réduite de moitié par rapport aux années 90 et donc cela accentue la pression sur le rapport offre/demande.

 

8/ Le miracle de notre histoire peut-il se renouveler ? pour nous ou un autre cru ? oui, sans aucun doute. Il n’y a jamais de position acquise, n’en déplaise aux conservateurs.

La nature a horreur du vide, et c’est bien ainsi.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 15:20

J’aime bien lire le blog du Château du Champs des Treilles, blog écrit par Corinne Comme qui, avec son mari Jean Michel, exploite une propriété en bio-dynamie non loin d’ici.

 

Les notes de Parker arrivent avant la fin de la semaine et les 2007 pourront enfin être mis en marché en toute connaissance de cause. Les gelées printanières n’étant a priori plus à craindre, il restera la toute puissance des clients pour fixer les règles du jeu  ( et oui, j’avais oublié de vous dire que nous faisions un métier de mouton…Beee beee)

En attendant, un  premier point fait sur la vente de Bad Boy 2005 fait ressortir qu’il va sans doute nous manquer du vin : les USA et le Japon sont définitivement nos plus gros clients.

 

Moins de 30 vins sont sortis en primeurs depuis le 22 janvier et toujours pas de signe intéressant, ni de la part des vendeurs, ni des acheteurs.

Enfin quoi, les notes de Wine Spectator sont sorties, celles de Jancis, de la RVF, de Bettane et Desseauve, Quarin, Grand Jury Européen, Decanter, Tom Canavan, etc.

C’est vrai que Vinexpo Hong Kong n’est pas passé ! Concernant Valandraud, personne ou très peu se rendent compte d’une évolution de style depuis le 2005, vers plus de douceur et plus de maturité pour retrouver ce qui avait fait le succès de Valandraud en 1995 ou 1998 voire même 1992 !

Ainsi va la vie du dégustateur qui juge souvent par rapport  à la force de la marque  et à l’idée qu’il s’en fait. Je ne vais pas me plaindre sauf, et encore, quand la notation me paraît injuste ou par trop guidée par des impératifs de régie publicitaire. 

Et même, si je ne suis pas heureux des notes reçues, après tout cela ne regarde pas que moi, mais aussi  la crédibilité de celui qui la donne. J’ai longtemps pensé que producteurs et dégustateurs étaient dans la même galère, trop d’erreurs et hop, des meilleurs prennent notre place.

Je survis à cette pression régulière sans trop déprimer, en est-il de même pour les critiques ?

 

Rieussec est sorti ce matin  en hausse (prix et volume) et je ne suis pas allocataire en 1ere tranche  - A bas les privilèges ! (non, je rigole, bien sûr !)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 14:17

Michel Barnier, ministre de l’Agriculture va proposer un plan de modernisation de la viticulture française, avec au 1er niveau, enfin ce vin de pays de France tant attendu ?

Réponse fin mai .


Cette année, les notes  données par les critiques et journalistes me paraissent plus erratiques que jamais, hormis bien sûr les 30 grandes marques qui sont régulièrement plutôt bien notées. Le millésime peut être noté comme un bon millésime par la RVF – Bettane Desseauve- Jancis et moins bien noté par Quarin – Wine Spectator – Neal Martin.

Aussi, Jacques Perrin a noté les 2007  et se fait allumer sur le système de notation, absolu, relatif, etc…


Ce week-end, nous avons bu beaucoup de vins dont une série  de 2005 du Domaine Prieur Echezeaux/Chambertin.

Quelques Syrah dont Qupe 1996 (Bien Nacido Hillside Estate – USA) correct

Dead Arm 1996  Shiraz  (Mac Larenvale – Australie) décevant.

Et Pape Clément rouge 1990  bon

Partager cet article
Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 13:27

Franck me parle d’énergie et je suis sûr qu’il a raison, même si aujourd’hui on ne sait pas pourquoi, nous aurons des explications scientifiques plus tard sur cette magie de l’assemblage (idem en cuisine et en tout cas, c’est un axe de recherche au Canada  - lu sur Méchant Raisin à propos du travail de François Chartier sur les ingrédients de liaison qui font les accords réussis un plat-un vin)

Vince2 par un lapsus volontaire, compare 1997 à 2007…

Bob et Jean Marc Quarin devraient pouvoir s’expliquer sur leurs avis par rapport à l’appréciation de Cheval Blanc 2007, et en tout cas si Jean Marc Quarin l’a trouvé bon, Bob n’est pas obligé d’utiliser des noms d’oiseaux pour exprimer son désaccord, sinon il faudra qu’il réagisse aussi à la notation de Neal Martin (93-95) et de Jancis Robinson (18).

N’ayant pas goûté Cheval Blanc, je peux seulement dire que la propriété semble faire un gros travail, visible depuis le 2004 et qu’en 2007  les volumes du 1er vin seront tellement réduits que je ne serai pas étonné que cela soit un des grands vins du millésime.

D’autre part, me considérant comme un ami de cette propriété, j’aurai toujours un a priori favorable, car pour moi,  un vin n’est pas qu’une note… et heureusement pour moi, qui, avec Valandraud, n’ait jamais eu plus de 95 points chez Robert Parker.

 

Le campagne traîne, traîne en longueur. Quelques crus osent s’aventurer , certains en hausse comme les Sauternes, certains rouges également en hausse plus bizarrement, sans doute pour protéger des affaires déjà concrétisées ? Du moins, je l’espère, sinon comment justifier une hausse cette année, même si bien sûr le vin est réussi ou que le cru a vendu son 2006  notablement peu cher, ou qu’il y a une demande telle que seule l’augmentation du prix peut résoudre le problème…Ha Ha !! 

Plus inquiétant, même des affaires déjà confirmées par des tours de table préalables ne sortent toujours pas.

Bien sûr, on attend Parker. Mais peut-on penser que c’est malin avec un dollar à 1.60 et qui ne cesse de se dégrader encore et encore ?

Et même si les notes sont bonnes, je serai étonné qu’il conseille d’ acheter nos vins comme si c’était des 2005 !

On verra bien.

 

Merci à Bertrand Le Guern pour son travail de compilation des notes journalistiques, toujours utile et qui donne déjà  la tendance du millésime :

1er Yquem

2° Haut Brion blanc

3° Ausone-Cheval Blanc-Mouton Rothschild-Petrus

Etc…

Partager cet article
Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 08:34

Pour la première fois,  la Revue du Vin de France a noté quelques grands 2007 en avant première sur son numéro de mai, reçu aujourd’hui.

Avec quelques titres : Pomerol gagnant, Chateau La Dominique révélation avec 17/18 et Yquem  vin du millésime.

Le millésime est noté en tant que tel et non en fonction du différentiel euro/dollar.

Il y a  beaucoup à dire… je donnerai d’autres détails dès que j’aurai eu le temps de tout lire !

Ah oui, Fleur Cardinale, Valandraud, Cheval Blanc : même note …. On fait ce qu’on peut !

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 16:15

Jean Marc Quarin a noté une première série de Saint Emilion (site payant).

Château La Dominique a 16, Fleur Cardinale 16.5, Clos Badon 14.75 ( ?), Cheval Blanc avec 17.5  semble être le vin le mieux noté, mais attendons de voir la suite.

Hier à midi, repas à l’Huitrier Pie, le restaurant était plein, sympa. Un repas de qualité et notre table très joyeuse justifie l’intérêt d’associer le vin et les copains pour partager un bon moment.

Ensuite, l’après midi fut longue à écouter, lors de l’assemblée générale du Syndicat des vins de Saint Emilion, Lussac et Puisseguin, les orateurs nous lire ce que nous avions déjà dans le compte rendu remis à notre arrivée (formalisme ?!)

 

Ce matin, sortie de Maucaillou Moulis Cru Bourgeois Supérieur - selon l’ancienne classification ( comme Clément Pichon). Le prix de sortie est en très légère baisse, mais ce cru est au même prix qu’il y a 10 ans, c’est à dire qu’il n’a  même pas bénéficié de l’inflation. Et pourtant la marque est bonne et les vins aussi.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 13:24

Bordeaux 2007  : les commentaires sortent.
Un gros reportage publié par Izak Litwar sur le forum du  site  de Parker (déjà lu 1182 fois) avec une belle photo de Bad Boy.

Toujours sur ce même forum, notre ami Jay Hack  a écrit sur Valandraud kosher et c’est le moment : Passover étant une fête traditionnelle où la famille réunie partage de bons repas et de bons vins.

 

Déjà plus de 20 crus « sortis » en primeur. Je n’ai acheté que Reynon, Beaulieu et Marjosse et je pense n’avoir encore rien vendu.

Il est pourtant de mon intérêt d’acheter Reynon, Beaulieu, Marjosse , car si je ne les achète pas en primeur, il n’y aura rien pour moi à la mise ne bouteille. Voilà une des bonnes raisons d’acheter ces vins, en plus de leur qualité. Un équilibre offre/demande qui n’a rien à voir avec la spéculation mais avec la fluidité de la marque, essentiellement due au bon ratio prix-qualité.

 

Vendredi 18, grosse journée avec une réunion à Bordeaux avec Messieurs Clément Fayat et Jacques Bonvallé pour parler d’une belle affaire en cours en Chine. Même si bien sûr cela met du temps, la force conjuguée du Groupe Fayat aide les Vignobles à vendre du vin par le négoce bordelais qui, dans ce cas précis, aura eu la chance d’avoir une affaire toute entière amenée par le Groupe. Ce négoce ayant eu la chance d’être choisi car déjà fournisseur du client chinois final.

Difficile d’aller à bordeaux et de revenir à Saint Emilion sans se payer les ralentissements du pont d’Aquitaine, soit ½ heure de travail utile  et 3 h ½  de voiture.

Heureusement le téléphone portable avec accès au volant permet de pouvoir régler quelques problèmes, comme la mise en bouteille d’un vin prévue aujourd’hui et dont il a fallu repousser la mise en attente d’une visite ou d’une confirmation que le vin acheté  est bien de la qualité voulue pour nous, c’est à dire exempte de TCA. Le labo Rolland ayant décelé le problème à la dégustation, et ce dans une propriété où le courtier m’avait affirmé qu’il n’y avait pas de raisons de s’inquiéter. Je préfère ne pas faire affaire que de vendre un produit qui offre des risques « qualité », et même si seulement 3 % des clients peuvent s’en rendre compte.

 

Ensuite, j’ai eu le temps de  téléphoner à Jennifer pour la remercier, de téléphoner au bureau pour résoudre quelques problèmes et le soir je n’ai pas eu le courage d’aller à l’inauguration du nouveau bar à vin/bistrot tenu par Pascal Fauvel et dont le projet a fini par se concrétiser. Catherine Papon-Nouvel aura eu bien des difficultés dans ce petit village pour enfin mettre sur pied un lieu destiné à accompagner la notoriété de ses propriétés.

Samedi calme, visite d’un ami et de ses copains puis spectacle donné par l’école où sont inscrits Karl et Axelle, les enfants de Virginie.

 

Partager cet article
Repost0