Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 13:51

…Qui m’a permis de m’y retrouver dans la série manga « Les Gouttes de Dieu » de Tadashi Agi et Shu Okimoto, traduit en Français par les éditions Glénat.


Quelques vins de mes amis sont cités dans cette colleciton manga qui a fait, par exemple, exploser la demande pour Mont Perat 2001 ( cité dans le volume 1).

Son également cités :

Lagrange 1996  (volume 2)

Yquem 1990 (volume 3)

Guiraud 1990 (volume 3)

Lynch Bages 1983 (volume 5)

Talbot 1990 et 1997 (volume 6)

Tenuta di Trinoro Palazzi 1990 (volume 6 – en photo sur la couverture)

Talbot 1986 (volume 7)

Haut Carles 2001 (volume 9)

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 09:50

Voyage rapide en Corée avec Philippe Porcheron (propriétaire et créateur de Marojallia) à la demande de notre distributeur. Accompagnés de Pascale, nous sommes partis de Bordeaux mardi 25 août à 10h35 par Air France pour Séoul via Paris et retour le 29 août dès 9h 20 de Séoul pour Bordeaux via Paris.

Rapide, court, mais intense.

Organisé de manière parfaite, Philippe peu habitué à un tel luxe d’attentions et moi pas encore blasé par ce qui ressemble plus à de la prise en charge de rock-stars qu’à un voyage de promotion de vendeurs de vin, nous avons apprécié la gentillesse et la disponibilité de nos amis coréens.

Repas en tous genres : coréen, italien, français ; grands spectacles, journalistes et médias très nombreux, et déjà pas mal d’articles de presse qui me concernent, suite à mon précédent voyage. Et pour finir un repas et spectacle de gala officialisant notre partenariat, organisé pour 80 VIP dans le magnifique cadre des salons privés du Sheraton Walkerhill où nous étions d’ailleurs très bien logés.





Le mariage de la tradition coréenne et des vins de Bordeaux version garagistes/nouvelle vague a fonctionné à fond.

Résultats déjà visibles par la présence de mes vins sur pas mal de belles tables. Nos Blanc de Valandraud, Bad Boy, Virginie et Valandraud (grâce au travail efficace de notre importateur et de son équipe commerciale et marketing)

Cette prise en charge confortable fait que les 7 heures de décalage horaire, rajoutées aux 5 heures du Brésil dans l’autre sens, se sont annulées.

En attendant, le boulot continue ici avec les vendanges qui se préparent et un millésime qui a l’air de vouloir être très bon, mais il n’est pas encore dans nos chais.

Et, trouvée par hasard sur le site du NouvelObs, une belle photo de l'Essentiel qui illustre un de leurs articles.
Partager cet article
Repost0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 14:51

Et voici la version brésilienne !

Vive Brasil

Por acaso este é o ano da França no Brasil e Casa do Porto organizou uma viagem de negócios profissional.

Fizemos um bom T.A.M. vôo para Vitória, onde os nossos amigos nos recebeu no aeroporto e nos levou (eu e Carlos) para nosso hotel para drop-off nossa bagagem.

Depois, visitamos a loja de Vitória, o restaurante e tinha uma "gigantesca" jantar de peixe grelhado, lagosta com um grupo de amigos que terminou tarde.

 

No dia seguinte, domingo, fomos com equipe de TV e um grupo de jornalistas para visitar uma fazenda onde o café é cultivado em técnica biodinâmica. O chefe carismático Enrique mostrou que existem muitas semelhanças entre a maneira de fazer um bom café e de fazer o nosso bom vinho. Os outros dias foram dedicados a entrevistas, degustação profissional e refeição com nossos clientes importador.

Conhecemos muita gente, em Vitória, Belo Horizonte e, especialmente, de São Paulo. Muitos artigos já foram publicados e eu percebi que este país grande e belo, com uma rede de distribuição de qualidade.


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 15:18

C’est un hasard, mais c’est l’année de la France au Brésil et notre voyage de travail organisé par Casa do Porto c’est très bien déroulé.

Voyage en avion pour Vitoria par la T.A.M, parfait, et voilà nos amis qui nous attendent à l’aéroport pour nous emmener  à l’hôtel poser nos affaires (Carlos et moi).

 Ensuite visite de la boutique et du restaurant de Vitoria et le soir repas « Gargantua » : grillades de poissons et langoustes avec  un groupe d’amis,  et couchés tard.


Le lendemain dimanche, départ  avec une équipe télé et des journalistes pour visiter une ferme ou le café est exploité en mode biodynamie. Henrique en est le patron charismatique et il existe bien des similitudes entre sa façon de faire un bon café et la notre dans le  vin.

Tous les autres jours furent consacrés à des interviews, des dégustations professionnelles et des repas avec les clients de notre importateur.

 

Beaucoup, beaucoup de monde rencontré à Vitoria, Belo Horizonte et surtout Sao Paulo.

Pas mal d’articles déjà fait et une distribution de qualité dans ce grand et beau pays.

 

Partager cet article
Repost0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 12:23

Ici Saint-Emilion, temps ensoleillé, 35°C à l'ombre !



Alors à SaoPaulo ?

Partager cet article
Repost0
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 10:19
 

« Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.»


C’est ce que dit Jésus sur la croix et, avant de prendre l’avion, je deviens souvent un peu plus sensible à l’idée de dieu, du destin, de la vie et ses limites !

Mais ce n’est pas pour ça que j’ai donné ce titre à mon dernier billet avant de partir au Brésil, mais en pensant à des amis proches qui ces derniers jours ont voulu se faire mal en buvant quelques mauvaises bouteilles simplement pour vérifier une évidence. Ce n’est pas parce qu’il distribue des notes, des classements, des commentaires, qu’un journaliste critique et que le média pour qu’il écrit est crédible. Le métier de journaliste en vin comme celui qui le fait n’a pas besoin de diplôme, de talent pour exercer. C’est souvent ainsi dans beaucoup de métiers, il n’y a pas que dans le vin que cela pose problèmes, mais pour ce qui nous concerne, il serait urgent pour quelques critiques d’aller se faire étalonner le goût au moins pour un minimum requis (les défauts) auprès de quelques bons professeurs, quelques bons professionnels, viticulteurs, œnologues, voir confrères. Le Diplôme Universitaire d’Aptitude à la Dégustation (comme Jean-Marc Quarin) ou autres formations ne seraient pas inutiles et, à condition d’avoir un minimum de qualités requises, une bouche en bon état et un nez qui fonctionne, permettrait à quelques critiques d’être moins mauvais et critiqués !

Tout le monde n’a pas à avoir le talent de Parker, Bettane, Burtchy, Rolland ou Dubourdieu, et bien d’autres, mais l’employeur d’un mauvais journaliste finira par perdre tous ces clients et ses annonceurs si un minimum n’est pas au moins requis. Je parle bien sûr du goût, mais il n’est pas le seul à remettre en question, un mauvais jugement, des à priori culturels, politiques voir racistes peuvent être encore plus graves.

Mes amis qui ont voulu goûter ces quelques mauvais vins ont aussi pu boire quelques bonnes bouteilles et faire un bon, très bon repas.

Aucun nom pour l’instant, bien que cela me démange, je vais vous laisser imaginer de qui je parle.

Partager cet article
Repost0
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 14:08

Départ avec Carlos pour le Brésil par Air France.
Nous y allons pour travailler même si c’est dur d’imaginer aller seulement travailler dans ce pays si plein de ressources touristiques. J’avais la dernière fois avec Murielle pu voir les merveilleuses chutes d’eau d’Iguaçu à la frontière du Brésil et de l’Argentine, merveille naturelle au goût de paradis.
A nous de bien travailler pour bien vendre nos vins et ceux de mes amis et ainsi mériter de pouvoir faire le déplacement régulièrement.

Nous serons

-          à Vitoria le 15, 16, 17 août

-          à Belo Horizonte le 18 août

-          à Sao Paulo le 19 et 20 août

 
Pendant ce temps-là Murielle reste à Saint-Emilion, puisqu’elle ne veut plus prendre l’avion, en tout cas pour quelques temps ?  Elle n’aura pas le temps de s’ennuyer tant il y a faire dans nos propriétés, même au mois d’août.

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 09:28

Il n’y a pas de profit à faire du vin bas de gamme, les producteurs perdent de l’argent  et cela jette un doute sur l’ensemble de la production nationale.

Qui a écrit ceci ?  Notre ministre de l’agriculture ? Le patron de l’INAO ? Celui du CIVB ?  Non !  C’est un responsable australien Mr. David Lowe.

Là-bas, ici, même constat !

Partager cet article
Repost0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 15:42

Snooth, intitulé le facebook du vin existe depuis 2007. J’en apprends l’existence  seulement le 6 août 2009 !  Au Château de Carles, où quelques jeunes gens ignorant le monde du vin à la « papa », m’ont montré ça sur leur BlackBerry ou iPhone ou je ne sais quoi d’autre comme appareil de communication !

Les vins commentés sont essentiellement destinés au marché américain. (fréquentation 600.000 visites par mois, énorme)

Pourquoi ce titre, "plus fort que Vinogusto ?",  c’est que 2 jours après j'ai rencontré dans mon magasin l’Essentiel le créateur de Vinogusto, monsieur Marc Roisin (il aurait du s’appeler Raisin !)

Je n’avais pas fait attention à ce site, Vinogusto, qui pourtant affiche une fréquentation énorme (500.000 visites mais essentiellement européens : français et belge principalement. )

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 06:43

Mon sujet sur les assurances fait parler... :
« un assureur qui reste à l’écoute malgré la crise, ça existe ? »  dixit Pferrand ( le taquin  )

 

Pour ce qui est des assurances « normales »  incendie, responsabilité civile, vol etc, je ne crois pas que les assureurs changent leur comportement.

Et je dois dire que les banquiers me paraissent plus à l’écoute, prêts à aider une entreprise comme la mienne en tout cas.

Il en est bien différemment avec les assureurs-crédit export (ceux qui nous assurent contre les risques d’impayés de nos clients). Par exemple, le notre n’assure plus les clients de Corée du Sud, même s’ils ont de bons bilans, sous prétexte de tensions politiques entre le Nord et le Sud de la Corée, comme si c’était une nouveauté.

Les assureurs-crédit sont pourtant surveillés de près par l’Etat français qui sait toute l’importance de ces assureurs pour notre travail à l’export – chez nous plus de 80 % de notre activité.

Partager cet article
Repost0