Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 16:33

Valandraud  a été noté 18,  avec un très beau commentaire, et fait partie des 16 vins les mieux notés. C’est dire le niveau de ces 2005.

 Je suis sûr de mériter mieux à l’aveugle …. nous verrons bien, si comme le  1995, nous serons 1er au Grand Jury Européen dans  10 ans ?

En attendant :

Haut Carles  16.5

Fleur Cardinale  16.25

Marojallia  16.25

Virginie de Valandraud  16

Clos Badon 15.5

Haut Mazeris 15.5

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 14:06

Neal Martin a publié ses notes et commentaires sur les Bordeaux 2003 : Valandraud arrive 3ème en Rive Droite derrière Ausone et Cheval Blanc. Jancis Robinson avait classé  notre 2003 3ème de tous les Bordeaux.

 

Vendredi, Ronald de Groot, journaliste hollandais, a passé l’après midi et la soirée avec nous. Tout d’abord au château La Dominique où la réception du chantier de la salle de dégustation/ salle de réception était organisée en petit comité par Clément Fayat. Nous avons passé un  agréable moment, quasi familial, avec en plus d’un très bon repas, un excellent château La Dominique 1990 qui a prouvé, s’il en était besoin, l’extraordinaire potentiel de ce château dont j’ai l’honneur d’être le gérant pour mener à bien les objectifs définis par la famille Fayat (Clément, Jean Claude et Laurent).

L’après midi  s’est passé à L’Essentiel pour goûter toute une série de vins « Thunevin » et ceux du Roussillon.

Le repas du soir avec seulement le Blanc N°1 2004, Les 3 Marie 2004 et le Maury 2004 nous a fait penser qu’il n’y a qu’en France que l’on peut sortir de table à 16 h 30 et s’y remettre à 19 h ! 

Et Valandraud, c'est aussi un cheval de course de 6 ans, qui, depuis le 20 mai 2004, totalise 32 900 euros de gains.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 16:31

Dégustation avec toute l’équipe technique des divers lots de vins élevés séparément dans des barriques de différents tonneliers.

Ce genre de dégustation fait  en général apparaître le tonnelier qui est le moins adapté à nos vins (ou l’inverse), et en tout cas, il y a rarement un avis cohérent. Chaque dégustateur allant souvent préférer un lot que l’autre  que ne va pas aimer.

Discussions sur les millésimes passés, sur celui à venir, évolution des travaux dans le vignoble, changement de styles de vinification… Là aussi, pas d’avis péremptoire, c’est dire s’il est difficile d’améliorer à la vigne, au chai… 
Et si ce n’est pas facile, c’est que c’est effectivement difficile (La Palisse).

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 11:16

Bu en Suède : Clio 2005 et surtout  El Nido 2005 en appellation Jumilla, dont on peut dire que ce ne sont pas des vins à mettre dans toutes les bouches ! Concentrés (et c’est moi que le dit !), un effet de style réalisé par un Australien dans le goût d’Astralis mais avec des cabernets sauvignon à 70 % et Monastrel ou Mourvedre pour le reste (pour El Nido et l’inverse pour la cuvée  Clio).  Cela m’a donné envie de faire un essai de vinification l’année prochaine,  Pomerol nous ayant cette année donné l’occasion de ramasser quelques pieds aptes à réaliser un Amarone bordelais !

J’ai également vu, mais hélas pas bu, un vin d’Afrique du Sud  fort bien présenté appelé Chocolate Block, tout un programme !

 

Merci à Jancis pour la belle note données à Valandraud 2005 ( 18/20) lors d’une dégustation à l’aveugle :

Ch Valandraud 2005 St-Emilion Grand Cru 18 Drink 2015-28
Dark and healthy-looking. Savoury, well integrated perfume. Real attack and confidence. There is lots of tannin here but it’s ripe and well hidden and there is still enough freshness to keep the wine appetising. Pretty dry finish for the moment. Obviously a long term wine.
Not going down the overripeness route.

Sans oublier le 16/20 de La Dominique et le 15.5 de Clément Pichon !

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 12:24

Je suis parti avec Catherine voir notre agent – importateur en Suède avec qui nous travaillons maintenant depuis 1 an.

A peine arrivés,  Stockholm-Helsinki en ferry : la traversée dure toute la nuit et cela permet au Suédois et Finlandais de faire la fête et de faire des achats hors taxes, surtout pour l’alcool qui est très taxé dans ces pays.

 C’était donc l’occasion de faire la promotion de mes vins avec un interprète de luxe puisqu’il s’agissait d’Andreas Larsson, meilleur sommelier du monde et 1er suédois a avoir obtenu ce titre. C’est dire s’il est connu.

P1020190.JPG

Nous n’avons pas arrêté de travailler, notre importateur  étant un mélange de passionné de vin  et de pragmatisme nordique. Je crois que les présentations de nos vins :Valandraud, Virginie de Valandraud, 3 de Valandraud, Présidial, toute notre gamme  Calvet Thunevin, ainsi que  Haut Carles et Commanderie de Mazeyres se sont bien passées avec les sommeliers et les journalistes.

Si nous avions 20 agents comme celui-là, notre entreprise serait l’une des meilleures de Bordeaux.

P1020204.JPG

L’hôtel – boutique Rival à Stockholm (qui appartient au chanteur du groupe Abba) était vraiment très bien et les  repas particulièrement gais. Ici, on aime boire du vin et faire la fête. Dommage que je sois parti avec une rhino-pharyngite (grippe ?) et que je n’ai pas vraiment pu parler, extinction de voix à la clef.

Reprise à toute vitesse avec la remise de notre dernier bilan à nos banques et réunion de travail avec l’architecte qui est en charge du projet de Maury et des réparations des maisons et des chais dans le village.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 15:36

Neal Martin vient de publier ses commentaires  de dégustation (à l’aveugle) des Saint Emilion 2003. Voici ce qu’il dit de Valandraud :

 

Château Valandraud 2003: the best wine of these four Saint Emilion flights so kudos to Mon. Thunevin  whose wine consistently shines in tough blind tastings such as these. Valandraud was the top-scoring Saint Emilion although note that Château Ausone was included in a separate flight consisting of the “Big Eight”.

 

2003 Château Valandraud    93
The first Saint Emilion that shows real, bona fide quality. A tempered nose of raspberry, redcurrants, damsons and a touch of fennel. A very elegant nose, plump and with great delineation. Very focused with good weight, this is a wine that has brushed aside the limitations of the 2003 growing season to produce a seamless, delectable wine in a “traditional” style (written blissfully ignorant of its identity!)
Wonderful. 
Drinking 2008-2018. Tasted January 2007.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 10:46

Avec François Mauss du Grand Jury Européen, Mr Hugues Touton, architecte, Eric Fauchon de la BNP banquier de l’important financement de ce chantier, mes beaux-parents, Murielle et moi, petit repas simple en préparation de ceux à venir des fêtes de fin d’année, que nous fêterons avec quelques couples de nos amis dans  notre nouveau Château Valandraud qui, avec ses 5 chambres d’hôtes, sa salle à manger, sa cuisine semi-professionnelle, son salon avec vue sur la vallée. Tout cela réalisé sérieusement et entièrement climatisé sera au service de nos clients dès le 1er janvier 2008.

Repas simple donc, pata negra, rôti de bœuf purée, fruits.

 

Sans trop savoir pourquoi, j’ai décidé de faire boire des vins de Bourgogne, dont certains offerts par un ami (merci Patrick) et d’autres provenant de mon négoce.

La bouteille du Domaine Humbert Frères, Gevrey-Chambertin 2005, 1er cru Estournelles Saint Jacques, véritable gourmandise au goût du raisin pur et frais fût avalé sans autre forme de commentaire que des verres vidés à toute vitesse (la soif sans doute)

La deuxième bouteille de Gevrey Chambertin (Villages) 2005 du Domaine Rossignol-Trapet était un peu plus fermée, moins facile, plus sur la puissance du terroir que celle du fruit, moins gourmande et plus « bordelaise » dans son goût. Un verre chacun à midi, et le soir avec Murielle les 2 verres restants furent encore mieux appréciés, c’est dire le potentiel du cru que j’avais eu la chance de visiter avec intérêt, la démarche en  bio-dynamie étant ici engagée avec sérieux.

La 3ème bouteille, à l’inverse des 2 autres, fut ouverte et servie à l’aveugle en carafe, le but étant de vérifier en travaux pratiques les connaissances de cette assemblée,  et plus particulièrement celle de notre président de Grand Jury Européen.

Tout le monde a convenu que nous étions en présence d’un très grand vin, niveau des 1ers crus bordelais.

Le millésime ( 2001) fut assez facilement trouvé par François Mauss, mais seule Murielle a dit « c’est un grand Bourgogne » (elle n’aime que les grandes bouteilles !) . Tous les autres, y compris François Mauss, ont dit : Saint Emilion-Pomerol. Les noms de Petrus, d’Eglise Clinet, voire Ausone furent avancés, mais là, c’était effectivement un Bourgogne et François Mauss aurait du le trouver, car il s’agissait d’un vin de Mr Denis Mortet, 1er cru Aux Beaux Bruns 2001, dans cette belle appellation qu’est Chambolles-Musigny. Du coup, je crois que j’aime la Bourgogne, non pas parce que François ne l’a pas reconnu, non pas parce que tout le monde a trouvé ces 3 vins incroyablement bons, mais parce qu’enfin dans un même repas, 3 vins de Bourgogne ont pu être à mon goût et surtout le vin de Denis Mortet m’a donnée envie d’en racheter… C’est grave, docteur ?

Ah oui, j’allais oublier ! En rentrant en voiture à la maison lundi soir (vers 19 h), j’ai trouvé 2 pèlerins transis et affamés en train d’errer dans les rues de Saint Emilion : Jean Pierre Xiradakis de la Tupina et l’un de ses amis qui venaient de parcourir 70 km à pied en 2 jours depuis Bordeaux, en passant par l’Entre Deux Mers. Le repas préparé par Murielle pour nous 2 fut divisé par 4, et là aussi nous avions bu 2 bouteilles de Gevrey Chambertin… je crains que cela  ne soit contagieux ! (on s’est bien régalé… vous n’avez qu’à demandé à Jean Pierre ce qu’il pense des frites et du poulet rôti de Murielle !)

Je serai au Carrousel du Louvre pour le Grand Tasting avec le Cercle des Grands Vins de La Rive Droite samedi de 11 h à 14 h  pour représenter le Château La Commanderie de Mazeyres (et voir les amis !)

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 11:43

Depuis plusieurs années est organisée en Angleterre une dégustation à l’aveugle de tous les grands Bordeaux.

Y participent quelques uns des plus grands acheteurs anglais (et donc du monde), quelques journalistes anglais, et cette année, à l’occasion du millésime 2003 il y avait entre autres Andrew Jefford, Sebastian Payne, Steven Spurrier et même le courageux Neal Martin.

Je n’y ai jamais participé en tant que dégustateur, mais j’ai toujours eu de l’intérêt à lire leur compte-rendu de dégustation, car à l’évidence ce groupe ne goûte pas trop mal et surtout les vins à défauts (bouchons, TCA) y sont remarquablement décelés.

 Et oui, il s’agit de dégustation à l’aveugle !

Chaque vin est goûté dans le cadre de son appellation, cela peut être perçu comme un avantage offert. En effet, en 2003 il n’était pas difficile d’être tenté de sur-noter les Saint Estèphe et les Pauillac et de sous-noter les Pomerol, ou la catégorie Médoc-Haut Médoc-Moulis . Mais bon, on est dans le style des dégustations de Jacques Luxey et bien sûr (même si je ne suis pas totalement d’accord), les 1ers crus sont goûtés entre eux.

Au bout du compte, on retrouve la vérité des réussites et des échecs.

J’ai regardé attentivement ces notes, et j’ai bien vu que ce que l’on sait déjà est bien confirmé ici. Par exemple la haute tenue de Pape Clément dans les Graves, qu’il serait utile de goûter en même temps que Haut Brion, mieux noté puisque noté avec ses pairs. La belle réussite de Sociando Mallet, de Lascombes à Margaux ( et ce n’est pourtant pas le style « anglais »). Les beaux scores de Ducru Beaucaillou, de Pontet Canet, de Léoville Barton, Las Cases et Poyferré, ainsi que ceux de Pichon Baron et Comtesse. La réussite connue de Cos, Montrose et le beau succès de mon vin noté juste après Ausone et Cheval Blanc (goûtés avec les 1ers). Tous les 1ers ayant été bien notés bien sûr, avec Latour et Ausone devant les autres.

J’ai eu l’idée de regarder sur les sites marchands anglais, surtout sur celui de mes amis (qui me notent rarement bien en primeur) et ces notes y sont affichées.

En tout cas, Valandraud a été plus heureux ici que lors de la dernière dégustation du Grand Jury  Européen concernant les 2001 où mon vin fait du yoyo dans les 3 classements déjà effectués…

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 10:14

Apéritif pour fêter le classement de Saint Emilion, en attendant sans doute d’autres péripéties !

Un Corton Charlemagne 1994  de Bonneau de Martray, bon

Un Volnay Santenots 1er cru 2004 de Buisson Charles, bon, fin (un peu trop pour moi) qui a été apprécié par une partie des propriétaires bordelais présents, c’est dire !

Une ½ bouteille d’un grand vin 1998 bouchonnée et un très bon 2002

Une bouteille de Le Gay 2004 , vin riche, concentré, mûr, peut-être un peu trop mûr, ce qui doit être rare dans ce millésime et rare à cause de mon goût connu pour ces vins plutôt « trop » que pas assez !

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 15:24

La Dominique 2006 est une grande bouteille à venir, chaque dégustation  surprend  et mieux , donne envie à ceux qui goûtent d’acheter le vin pour eux, leur cave personnelle ou pour leur négoce. Achat coup de cœur « réfléchi » et conforté par le ratio prix-qualité-notoriété de la marque. Je ne doute pas que les bonnes notes données en son temps par Robert Parker  en 1971  1989, 1990, 1982  et 1998 soient un de éléments de la prise de décision d’achat professionnel, mais là où je peux être fier c’est que ce vin s’est très bien vendu en 2006 malgré l’absence de note ( chacun ici pense que ce n'est que provisoire).

Partager cet article
Repost0