Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 15:19

Je suis négociant, marchand de vin,  et je vends surtout des vins chers.
Pour les vins moins chers, je ne peux, ni ne veux, aller sur le terrain des groupes déjà installés (Castel, Grands Chais de France etc..).

Dans ce cadre des vins de luxe, chers,  je maintiens que les Cristal, Salon, Dom Perignon et tous ces champagnes têtes de cuvée, bien que chers bien sûr  (comparés  aux grands vins du monde et aux 1ers crus bordelais, grands Bourgogne etc ) me paraissent quand même moins chers – question de relativité pour les gens riches, je vous l’accorde  .

 Mais je tiens à signaler que ce blog  est celui d’un négociant – propriétaire (et consultant) dont la vocation est de trouver les meilleurs ratios qualité-prix-image. Chez moi, cela peut commencer  à 5 euro consommateur,  ce qui peut paraitre cher si l’on sait que 90 % des produits sont vendus à moins de 3 euros. Mais, je le répète, ce n’est pas mon métier, ni celui de mon entreprise d’aller dans ce créneau des vins 1ers prix.

Hier, Mr Thierry  Desseauve a goûté quelques uns de nos vins à l’Essentiel. C’est toujours avec plaisir et crainte que je vis les dégustations professionnelles ou journalistiques, car il s’agit de savoir si « il » va aimer ou non… et cela n’est pas sans conséquence. Bon, quelques vins avaient l’air de bien se goûter et même le 98 était toujours aussi bon.

Le soir, repas avec Alain, Joseph, Murielle et moi, pour parler marques, négoce, histoires personnelles, évolution de nos métiers…Moi avec mon petit négoce et Joseph avec son très très grand négoce.

Quand je vous dis que j’adore ce métier où l’on peut avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 16:03

Hier à midi, repas avec le collaborateur d’un bon bureau de courtage et notre client commun grâce au 3 de Valandraud2004 vendu pour la classe affaire d’une grand compagnie d’aviation.

Repas de travail avec la présence de Cécile et Gilles, mes collaborateurs dans l’entreprise, et repas amical grâce à la présence d’Aymar du Vivier, qui fait partie des rencontres les plus inattendues possibles à Bordeaux. Car, dans le petit monde du vin, il est un électron libre, ce qui explique sans doute nos relations amicales.

Repas plein de gaieté, d’humour, de vacheries aussi, mais avec tellement d’esprit et de culture, que le temps passé ensemble paraît toujours trop court.

Toutes les personnes présentes, et bien que toutes un peu « au régime », ont bien mangé et bu. Il y avait à goûter :

Blanc de Valandraud N°1 2004

3 de Valandraud 2003-2004-2005

Virginie de Valandraud 2003-2004-2005

Château Valandraud 2003 -2004-2005

Et Haut Carles 2005

Tous les vins se goûtaient bien, le beau temps et la bonne compagnie améliore les plaisirs, c’est sûr !

Murielle avait fait simple : omelette aux truffes fraîches de Ribérac (24), rôti de bœuf et purée de pommes de terre avec le reste de la truffe qui était grosse,  île flottante et café.

Bon, vous allez croire que nous ne sommes que des gourmands et de ces repas ne sont que des prétextes. Et bien, oui, mais en plus, je suis sûr qu’il faut le faire et que notre client que je remercie ici d’avoir acheté 24 000 bouteilles (quand même) de 3 de  Valandraud 2004, aura à cœur de proposer un autre de nos produits pour une autre affaire, simplement par les liens tissés ici.

 Vous le savez puisque je le répète à l’envie, le système de la place de Bordeaux avec ses courtiers et ses négociants, tous concurrents et tous collègues,  est un système unique pour vendre nos vins.  La preuve : l’après midi au bureau, un autre des grands bureaux de courtage bordelais m’a confirmé la vente de 40 000 bouteilles de Saint Paul de Dominique 2006 des Vignobles Fayat à une grande maison de négoce bordelais qui suit ce cru, signe réel d’une relation « gagnant- gagnant » (comme dirait Ségolène).

Juste  après le repas  de midi, dégustation de plus de 30 échantillons de nos lots de Saint Emilion 2007 : il faut déjà penser aux dégustations du mois de mars et à l’organisation du travail dans  les chais  pour optimiser le temps et le travail,  car à présent  il faut soutirer en même temps les 2006 avant mise et les 2007  après malo (qui se terminent enfin)

 

Le soir, nous avons fini les bouteilles de midi et tous les 2005 étaient tout simplement délicieux. Nous avons bu  avec Michel et Ghislaine (Château Croix de Labrie), pour fêter dignement  cette année qui commence, une bonne bouteille de Cristal 1995, et cela m’a amené à penser que les champagnes de luxe sont les rois du rapport qualité-prix-image.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 17:18

L’Union des Grands Crus est en déplacement aux USA et c’est Xavier Serin qui représente et fait goûter La Dominique 2005. Rien que sur le forum de Mark Squire (sur le site de Parker), La Domnique est citée et commentées de nombreuses fois par ceux qui participent à ces dégustations dans les villes visitées.

La notoriété d’un cru, cela s’entretient, et l’un des meilleurs outils pour a communication dans le monde entier et à Bordeaux, c’est l’Union des Grands Crus qui représente un grand pourcentage de ce qui se fait de mieux dans les Grands crus...

 

Château Angélus
Château Balestard La Tonnelle
Château Bastor-Lamontagne
Château Batailley
Château Beaumont
Château Beauregard
Château Beau-Séjour Bécot
Château Belair
Château Belgrave
Château Berliquet
Château Beychevelle
Château Branaire-Ducru
Château Brane-Cantenac
Château Camensac
Château Canon
Château Canon-La-Gaffelière
Château Cantemerle
Château Cantenac-Brown
Château Cap de Mourlin
Château Carbonnieux
Château Chasse-Spleen
Château Citran
Château Clarke
Château Clerc Milon
Château Climens
Château Clinet
Clos Fourtet
Château Cos Labory
Château Coufran
Château Coutet
Château Croizet-Bages
Château d’Angludet
Château d’Armailhac
Château Dassault
Château Dauzac
Château de Chantegrive
Domaine de Chevalier
Château de Fargues
Château de Fieuzal
Château de France
Château de Lamarque
Château de Rayne Vigneau
Château Doisy Daëne
Château Doisy-Védrines
Château du Tertre
Château Ferrande
Château Ferrière
Château Figeac
Château Fonréaud
Château Fourcas-Dupré
Château Fourcas-Hosten
Château Franc Mayne
Château Gazin
Château Giscours
Château Grand-Mayne
Château Grand-Puy Ducasse
Château Greysac
Château Gruaud Larose
Château Guiraud
Château Haut-Bages Libéral
Château Haut-Bailly
Château Haut-Bergey
Château Kirwan
Château La Cabanne
Château La Conseillante
Château La Dominique
Château La Lagune
Château La Louvière
Château La Pointe
Château La Tour Blanche
Château La Tour Carnet
Château La Tour de By
Château La Tour Figeac
Château Labégorce
Château Lafaurie-Peyraguey
Château Lafon-Rochet
Château Lagrange
Château Langoa Barton
Château Larcis Ducasse
Château Larmande
Château Larrivet-Haut-Brion
Château Lascombes
Château Latour-Martillac
Château Léoville Barton
Château Léoville Poyferré
Château Les Carmes Haut-Brion
Château Lynch-Bages
Château Lynch-Moussas
Château Malartic-Lagravière
Château Malescasse
Château Marquis de Terme
Château Maucaillou
Château Monbrison
Château Nairac
Château Olivier
Château Ormes De Pez
Château Pape Clément
Château Pavie Macquin
Château Petit-Village
Château Phélan Ségur
Château Pichon-Longueville
Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande
Château Picque Caillou
Château Pontet Canet
Château Poujeaux
Château Prieuré-Lichine
Château Rahoul
Château Rauzan Gassies
Château Rauzan-Ségla
Château Sigalas-Rabaud
Château Siran
Château Smith Haut-Lafitte
Château Suduiraut
Château Talbot
Château Troplong Mondot
Château Trottevieille
 
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 11:08

Samedi et dimanche derniers, pas mal de visites et par conséquent de repas et de dégustations.

Un groupe de viticulteurs de Napa et une belle dégustation à l’aveugle organisée par Jeffrey Davies avec quelques crus de Saint Emilion et de Napa dans un millésime d’exception à Bordeaux.

Les 2005  se sont très bien goûtés, et comme toujours quelques vins de Bordeaux ont été pris pour des vins américains et l’inverse aussi. Valandraud ne s’est pas trop mal goûté, en tout cas tout le groupe avait l’air joyeux, ce qui est bon signe.

De mon côté avec Murielle, plutôt que de manger au restaurant, nous avons déjeuné à la maison et une bien belle bouteille a réalisé l’accord parfait avec un bar de ligne très frais et cuit juste à point. Je veux reparler de ce Meursault Les Cras 2005 1er cru du Domaine Buisson Charles, mûr, extravagant, dans une maturité de fruit que j’aimerais pouvoir égaler avec notre cru. Tellement bon que la bouteille a presque été bue par nous 2 à midi . Sieste obligatoire.

Samedi soir et le lendemain, Béatrice Decout est venue exposer et vendre ses collections de livres, cartes postales etc… à Saint Emilion et a eu la surprise de se retrouver chez nous. Chloé, Léa, Fabienne et Fabrice étaient là et c’était bien d’avoir à la maison les enfants et petits-enfants d’un ami montponnais aujourd’hui disparu (Daniel Decout)

L’amitié a résisté à nos chemins différents et il n’est pas nécessaire de se voir souvent pour vivre bien simplement nos retrouvailles. Eux dans l’enseignement, nous dans le vin, mais réunis par nos souvenirs communs.

Le soir, Manu et Linda, et là encore l’occasion de connaître des jeunes gens passionnés. Restaurateurs comme nous l’avons été, plein d’énergie et d’ambition malgré les difficultés de leur métier, que nous avons aussi connu à notre arrivée à Saint Emilion. Une grande et rare bouteille de Grand Echezeaux 1992 de René Engel a fait que ce week end a encore été marqué par la Bourgogne, et notre Valandraud 1992 avait bien de la chance d’être bu en si belle compagnie.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 14:53

Hier matin au bureau, dégustation de toute une série de vins  de notre domaine, envoyés par Marie et Jean Roger Calvet .

 

Tout d’abord, les 3 Marie 2005 (avant mise), oui, 2005. Cela n’a pas du arriver souvent dans le coin de faire des élevages à la Guigal ! 100% Grenache noir (et vraiment noir), ce 2005 est meilleur que le 2004, c’est dire le niveau.

Un lot de grenache 2006  de toute beauté et également  Les Dentelles 2006, d’un niveau supérieur à tous ceux réalisés jusqu’ici. Le travail dans les vignes et le millésime ont fait disparaître le côté Maury vintage que l’on pouvait retrouver dans nos vins.

Quelques lots de Grenache et  de Syrah 2007, dans le même style. Nos terroirs de Lesquerdes amènent cette fraîcheur, 300 à 400 m d’altitude augmentent les amplitudes thermiques et souvent la fraîcheur et l’acidité des fruits.

Du beau et bon travail. Merci à Claude Gros et à l’équipe qui aide Marie et Jean Roger et leurs 3 associés de Saint Emilion pour faire encore meilleur chaque année.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 14:41

Lire aujourd’hui le blog d’Hervé Bizeul ou celui de James Suckling (Wine Spectator) : cela peut intéresser les partisans (ou non) des dégustations à l’aveugle et qui donne tout son sens au défaut des dégustations en semi-aveugle du style par catégorie : les crus classés du Médoc, les 1ers crus, la Rive Droite, Pomerol, Fronsac, Vins Français-Américains…

Dès que notre cerveau obtient une information, quelle qu’elle soit, il travaille et en tire des conclusions.

Rien que le nombre de fois où le vin servi en dernier lors d’un repas a paru meilleur car sensé être servi dans une courbe ascendante, la carafe, notre petit sourire, nos moyens suggérés… Fort du constat confirmé par cet article, beaucoup de propriétaires viticoles ont essayé de créer artificiellement des crus chers,  le consommateur à l’arrivée n’étant pas si con, ne tiennent que ceux qui offrent une véritable somme de qualités.

 

Justement....dégustation à l’aveugle, lundi 14… J’ai bu lundi midi avec un grand courtier de place et le staff d’un des négociants les plus sympas de la place de Bordeaux.

Doisy Daene rosé 2005 (délicieux)

Château Les Grands Chênes 2003  (très bon rapport qualité prix, top)

Pavillon Rouge 2001 (classique)

Château Beauséjour Bécot 1990 (18 ans déjà ! et toujours aussi bon !)

Château d’Aiguilhe 2003 (superbe rapport qualité prix)

Et surtout, l’exceptionnel rapport qualité prix, la classe (et c’est normal qu’il ait été  classé) : le château Bellefont Belcier 2003

 

Vive les dégustations à l’aveugle ! Je n’ai rien reconnu (si ce n’est les terroirs argilo calcaires du château l’Aiguilhe)

Dans l’euphorie ambiante , j’ai  même promis d’ouvrir et de faire boire chez moi  ou à la Dominique, Pingus et Harlan ! Ah les salauds ! ;-))

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 15:23

Bertrand Le Guern a fait un travail un travail de statistique qui concerne les notes de tous les vins de Bordeaux du millésime 1997 à 2006 en  prenant les notes du Grand Jury Européen, Jancis Robinson, Robert Parker, Stephen Tanzer, Wine Spectator.

C’est dommage de ne pas faire la même chose pour les autres critiques et de ne pas pouvoir offrir le choix d’un classement des vins selon chaque critique…. ce qui donnerait par exemple le classement de Parker et la possibilité au lecteur de vérifier si cela correspond à son propre classement !

Cela serait instructif,  également de pouvoir faire la même chose en définissant un laps de temps choisi.

Sur les 462 vins ( environ) notés, Yquem arrive premier, Valandraud 38ème (et pourtant je suis sûr de mériter mieux), Marojallia 67ème, Croix de Labrie 93ème, Franc Maillet Jean Baptiste 95ème, Gracia 103ème, Haut Carles 181ème, Virginie de Valandraud 191éme, Clos Margalaine 209ème, Clos Badon-Thunevin 229ème, Compassant 259ème, La Dominique 274ème et Commanderie de Mazeyres 355ème

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 16:36

Ce n’est pas si mal, chantait Nino Ferrer …

Sur le site Dégustateurs.com, 2 dégustations intéressantes qui concernent des vins que j’aime

Les vins de Philippe Gard à Collioure : Quadratur etc… et surtout ceux de Jeffrey Davies réalisés à la Clape : La Négly Porte du Ciel arrivé 1er devant des pointures du Languedoc, Roussillon et Chateauneuf du Pape en 2001.

 Dommage  qu’il n’y ai pas eu l’un de nos vins.

Sur le site de Parker, une dégustation de vins pas trop chers vendus aux USA entre 60 et8 0 dollars, qui fait ressortir Monbousquet 2003, Quinault L’Enclos 2001. Là encore, j’aurai bien aimé y voir figurer Clos Badon ou Virginie, voire Haut  Carles ou Fleur Cardinale.

Bon, tant qu’on parle vin et que l’on fait ressortir à l’aveugle des vins pas trop connus, ça me va bien.

Aujourd’hui visite de Monsieur Michel Rolland au château La Dominique pour faire le point sur le bon ou mauvais travail effectuée par ses « élèves », et nous donner son avis sur ce qu’il faut faire de plus pour prétendre faire partie du top 20 de Saint Emilion !

Un repas de travail réunissant les responsables techniques suivra les dégustations des derniers millésimes de La Dominique, y compris notre petit dernier, le 2007, sur lequel nous fondons de grands espoirs.

A table, on pourra déguster 2 des réussites passées de la propriété : le 1998 et le 1989 (formidable).

Ensuite dégustation chez moi avec Jean Philippe Fort, Rémi Dalmasso, pour nos assemblages définitifs avant la mise en bouteille des 2006.

 

Attention, danger …. Déjà hier  à midi, repas au « Lard et Bouchon » avec Alain, un de mes amis qui vient de prendre en charge le secteur des grands crus pour l’un des plus grands négociants bordelais.

J’essaye de ne pas trop manger, ni de trop boire à midi, car je déjeunerai tous les jours hors de chez moi  cette semaine, pour assister à ce que l’on appelle des repas d’affaires.

Dans nos métiers, là réside le bon et le mauvais côté… si l’on ne se contrôle pas, c’est des kilos en trop et l’alcoolisme mondain en prime.

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 12:00

En réponse au commentaire que Jean Bouteille a publié sur ce même blog :


 « Sur votre recommandation (cfr Mondovino extended version), j'ai goûté Harlan Estate 2002 (100/100 RP), 2003 (95/100 RP) et 1997 (100/100). Le millésime 2002, pour son intense et incomparable fruité méritait amplement la cote maximum; le 2003, puissant et roboratif, manquait d'acidité. Et le légendaire 1997 s'est révélé plus proche en qualité du 2003 que du 2002.
Je garderai un excellent souvenir du 2002 mais je veux vous dire que Harlan Estate me semble avoir BEAUCOUP plus de traits communs avec certains châteauneuf du pape et quelque amarone ou porto qu'avec les bordeaux. »


En effet, bien que goûté à l’aveugle dans une série de grands Bordeaux,  Harlan n’avait pas semblé si différent, ou peut-être est ce que la typicité des grands Bordeaux dans des millésimes mûrs se rapproche de ces grands Châteauneuf du Pape ? Je n’irai pas jusqu’à les rapprocher des Amarone ou des Porto, quoique quelques journalistes anglais n’aient jamais manqué de souligner la proximité de certains crus d’ici avec ceux-là…

En tout cas, quand vous goûtez, vous n’y allez pas à l’économie ! Dans le prochain film, je promets de mettre en avant des vins moins coûteux !

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 11:31

Le 28 au soir, avec Kimberly et David Shiverick, importateur de vins aux USA et surtout propriétaire d’un petit vignoble à Maury (car eux aussi sont tombés amoureux du Roussillon) : Blanc n° 1 2004  qui se goûte de mieux en mieux, même ouvert le surlendemain midi et même soir, le vin était bon, avec cette sucrosité due à une parfaite maturité. Valandraud 2003, également regoûté le 30 à midi avait ce profil spécifique des 2003 bien mûrs (un peu caramel en fait) et une bouteille des 3 Marie 2004  qui mérite largement les notes obtenues jusqu’ici.

 

Samedi midi, avec Kimberly et David ainsi que nos amis Michel et Dany Rolland qui sont, avec un célèbre propriétaire, les premiers de ceux qui nous ont aidés quand le doute s’installait ou que des décisions techniques devaient changer (le collage arrêté suite à un commentaire de Michel), et qui ,en plus, nous ont aidé auprès des médias  qui venaient goûter les vins signés « Rolland » à leur laboratoire (je me rappelle que le Gault et Millau ou Dupont avaient préféré Virginie  à Valandraud), etc…

Blanc de Valandraud N°1 2004, Meursault Bouches Chères 1999 1er cru du Domaine Buisson Charles, là encore la maturité dans les 2 sens, fruits mûrs et vin qui offre à 8 ans des saveurs complexes et douces… Difficile de cracher, et nous n’avons rien craché, surtout que le caviar d’Iran et les coquilles Saint Jacques étaient de formidables faire-valoir. Sur le rôti - purée aux truffes, un vin amené par nos amis américains : The Prisoner 2006  Napa Valley, mariage de Zinfandel, Syrah, Cabernet Sauvignon, raisin très mûr, tout en douceur, riche, mûr là aussi, formidable rapport qualité-prix puisque vendu 35 dollars au détail aux USA.

Ensuite, Ausone 1959.  Bordeaux a bâti sa réputation sur ces millésimes : moderne, raisin mûr, cette bouteille était fantastique pour moi, bien que pas très puissant, ce vin se buvait avec facilité et c’était l'époque où l’on comparait Ausone à des grands Bourgogne : tout en dentelle et, comme dirait Manu, qui pinotait bien. Après, un vin très différent, tout en puissance, et là pour le coup très typique de la Rive Gauche, Pauillac jusqu’à la dernière goutte : Latour 1959, qui, bien que moins mûr qu’Ausone, avait cette formidable énergie d’un vin fait pour vieillir encore pour accéder à son apogée, c’est dire.

Le Maury de Calvet Thunevin 2004 sur le célèbre gâteau au chocolat de Lopez ont bien cloturé ce repas d’avant fête, avec nos amis.

 

Pour les repas avec la famille et les amis d’enfance :

Charles Heidsieck 1995

Puligny Montrachet Leflaive 2000 Clavoillon

Branon 2000

Valandraud 2000

Trotanoy 2000 (top)

Porto Quinta do Infantado 1995

Puligny Montrachet 1er cru Les Folatières de Vincent Girardin 2004, bouchonné

Tante Berthe 2002  Beaune 1er cru, Château de Chorey

Nigl 2005

Victor de Diel 2004

Vosnes Romanée 1er cru en Orveaux 2002 du château de Marsannay

Porto Martinez 1991

 

Bon, maintenant Evian, Vittel et Badoit.

 

Partager cet article
Repost0