Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 11:14

Mr X. junior n’aime pas Valandraud et les vins de garage.

Un de nos amis indien, Magan, lui ayant dit qu’il était venu chez nous apprendre pendant les vendanges 2005 et qu’il allait revenir pour voir comment tailler la vigne avec Murielle, a pu constater comme les gens, même puissants et intelligents, peuvent encore me juger sans me connaître et avoir un avis péremptoire sur quelqu’un qui n’a pas que des amis dans ce métier – certes. Mais Mr X. junior doit simplement oublier que sa famille elle aussi a du  (et doit encore) subir les critiques, surtout quand eux aussi ont été des empêcheurs de tourner en rond.

Ce qui est certain avec les révolutionnaires, c’est qu’en vieillissant ils deviennent souvent conservateurs. C’est un peu comme en politique, on débute démocrate et avec l’âge on fini par voter conservateur.

Mr X. junior a tout simplement du être vieux plus rapidement.

En tout cas, je serai heureux de le rencontrer pour qu’il puisse avoir la possibilité d’échanger des avis, car se tromper est humain, persévérer diabolique… me disait –on à l’école privée Montesquieu de Libourne à l’époque où moi aussi j’avais des avis bien tranchés… Mais j’avais 15 ans !

Si je ne peux pas plaire à tout le monde, il est dommage que quelqu’un d’aussi important puisse montrer tellement de dégoût pour un de ses collègues, même si je ne joue pas dans sa cour. Le plupart des propriétaires des crus « historiques » ont à mon propos des commentaires soit amicaux  (oui, oui) et dans le cas contraire,  plus « diplomatiques ». En fait, X. n’aime que ses propres vins, ce qui, avouons le, n’est déjà pas si mal, et adore  Harlan parce que Californien (2 interprétations possibles) ,mais n’aime pas Ausone « nouveau style » d’Alain Vauthier, lui préférant Haut Brion.

Eh bien moi, le rustre, celui qui ne comprend rien, j’ai peur, oui, peur car j’aime Harlan dont je suis l’importateur et le plus grand consommateur en France avec Michel Rolland, j’aime Ausone et son propriétaire actuel et si je n’ai plus de Haut Brion à vendre, je le regrette d’autant plus que c’est un de mes vins préférés.

A Pomerol, j’aime boire Trotanoy, Pétrus bien sûr,  et je me rappelle de l’époque  où on buvait  des Latour à Pomerol 1967 achetés à l’intendant à un prix angélique, mais ça ne m’a pas empêché d’avoir des coups de cœur pour Fleur de Gay (qui est un des vins qui m’a inspiré), Bon Pasteur, Clinet, Eglise Clinet ou La Conseillante. Ces vins et leurs propriétaires ne se ressemblent pas, certains m’aiment bien, d’autres moins. Et alors ? Où est le problème ?

Voilà pourquoi ce billet d’humeur.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2005 3 21 /12 /décembre /2005 10:44

Peter, il faut un peu d’humour quand on fait mon métier… Trop de propriétaires se prennent pour des génies créateurs, soit à cause d’un ego surdimensionné, soit à cause des clients amateurs qui les traitent comme des divas, cela dit, on peut jouer à se prendre pour une diva si on a de l’humour !

Ce n’est pas une blague en tout cas, pour Valandraud, j’ai postulé à toutes les catégories offertes, sachant qu’il n’est écrit nulle part qu’un Grand Cru ne peut postuler directement au statut de 1er GCC A ou B ou GCC.

Le grand cru se demande tous les ans lors de l’agrément, s’il s’agit du vin et non de l’entité géographique. Moi, je passe un concours et comme pour les Miss France, je ne sais pas si je serais le 1er, 2°, 3° ou recalé pour ce coup-ci, sauf que dans 10 ans, j’espère que ma « beauté » ne sera pas moindre, mais encore renforcée par les ans.

Franchement, je serais heureux que Valandraud soit classé, au moins pour confirmer que Saint Emilion n’est pas une appellation comme les autres, statut déjà confirmé par la plupart des medias  et  des professionnels….J’ai adoré lire Marc Levy, ses livres plaisent à beaucoup. Ne pas convaincre un microcosme d’intellos n’empêche pas de vivre, n’est ce pas ?

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2005 2 20 /12 /décembre /2005 09:56

1/ A priori, en plus des crus déjà classés (68), il y a seulement une vingtaine de postulants (pour un maximum de 100 ?)

2/ Sur 10 millésimes goûtés, il faut que 8 au moins soient conformes au statut revendiqué (c’est normal d’excuser un ratage) et la commission est composée d’une dizaine de membres.

3/ Il n’est pas interdit aux crus classés d’être sur une autre commune de l’Appellation autre que Saint Emilion (cf Laroque, une partie de Haut Sarpe, Larcis Ducasse), même si historiquement la quasi totalité était sur cette commune.

4/ Fleur Cardinale avait déjà postulé au classement précédent (c’est vrai que ça passe vite, 10 ans !)

5/ Villhardy n’existe que depuis peu, en effet.

6/ Valandraud a été créé en 1991 (la commission goûte de 1993 à 2003), le classement éventuel prendrait effet à partir du millésime 2005 ou 2006

7/ C’est vrai que Bordeaux est plutôt traditionaliste, mais Saint Emilion est plutôt révolutionnaire avec son classement révisable. Ce classement-ci fera-t-il la révolution ? C’est une autre histoire, mais les outils sont à sa disposition et c’était très novateur de le prévoir dès 1954 !

8/ Sur les quelques réponses écrites sur ce blog, on trouve des commentaires sur les 1ers (montants ou descendants), sur les grands crus classés montants seulement et rien sur ceux qui risquent de descendre.

9/ Dans tous les cas, n’oubliez pas que seule la commission et son président ont tous pouvoirs.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 15:26

Il y a entre150 et 200 connexions/jour avec lecture de 300 à 600 pages sur ce blog. Seulement, beaucoup doivent  être comme moi, peu habiles à l’écriture. Moi, heureusement j’ai Cécile pour taper à ma place sur ce foutu clavier ce que je mets sur papier (et elle arrive à me relire !).

Patrick a un avis très perso (axé terroir), François et Damien idem. Moi, je suis un commerçant, j’essaie d’avoir un avis plus consensuel, même s’agissant de mes propriétés. François pourrait avoir un avis plus tranché en se servant de son expérience et de l’apport du Grand Jury Européen.

Donc moi, en tout cas, je ne peux pas parler des quelques 20 crus classés qui n’ont rien retiré de ce classement, ni prix, ni notoriété, ni peut-être qualité, et de ces 1ers crus un peu « derniers de la classe ».

Donc peuvent prétendre à monter en 1er GCCB, et sont au moins tout aussi bons que la moitié de ceux qui y sont actuellement : Troplong Mondot, Canon La Gaffelière, Pavie Macquin.

En A, je pense pour ce coup-ci ou le prochain à Pavie et Angelus.

En GCC, j’avais oublié celui qui mérite le plus (à mes yeux) : Monbousquet (et qui a l’avantage de faire passer ce message « travaillez et vous serez récompensé »), et peut-être Pipeau, Carteau Côtes Daugay, Trianon, Rol Valentin, Patris, Rochebelle.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 09:10

Le prochain classement de Saint Emilion sera publié en Juin 2006, je crois. J’étais étonné de voir le peu d’intérêt que cela semblait soulever . Mais cette semaine, France 5, a acheté un grand et long reportage sur ce sujet en plus d’un état des lieux sur les différents courants de pensée . Toujours cette semaine, la Revue du Vin de France a délégué pas moins de 4 personnes pour (je suppose) faire un papier sur ce sujet qui risque d’être polémique ; et en tout cas, si je comprends bien, qui sera publié avant les résultats de la commission en charge du dossier.

A ce jour, aucun étranger ne semble s’intéresser à notre microcosme, mais bien sûr, j’ai un avis… puisque j’ai présenté Valandraud et Clos Badon.

Quand on discute ici avec ses collègues, la question qui revient  c’est combien vont monter de Grand Cru à Grand Cru Classé ? Y aura-t-il 1 ou 2 promus en 1er GCC B ?  Est-il possible d’en classer 1 ou 2  de plus en A ? Et combien parmi les 1ers GCC B seront déclassés ? sachant qu’il est plus difficile ici de rétrograder que de promouvoir.

C’est dommage qu’il n’y ait pas de pronostics comme pour les courses de chevaux.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2005 4 01 /12 /décembre /2005 14:05

Juste pour le plaisir, une belle photo de Monsieur le Maire de Maury en plein travail :

La journée commence bien : avec au courrier 2 articles sur notre propriété du Roussillon, 1 en Allemand et 1 en Japonais.  Et à midi, repas à Plaisance avec quelques amis.

Côté boulot, Christian nous ouvre les portes de New York pour le Valandraud Kasher et me prépare un voyage de promotion efficace dans cette ville où je me rendrai pour la 3° fois en 2 ans. J’en profiterai pour promouvoir également les autres marques vendues par le négoce.

Sinon, je suis à la recherche de 12 bouteilles de Pétrus 1993 à 450 euro pour un de nos clients et j’ai du mal à les trouver. Quelle belle marque ! Pétrus fait toujours rêver, quel que soit le millésime !

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 13:52

Voici les commentaires parus le 16 novembre dernier dans le supplément Vins des Echos  au sujet de notre cuvée "Présidial" Bordeaux 2004 :

                        

Merci à Messieurs Gerbelle, Maurange et Puzo qui ont réalisé le dossier !

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00

Dans le supplément de La Tribune du 10 novembre dernier, une très belle promo un brin provoc (mais j’aime ça !) pour le Présidial 2004, avec comme titre « le chic pas (trop) cher », ça me rappelle la devise de Michel Puzio ( de Croix de Labrie), que je dois bien avouer ne pas  totalement comprendre : « le chic, le chèque, le choc ».

Dans ce supplément, d’ailleurs, pas mal de mes copains ou amis sont distingués, avec parmi d’autres Jean Guyon et surtout Stéphane Droulers pour son rôle à Haut-Carles. Tout le monde sait que cette propriété et en général l’appellation est l’un des derniers lieux où trouver de véritables pépites vinicoles et j’ai à cœur de les promouvoir.

Lecture toujours, Alain Vauthier m’a passé Marianne où j’ai lu avec effroi un article de mon  « ami » Périco Legasse, au titre évidemment fort « la guerre des vins ». C’est dommage, comme toujours, une partie du texte pose de bonnes questions, mais le style du reste est aigri. On y trouve entre autres de superbes photos de vins étrangers avec des commentaires qui sont presque tous assassins. C’est sûr, certains préfèrent voir la bouteille à moitié vide qu’à moitié pleine, mais enfin comment faire croire que le talent n’existe que dans la vieille Europe ? (le talent, ici, consiste à transcender le terroir, etc..)

Pour ma part, le 11 à midi, nous avons bu avec mes beaux-parents (qui ont plus de 70 ans) un vin argentin « Estampa » 2002, style blend à base de Malbec, mais pas seulement. Eh bien, c’était bon, même pour mon beau-père qui se met à aimer de plus en plus les vins dits modernes, et c’est pas compliqué, ses vins préférés (hormis les nôtres – c’est tout de même le père de Murielle !), c’est plutôt le genre Pingus…

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2005 7 23 /10 /octobre /2005 23:00

A propos d’ambiance, c’est sûr qu’il va y en avoir au mois de mars 2006 à l’Union des Grands Crus, qui comme vous le savez, organise les dégustations pour les journalistes , négociants, importateurs, etc…

Comme en 2000, tout le monde voudra les vins les mieux goûtés, surtout dès que Bob et les autres auront confirmé par des notes tout le bien que ces messieurs avaient déjà imaginé.

Pronostic d’un ami pessimiste local : + de 100 vins avec 95 et plus (pour mémoire, en 2000 il y en avait 33)

Le seul bémol que je trouve à cette affaire, c’est que nous, négociants, achetons les vins tous les ans et que nous devons gérer ces pics dans un sens  (demande très importante) et dans l’autre (aucune demande). Difficile de bâtir une cohérence commerciale, et que faire d’autre que s’adapter et gérer au lieu de prévoir ?

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2005 4 20 /10 /octobre /2005 23:00

                                 

 

Demain samedi sur France Inter, de 12 h  à 13 h, le sujet de l’émission de Jean Pierre Coffe (préparée par Alain Aviotte) sera le nouveau vin « Walden » , fait par Hervé Bizeul avec  (je crois) l’aide annoncée du Conseil Général du Roussillon. Il s’agit  d’un nouveau projet qui a pour fil conducteur d’appliquer simplement l’idée généreuse du commerce équitable en France.

 

Hé oui, il n’y pas que les planteurs de café qui souffrent. A notre porte aussi, le monde viticole est en crise. Des méthodes modernes de vinification, style winery à l’américaine, une commercialisation en circuit court (GD) associées à la philosophie du commerce équitable auront, j’en suis sûr,  du succès autant auprès du public que des medias pour un vin de qualité vendu à un prix consommateur de 6.90 euro TTC .

Partager cet article
Repost0