Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 12:14

Terre de Vins

 Le jeu mis en ligne par Terre de Vins pour trouver un nom à notre groupe nous permettra –t-il de trouver la formule magique comme l’est aujourd’hui L’UGC, le Cercle Rive Droite ou le club des 5 ?

Tous ceux qui ont participé sur mon blog peuvent y jouer, car il y a 3 prix à gagner. En tout cas, beau travail de Terre de Vins sur son site, qui est régulièrement alimenté d’infos en tout genre.

 

La Jurade

Dix nouveaux jurats à Saint Emilion, un vent de modernité et de jeunesse, preuve que l’on peut concilier ceci avec la tradition. Bravo à tout ceux et celles qui vont travailler à promouvoir nos vins de Saint Emilion

 

Le beau temps donne le moral au tout début de ces dégustations primeurs 2009, le soleil rend optimiste, gai et le village revoit surgir les touristes qui nous on manqué cet hiver où la neige a été un vrai concurrent à la beauté de notre ville.

 

La Dominique

Messieurs Clément et Jean Claude Fayat recevaient quelques négociants et courtiers bordelais vendredi pour faire goûter les 3 crus vendus sur la place de Bordeaux :

Château Clément Pichon cru bourgeois en Haut Médoc, le nouveau nom des vignobles de Pomerol : Château Fayat, et bien sûr le château La Dominique grand cru classé. L’occasion aussi d’affirmer toute l’ambition que la famille Fayat met dans le futur statut du château La Dominique. Les hommes, les moyens, le terroir, l’histoire et les vins, tout est là pour faire du château La Dominique l’un des meilleurs crus de Bordeaux et de la Rive Droite.

 

Anniversaire

Pas de bouteille de 1929 pour fêter l’anniversaire du papa de Murielle, mais du vin de  la maison : Virginie 2000, Valandraud 2004  et le 1999 qui est super bon ces temps ci.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 16:23

Avec ce titre : "ils veulent s’unir, trouvez leur un nom", le site internet Terre de Vins propose un jeu pour nous aider à trouver un nom pour ce groupe constitué des châteaux Fleur  Cardinale, Faugères, Pressac, Rol Valentin et Valandraud.

S’il n’y a plus qu’à espérer, en attendant il y a déjà eu une réaction sur le blog de 1000 bravos

Partager cet article
Repost0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 17:22

Ci-dessous un message - cri du cœur, appel au secours - de Vincent Pousson. Je ne sais pas s’il exagère (dans le sud, n’est ce pas …), je ne vais assez souvent dans le Sud.

 

« Ringard? Brouillon? Prise de tête? Comme prévu, Vinisud et sa ribambelle
d'à-côtés prouvent ce que nous étions tant à redouter, le
Languedoc-à-la-papa a du plomb dans l'aile. "Le marketing est mort, vive
le vin! "avais-je affiché à l'édition précédente… Tu parles! Toujours
plus de réclame à deux balles, de politique (le cancer qui ronge cette
région…), de rastignaqueries médiocres! Toujours moins de désir, de
culture et, surtout, de vin! Revenons à l'essence, au sens et au sang de
ce qui a fait il y a vingt ans le succès des vignobles du Sud de (la!)
France, cette énergie paysanne, cette liberté aux mains calleuses, cette
fraîcheur que tentent de diluer toca-maneta électoral, pince-fesses
consanguins et rallyes situationnistes… Un peu de respect pour ce qu'il y
a dans la bouteille et ceux qui l'y ont mis!
En avant! En avant,
juste pour éviter que 2010 ne soit le dernier Vinisud! »

Vincent Pousson

Partager cet article
Repost0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 13:47

Ce matin levé à 6 h, je branche la télé sur la chaine info iTélé (groupe Canal+)  justement pour  être informé de ce qui se passe en France, les grèves surtout , car nous avons des clients du monde entier qui arrivent.

Hier, une famille franco-brésilienne : Carlos est un de mes clients privé, rencontré pour la première fois – Brésilien dans les affaires, souvent au Japon et qui est fan des Valandraud bus à Tokyo dans LE club sélect.

Un patron de très grosse entreprise française qui décale son repas à midi pour cause de vol vers Bordeaux annulé, demain  visite de Coréens et jeudi toute l’équipe de l’un de nos distributeurs américains de New York avec Christian Dalbavie, et cela devrait se poursuivre ainsi jusqu’au mois de juin !

Comment vont-ils faire sans carburant pour les voitures ? nous n’avons pas le métro à Saint Emilion, et avec les grèves des compagnies d’aviation ?

Sans doute avons-nous des problèmes à régler, c’est dommage qu’il n’y ait pas d’autres moyens  efficaces pour négocier que la grève, et ce n’est pas que la faute des uns ou des autres, c’est la manière en France de concevoir et de régler les conflits.


Et donc sur iTélé, à 6 h ce matin, la jolie présentatrice météo n’était autre que la fille de mon ami et patron du groupe Mitsiu (entreposage), Alice Darfeuille, qui m’avait fait inviter récemment dans une émission.

De stagiaire à présentatrice météo… Attention, la météo sur Canal ça mène loin…

 

Pendant ce temps, Marie et Jean Roger Calvet sont à Vinisud à Montpellier. Nous avons besoin de trouver des clients dans le monde entier, nos supermarchés et cavistes français ne suffisent pas à écouler la production annuelle de nos  60 hectares.

Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 15:39

9 h :  rendez vous avec le boss de KPMG entreprises qui venait me présenter le fruit de son travail, de ses réflexions concernant les flux financiers de mon entreprise, ses faiblesses, ses forces, les possibilités de réévaluation d’actifs, en effet certaines entrées dans l’entreprise depuis déjà plus de 20 ans sont au bilan soit à 0 soit au prix d’achat d’origine, les évolutions possibles des marques possédées ; travail qui en appelle un autre lors de notre rendez vous annuel avec nos avocats d’affaires, mon notaire, le conseil financier (nouveau venu), le commissaire aux comptes, ma chef comptable, Murielle et moi.

Nous aborderons encore, mais plus sérieusement l’idée de Holding, ou de filiales partageant d’un côté l’aspect patrimonial et de l’autre la partie commerciale, et les incidences fiscales bien sûr.

 

11h :  rendez vous avec un collègue négociant pour lui vanter les mérites du Château La Dominique. Le  qui fera date ! Le directeur technique m’ a un peu bluffé par l’évolution de ses connaissances agronomiques. Nous avons goûté La Dominique 2006-2007-2008 (incroyable) et le 2009

Repas à la maison - les truffes sont bonnes cette année  - l’occasion de parler du négoce, du temps passé et même de nos vieilles histoires  teintées d’amitié et de ruptures, erreur de ma part sans doute ? Il n’a pas que Royal ou Sarkozy qui font preuve de repentance ces temps ci !

 

16h :  rendez vous avec Richard Hardillier de la société H&A location qui a la charge de financer et de racheter tout notre parc de barriques et ça fait du bruit. 379 barriques encore en cette année de petits rendements. L’année dernière 654 barriques, neuves bien sûr et qui sont revendues au bout de 14 à 18 mois.

 

Ces rendez vous, plus le boulot normal et quand c’est fini, on recommence.

Aujourd’hui c’est un peu plus relax : repas ce soir chez un ami et ce matin dégustation des 2007  au château Giscours, organisée par l’UGC pour le négoce bordelais. Bons et moins bons, ils sont encore difficiles à vendre…En tout cas, un coup de cœur pour Troplong Mondot 2007 tout simplement bluffant, que vont donner les 2008 et les  2009 ?

Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 16:19

Un reportage réalisé par un journaliste et son photographe, tous deux norvégiens et surpris de pouvoir s’exprimer dans leur langue : John Egeland, comme son nom ne l’indique pas,  responsable de la branche trading de mon négoce de vin est norvégien.

Donc, les questions posées pouvaient être mieux comprises et traduites sans passer par  l’anglais et mes réponses furent mieux comprises.

C’est étonnant comme souvent les journalistes généralistes m’apportent plus de plaisir aujourd’hui que ces professionnels à qui il manque la fraîcheur de l’innocence concernant les métiers du vin. La revue pour laquelle ils travaillent est , si j’ai bien compris, un supplément très reconnu d’un journal économique. La Norvège étant, je crois, l’un des pays les plus riches d’Europe,  ça tombe bien pour mon entreprise qui ne vend quasiment rien dans ce pays alors que nous sommes devenus très bons en Suède et Finlande.

 

Leur reportage était motivé par leur recherche internet, le mouvement garagiste et bien sûr Robert Parker ! Mon blog, traduit en anglais a été bien utile pour les inciter à faire ce reportage (Merci Christian Dalbavie ).

Les questions dans tous les sens, certaines limite  provocation, m’allaient bien.  L’écologie, la tradition, Michel Rolland, Parker, mon influence, les différences, les techniques anciennes, nouvelles, les levures, etc…

Le repas, pris à la maison avec dégustation de Valandraud 2009, 2008, 1999 et ensuite Bad Boy 2006 qui, carafé avec forte aération, a été pour la première fois pour moi, une bombe aromatique, le boisé ultra luxueux, des épices, des fragances de cigare de Havane…ça commence à devenir sexy, sachant que le 2007 et ceux qui suivront seront élaborés pour être ultra-sexy, putassiers diront les coincés du plaisir (j’aillais écrire du cul)

Bad Boy est un sacré outil de communication qui amuse de plus en plus nos clients, certains pays négocient avec nous pour des volumes très très importants : 40 000 bouteilles ici, 5 à 10 000 bouteilles là, et  cela permet de parler de Valandraud, voire de Fleur Cardinale ou de mon négoce.

 

Dans la journée également, un bail commercial saisonnier signé pour l’un des emplacements top de la ville de Saint Emilion, cela fera donc pour cette saison 3 magasins de détail.

J’aurai bien aimé avec Murielle aller écouter hier soir des explications sur le soufisme, mouvement spirituel mystique et ascétique de l’Islam (les contraires s’attirent) mais le stress de la campagne primeur m’enlève déjà toute force et occupe totalement mon esprit. Je deviens de plus en plus fébrile, l’expérience ne sert à rien, je ne m’arrange pas.

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 15:50
Vraiment différent ce "Terre de Vins", capable de parler sur leur site du sociologue Pierre-Marie Chauvin et de sa thèse.
Je suis heureux d'apprendre, grâce à l'article, qu'il va bientôt être publié aux éditions Féret.
Pierre-Marie, j'aurai bien besoin de conseils !
Partager cet article
Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 14:20

Le château Bel Air (Ouÿ- Bernard) est classé en 2ème cru de la commune de Saint Etienne de Lisse en 1868  dans le Cocks-Féret première édition, avec une production de 30 tonneaux de 900 litres ( soit 36000 bouteilles)

Dans le très rare "Saint Emilion et ses vins", des mêmes Cocks & Féret, édité en 1881, le cru de Belair (demoiselles Bernard Ouÿ) est classé en 1er cru de la commune de Saint Etienne de Lisse, production toujours de 30 tonneaux.

Le prix  pour ce cru était compris entre 800 et 1200 francs, alors que les 1ers de Saint Emilion étaient entre 1000 et 1400 francs en primeurs. Ce prix, dans les bonnes années, était doublé à la livraison des bouteilles 3 à 4  ans après !

 

A l’époque la vigne était déjà plantée 1m50 entre les rangs et 1 mètre entre chaque pied à cause du travail de la charrue. Ceux qui travaillaient encore à la main avaient des vignes plantées à 1m33 sur 1.33 !

Beaucoup de travaux dont certains sont considérés avoir été inventés par les garagistes, qui n’ont fait que réhabiliter de vieilles techniques (pinçage, effeuillage, etc…).

Quand on lit les livres de cette époque, tout est dit, écrit, de ce qui doit se faire et des interrogations que l’on se pose encore aujourd’hui.

 

Le prix de l’époque doit aujourd’hui correspondre à 5000 euros le tonneau en primeur, ça serait bien si un spécialiste pouvait nous convertir ces francs 1880  en euros 2010.

 

10 viticultrices à la télé

Suite à leur show dans les salons de l’assemblée nationale (gros succès), Murielle et ses copines doivent passer à la télévision dans « Petit journal people » de Yan Barthès de Canal+, entre 19h05 et 19 h55

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 11:51

Est-ce que la France ne devrait pas élire roi de France Mr James Cameron qui, avec les recettes de son film « Avatar » pourrait rembourser une partie de la dette de notre pays ?

Je ne veux pas la jouer « petit bras » mais moi qui me posait la question de la solvabilité de nos pays et de la France en particulier, voilà pas qu’il suffirait que Luc Besson nous sorte un blockbuster à l’américaine pour effacer d’un trait (s’il nous en faisait cadeau  )  avec ses bénéfices toute la ligne des agios dus à la mauvaise gestion de nos gouvernements successifs.

 

La France devrait 1400 milliards d’euros (84 % du PIB !)

Avatar a fait gagner 2 milliards d’euros à James Cameron. 700 films de plus et hop, nous revoilà créditeurs ! Bon c’est vrai qu’il faudrait que James Cameron accepte de devenir Français et qu’il travaille plus de 700  années … Mais bon, les chiffres, c’est les chiffres.

 

Heureusement, en France on a des talents : Marc Simoncini, créateur du site de rencontres Meetic, veut investir 100 millions d’euros dans des start-up françaises.

Moi qui l’avais rencontré rapidement lors de l’enregistrement de l’émission télé de Mireille Dumas, j’avais été impressionné par ses angoisses existentialistes qui dépassaient les miennes.

Je vois qu’il est totalement guéri. Moi pas.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 15:28

Clotilde Tamisier et moi avions rendez vous hier pour le 1er jour de l’audit par un consultant qui, toute la semaine, va contrôler le travail engagé depuis 2007 et nous dire ce qui ne va pas et surtout définir les points à améliorer.

Choisir d’intégrer ces normes ISO en pleine crise économique ne rend pas la tâche facile certes, mais les contraintes d’aujourd’hui nous rendrons la vie plus facile demain. Ce qui est sûr c’est que dans nos métiers, certains fonctionnent comme au Moyen Age et d’autres sont déjà dans les normes industrielles les plus strictes. Synthèse de tout ça dès vendredi.

Chaque responsable de site, négoce-vignes-chais de vinification, saura s’il a bien travaillé, sachant que dès que l’on entreprend ce travail, celui-ci devient permanent et que de toute façon, j’ai envie depuis longtemps d’appliquer autant que je peux les normes 14000 concernant l’environnement (et ceux qui y travaillent !)

Partager cet article
Repost0