Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 13:19

Quand il fait chaud, rien de tel que les champagne, les blancs et les rosés à table.

 

Le 2009  Rosé du Domaine de Chevalier est vraiment bon, capable de rivaliser avec les meilleurs crus classés de Provence. On n’en parle pas souvent mais, à Bordeaux, on fait aussi des vins rosés et même une spécialité locale le Clairet, à boire sans façon, frais, sur des grillades, salades, poissons, ce vin fait des miracles !

(et j'allais oublier les crémants ! - Lionel si tu me lis )

 

Le prix et la qualité de ces rosés que nous vendons dans nos boutiques de Saint Emilion sont évidemment tributaires du soleil et du mauvais temps. Hier, il y avait du soleil et les boutiques ont vendu du rosé, si le temps est un peu plus froid, c’est les vins rouges. L’ambiance climatique en plus de l’ambiance économique font et défont les succès ou les échecs des ventes ! (Nous vendons le Rosé de Chevalier à 9 euro et les bons Bordeaux Château Subilaux et Château Lafont Fourcat à 5 euro)

 

 

vin rosé GD(1)

 

 

 

 

Pour augmenter notre indépendance financière, nous sommes passés de 2  boutiques de vins à Saint Emilion et d’une à Maury l’année dernière  à 2  de plus à Saint Emilion et  1 à Margaux, en plus de notre site internet, ça finit par en faire, des bouteilles.

Surtout si l’on rajoute nos clients qui louent le château Valandraud à Saint Etienne de Lisse qui sont très disposés à acheter nos vins.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 10:14

Le tour de France cycliste  passera devant notre propriété de Margaux : le château Bellevue de Tayac ets en effet placé sur la route des châteaux, et le contre la montre individuel Bordeaux-Pauillac (52 km) passe au milieu de ces vignobles célèbres du Médoc.

Le lendemain, ce sera la fin de l'édition 2010 du tour de France avec l'arrivée sur les Champs Elysées à Paris.

Avec un peu de chance on pourra voir notre chai et nos vignes dans les reportages diffusés à la télévision

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 10:17

Sur le site de Valeurs Actuelles, un article écrit le 22 octobre 2009, par Arnaud Folch est en ligne, son titre : « Pieds-Noirs, une blessure française ».

Il y a des blessures qui cicatrisent mal, je revois de temps en temps des pieds-noirs qui ont encore l’accent très caractéristique de notre Algérie, sans doute des actes de résistance hostiles à la mondialisation… Ce pourrait être un sujet du bac !


Cétait l'anniversaire de Murielle ce dimanche, 2 bouteilles de Pomerol : Latour à Pomerol 2006 dans un style classique que nous apprécions, c’est un bien bon vin, chargé de bons souvenirs (les caisses de 1967 achetées 3 francs 6 sous à l’Intendant lors de sa création et bues depuis longtemps...), et Bon Pasteur 2002 toujours aussi bon et paradoxalement un cru peu commenté. Merci Dany et Michel Rolland.

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 16:00

J’ai de temps en temps l’occasion de fréquenter des « nécrovinophiles », mot inventé par moi pour définir cet amour particulier et bizarre qu’ont certains amateurs  pour des vins à l’apogée dépassée et qui, morts depuis quelques temps, n’ont de vivant que le cercueil de la bouteille en verre,  et le bouchon en liège, à bout de souffle,  qui n’en peut plus d’attendre sa mise à mort !

Autant je peux comprendre l’intérêt historique, culturel – autant j’ai du mal à croire que l’on puisse avoir du plaisir à boire ou même à goûter à ces cadavres.

En effet, combien de bouteilles de vin gardées trop longtemps  finissent - mal - dans l’évier ? Car même le vinaigrier n’y trouve pas son compte.

Combien de ces vieux vins  gardés dont l’unique intérêt est d’être là pour remplir une « jolie cave » ou pour frimer ?

Ne sont pas Cheval Blanc 47 ou Mouton 45 qui veut parmi tous les 47 ou 45, et s’il y a des exceptions à tout règle, j’ai bien peur que ces amateurs de vins trop vieux n’aient oublié que l’exception c’est justement d’être exceptionnel !

Vous me direz, et c’est la seule excuse, tant qu’on a pas goûté, tant qu’on a pas ouvert, on ne sait pas ! Il y a parfois des miracles : je me rappelle, c’est vrai, cette bouteille de Lescours 1937 bue à plus de 50 ans d’âge, qui était extraordinaire.

Sans doute les liquoreux tiennent-ils mieux la route du temps. Et je ne conteste pas  qu’il y ait de grandes surprises, ce qui m’inquiète, c’est seulement ceux qui n’éprouvent  du plaisir qu’à boire ces vins trop vieux et qui, même quand ces derniers sont sérieusement morts, leur trouvent de l’intérêt. Tous les goûts sont la nature… comme les coups et les douleurs pour les masochistes !

Pour faire simple le vin a une naissance, une apogée et une mort, c’est ainsi et c’est pour ça qu’il nous parle tant : similitude avec notre vie humaine, sans doute.

 

J’admets facilement que l’on offre une bouteille de l’année de naissance, bouteille anniversaire, cadeaux pour signifier que l’on aime cette personne. J’ai moi aussi dans ma cave quelques bouteilles de 1955 pour Murielle, quelques bouteilles de 1951  pour moi et d’autres vieux millésimes que je préfère d’ailleurs souvent offrir qu’ouvrir. J’ai moi aussi eu des chocs à boire des bouteilles improbables, le seul aspect que je critique, je le répète, c’est ceux qui trouvent toutes  les qualités à ces vins qui sont de toute évidence finis, morts !

 

Bien entendu, ceux qui font commerce de ces antiquités ne sont pas à blâmer s’ils font bien leur travail. Après tout, ils ne sont que des commerçants qui répondent  à une clientèle en offrant ces vins aux apogées largement dépassées à une clientèle bien présente. Leur rareté et les prix atteints permettent de bien vivre de ces cadavres.

Il faut de tout pour faire un monde : des maternités et des cimetières.

 

Je dois avouer  que cet article était déjà écrit depuis quelque temps. J’ai évoqué ce sujet avec des amis, certains proches de cette addiction, mais c’est seulement à  la suite de la parution d’un article dans le dernier ou avant dernier numéro de la RVF, consacré à un collectionneur célèbre qui me cite avec fiel, que j’ai eu envie de poster ce billet sur mon blog aujourd’hui
Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 10:24

Sur M6 La nouvelle star s’appelle Luce, cette apprentie infirmière va changer de métier. Perpignan Peyrestortes et sa région ont leur nouvelle star.

Viendra-t-elle à Maury pour chanter « Ne me quitte pas », cette si belle chanson de Jacques Brel, interprétée avec un grand talent ?

Aura-t-elle la chance d’avoir de beaux textes et des musiques pour péréniser sa carrière ?

C’est en tout cas une bien belle histoire

Partager cet article
Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 10:37

Aide mémoire : savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on veut aller …

 

Le château La Dominique est vendu au négoce bordelais depuis son achat par Clément Fayat. J’ai consulté l’historique des prix de sortie pour le négoce bordelais en première tranche et il faut donc rajouter entre 50  et 100 % pour avoir le prix tarif consommateur selon les créneaux de distribution :

 

1982    5.79  euro     RP 93/WS 92

1985    9.15  euro     RP 74/WS 83

1989   11.89 euro     RP 93/WS 91

1990   12.96 euro     RP 92/WS 88

1995   16.77 euro     RP 89/WS 89

1998   24.85 euro     RP 87/WS 90

2000   26.00 euro     RP 91/WS 91

2005   21.00 euro     RP 90/WS 89

2009     ?                   RP 92-94/WS 93-96

 

Il n’y a pas beaucoup de crus avec de belles notes supérieures à 92 chez Parker qui ont été déjà mis en marché. Ca ne facilite pas la prise de décision et n’enlève en rien le risque de se tromper.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 15:39

Dans la revue Challenges du 27  mai, un gros article (version papier et internet) sur les primeurs de Bordeaux 2009 et je suis cité en préambule, ainsi que Robert Parker

Merci Monsieur Jean Pierre de la Roque.

 

La ville de Saint Emilion reçoit de plus en plus de touristes, le site grandiose attire, bien sûr, et le vin et son vignoble aussi. Ce qui est nouveau, c’est peut être de nouveaux commerces : librairies, galerie d’art, art de la table, voire boutiques de vêtements, ça commence à équilibrer les restaurants, bars et surtout magasins de vins, qui deviennent plus professionnels, moins « attrape-toutristes » : il faut que le client ait envie de revenir.

 

La vigne ets de toute beauté, elle se rattrape de la grêle subie l’an passé.

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 10:12

Vinexpo Hong Kong cloture : nous  venons de passer 3  jours bien remplis, passés sur notre stand  à accueillir nos clients et à rencontrer de nouveaux contacts.

 

Carte Media Card BlackBerry pictures IMG00201


Dès la semaine prochaine, retour à Saint Emilion et à la campagne primeurs

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 13:08

Il y a quelques semaines, le journaliste philippin Sherwin Lao a publié un article  sur les politiciens en lice pour l'élection  dans son pays, en démarrant chaque portrait par un "s'il était un vin...", et voici sa vision de Manny Villar :

 

"The most visible and most audible (the jingle is incredibly catchy) presidential candidate was born Manuel `Manny’ Bamba Villar, Jr.. I see Sen. Villar as a Chateau Valandraud, one of the original `Garagistes’ wines that caught the attention of the wine world in the mid 1990s. Garagistes refers the vintners in Bordeaux that produce `Vins de garage’ or garage wines. Chateau Valandraud was founded in a 1 hectare plot in Saint-Emilion, left bank Bordeaux. With very modest capital and no money for equipments, Chateau Valandraud started making wines the primitive way—by hands and feet in their garage. The dedicated and very hands-on labor end up producing very low yield wines of incredible bold flavors and depth. Chateau Valandraud rated extremely high on the demigod Robert Parker rating scale, and fetch prices comparable to the classified grand cru Saint Emilions. This is like a Villar rags-to-riches fairy tale story! From very humble beginnings of living in depressed Tondo, Manny soared to become a billionaire real estate mogul. I recently tasted a Chateau Valandraud 1996 vintage courtesy of my friend Romy Sia of Wine Story, and the wine was superb!"


In Manila Standard Today  20/04/2010

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 12:43

 

moufflette

 

 

A Paris, le salon de la RVF a été particulièrement réussi et il y a eu beaucoup de monde. Les salons attirent de plus en plus d’amateurs, jeunes, garçons et filles, professionnels et particuliers, et même journalistes travaillant  pour des  médias concurrents !

 

Seul « bémol » : l’obsession de toute l’équipe de la RVF concernant l’alcool et les vins puissants. A croire que la loi Evin a transformé tous les journalistes en anti - vins riches, à moins que cela soit l’idée qu’ils se font du goût Parker, voire sans doute Bettane et Desseauve et l’envie de faire le contraire ?

Ici ou là dans les médias français, et pas qu’à la RVF, je vois cette vague anti alcool dans le vin, sans prendre la précaution  d’au moins parler d’équilibre ou même tout simplement de permettre à d’autres points de vues de s’exprimer. Cela devient du journalisme engagé et cela me navre. Pour moi, bien sûr, et mon goût pour les vins riches, cela me désole pour les vins de mes amis d’ici à Bordeaux ou du Roussillon et cela me rappelle cette histoire d’un humoriste depuis longtemps disparu, Fernand Raynaud, et son sketch La Bougie.

J’explique, pour les plus jeunes : dans une famille où tous ont la bouche de travers, impossible d’éteindre une bougie en soufflant, l’air part à côté, enfin quelqu’un y arrive mais il n’est pas normal (par rapport à cette famille) car il n’a pas la bouche de travers.

 

Je pense aussi à cette histoire vécue par Hervé Bizeul et moi avec nos amis distributeurs canadiens : en l’occurrence, l’acheteuse trouvait que quelques vins sentaient la mouffette.

La mouffette doit sentir mauvais au Canada (c’est une espèce de putois) pour être l’image utilisée par cette charmante québecoise pour définir les odeurs de brett : odeur tenant du réduit, du mercaptan, du caca bien odorant, ou comme dirait aussi un ami amateur de cheval, à la sueur d’un cheval malade !

Donc, en tout cas, nos amis journalistes finissent par aimer les défauts évidents pour tous ceux qui ont fait le DUAD avec le professeur Dubourdieu ,  pour tous les oenologues qui, compétents, essayent de faire des vins « propres », et ils aiment ces vins à défauts (à mon avis) avec conviction, car c’est le contraire de ces vins qui sentent le bois neuf, le fruit mûr, le raisin. Y a-t-il un nouveau goût pour la scatologie ? Je ne sais pas.

En tout cas, à plus de  13°, c’est ramassé trop tard en surmaturité, le goût d’aujourd’hui, c’est du brett, du végétal, du minéral acide, de la transparence…Halte aux vins trop noirs !

Le nouveau Ku Klux Klan du vin n’aime pas ces couleurs sombres ! Ni la bonne barrique neuve, ni les vins qui n’ont pas un peu de perlant sur la langue. Après la nouvelle cuisine et ses excès, les nouveaux vins nature, ça c’est sûr il faut de tout pour faire un monde, après avoir longtemps négligé ce type  de vins, il était temps de les remettre au goût du jour… Je m’en vais de ce pas demander à mes collaborateurs de faire une petite cuvée à offrir à ces amateurs pour montrer notre savoir faire, je devrai dire notre savoir pas faire.

Partager cet article
Repost0