Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 18:11

Au Brésil, 29 à 30° avec pas mal d’humidité. Le risque c’est de choper mal à la gorge avec les climatiseurs à fond dans les avions, les restaurants, les voitures… Ici,  dès mon retour, changement de décor : après la pluie (je ne pense pas avoir connu d’hiver aussi pluvieux), c’est au tour de la neige de faire son apparition aujourd’hui.

Cette semaine s’annonce chargée pour moi avec le 28, l’assemblée générale de mon entreprise avec avocats, comptables, commissaire aux comptes, etc…

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:40

Une grande semaine de travail en perspective, du 17  au 24 février, avec Carlos, pour la promotion de mes vins de ceux de mes amis.

Le Brésil est l’une de nos priorités avec les USA et la Chine.

A peine de retour, je repartirai en voyage avec Mike à Singapour, Kuala Lumpur et Bangkok, du 2  au 10 mars.

Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 12:42

 2 repas –dégustations, midi et soir du 8 février au Bistrot du Sommelier, animés par Philippe Faure – Brac en personne.

Autour de la table, quelques amis comme François Audouze ou Bernard Pouliguen, des journalistes, blogueurs et amateurs de vin.   Repas préparé pour être en harmonie avec les vins présentés, millésime 2009, avec Valandraud Blanc et Rouge, Virginie de Valandraud et 3 de Valandraud rouge, et pour finir, Thunevin-Calvet Maury 2007.

Nous avons  également eu droit à un vin à l’aveugle, difficile d’imaginer que notre meilleur sommelier nous offre Pomerol 1993 Le Pin, vin qui m’a paru très frais, jeune et surtout très classique en style. Comme quoi, la dégustation à l’aveugle, c’est dur.

Aller-retour à Paris parfait avec le TGV Libourne-Paris, et samedi  avec le prétexte d’une amie qui passe la semaine dans la région, un Pape Clément rouge 2004 tout à fait  délicieux, la classe d’ un bon millésime, comme quoi là aussi, le temps peut bien faire évoluer nos vins.


Le samedi soir, invité à Bordeaux par un couple d’amis pour le plaisir de partager un moment                 avec des  amis de Saint Emilion, faut le faire, merci Marc. Bonne cuisine maison et après champagne et un Bourgogne blanc dont je n’ai pas noté les noms. A l’aveugle, un très très beau vin, classique, presque médocain en style, sans doute le millésime : un très très beau Monbousquet 2004, il est vrai qu’en magnum le vin se goûte toujours mieux. Après, en magnum aussi, mais là très moderne, dans le goût des vins que j’aime, que j’espère réaliser, un vin à la texture très fine, au nez hyper expressif, odeur de réduction, truffe et raisins mûrs, confiture de mûre à la vanille, c’était Beauséjour Bécot 1995, quelle jeunesse !


Les notes du Wine Spectator sont sorties, James Molesworth a noté beaucoup, beaucoup de Bordeaux 2010 et c’est bien car il y a du coup plein de « petits » châteaux, petits prix, vins de marque et bonnes affaires. Cher nous, par exemple, de Domaine Virginie Thunevin2010 Bordeaux, avec 89 points, comme le Domaine des Sabines et le Château Bellevue de Tayac  ou le Clos du Beau Père avec 90 points, etc…

Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 21:02

Très bon repas à Bordeaux pour faire connaissance, avec  Krug à l’apéritif, Bonneau du Martray 2006 Corton Charlemagne, tout jeune grand vin, et Valandraud 2010. Ambiance de travail et pour autant décontractée, le temps a passé  très, trop vite.

 

Rendez vous en suivant à Saint Emilion avec l’architecte des bâtiments de France pour 2  projets d’aménagement dans la ville de Saint Emilion, le site classé nous oblige à ne pas faire n’importe quoi , nos projets seront adaptés à nos besoins et aux  impératifs du secteur sauvegardé.

Demain, Paris.

 

 


Partager cet article
Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:27

Vendredi, je serai à Paris pour la journée, au Bistrot Du Sommelier, avec Philippe Faure Brac qui a organisé une dégustation de quelques uns de mes vins et un repas.


Toute la semaine sera vite passée, tant j’ai eu de déplacements et de rendez vous, et la présentation du millésime 2012 et les dégustations primeurs seront vite là.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 18:03

Rendez vous avec Pascal Chatonnet du laboratoire d’analyse Excell pour mettre au point un protocole de contrat pour l’achat de nos bouchons naturels en liège. Son expertise nous aidera à anticiper les problèmes, forts de nos expériences passées, quelquefois malheureuses.

Des  rendez vous pour des bilans, des analyses avec, à la chambre de commerce de Libourne, l’Acifop, des journalistes et un peu de travail quand même. Pas le temps de souffler !

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 16:56

Et beaucoup de rendez-vous travail à Bordeaux avec l’un de nos clients spécialiste de la vente sur internet, ensuite avec Tchékov et ses amis, et dégustations de vins envoyés par des fournisseurs.

Aujourd’hui, c’est  rendez vous chez le notaire, rendez vous téléphonique avec un possible partenaire financier, nos clients japonais,etc…


Bu ce weekend un 3 Marie 2008 sur le couscous de l’ami Serge, tous simplement un grand vin, sauf que personne n’en a conscience, Domaine Virginie Thunevin, le Bordeaux de ma fille, en 2008  et 2010, là aussi, déficit d’image. Le vin est tout simplement très bon, le 2008 très fin, élégant, et le 2010 plus en puissance. Pour finir, un Bad Boy 2010, niveau grand cru classé de grande qualité – bien sûr, c’est moi qui le dit – il suffit d’en acheter une bouteille pour vérifier 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 19:38

Après ce récent colloque organisé par Diam, 2 réflexions :


1/ Il y aurait toujours besoin de gourous dans le monde si complexe des vins, comme pour la mode, l’art, tant il serait nécessaire pour l’acheteur, de ne pas être grugé, trompé et perdre ainsi la face vis-à-vis de  lui et de son environnement social. Rares sont en effet  ceux qui peuvent se permettre d’aimer acheter des croutes, boire des horreurs et revendiquer avec détachement un choix si peu consensuel et statutaire.


2/ Création de valeurs 

Une réflexion personnelle, la plus facile : une bonne note , un bon commentaire dans les médias; la plus habituelle : le travail du commerce, promotion, dégustation, mise en avant dans les points de vente;  la plus pérenne : les classements, celui de 1855, celui de Saint Emilion (quoique pérenne... ?), des crus bourgeois par exemple ou celui des terroirs bourguignons, voire champenois.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 17:52

D’après les journaux, les 3 crus auparavant classés et déclassés en 2012 : Croque Michotte, Corbin Michotte et Tour du Pin Figeac contestent auprès du tribunal administratif ce classement au motif qu’ils n’en font pas partie et ce qui est normal pour eux qui essaient d’intégrer ce classement  et peut paraître paradoxal quand on imagine tout le mal qu’ils disent des modalités de ce classement qui a, par ailleurs, satisfait plus ou moins les 82 autres crus classés. La seule vraie interrogation pour moi et les 82 classés actuels  est celle-ci : en sera-t-il  comme la dernière fois, la totalité du classement retoqué ou plus sereinement ne sera-t-il question que des 3 plaignants ?


Il existe également une3ème alternative : c’est que l’INAO ne désire plus s’occuper de ce classement qu’il y ait plus rien ou qu’il soit d’ordre privé plutôt que public.


Voire même une 4ème hypothèse, entendue ici et là, peut être même désirée par certains de mes collègues, que ce classement soit le dernier et qu’il soit figé.


J’ai un ami parmi les contestataires, des amis parmi les partisans d’un classement figé style 1855 et moi qui suis totalement pour ce système renouvelable que je trouve remarquable par sa modernité et l’intérêt qu’il offre pour notre appellation qui, grâce à ce classement, motive les crus présents et attire tous les talents. Il suffit de regarder les promus du classement 2012 pour voir que beaucoup des nouveaux crus classés appartiennent à des nouveaux propriétaires pleins de courage, de talent et de moyens et qui prouvent que même sans moyens, mon histoire en est encore la preuve, on peut espérer être 1er cru, que même dans la plaine de Saint Emilion, il y a de beaux terroirs et de grands talents, etc..

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 15:58

Tous les grands journalistes et médias du vin sont à Bordeaux ces temps ci pour goûter et renoter les 2010.

Déjà passé, James Molesworth du Wine Spectator, bientôt Robert Parker pour le Wine Advocate, James Suckling, Michel Bettane, et bien entendu un original, Antoine Gerbelle qui vient, lui, pour le millésime 2003, 10 ans après, sachant que le Grand Jury Européen prépare une dégustation des 2001… Bon Dieu, que nos vins sont analysés, commentés, jugés, et pire si ce n’est pas le cas. Masochiste que je suis, si ce n’était pas le cas, si mon vin n’était pas réclamé, je serai bon pour une angoisse carabinée. Masochiste, je vous dit.


Qu’attendre de toutes ces dégustations ? Des confirmations sans doute, mais surtout pour ce qui est du bizness, des découvertes, des renotations favorables, des meilleurs scores qu’aux précédents, sachant qu’une note en baisse fâchera nos distributeurs et rendra plus difficile la vente des stocks encore existants, alors qu’une belle note permet d’aider nos distributeurs, voire d’en  trouver de nouveaux et d’économiser beaucoup de temps et d’argent nécessaire habituellement pour établir des circuits commerciaux , ce qui est  juste pour info la règle pour  95% des vins produits dans le monde.

Dans le Decanter de Février, une grande dégustation des crus bourgeois 2010. Notre vin n’y est pas mentionné, nous n’avions sans doute pas encore fait sa mise en bouteille. Ce sera pour la prochaine fois.

Partager cet article
Repost0