Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:32

Depuis quelques années, nous retrouvons les "fondamentaux" : exploiter la chance d’avoir en France beaucoup de touristes et pour les recevoir, des hôtels et des restaurants de qualité. 


J’ai le privilège d’avoir beaucoup d’amis dans ces professions et le travail réalisé par mes collaborateurs, représentants, fait que nos vins sont bien présents à Saint Emilion et dans ses environs, à Bordeaux, sur le Bassin d’Arcachon et bien entendu à Paris.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 14:30

La petite production réalisée à Bordeaux en 2013 fait que les prix augmentent pour les « petits vins », ceux vendus en vrac, rendu mise, c’est-à-dire mis en bouteille par le négoce bordelais.


La hausse, qui atteint déjà de près de 30 %, se fait par ailleurs dans un contexte difficile : économie en France au plus mal, export difficile toujours à cause d’un euro fort, et ceci rajouté au fait que le 2013 à Bordeaux ne bénéficie pas , c’est le moins que l’on puisse dire,  d’une image favorable.

Bien sûr, cela impacte sur mes achats, les suivis, les exclusivités, heureusement, j’ai l’avantage d’avoir des stocks considérables de millésimes précédents.

Pour ce qui est des vins chers, nous verrons au mois de mars, pour les primeurs, mais déjà, pour nos vins en stocks, il ne s’agit plus de hausse mais de stagnation, voire de blocage ou de baisse, sauf exceptions 

 

index-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 16:46

Pour tout dire, le temps de pluie permanente de ce weekend est particulièrement indiqué pour lire un livre  sur Albert Camus, notre célèbre pied-noir. En fait, « journaux de voyage »  est tiré des notes  qu’Albert Camus avait prises lors de 2 voyages effectués par lui aux USA (New York) et en Amérique du Sud (Brésil), livre plein de « spleen » adapté au temps pluvieux.


Bu à table, seulement 2 vins : un Clos du Beau Père 2010  carafé 1 heure avant le repas de midi, déjà superbe et meilleur encore pour le fond de carafe le soir.

 

BEAU-PERE-2010.jpg

 

Vin tout en harmonie, rien d’une bête à concours mais sans doute l’exacte représentation que l’on se fait d’un bon Pomerol, dommage qu’ il n’y ait plus que 300 bouteilles en stock.

Le lendemain soir avec un ami très proche, une bouteille pour éloigner la tristesse : un Trotanoy 2005 juste ouvert et que c’est bon ! Vive Trotanoy.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 09:38

Pour les Parisiens, un nouveau salon signé Jean Marc Quarin « Salon des Outsiders » qui se tiendra le 23 novembre au 8 rue de Valois 75001 Paris.


J’aurais aimé que ce genre d’évènement existe au début de la création de Valandraud, mais aurais-je eu l’argent nécessaire pour y participer ?

Car, à l’époque de la création de Valandraud nous n’avions quasiment aucun moyen et je suppose aujourd’hui que beaucoup des vins promus par Jean Marc Quarin appartiennent majoritairement à des propriétaires peu fortunés.

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 12:56

Le livre fait par Eric Bernardin et Pierre Le Hong est à la vente depuis quelques jours (39 euros) en librairie. Merci aux éditions Sud Ouest de croire en cette série sur le vin; ce livre de grande qualité est en effet capable de plaire aux amateurs de vin mais aussi aux professionnels de nos métiers, ce qui n'est pas si facile.

Valandraud fait partie des 20 crus présentés, merci aux auteurs pour ce remarquable ouvrage.

 

61K6nSfe5OL._SX385_.jpg

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 14:19

Le désir de voir ce film réalisé par Albert Dupontel n’a rien à voir pour nous avec les commentaires élogieux lus ici ou là, ou les promotions d’avant sortie réalisées à la télé par Albert Dupontel et/ou Sandrine Kiberlain.

 

 Non, c’est simplement à cause d’une rencontre - grâce à Emmanuel, qui nous a permis un soir à Saint Emilion, à la maison, chez nous de recevoir Albert Dupontel, venu découvrir Valandraud,  et qui nous avait totalement subjugué par son talent et son énergie alors qu’il nous racontait ce film à venir, encore dans son imagination, empli d’une rage, d’une obligation pour lui de créer ce film, nous contant, nous mimant tous les rôles. Ce fut un de mes grands souvenirs, une belle soirée.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 18:50

Sur le forum de Mark Squire du site de Robert Parker, Johan Van Trijp en Hollande relate une grande dégustation de vins Millésime 2003 avec  hélas l’absence des 1ers crus classés 1855 ou les stars rive droite  de Pomerol mais quand même une sacrée belle brochette de grands vins - avec même 2 vins pirates comme Dominus ou Sassicaia - et je ne peux que trouver la place de Valandraud et son score plus qu’honorable, sachant que ce millésime 2003 n’était pas facile surtout si, comme pour moi la garde avait été privilégiée plutôt que le plaisir immédiat.


A noter que bientôt je serai à New York pour faire goûter notre  Valandraud 2010  au Marriott Marquis pour l’évènement organisé par le Wine Spectator du 24  au 26 octobre.

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 22:18

Il y a actuellement la remise des prix Nobel, et il va y avoir aussi le prix des vignes à Saint Emilion, qui ne cesse d’augmenter - sorte de bulle spéculative, les riches fortunes ne sachant pas où placer leur argent et le château Bordelais dans une appellation noble, les vignes de champagne ou de Bourgogne atteignent des sommets toujours plus élevés sans tenir compte de la rentabilité passée mais juste basés sur des hypothèses de prix de vente de vins de luxe. Pourquoi pas … mais il se pourrait que tout le monde ne réussisse pas le business plan idéal (voir Thierry Verstraete)


Le paradoxe : ce sont les propriétés dont le potentiel ne semble pas exploité que  les acheteurs et agents immobiliers ciblent, les propriétaires ont l’illusion de se faire draguer pour leurs mérites… ce n’est pas toujours le cas.

Les non-vendeurs s’excitent des offres plus ou moins farfelues qui leur sont faites, moi-même étant souvent consulté pour être l’un des acteurs de ces offres en tant que fermier, consultant visible ou occulte. Je trouve ça limite mais après tout, il vaut mieux faire envie que pitié – qu’importe les raisons de plaire, beaucoup de propriétaires, même intelligents, n’auraient pas imaginé que leur outil de travail soit aussi désiré. Pourvu que ça dure.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 15:46

Un spécial Saint Emilion en kiosque avec plein d’articles : «  le club des 4 (A) », « un vent venu de l’est (Neipperg) »,  « Sortie de garage (Valandraud )», « Tout beau  tous bios (Fonroque, etc) ». Tout Saint Emilion (la dégustation par Bettane et Desseauve des 2010),  l’art de vivre et quelques portraits, du beau travail et c’est bien pour Saint Emilion même s’il manque beaucoup de crus, de personnalités. Saint Emilion est tellement vaste que Terre de Vins peut facilement faire 2 ou 3 numéros « spécial Saint Emilion » de plus…

terre-de-vins-hsstemilion2013.jpg


Dans la page consacrée à la dégustation des « stars  de 2010 » à Saint Emilion : Valandraud 2010 reçoit un si beau commentaire qu’il serait difficile de ne pas en faire état :

« Un sommet du millésime, admirable densité de matière et complexité de saveur, indescriptible par des mots, grande allonge, saisissant ce jour là ! »   18.5/20

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 16:15

A notre table hier avec des amis, professionnels du monde du vin ( nous étions 5) : Valandraud Blanc 2012, et pour suivre, Valandraud rouge 2009 tellement facile à boire qu’il pourrait paraître simple, c’est l’apanage des grands vins et des grands millésimes, les 2009  se boivent trop facilement.


Pour suivre, un vin d’un millésime plus modeste – on dit « classique » à Bordeaux – Cheval Blanc  2004 tout à fait délicieux, belle couleur sombre, nez hyper complexe, vive le Cabernet Franc, bouche briochée, suave et épicée, un vrai succès dans ce millésime plus austère. Notre Valandraud 2004 est bien moins sexy, c’est un comble pour moi qui privilégie souvent  la sucrosité, l’opulence, notre 2004 est en fait très Bordeaux « rive gauche ».

Je blague, bien sûr, il y a aujourd’hui plein de vins des 2 côtés dans tous les registres, ici aussi rive droite, il y a des vins « faciles » et d’autres qui demandent du temps (Figeac, etc…)

Partager cet article
Repost0