Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 16:14

L’UGC  en déplacement, ça remue du monde, les 2008  sont commentés sur le site de Parker par des amateurs à la façon  de Parker. Les notes sont plutôt basses pour ce millésime, il est vrai plus « classique » que les extravertis 2009 et 2010.

Jeff Leve à Los Angeles ,  Philippe Camps à Bruxelles et Alan Rath à San Francisco y vont de leurs commentaires.

La Dominique me parait sous cotée, il est vrai que je ne suis pas neutre, mais je vais vérifier avec Andreas Larsson à mon retour des USA en dégustant La Dominique et plein d’autres 2008  en situation d’être comparés et jugés.

 

La Dominique sera l’un des candidats au nouveau statut de 1er cru lors du prochain classement de Saint Emilion. Juste pour dire, sans vouloir ce coup-ci être trop polémique, le statut de 1er, 2ème , 3ème, etc… permet souvent d’avoir  des commentaires et des notes plus positifs, plus favorables. La position «  sociale » permet généralement d’avoir un, deux ou trois points de plus chez tous les dégustateurs « normaux ».

Rares étant ceux qui jugent sans se laisser influencer par les classements : il n’y a qu’à voir les dégustations à l’aveugle si souvent contestées d’ailleurs par ceux qui n’acceptent pas les remises en cause.

 

En conclusion, vive les classements, vive les positions sociales… si j’en fais partie !

A bas les privilèges....si je n’en ai pas…

Vive les dégustations à l’aveugle si je suis challenger ou à bas ces dégustations qui, à l’aveugle, ne prennent pas en compte l’histoire et l’âge du capitaine quand je suis 1er cru

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 19:08

 

Lu sur le blog de dégustateurs.com, un commentaire pour le moins encourageant de Patrick Essa pour notre propriété du Roussillon avec mes associés Marie et Jean Roger Calvet :

 

 

 

Côtes du Roussillon Villages "Hugo" 2004 - Domaine Calvet Thunevin à Maury

  Le vignoble de Maury est fort réputé pour ses vins mutés mais moins connu pour la qualité remarquable de ses vins secs. Lorsqu'en 2001 Murielle et Jean-Luc Thunevin décident de mettre en valeur les qualités de ce finage en investissant dans de vieilles vignes fort bien exposées de cette appellation ils décident de le faire en compagnie d'un jeune et talentueux vigneron du cru, Jean-Roger Calvet. Les vignes familiales de ce dernier vinrent alors étoffer les parcelles acquises initialement par les Thunevin et le domaine ne cessera de s'étendre, complétant opiniatrement la variété de ses terroirs avec - en particulier - de superbes parcelles granitiques du côté de Lesquerde.

 

168977_1541847391429_1392274947_31199143_3197229_n.jpg

 


 

  Ainsi les vins produit par la marque Calvet-Thunevin - aujourd'hui Thunevin-Calvet - bénéficient-ils d'expositions variées sur trois types de sols, les classiques schistes marneux de Maury, qulques enclaves argilo-calcaire et le fameux granit de Lesquerde. Cette complémentarité morpho-géologique transparaît aisément dans les diverses cuvées produites, alors que la variété des cépages apporte une complexité variétale qui traduit sans aucun doute la vision complexe apportée par des assemblages mesurés qu'un "citoyen" de Saint Emilion peut avoir d'un cru de haut vol.

  Si la cuvée Constance est élevée durant 14 mois en cuve ciment et produite sur la base d'un production importante (environ 150.000 bouteilles) les autres cuvées se veulent plus directement centrées sur leurs origines grâce à une culture biologique exigeante et au mode de vinification et d'élevage qu'elles reçoivent. Les Dentelles mêlent à parts égales le grenache et le carignan, la confidentiel "Trois Marie" est une cuvée de pur grenache alors qu' "Hugo" s'exprime pour moitié avec de vieux grenache qui sont complétés par des Carignan et environ 10 pour cent de Syrah élevées en pièces bourguignonnes.

  Le choix d'élever en petits contenants  de bois et en demi-muids transparaît nettement dans ces cuvées d'élite qui y trouvent une énergie interne et une fraîcheur unique dans le secteur, d'autant que la chaleur alcoolique des zones solaires est ici particulièrement bien maîtrisée. Point d'impressions capiteuses, de sucrosité traînante ou de lourdeur conférée par des arômes sirupeux et confits, les vins ont un vrai naturel d'expression et une pureté sans compromis qui a fait la réputation de la marque "Thunevin". Les boisés me paraissent par ailleurs fort justement amalgamés aux trames serrées de tous les crus.

   Si j'avoue avoir eu une préférence ténue pour l'équilibre des Dentelles dans la gamme des 2009 naissants dégustées en Avril, j'ai été fort impressionné par la maturation de "Hugo" dans ce millésime 2004. Goûté une première fois il y a deux  ans le vin s'était montré très serré, encore dans sa guangue tannique et quelque peu discret au plan aromatique mais disposait toutefois déjà d'une finale rémanente. Aujourd'hui il semble être parvenu à une phase où on peut le boire pour le côté juteux de sa matière riche et les beaux arômes de merrains, de poivres blanc, de thym et de chocolat noir qu'exhale le nez. La bouche encore ferme domine aisément le palais de sa stature tannqiue affirmée à granularité fine et j'ai apprécié la longueur d'une finale qui laisse poindre une fine salinité sur des accents épicés, réglissés et vanillés d'une rare élégance. Un très beau vin. Très bien +

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 13:42

Bu :

 

Echezeaux 2007 Grand Cru de Bruno de Saunay-Bissey, bu avec plaisir avec Murielle et Lionel, notre  invité lyonnais, moi encore sur ma faim, ma soif devrais-je dire, en tout cas, la bouteille a été bue facilement ! J’ai du mal avec l’élégance, j’aime les vins plus concentrés, c’est sûr.

Avant, nous avions bu un Meursault 2008 de Pierre Boisson, il n’ y a pas que moi qui  ai un nom prédestiné ! Vin très citronné, agrumes, vif, bon.


Lu :


Sur le blog du Grand Jury Européen des commentaires de François Mauss sur le règlement accepté par Saint Emilion et l’INAO avant signature du ministre et des responsables (mais non coupables) concernés. Pas mal de réflexions et je pourrai en rajouter une, sans doute paradoxale.

Les opposants à ces nouvelles règles du jeu sont si différents, certains étant des stars, icônes incontestables et d’autres si peu connus que je n’ai pas vendu une seule de leurs bouteilles en 20 ans, que je me dis… que ce règlement ne doit pas être si mal 


En tout cas, j’ai déjà écrit à propos de ce classement qu’un stagiaire aurait suffit,  on utilise les règles du classement de 1855 – pourquoi notre rive veut tellement être différente ? – on y rajoute les statistiques de Bertrand Le Guern et on a notre classement que certains imaginent égalitaire !Alors qu’un classement c’est tout le contraire : on classe les meilleurs, mais ça, c’est une autre histoire.

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 11:57

Je pars pour New York dimanche 30 par des avions Air France dont le beau et gros A380 pour Paris –New York. J’y rejoindrais Christian Dalbavie qui m’a concocté un programme de travail chargé.

 

L’occasion de ce déplacement étant provoqué par notre ami  Alan Frishman qui a organisé un évènement à la Commanderie de Bordeaux de New York avec La Mondotte et Valandraud en guest stars.

Pour la présentation de nos vins, Stephan Von Neipperg pour La Mondotte et pour Valandraud, moi seul cette fois ci, avec Christian comme interprète : je ne suis toujours pas capable de m’exprimer en anglais !

Nous goûterons donc Valandraud et La Mondotte dans des millésimes différents. Après ce, ces repas de « gala », promotion avec le distributeur new yorkais d’une partie de ma gamme, et ensuite un autre à Boston.


Pendant ce temps-là, Murielle continue de tailler ses vignes. Après Fongaban et les parcelles devant le château à Bel Air, il y a les blancs et là il y a du boulot. Boulot, travail passionné et  récompensé par le bel article signé Andreas Larsson sur la très belle revue Tasted :

"A great, new generation, white Bordeaux from a mixed vintage that despite all the criticism produced some outstanding white wines. The Blanc de Valandraud offers a great deal of purity on the nose with hints of lime, passion fruit, and ripe citrus. You feel the Sauvignon but the palate is a bit broader and creamier, and offers nice zesty fruit with a youthful bite and long finish. A serious white Bordeaux that offers great drinking today and is very suitable with elegant and pure flavours. It also works really fine with these earthy and creamy flavours and it has the edge to work with the often difficult texture of the egg."

 

Ce magazine, avec des mises en page, un graphisme et des photos de plus en plus belles. Un nouvel axe de communication plus glamour pour certains crus, le champagne et l’art du luxe n’est pas loin et certaines photos sur les vins Rolland pourraient convenir à nos Bad Boys et Bad Girls. La(le ?) photographe  a du talent (Lili René) et la directrice artistique Marie Rolland va faire des envieux pour les castings des jolies mannequins qui doivent jouer un rôle dans cette nouvelle approche du vin.

Egalement de bonnes notes et commentaires de dégustation pour Valandraud et Fleur Cardinale, Faurie de Souchard, Le Prieuré, Rol Valentin, etc…



Partager cet article
Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 17:01

Pommard Clos Blanc 1er cru d’Albert Grivault 2006 : bon nez, vin correct, trop léger pour moi, la malédiction du Bourgogne ?


Lezongars 2000, problème de bouchon

 

Clos des Moiselles 2008  Côtes de Bourg, assemblage de merlot, malbec et cabernet sauvignon. Belle présentation, bon vin. Et aussi son second vin le Bord Eaux 2009, 100% merlot, tout en fruit.

 

Saint Saturnin 2008  Médoc : voilà un vin étonnant, fait par un vieil ami, pied noir comme moi, et qui fait depuis longtemps du bon vin, très différent des autres. Mais cet homme n’aimerait pas faire comme les autres : Jancis Robinson a fait un grand article  sur le propriétaire le 13 novembre 2010. Un futur vin culte ?

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 16:30

Lu dans la belle revue The World of Fine Wine, une dégustation des 2006, signée Michael Schuster, Michel Bettane et Thierry Desseauve et de très beaux commentaires (en Anglais)  sur Valandraud et Virginie de Valandraud 2006 :

 

Château Valandraud 2006   -  17.5

MB : Great color ; intense and noble violet-like nose ; perfect ripeness, great length ; perhaps more Pomerol in character than St-Emilion ! Refined winemaking, seductive and complex –lovely. 17.5

TD : The same soft and mellow body as Virginie, but much longer and intense. Great hedonistic style, with a perfect balance and a long depth. 18

MS : Sweet, restrained nose; generous middleweight wine, fresh and tannic, a fine, long –term constitution; rich, ample, powerful, tannic; masses of  flavor within the firm tannin texture; long in ripe fruit, powerful in flavor, complex and complete, with excellent length. An aromatic  and a powerful expression of St-Emilion, needing at least 8-10 years. 2018-35. 17.5

 

Virginie de Valandraud – 15.5

MB : Great color, rich and intense body, tannin on the dry and heavy side but not overwhelming; excellent intensity but lacking the refinement of texture of the best. 16

TD : soft and mellow; charming but not enough intensity. 15

MS : Soft, sweet, vital, mature fruit on the nose; very nicely balanced, firmly dry, medium-full wine; fine, ripe, scented, minerally fruit of moderate complexity, a little wood dry. Needs time. 2014-20. 15.5

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 16:24

Miss Vicky Wine, Anne – Victoire ,  dont je disais qu’elle avait la « pêche » a pour mascotte un joli petit canard rose posé sur son épaule,  écrit avec humour et passion et a posté un article sur son blog hébergé par le site internet de L’Express, ce qui me fait me rappeler que ce journal avait fait paraitre un article de 4 pages sur notre histoire le 14 août 1997.

Le journaliste Georges Dupuy ne sait pas tout le bien qu’il nous avait fait à l’époque : la notoriété a explosé et nous avions vu arriver dans la semaine 3  équipes de télévision dont celle de TF1 pour un reportage de 3 minutes pour le 13 heures de JP Pernaut ! Ils avaient tous le magazine l’Express dans leur voiture…

Merci encore à ce journaliste toujours grand reporter à la rubrique économie.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 12:11

Avec un peu de retard : Depuis le 23 novembre 2010, le meilleur sommelier d'Europe c’est Paolo Basso.  Bravo Paolo, c’est largement mérité !

 

La revue Vigneron, 3ème numéro, belle revue chic, peu de publicité, de belles photos, du texte, comment font-ils ?

 

Grains Nobles :

Vendanges en vert encore aujourd’hui, en tout cas lundi soir à la dégustation organisée par Grains Nobles, cette méthode étant contestée par certains amateurs qui répètent les propos de collègues vignerons avec des arguments simplistes, confondant une vigne à l’équilibre parfait grâce aux soins adaptés, avec une vigne jeune ou trop bien entretenue et qui fournirait trop de raisins et il faudrait  faire tout un article de fond pour expliquer comment faire  dans ces cas-là pour atteindre la perfection de leur vignes exemplaires, donnant ces vins fluides que je n’apprécie pas grâce à tous ces raisins conservés sur pieds . Savoir faire le vin, c’est pas humain, c’est Dieu qui commande !

 

Grains Nobles, encore :

Barrique Neuve : même commentaires et là aussi, si l’on n’aime pas les vins boisés, pourquoi en boire ? Surtout quand on sait que celui qui présente les vins (moi) affirme depuis longtemps son attachement à la bonne barrique neuve …

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 16:56

Club de dégustation créé par Michel Bettane et Bernard Burtschy, ce lieu situé 8  rue Boutebrie   75005 Paris, organise régulièrement des dégustations pour moins de 30 personnes.

 

Nous étions sur place avec Murielle pour faire goûter et commenter :

Blanc de Valandraud N° 1 & N°2   2007

Bad Boy 2007

Virginie de Valandraud  2007

Château Valandraud  2007

Clos Badon Thunevin 2007

Clos du Beau Père 2007

Domaine des Sabines 2007  

Château Bellevue de Tayac 2007

 Et également

Château Valandraud 1999

Clos Badon Thunevin 1999

 

Très bonne ambiance, lieu parfait pour ce genre d’exercice, quelques amis présents et le temps a passé très, trop, vite. Les vins se goûtaient très bien, c’était un bon jour et encore l’occasion de se faire de nouveaux amis dont Anne-Victoire qui a une pêche d’enfer.

 

A midi, repas au bistrot de Pierre Gagnaire, Gaya (44  rue du Bac, 75007), qualité au top pour notre goût, avec un Roc des Anges 2008 Segna de Cor. Vive le Roussillon.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 15:08

C’est bien sûr l’un des tous 1ers crus de Saint Emilion mais c’est aussi depuis quelques temps une adresse de luxe pour qui recherche un appartement, une chambre d’hôtes, une adresse  où le mot privilège a un sens.

Saint Emilion et la Toscane, un air de famille qui offre  aujourd’hui des lieux où résider pour le travail ou les vacances.

Nous avons nous aussi une maison à louer, en attendant d’être capable de louer à la chambre.

Partager cet article
Repost0