Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 14:48

Cécile est revenue et le blog reprend,  il y sera sans doute question du prochain classement de Saint Emilion, des guides qui sortent cette année : RVF, Bettane & Desseauve, Hachette, etc...


La pluie et le beau temps nous permettent d'espérer un bon 2011, affaire à suivre....

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 14:53

Le beau temps revenu, les pluies nécessaires à la bonne santé de notre vignoble permettent d'espéere encore un bon millésime. Derniers travaux de vendanges en vert, effeuillage, et parès il sera temps de préparer les vendanges, du coup pas si précoces que prévu  il y a un mois de ça ?!

 

Dernier achat : 2 hectares 50  en Côtes de Castillon, situés à côté de nos vignes de Valandraud, vont pouvoir nous donner une autonomie pour Bad Boy, issu essentiellement de vignes en location, en fermage, en plus de celles de ma fille.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 16:21

1 bouteille de Château d’Yquem 1811 a été vendue à un Français restaurateur à  Bali pour 85 000 euros !  Le précédent  record avait été établi par Cheval Blanc 1947 en Impériale pour 223 967 euros  (soit  un peu moins de 28 000 euro la bouteille)


En 1998 chez Sotheby’s, Valandraud avait lui aussi battu quelques records. Petit rappel et comparaison de cette époque glorieuse pour Valandraud (les prix cités sont à la bouteille sauf  le 1994)  

1991 : Château Valandraud   3534 F/ Château Margaux  322 F / Chateau Lafite Rothschild  232 F

1992 : Château Valandraud  1146 F/ Château Lafite Rothschild 431 F  / château Latour  320 F

1993 : Château Valandraud  1445 F / Château Haut Brion 283 F  / Château Lafiet Rothschild 315 F

1994 : Château Valandraud en  Imperiale 7416 F / Château L’Evangile  4137 F

1995 : Château Valandraud  1204 F /Château Haut Brion 817 F / Château Lafite Rothschild 763 F

 

A la même époque, mes amis qui revenaient du Japon me rapportaient que Valandraud était le vin vendu le plus cher et se retrouvait dans certains magasins et restaurants là-bas aux prix des  2 monstres sacrés que sont Romanée Conti et Pétrus, le prix de Valandraud étant à 10 000F !


  De 1991 et 2000, Valandraud était considéré par Parker comme trop cher, je ne sais pas ce qu’il pense des prix actuels de Valandraud qui, depuis 2006 a décroché des sommets pour se retrouver à des prix de super seconds avec un volume il est vrai très limité : 15 000 bouteilles de moyenne, comparé à Cos d’Estournel, y’a pas photo, comme diraient les jeunes. Au prix d’un Pavie ou d’un Angelus, Valandraud a encore une position « sociale » héritée des bases de classement de1855 du Médoc où le prix était le référence et explique en partie tout le « cinéma » des mises en marché primeurs, un des effets « papillon » collatéral des bases de tout classement à Bordeaux (et ailleurs).

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 16:49

Samedi 23 juillet 2011, de 22 h 30 à 1 h du matin, j’ai vu le très beau spectacle de la Bataille de Castillon qui met en scène sur 7 hectares la reproduction par plus de 450 comédiens bénévoles et 50 cavaliers, cette célèbre bataille qui eu lieu en 1453 entre Anglais et Français, et qui marque la fin de la guerre dite de 100 ans.

 

Un bon spectacle populaire (22 euros) au sens le plus noble, tout ce public et tous les bénévoles pour faire vivre ce beau spectacle, le froid e la nuit ne m’a pas empêché de penser que le spectacle était trop court et donné l’idée qu’aussi à Saint Emilion nous devrions faire un spectacle similaire lors de la Nuit du Patrimoine ?

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 11:03

Dans la lettre du bureau de courtage Les Grands Crus, cette citation de William Arthur Ward :

"Le pessimiste se plaint du vent

L’optimiste espère qu’il va changer

Le réaliste ajuste ses voiles"

Voilà qui correspond bien à l’intérêt d’une partie de notre profession pour les bâteaux à voile. Le bassin d’Arcachon, le Cap Ferret, La Rochelle, le Pays Basque ne sont pas loin mais la citation aurait pu être plus complète avec : et les traines-couillons (les bâteaux à moteur) se moquent bien du vent qu’il fait.


Bon, maintenant comprenne qui pourra, que viennent faire ces citations dans le monde du commerce du vin de Bordeaux ? Cette campagne primeur ayant plutôt donné ceci : sachant que pour beaucoup il est question d’aller où le vent pousse, même si c’est au risque de se fracasser sur les rochers, allons-y, pourvu que je ne sois pas tout seul !

En attendant, les vins « normaux » se vendent plutôt mieux, preuve qu’ils sont consommés et que Bordeaux, avec ces 3  derniers grands millésimes, arrive à faire largement des vins concurrentiels, même sur des marchés matures comme l’Allemagne, la Suisse ou les USA, et que pour des « has-been » ils sont plutôt in.

Nos mises de châteaux à la propriété, à des tarifs consommateurs  France de 5 à 10  euros n’ont jamais été aussi bons, et j’espère que 2011 sera encore un bon millésime.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 19:03

Voici ce qui a été écrit  dans le Wine Advocate N° 195 par David Schildknecht, sur notre cuvée Constance, dont les millésimes 2008, 2009  et 2010 sont des  Côtes du Roussillon Villages, grâce à l’encépagement de la propriété qui comprend des Syrah et des Mourvèdres.

 

 

Thunevin-Calvet Constance 2010      90-91+       Review by David Schildknecht

As for the 2010s, knock wood (since, to be sure, it's early days for these), but if the 2010 Cotes du Roussillon Villages Constance that I tasted from tank is any indication, then Thunevin and Calvet might well achieve this year a sense of levity, fresh fruit juiciness, and interactive complexity that surpasses previous vintages at this address. That's not to suggest that the fruit - abundant black raspberry and blackberry - isn't sweetly ripe; in fact it's nearly liqueur-like. But here, my animal appetite as well as my intellectual curiosity (not just professional duty) sends me in search of a second sip. Scrubby suggestions of juniper and arbor vitae; resinous mint and marjoram; and saliva-inducing salinity that seems linked to a more intriguing sense of mineral impingement vie for attention and contribute to a sense of vibrancy which let's hope (but I am pretty confident) will be preserved in bottle, from which this ought then to be worth revisiting for at least 3-4 years. The 2008 offered a welcome sense of dynamic, but this 2010 outdoes it in that department; and as for sheer sense of schist-typical expression of stone and smoke, this surpasses the 2007 Constance in that respect. In a sign of the times, incidentally, this year the share of Carignan exceeds that of Grenache.

To settle a trademark dispute, the former Domaine Calvet-Thunevin is now "Thunevin-Calvet," but there were no corresponding changes in company structure or team members. Where there has been change - and for more about how Jean-Roger Calvet and Jean-Luc Thunevin entered into this collaboration and its evolution consult my report in issue 183 - is in the line-up of wines and their elevage. New wood, like ultra-ripe fruit, is still prominent, but barriques have increasingly given way to demi-muids and foudres, while the talk is of enhancing freshness and minerality, an aim reflected not only in the rigorous exclusion via table de trie of any overripe berries and in the approach to fermentation and elevage, but also in a decision to plant additional Carignan which, like Mourvedre, Calvet sees as having a more important role in the domaine's future. Most of the wines I tasted on this occasion were in the 15-15.5% alcohol range but seldom did I apprehend any significant heat. (Changes in the individual cuvee make-ups are detailed in my tasting notes.) The 2008 vintage was noteworthy for the length of its ripening period, notes Calvet, with his harvest not having concluded until the end of the first week in October. The 2009 harvest was finished two weeks sooner and even then required stringent sorting to remove overripe berries in Grenache as well as Syrah.

Importers include M. S. Walker, Somerville, MA; tel. (617) 776-6700 and Monsieur Touton Selection, New York, NY; tel. (212) 255-0674

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 14:41

1 / Lire le dernier commentaire de François Mauss avec ce titre « Un problème américain arrive en Chine ». C’est en effet à partir des problèmes évoqués que j’ai décidé de sortir Valandraud de la place, et je ne suis pas sûr encore aujourd’hui d’avoir bien fait, mais il est sûr qu’il y a un problème de marge pour les distributeurs !


2/ Qualifier un vin de « merde » relève de la liberté d’expression, selon la cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg. Cela concerne un journaliste hongrois  qui n’aimait manifestement pas un vin local. Sur que ce qualificatif n’est pas gentil….François Mauss, si tu me lis….

 

3/ Le guide Hachette arrive en librairie le 31 août prochain, très utile pour les vins pas chers, maxi 6-7  euro. Il n’a hélas pas beaucoup d’influence sur les 300 grandes marques bordelaises (1er vin, 2nd vin, rouge, blanc). Au début de Valandraud, j avais et j’en étais heureux, des coups de cœur  et même une médaille au concours agricole de Paris.

 

4/ Y aura-t-il un étudiant en sociologie, en économie pour faire une thèse sur les bouleversements qui transforment les relations propriété, négoce, clients, journalistes depuis  ces 2 derniers millésimes primeurs à Bordeaux,  la propriété ne joue-t-elle pas un jeu dangereux en favorisant de fait les gros négociants ?

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 15:38

Nous avons récemment dormi dans une chambre d’hôtes dans la Brenne, au Domaine de la Crapaudine (36300 Rosnay). Cadre plus que beau, calme, décoré avec goût, un beau jardin et un petit déjeuner plus que bon, et en plus, un accueil intelligent, allez visiter leur site www.domaine-de-la-crapaudine.fr...

 

L’occasion de parler de la dernière réalisation en Médoc de Serge Tchekov et sa compagne : 1 2 3 chemin du bord de l’eau, 33460  Macau, et d’annoncer que nous aussi allons mettre en place à Valandraud une location à la chambre dans notre « château », avec comme responsable Magali Vouillat qui saura répondre très rapidement à toute demande, même si cette saison sera un apprentissage d’un nouveau métier.

 

2C1W3469.jpg

 


L’occasion en plus pour nous d’attirer du monde dans le secteur de Saint Etienne de Lisse et près des propriétés de nos amis : Mangot, Faugères, Pressac, Rol Valentin et Fleur Cardinale.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 14:26

La vigne a vraiment eu chaud. Quelques vignes ont eu des raisins brûlés par le soleil et la chaleur, surtout celles exposées à l'ouest. Les quelques pluies de ces jours ci ont fait du bien, mais la pluie n'arrive pas à mouiller le sol sous le feuillage, c'est dire...

 

La campagne primeur se termine avec les derniers rachats-ventes au prix du marché. les transactions ne sont sur les 5 ou 6  icônes, et vu le prix unitaire de chaque bouteille, ça finit par faire du chiffre.

 

La ville de Saint Emilion est pleine de monde à cause du temps couvert et les boutiques de vin fonctionnent plutôt bien, ce qui fait l'affaire de nos 3 boutiques....

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 16:50

Climat chaud, est ce que ce sera encore un style 2003 à Bordeaux ? Y aura-t-il des orages de pluie pour débloquer la véraison ? Je le souhaite.


Les propriétés de qualité se vendent bien. Lascombes dont je pensais, sans rien connaître du dossier, que cette propriété au potentiel qualitatif prouvé depuis 2001, méritait qu’un de mes amis s’y intéresse jusqu’à 180 millions, a trouvé preneur à 200 millions. Bravo à l’acheteur, compagnie d’assurance, qui saura continuer le travail effectué sous la direction de Colony et faire de Lascombes l’un des meilleurs seconds crus du classement 1855.

Tertre Daugay, également vendu -  à la société propriétaire de Haut Brion, et Matras à château Canon, ça concentre… Les grandes marques peuvent s’étendre, les raisons de vendre étant tout aussi nombreuses aujourd’hui qu’hier : indivision, successions, conflits, retraite, opportunité….

Partager cet article
Repost0