Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 17:12

 

Lard et Bouchon : cadre, service, qualité des plats et choix de vin, tout ceci à un prix très doux. Lirac 2009  de la Mordorée était délicieux)


Le Clos du Roy à côté de la maison : service et table plus gastronomique, cuisine créative. Vin Elian Da Ros Chante coucou 2006, bon.


L’envers du Décor bien sûr, le cadre, le service, un lieu de rencontres, j’ai oublie le nom des vins mais ils devaient être bons !

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 18:10

Repas chez des amis, propriétaires du Château Mangot

Voilà la liste des plats préparés avec talent par Anne Marie et Isabelle (vive cette coquille Saint Jacques et ces desserts !)

 

Amuse bouche : Trilogie de foie gras (Huitre chaude au fois gras, capuccino au fois gras, millefeuille au foie gras)

Servi avec un Champagne de chez  Francis Boulard, Cuvée Petrae

 

Entrée 1 : Coquille st jacque, gratiné au chorizo, sur émulsion de roquette

Servi avec Puligny Montrachet "Garenne" 2007 de chez Olivier Leflaive

 

Entrée 2: Homard rôti au riesling sur purée de blette et 4 épices

Servi avec un Trimbach cuvée Frédéric Emile 375..millésime 2001

 

Plat 1 : Ris de veau, sauce soubisse aux cerises, réductions au vin rouge, sur son lit de légume blancs

Servi un Volnay Clos des chenes 2006 de chez Bouchard… 

Et Vin chinois, cabernet sauvignon Tônhwua.

 

Plat 2: Selle d'agneau en croute de pomme de terre, à l'huile de truffe

Servi avec Lynch Bages 1996 et Valandraud 2001

 

Fromages, Trio de Brebis de chez Jean D'Allos… Ossau d'estive, de printemps, et manchego

Servi avec Rouget 2000 et Quintessence 2003

 

Pré dessert : nage de fruit exotiques et panna cotta vanille

 

Dessert : flan coco, mijotés de mangue, et espuma de mangues

Servi avec un sauternes  Ch Haut Bergeron  2007

 

Les vins, tous intéressants, le champagne Boulard très bon dans cette cuvée Petrae, les autres, servis pour s’harmoniser avec les plats étaient en accord,  sauf (pour mon goût) pour la Bourgogne, car j’aime plutôt le style Trapet ou Dugat 

 

diner-16-decembre-2011--2-.jpg

 

 

Le Rouget 2000 et le  Quintessence 2003 de Mangot ont eu leur passage de gloire, ils se sont goûté de manières divine. Température, repas, ambiance de qualité, tout ça a de l’importance.

Haut Bergeon  2007 nous rappelle que c’était un des vins préférés de l’ami Jacques Luxey, avec Raymond Lafont.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 11:51

Coup de foudre, c’est le nom du spectacle actuel donné dans cette salle située en plein centre ville de Bergerac, et en effet c’est du beau et bon spectacle de cabaret bien sûr très fréquenté par les clubs du 3ème âge comme l’Ange Bleu de gironde, mais ce spectacle est vraiment de qualité, aussi bien qu’à Paris, artiste de talent et en plus la directrice est pied noir, alors un peu de pub, et puis Bergerac ce n’est pas loin et c’est beau .

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 16:58

Bernard Magrez ne fait pas les choses à moitié. Il a créé une activité Wine tourisme très clairement axée sur le luxe, le prestige et le raffinement.

Visite de ses châteaux, repas, réception, concerts, modes de transport originaux (la rolls-royce, le Falcon 50, la pinasse ou le hacker craft) spa, golf, Grand Théâtre, etc…


Ce qui est bon pour Bernard Magrez est bon pour nous. La clientèle de cet univers du luxe peut aussi avoir envie de boire un 1er cru ou un Valandraud. Elle aura aussi pu se rendre compte qu’ il y a du luxe ultra raisonnable : Tour Carnet, Fombrauge et beaucoup des crus de Bernard Magrez sont vendus à des prix très accessibles. Tout comme chez nous où nous proposons Valandraud mais aussi le Domaine Virginie Thunevin en Bordeaux ou des vins de Pomerol ou du Roussillon.

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 16:33

Expertise aujourd'hui pour Murielle et Rémi, notre avocat Maître Magret, avec des experts, avocats, dégustateurs, pour vérifier si notre plainte concernant un lot de vin de Bordeaux et déterminer s’il est vraiment contaminé, un peu, beaucoup ou pas du tout, soit par un goût de bouchon, soit par un goût d’atmosphère de chai, soit les 2, soit..rien  !

Nos clients aujourd’hui sont tellement précis que ce qui aurait pu passer pour un goût normal de barriques un peu trop vieilles avant, est aujourd’hui refusé par nos clients. Dès qu’un client  nous signale un problème que mon entreprise, malgré notre avance technique, n’aurait pas décelé, nous lançons une vérification et ne refusons pas de prendre en compte une réclamation. Le formalisme de la Norme ISO nous permet d’accompagner notre recherche pour savoir, comprendre et si possible solutionner tous les problèmes.

Hélas, les demandes à l’amiable auprès de nos fournisseurs se heurtent à des « c’est pas nous, c’est l’autre… », et … c’est peut être vrai.

J’espère que la résolution de ce problème ne prendra pas 3  ans, en attendant, nous sommes toujours clients de ces 2  fournisseurs.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 15:55

Dans cette période ou les relations presse-châteaux sont suspectés de multiples conflits d’intérêt, je persiste à croire que l’on peut bien faire son boulot de journalistes et aimer les gens.

Voilà, je n’ai pas trouvé d’autres titres pour définir une rencontre étonnante, preuve s’il en est besoin que ce métier est vraiment exaltant.

Etonnant par l’objet du coup de cœur, une interview réalisée par deux journalistes reconnus, que je connaissais assez peu.

Difficile de croire que je puisse encore être surpris par des journalistes, leur façon d’être, de vivre et de travailler, mais là, c’est sûr, s’il s’est passé quelque chose en plus ils habitent en gironde ….

D’origine Suisse-Allemande et  amoureux de la France

Ils, Rolf Bichsel et Barbara Schroeder ouvrent leur agence de presse Vinmédia et avaient décidé de venir me poser quelques questions et de faire un film pour internet (je suppose).

Le  style était assez Rock-and-roll, voire disco, je n’imagine pas que ce reportage puisse être diffusé par Vinum (revue en langue allemande).

Les questions posées par Barbara Schroeder étaient ‘’ piquantes’’, ‘’ fraîches ‘’, je n’avais pas compris l’une de ses questions :

‘’ aimez- vous l’art ?’’, et ce n’est qu’en lisant sur internet que j’ai compris qu’elle était artiste peintre, Rolf Bichsel était à la caméra et prenait beaucoup de  plaisir à filmer et à diriger notre 1er rendez-vous. Je pourrais, j’aurais du leur dire et  j’ai dit : pourquoi pas une rencontre avant ?

 

 

La réponse de Barbara était mi-sérieuse, mi-taquine : » tu n’en avais pas besoin ! « 

Heureusement que Rolf sait qu’ un chat, fût- il de gouttière, à besoin de caresse, tous les jours que Dieu nous donne.

Il me tarde de voir sur Youtube le montage de ce moment passé ensemble à L’Essentiel .

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 11:04

Il se passe pas mal de bonnes choses à Saint Emilion.

Les Domaines Clarence Dillon, le Prince Robert de Luxembourg, ont eu la bonne idée d’acheter l’une des plus belles propriétés de Saint Emilion, le Château Tertre Daugay et la célèbre actrice chinoise Zhao Wei vient d’acheter le château Monlot.

47a63028e4a1a.jpg

 

Ces achats, plus ceux d’autres investisseurs tout aussi motivés, même si moins célèbres, prouvent la vitalité et la notoriété de notre belle appellation, et j’espère que le nouveau classement saura conforter nos nouveaux voisins du bien-fondé de leur choix.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 17:44

L’hôtel Jules et Jim ouvre le 19  décembre au 11 rue des Gravilliers 75003 Paris. Il a été créé par Goeffroy Sciard qui, à Saint Emilion possède avec sa famille le château Faurie de Souchard.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 16:28

 Quand ce lundi, je tape sur les moteurs de recherche le mot Valandraud, il apparait ce qui s’est écrit cette semaine, et c’est toujours bien de voir s’afficher des textes en anglais, indonésien, russe ,allemand, chinois et français.

En chinois il y est fait référence à l’article sur les 10 vins, les plus célèbres, les plus rares, les plus chers du monde dont Valandraud 1995.

En allemand la note 20 sur 20 de René Gabriel  pour encore ce Valandraud 1995, en russe ils évoquent la venue d’Andréa Franchetti à Kiev en Ukraine et son rapport à Valandraud et Pingus, en indonésien on parle du même article sur les 10 vins qu’il faut avoir bu une fois dans sa vie etc…

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 16:40

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager la prose de Gilles Berdin, reçue plus tôt dans la semaine :

 

« Il y a une semaine que nous nous sommes rencontrés et les deux vins que nous avons dégustés me hantent encore. J'en parle à tout le monde !
Franchement, c'est rare que je réagisse ainsi. J'ai assez souvent des émotions (dé)gustatives mais là...

En mettant sur papier notre conversation, je me suis aperçu que, sur le coup, je suis resté un peu coi tant la surprise était grande et puis, eurêka, j'ai su :
Valandraud blanc 2010 c'est la révolution du soleil le temps d'une inoubliable journée d'été qui débute par une aube douce et soyeuse, évolue crescendo en une explosion de lumière et termine subtilement sa course sur un crépuscule sans fin. Cette délicatesse d'attaque, cette explosion aromatique raffinée du milieu de bouche et cette longueur en finale en font un vin e-x-c-e-p-t-i-o-n-n-e-l.

Quant au rouge 2009 c'est tout simplement le petit Bacchus en culotte de velours. Que c'était bon ! Là aussi j'aurais beaucoup à dire mais je m'abstiens. 

Il ne faut plus me faire boire de tels vins car ils déclenchent un galimatias amphigourique que j'ai du mal à contrôler. Néanmoins, j 'espère trouver le bon angle pour partager ce vécu avec les lecteurs. »

        


Le remerciant de ce message dithyrambique, je lui ai alors demandé l’autorisation de retranscrire son courriel ici même : «  Pas de problème, vous pouvez même citer mon nom si vous en avez envie - il faut que j'apprenne à assumer mes délires. »

 

Merci Gilles.

Partager cet article
Repost0