Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 13:55

 

Dégustation de quelques bouteilles de 2011 apportées à mon bureau pour avis : je plains de tout mon cœur les critiques qui vont être obligés de tout goûter, les pauvres !

Les lèvres, les gencives et les dents vont en prendre un coup. C’est sûr qu’on sera pour certains vins, à la limite du détartrage intégral, tant certains vins présentés sont acides, comme si les malolactiques n’avaient pas encore été faites.  C’est dommage car même dans ces vins, le fruit et la maturité semblent là ?

Pour quelques autres, c’est une régal, niveau 2010, ça va être dur de comprendre que nous sommes dans un millésime particulier, et d’ailleurs il n’y a entendre les premiers commentaires où il est question de comparer ce millésime 2008, 2001, 2007, 2002, 2004, j’aurais rajouté 2006  tant qu’à faire….


 A Haut Carles, nous avons goûté les 3  millésimes de cette propriété amie dans les 2 versions Haut Carles et Château de Carles. Les vins sont bons bien sûr, les 2009 e t  2010  sont d’un bon niveau déjà largement reconnu par les critiques, journalistes et amateurs.

Mais ce cru sera sans doute l’un des rares à avoir réalisé un 2011 en Haut Carles supérieur à tous les millésimes faits jusque là. Changement de vinification puisque vinifié à 60 % en barriques. Technique  dite vinification intégrale, moi qui suis  pourtant circonspect sur cette méthode, je  dois dire que le vin a gagné en finesse de grain, en douceur et en harmonie, sans perdre le bon côté « frais » du millésime. Une vraie révélation que ce Fronsac 2011.

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 13:40

Cru  Bourgeois : pour le château Bellevue de Tayac, c’est enfin arrivé !  Nous aurions pu l’être avant, mais à chaque fois, nous avions oublié un papier ou une procédure car il est vrai que Margaux est très loin de Saint Emilion et que nous sommes un  peu, beaucoup, noyé sous les procédures différents, organismes de contrôle…. Bordeaux, Pomerol, Lalande de Pomerol, Saint Emilion et Margaux, tous différents. Tout ça ne facilite pas la vie !

Cette reconnaissance tombe bien, le 2010  est tout simplement le meilleur fait par nous dans cette propriété achetée en 2004 et remise enfin en état quasi parfait juste cette année.

 

Assemblée générale de la Commanderie du Bontemps Médoc Graves et Sauternes Barsac au Château Carbonnieux. Ambiance presque estivale, le temps d’été ces jours ci rend tout plus souriant. Après la réunion, vite à Haut Bailly pour un superbe repas préparé par le traiteur Humblot, les vins servis à table : un bon Cantelys 2006  blanc appartenant à la famille Cathiard -  Daniel Cathiard était venu en voisin, à vélo, ça culpabilise un peu et explique sa forme – Phélan Ségur 2004, vraiment une belle surprise, le vin est tout en charme, plaisir, puis un très très bon Haut Bailly 2002, millésime  oublié avec pourtant de sacré vins. Et, avant et avec le dessert, Rieussec 2007 (je ne suis pas sûr du millésime mais c’était aussi très bon).


Il y a des jours où la vie de propriétaire négociant  est  vraiment agréable. Ensuite, vite, direction  le Clos du Beau Père à Pomerol car rendez vous avec des amis banquiers (si, si ça existe) pour parle boulot et ensuite toujours au Clos du Beau Père, rendez vous avec Marilyn Johnson pour une interview/portrait ( ?), je ne suis pas sûr mais je verrai bien


Le soir, en regardant le petit journal sur Canal plus, un sacré moment de détente et de joie, filmé grâce aux effets  décontractants du Château Angélus ! l’art de vivre et de prendre son temps en buvant de bons vins avec des amis, c’est une belle façon de promouvoir nos vins !

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 17:03

Dégustation à l’aveugle par toute l’équipe de notre cuvée Bad Girl ; 2009, crémant de Bordeaux, encore en élevage chez notre partenaire Lionel Lateyron, pour savoir quelle  quantité de liqueur d’expédition nous préférions en pensant surtout à nos clients et la clientèle ciblée.

Lors de la première dégustation, la majorité avait préféré 1.4 gramme de liqueur d’expédition, ce coup-ci 1.2 grammes. On est dans le brut et grâce au talent du vinificateur, celui-ci reste doux en bouche, suave, presque sucré, c’est déjà très bon.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 16:32

Les  pieds-noirs et le vin, c’est une grande histoire. L’Algérie a été un grand et gros producteur et certains vins étaient plus que renommés et pas que pour « hermitager » les grands vins de France jusqu’en 1960 ( ?)


J’aurai aimé qu’un article parle de cette époque vue par les pieds-noirs, les bordelais  ou les bourguignons, puisque c’est «  l’anniversaire » des 50  ans de l’exode des pieds-noirs et de l’indépendance de l’Algérie. Il y a encore à Bordeaux  quelques familles célèbres d’origine pied-noir, propriétaires bien acceptés, même de  crus classés 1855. Sans doute il doit y en avoir plus encore dans le Languedoc, le Roussillon et faire un article documenté sur notre diaspora m’aurait fait plaisir, moi qui suis né à Mascara, célèbre pour ses grand vins et j’attends avec gourmandise le moment où François Audouze me fera boire un Mascara 1947, voire 1951 !

Et je précise que ma famille n'était pas dans le vin en Algérie, même si mon nom peut le faire croire

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 15:41

Samedi 24  mars à table chez des amis généreux quant aux bouteilles ouvertes, surtout quand on pense que nous étions 5 à table.

Puligny Montrachet  Les Combettes 1ercru du  Domaine Prieur, délicieux, mûr, opulent

Saint Emilion, Château Ausone 1986  (RP 74) tout en douceur et presque bourguignon, j’ai aimé ! Sachant que 1986 est un grand millésime rive gauche

Pomerol Château La Conseillante 1985 (RP 94), plus riche, plus ample, vraiment bon, grand millésime rive droite

Margaux, Château Margaux 1989 (RP 90), grand millésime mais bouteille décevante

Chartreuse de Tarragone (millésime entre 1973 et 1978); jaune pâle, odeur d’épices orientales, curry, longueur et douceur.


Et 2 photos prises ce weekend : Jean François Galhaud en train d’astiquer au Miror la plaque en cuivre de la propriété de Martine, semant le trouble, le gêne dans la rue avec ce comportement plutôt insolite….En plein jour, astiquer ainsi cette plaque, à son âge !?

 

2011-0294.JPG


La deuxième,  et  j’espère être invité à l’inauguration de ce chai en cours de travaux. Je vous laisse deviner le nom. Ici tout est fait pour se fondre dans le vignoble, une autre façon de communiquer….

2011-0297.JPG

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 16:19

Le  4 avril 2012, en pleine période des dégustations primeurs, parution chez Génat Editeur du livre écrit par Isabelle Bunisset et Michel Rolland, intitulé « Michel Rolland, le gourou du vin ».

 

 

9782723487849FS.gif

Les commentaires déjà lus ici ou là me font penser que le livre ne sera pas politiquement correct. En effet, il y aurait des commentaires sur des critiques (après tout, chacun son tour), sur Jonathan Nossiter (Mondovino) … Et un puis pour 19.99 euro, c’est pas cher la consultation du gourou !

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 18:05

Dans le numéro d’avril-mai, un reportage sur Saint Emilion fait par l’ami Pierre Guigui.

Le bougre ne commente et note que 40  grands crus classés 2009, et même si son cœur bat pour les vins bio, il aime les hommes qui font le vin, et c’est tant mieux !

Pour ce qui est des 2009 crus classés de Saint Emilion, il note très bien le Château Fleur Cardinale et il a la gentillesse de dire du bien de Gérard Perse et de moi . Merci de me citer même quand il s’agit de grands crus classés !

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 17:18

Je n’ai pas goûté tous les vins présentés par cette belle organisation mais, dans les 50  vins goûtés, de belles réussites : Pape Clément, Smith Haut Lafitte, Fieuzal, Balestard La Tonnelle, Canon La Gaffelière, Dassault (très bon), Clos Fourtet, La Tour Figeac, Soutard, Troplong Mondot (très bon), Villemaurine, Clinet (très bon), La Conseillante, Lascombes (très bon), Marquis de Terme, Gloria, Léoville Poyferré (très bon), Lynch Bages, etc ….

 

 

 

images.jpg

Beaucoup de monde, ambiance plutôt bonne, pragmatique, des avis plutôt positifs sur les vins présentés avec, bien sûr, les remarques sur les vins trop extraits, trop boisés, un peu secs, mais rien de bien grave . Pour ce qui est des prix, pas trop d’avis quant à la référence, moins 10 %, moins 15 %, moins 50 % ? Personne à ce jour ne se risque à des pronostics, mais le sentiment général, c’est que Bordeaux en a vue d’autres et qu’il n’ya a pas de raison que la prochaine mise en marché se passe mal. Chacun ayant intérêt à ne pas aller dans le mur, sauf bien sûr pour ce qui concerne son propre vin qui est une exception, etc…

Suite à la dégustation du matin, réservée aux boss des grands négoces et courtages, l’après midi était consacré aux « petits » metteurs en marché, négoce, courtage, avec les commerciaux, directeurs export, etc…


Mes collaborateurs ont eux aussi pu se faire un avis sur ce millésime 2011, cela  permettra à tous le monde d’avoir une vision de ce qui attend nos clients dès le 3/4/5 avril et pour nous dès le 29 mars pour les journalistes déjà présents à Bordeaux.


Au repas de midi, dommage qu’il ne soit pas plus ambitieux, mais je ne sais pas le prix payé par l’U.G.C., mais comme de dit mon ami Alain « à cheval donné, on ne regarde pas la bride ». Donc, au repas de midi, où l’on peut se mettre à table avec ses collègues ou les propriétaires ou responsables des propriétés, nos  collègues ont pu mettre sur la table 2  formidables  vins qui étaient pour le coup hyper sexy, too much, trop bon, patati, patata…. Les vins offerts par les membres de l’UGC étaient des 2009 ! Petit Village 2009, bu quasiment à la régalade, bon Dieu que c’était bon et noté seulement 91  par Robert Parker, pour ce qui est du plaisir ressenti ça valait bien un 95  points (pour info, je n’ai pas de stock ni dans ma cave, ni dans mon négoce ), et après, bien sûr il y avait des collègues de rive gauche, dont un vin à moitié rive gauche puisqu’il appartient au même propriétaire que Clos Fourtet, et je l’ai rarement goûté aussi bien : Poujeaux 2009. Vraiment, quel millésime … Noté 92 points, plus que d’accord avec ça !

Ensuite, et c’est moi qui ai pensé à amener sur la table pour le dessert, un remarquable Château de Fargues 2009 ( 95-97).

Vive les Sauternes quand on côtoie les étoiles !

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 12:28

Hier avec Rémi Dalmasso et Jean Philippe Fort, assemblage des lots de nos différents crus 2011 pour présentation aux journalistes et clients.


Nous avons cette année, à l’inverse de beaucoup de collègues, beaucoup de bons vins, de premier vin dans chaque propriété : sans doute le résultat de nos replantations avec une densité à l’hectare de 8400 pieds, du travail très précis des sols et du rendement par pied, la chance d’avoir fait les bons choix - vendanges plus tardives, plus de prise de risque -  et, à l’arrivée chez nous, un millésime supérieur en qualité à 2007  et même 2008. Bien entendu, ce n’est que mon avis, mais je l’écris et je l’assumerai.


Ceci n’empêche pas le millésime d’être globalement plus hétérogène, le marché moins porteur et  même si par je ne sais quel miracle, les prix devenaient acceptables par nos clients, les « petits » millésimes sont toujours difficiles à vendre la 1ère année en primeur. Mais l’exemple du 2008 qui a été la bonne affaire pour nos clients ne doit pas être oublié, car il a très bien été revalorisé par la suite. Bordeaux étant capable du pire comme du meilleur, je suis raisonnablement optimiste quant aux appréciations de nos vins.


Tout à l’heure, j’aurai une vision plus sérieuse et globale des Bordeaux du millésime 2011 grâce à la première dégustation organisée par l’UGC pour le négoce et le courtage bordelais.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:13

Vendredi 16, un peu en avance pour son anniversaire, Andreas Larsson et son ami sont venus à la maison pour manger et boire. C’est simple, Andreas est meilleur sommelier du monde – ambassadeur de la…. cuisine de Murielle.

Nous étions 8 autour de la table, cuisine 100% Mumu : omelette aux truffes noires, gigot d’agneau et gratin dauphinois, et gros baba au rhum de Monsieur Lopez à Libourne.

Avant de passer à table, quelques 2011 pour se faire la bouche : Clos Badon Thunevin, Virginie de Valandraud, Valandraud, Fleur Cardinale, Secret de Cardinale, Croix Cardinale, Sansonnet et Valandraud Blanc.

Ensuite, avec le premier plat, Sansonnet 2010 et Fleur Cardinale 2009, c’est vrai, je ne me lasse pas de boire ces vins. Après, à l’aveugle, Clos Badon Thunevin 2009 et Smith Haut Lafitte 2009, Tertre Roteboeuf 2008 et Valandraud 2008.

Et pour faire honneur au Brésil et aux brésiliens passés à l’improviste goûter nos 2011 avec Andreas à l’apéritif : Cachaça Vale Verde.


Les vins  ouverts à l’aveugle méritaient tous le détour, chacun dans son style, avec son prix et sa réputation, que demander de plus ? Bordeaux est capable de faire des vins de ces qualités avec ces différences de goût et c’est encore, même pour moi, une source d’émerveillement.

Clos Badon a été ouvert car, juste avant le repas Jacques Berthomeau me téléphone pour me parler de Clos Badon et de l’article lu dans Terre de Vins où celui-ci était arrivé juste derrière Tertre Roteboeuf en millésime 2008 (Merci Bettane et Desseauve)

Sur Livets Goda, jolie revue suédoise N°52, un gros numéro sur Bordeaux, avec 2 pages d’ un portrait de Stéphane Derenoncourt , Michel Rolland et moi pris en photo avec Fifi. Et dans le top 10 de la rive droite (4 pages), un portrait de Valandraud et les commentaires de dégustation de tous les millésimes, de 1991 à 2009, plus nos Blancs et sont cités dans les 10 futurs stars de Saint Emilion Fleur Cardinale et Clos Badon et à Fronsac Haut Carles.

La Suède est, pour mon entreprise, l’un des meilleurs  pays si l’on pense qu’avec 9 millions d’habitants, il représente 2 % du chiffre d’affaires. Merci à notre agent qui fait un boulot remarquable et bien sûr à nos clients, amis et à Andreas !

Partager cet article
Repost0