Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

18 septembre 2005 7 18 /09 /septembre /2005 23:00

3ème jour des vendanges en rouge ce matin.

Le climat est idéal, très froid la nuit, beau et sec la journée, impossible de faire mieux. En effet, si à la place nous avions eu chaud et humide, c’était la catastrophe.

Comme d’habitude, c’est le temps qui décide et cette année, c’est très bien parti, en tout cas pour les terroirs précoces et les Merlot, mais tout le reste va en profiter.

Demain , c’est au tour de Guillaume Quéron d’attaquer les vendanges à Margaux (1 hectare de Merlot)

 

 

Les analyses du labo sont énormes, mais plus que tout le goût des raisins est absolument fantastique : sucré, suave, frais, confit, acidulé, long, plein. D’ailleurs c’est la première année où les vendangeurs en mangent autant (les gens négatifs, si, si, diraient que ce n’est pas avec des raisins bons à manger que l’on fait du bon vin, et bien sûr, ils ont tort).

 

 

Pomerol termine et la plaine de Saint Emilion se met à bourdonner : machines à vendanger dernier modèle très efficaces (oui) et troupes de vendangeurs joyeux. Le beau temps est là et pourvu que ça dure car les plateaux plus tardifs doivent encore attendre la semaine prochaine.

 

 

Ce week end à Saint Emilion, c’était la Jurade et la Nuit du Patrimoine mais surtout la coupe des Grands Crus, gagnée cette année par Château La Gomerie, de mes amis Bécot. Pour info, après Valandraud, Rol Valentin, Rochebelle, La Gomerie est bien la preuve que le mouvement des vins de garage n’a pas que du mauvais ? Dans le jury, que des Européens : Belges, Anglais, Français, représentants de l’INAO, du Syndicat, des cavistes (donc plutôt traditionalistes), et c’est paradoxal mais les garagistes présents (et reconnaissables) sont plutôt écartés au profit de vins plus consensuels.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2005 4 15 /09 /septembre /2005 23:00

Nous démarrons les vendanges aujourd’hui et demain (et nous continuerons les jours suivants )

Alain Vauthier m’a dit qu’il n’avait jamais vu de raisins pareils… Ce doit être  plutôt bon signe puisqu’il a plus de cinquante ans !!

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2005 4 08 /09 /septembre /2005 23:00

Enfin !

 

Je suis passé à Pomerol et les stars vendangent : Petrus, Lafleur, Trotanoy ...

C'est parti et sous de très bons auspices !

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2005 3 07 /09 /septembre /2005 23:00

Après le 1er passage vendredi dernier pour ramasser les sauvignons blancs (au superbe jus), c'était au tour des sémillons hier. 2èmes passages prévus aujourd'hui et lundi. Le début de la vendange des raisins rouges sera à priori pour le 19 septembre et tous les jours suivants jusqu'au 7 octobre (?)

 

Je vais donc commencer à commander les barriques neuves. C'est un des gros postes financiers (au total environ 500 barriques), avec toujours cette question : est-ce que je serai bien livré ?

Aujourd'hui, nous avons reçu un billet d'humeur de la part d'un caviste qui se plaint des "partis pris" de la RVF pour la GD... Ce même caviste oublie la petite histoire de sa propre boîte de négoce qui a bien dû vendre quelques palettes de leurs vins à ladite GD.

 

Plus sérieusement, on attend avec impatience la mise en marché d'Yquem 2001 !

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2005 1 05 /09 /septembre /2005 23:00

Avec Jean Roger Calvet, nous sommes partis le lundi matin 22 août, lui de Perpignan, moi de Bordeaux pour Paris et ensuite direction New York (merci Air France de nous avoir surclassé en classe affaires !). Arrivée en soirée pour un dîner avec notre importateur et 3 vignerons ( 2 du Priorat, 1 du Portugal), le repas était bon mais les vins très moyens.

Mardi, dégustation professionnelle avec  450 invités : restaurateurs, cavistes, journalistes;  et en face 80 exposants, espagnols, italiens, américains, chiliens, français... Mais surprise : zéro Bordeaux ! Organisation top, très pro, et ça donne la pêche ! Notre Calvet-Thunevin se goûte très très bien, même en face de "gros calibres". Une fois de plus, la preuve est faite que nous avons raison de ne pas avoir peur de la concurrence.

Le soir, repas dans un restaurant très branché, "poisson", musique à fond et plein de vins mais seulement  2 très bons (ce restaurateur est amoureux  fou de vin, et même de vins français !).

Mercredi matin, décollage pour Boston pour une dégustation plus formelle (pas notre genre), style d'un côté les profs et de l'autre les élèves. On y a fait goûter pour la première fois des échantillons du premier millésime de  notre cuvée haut de gamme "Les 3 Maries" 2004 : on a bien fait d'attendre avant de se lancer dans la formule 1. Nous avons là une bombe, alliant finesse, puissance et équilibre.

Le soir, pas de le temps de traîner : avion pour Paris, etc...Jeudi  nous étions tous les 2 au boulot, avec le décalage horaire en prime.

Bientôt, un nouveau collaborateur va être aux USA et principalement à New York pour susciter la demande sur nos vins, qu'ils soient de nos propriétés ou du négoce.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2005 4 01 /09 /septembre /2005 23:00

Début des vendanges : aujourd'hui et demain 1ère trie de nos sauvignons blancs par une petite troupe principalement composée de nos employés permanents. La fraîcheur de ce matin estt tout à fait favorable.

Parution du supplément du Monde concernant les Foires aux Vins, co-écrit par Bettane et Desseauve, qui cite dans la catégorie "Découvertes et Renaissances",  Château  Fleur Cardinale 2003 (vendu chez Auchan à 18.95€) et notre cuvée "Présidial" 2003 (5.90 € chez  Leclerc et Auchan). Egalement cité, dans la catégorie "Rapport qualité/prix", notre Vin de Pays des Côtes Catalanes Domaine Calvet Thunevin Cuvée Constance  2003 ( 4.15 € chez certains Leclerc du Sud)

Partager cet article
Repost0
31 août 2005 3 31 /08 /août /2005 23:00

J'apprécie les réflexions de mon bourguignon préféré.

Eh oui, il y a toujours beaucoup (trop ?) d'amour pour le Terroir. Idéaliser les terroirs, les hommes, le vin ne doit pas occulter les faits. Les hommes ont toujours voulu mieux faire avec ce qu'ils avaient et à Bordeaux en particulier : le Médoc n'existe que par la volonté de quelques hommes de faire de ces terroirs ingrats les meilleurs du monde et Cheval Blanc ou Yquem sont aujourd'hui des icônes grâce au drainage effectué par les anciens.

Le merlot à Pétrus, et 300 m plus loin le cabernet franc à Lafleur, c'est le résulat de réflexions, d' essais, d'échecs, etc...(il doit y avoir les mêmes histoires en Bourgogne), mais attention aux excès, au manque de recul, à trop vouloir en faire et c'est en effet ce que je disais à propos de cette parcelle de graves bien jolie mais aujourd'hui inadaptée à faire du bon raisin, et ça , je n'aime pas.

 Loin de moi l'idée de "créer" un terroir, mon bon sens paysan me permet de pouvoir faire des choix plus simples (à Maury par exemple).

Partager cet article
Repost0
30 août 2005 2 30 /08 /août /2005 23:00

Hier à Fronsac, visite collective des vignes du Château Haut Mazeris. Ce terroir incroyable souffre  de la sècheresse cette année. L'équilibre parfait obtenu durant les années "normales" par la gestion de l'enherbement naturel montre ses limites.Après les vendanges, on relabourera certaines parcelles un rang sur deux et la totalité pour d'autres. J'ai beau le savoir, cela prouve une fois encore que la bonne méthode, c'est pas de méthode, mais du réglage permanent.

Chez moi à Saint Emilion, une grosse parcelle d'un hectare souffre depuis 3 ans de la sècheresse. En effet, en plus de cette succession d'années sèches, j'ai eu la bonne idée de creuser un puits pour drainer tout le secteur. Les vignes n'apprécient pas. Est-ce que  le porte greffe est adapté ? A vouloir trop bien faire....

Aujourd'hui, j'ai acheté la version française du livre de William Echikson (journaliste ayant travaillé au Wine Spectator) "Pourriture Noble" publié chez Grasset, et qui se lit comme un roman. On y parle beaucoup d'Yquem, mais aussi de Gracia et des petites histoires de Bordeaux.

J'ai également acheté le très pratique Guide Gerbelle et Maurange des meilleurs vins à petits prix, dans lequel j'ai la chance d'avoir PRESIDIAL 2003 très bien noté et commenté. Comme avec le Guide Hachette, mais en plus concis, on peut trouver une pré-sélection de vins pour notre négoce.

Partager cet article
Repost0
29 août 2005 1 29 /08 /août /2005 23:00

Ce matin encore en allant à Fongaban (nos premières vignes, achetées en 1989, déjà) faire la promenade avec Max (mon chien) où mes vignes côtoient les jardins potagers de Saint Emilion "basse ville", j'ai pu me régaler à voir le jour poindre et me rendre compte que si nous voulons y voir suffisamment clair vendredi matin pour trier les grappes dorées de notre blanc, il faudra attendre  7 h 30 et non démarrer à 7 h comme prévu.

Prévoir, c'est ce que j'aime le moins au moment des vendanges, car c'est l'inverse de ce que je veux. Depuis quelques années, les dates de vendange des parcelles de rouge sont choisies à l'instinct ( pas toujours bon, hélas) et au goût (pas toujours sûr).

Un petit mot pour Idylliane : une petite réflexion me vient à cette période. Les vendanges me font toujours penser au temps qui passe trop vite ( déjà 1 an de passé !) et les idées noires (très noires) se mélangent à l'excitation à l'idée de faire cette année enfin "LE grand vin" (comme l'arrivée d'un nouvel univers, d'une nouvelle vie...)

Un petit mot aussi à Emmanuel Delmas : merci pour son commentaire. Son joli nom me fait penser à ce Haut Brion 1989 qui a ébloui le dîner de Dimanche. Repas où pourtant tous les premiers en 1989 étaient présents, et l'avis unanime des "professionnels" et des "amateurs" réunis fut : "Oh que c'est bon !".

Partager cet article
Repost0
28 août 2005 7 28 /08 /août /2005 23:00

Les vacances sont officiellement terminées... Comme Jean Luc ne maîtrise pas mieux les mystères de l'informatique qu'avant les vacances, c'est moi, Cécile, qui prendrait désormais le clavier pour vous transmettre ses pensées du jour.

Blague à part,  revenons sur  ce classement révisable tous les 10 ans. Concept d'une modernité incroyable  puisqu'en 1955 le monde du vin n'allait pas si vite ! Si ce classement  n'apporte pas de sérieux changement cette année, il perdra sa crédibilité, mais peut-il changer ?

Quels sont les enjeux et les forces en présence ?

S'il s'agit d'un acte politique, il se doit de récompenser les meilleurs et de déclasser les moins bons , mais la question restera posée : jusqu'où peut-on aller et comment concilier des critères tels que terroir, qualité et notoriété ? Sans oublier LA question récurente dès qu'il s'agit d'un vin : qu'est ce qui est le plus important, l'homme ou le terroir ? (terroir au sens restrictif du terme - eh oui ! apparemment cette question est encore d'actualité !?!) 

Pour autant, la révision du classement  ne changera pas fondamentalement le profil d'un cru (prix, qualité, notoriété), la vraie influence du classement est plutôt une appréciation de la valeur foncière du cru et une opportunité pour les crus de postuler au classement supérieur, 1er GCC B et ensuite A, qui eux, ont vraiment un statut.

Aujourd'hui, j'ai déjeuné avec Tanos, notre oenologue responsable du Blanc de Valandraud : décision est prise de vendanger vendredi matin, 1ère trie

Partager cet article
Repost0