Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

17 octobre 2005 1 17 /10 /octobre /2005 23:00

Dégustation les lundi et jeudi soirs de tous nos lots en fermentation, les 1ers lots ramassés le 16 septembre sont déjà écoulés, et le reste continue à macérer avec des difficultés pour finir de fermenter totalement les sucres. En effet, nous (Rémi, Jean Philippe, nos stagiaires et moi) n’aimons pas trop les brett, et nous essayons donc d’arriver à fermenter totalement ces sucres. Et au vu de la richesse de nos raisins, c’est pas facile.

Notre appellation permet d’avoir 4g de sucre non fermenté dans nos vins, mais nous voulons moins de 2g et en tout cas essayer de limiter autant que possible les glucoses-fructoses exploitables par ces foutus brett.

Ces dégustations nous permettent de prendre des décisions sur les durées et les températures de macération. Jean Philippe Fort joue là un rôle considérable.

 

 

Sur le front du commerce, la place de Bordeaux s’active et une partie de ce regain d’activité vient des prises de positions à l’aube de la mise en marché du millésime 2005. Vous connaissez tous le système de vente bordelais, dit « de place », qui privilégie le sortant, c’est à dire à priori le négociant fidèle qui achète petits, moyens et grands millésimes. Gestion assez difficile entre rigueur, pragmatisme, court-terme, long-terme, profits financiers et augmentation d’image de marque… Tant et tant de paramètres ! Et tout cela ne concerne que 100 à 200 marques sur 10 000 ?

Du côté des médias, la télé allemande et France 2 ont diffusé leurs reportages respectifs. Outre-Rhin, pas de loi Evin, on montre le vin, les étiquettes et les noms. En France, sur la 2 en tout cas, pas d’étiquette et presque autant de précautions que Canal + pour diffuser ses « émissions pour adultes ».

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2005 4 13 /10 /octobre /2005 23:00

Je lis le N° 46 des carnets de dégustation de Jean Marc Quarin, où il est question entre autre des Bordeaux 1983, vingt ans après.

Hé oui , il pose la bonne question, rarement posée : est-ce que ce millésime considéré comme bon à l’époque, en tout cas à Bordeaux qui le préférait au 82, a tenu ses promesses ? Est-ce vrai que le vin de Bordeaux est le seul apte à vieillir en se bonifiant ? Et surtout, quand ce n’est pas bon au départ, este ce que cela s’arrange à l’arrivée ?

Jean Marc Quarin hélas, ne met dans cette catégorie que très peu de vins, avec entre autres d’ailleurs Troplong Mondot (qui soit dit en passant, va nous faire un 2005 d’anthologie).

Ceux qui sont dans  ce cas (d’amélioration), donnent comme explication « nous avons vendangé tard » (tanins mûrs), pour les autres les vins n’ont que la peau sur les os avec des odeurs de vieux (entre autres commentaires : tanicité rigide, vins d’une autre époque, manque de charme, acide, sec, etc…). Ce goût plait encore à certains de nos clients, mais les professionnels savent bien faire la différence entre un vin qui reste vivant en vieillissant  et les très rares (dans les grands millésimes) qui se bonifient. En fait c’est comme tout le reste, très peu d’artistes ont le talent de faire des œuvres d’art et tout leur travail n’est pas du même calibre, si j’ose dire.

Pendant ce temps-là, nous écoulons les premiers lots dans les chais et je continue à penser qu’on est en présence du grand millésime dont j’ai rêvé !

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2005 7 09 /10 /octobre /2005 23:00

Ça y est les vendanges se terminent avec  nos derniers Cabernets Francs ce lundi 10 octobre et les Cabernets Sauvignons de Haut Mazeris mardi.

Je crois qu’à part les esprits chagrins, tout à Bordeaux sera bon : blanc sec, liquoreux, rive droite, rive gauche, ceux qui auront vendangé tôt et ceux qui auront vendangé tard. Tout ça donnera des grands vins avec bien sûr des styles différents, plus acides, moins acides, plus « bordelais » ou plus « sudistes »… Qu’importe, Bordeaux va refaire briller son étoile grâce à ce millésime béni des dieux.

Cela n’a rien à voir avec l’ambiance  commerciale, les prix, l’offre et la demande, mais je suis vraiment sûr que beaucoup de « petits Bordeaux » à prix consommateurs autour de 5 euro TTC la bouteille seront excellents et que les 300 marques connues, si ce n’est reconnues, vaudront le détour.

A part ça, l’activité des ventes des vins de Bordeaux à l’air de repartir, en tout cas dans notre entreprise, les commandes me paraissent plus nombreuses.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 23:00

Encore une analyse , cette fois pour un lot de Bordeaux de Guillaume Queron :

Alcool 15.06, Ph 3.68, acidité totale  2.58, acidité malique 0.8, azote 97

Pour faire un lot de Bordeaux de haut niveau.

Le taux d’alcool n’est pas gênant  à cause d’un grand équilibre tannin-fruit.

 

 

Nos vins du Roussillon ont de très beaux commentaires sur le forum de la Passion du Vin, ou Bertrand le Guern dit de ces vins qu’ils ne sont pas chers eu égard à la possibilité d’y rajouter un peu d’eau sans le changer fondamentalement le profil gustatif (non, je me moque de vous !), rien n’est plus sérieux que notre désir de bien faire avec notre idée du vin. Rien à voir  avec les écoles Gauby ou Bizeul, etc… Ce qui prouve  encore, si nécessaire, l’énorme potentiel de ce petit  coin de paradis pour les amateurs où l’on peut trouver tant de styles de vins, de vignerons et aussi des clients qui peuvent vraiment en avoir pour leur argent, car ici le prix des grands terroirs est secondaire par rapport au coût de production. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle nous allons faire un chai de vinification ambitieux à Maury, fait si surprenant que nous devons bien sûr convaincre nos banquiers (enfin, surtout moi) et répondre à leurs questions pleines de bon sens : pourquoi mettre autant d’argent pour un chai  à Maury ? (plutôt  qu’à Saint Emilion où vous faites plutôt moins d’efforts)… J’espère que vous avez la réponse !

Sinon, ne manquez pas  la diffusion de « Savoir Plus Sciences » présenté par Jérôme Bonaldi et Eglantine Emeyé  le  samedi 15 octobre  2005 à 13h50 sur France 2 (10 minutes sur le vin, c’est plutôt rare).

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 23:00

Toujours pour les pros, quelques analyses des raisins rentrés vendredi :

-Merlot de Fongaban avec ceux du plateau de Bel Air côté pin parasol Fleur Cardinale :

Alcool 13.94, pH 3.43, acidité totale 3.02, acidité malique 1.1, azote assimilable 72.

-Cabernet Franc de Badon-route nationale :

Alcool 13.47,  pH3.60, acidité totale 2.70, acidité malique 1.5, azote assimilable 90.

Comme le dit avec humour notre maître de chai œnologue Rémi Dalmasso « si on était notés sur ces analyses, on serait dans les tout premiers ! ». En fait, même si vous ne les comprenez pas , ces analyses continuent à prouver que nous sommes dans l’exceptionnel à Bordeaux.

 

 

Donc ce lundi, on continue les Merlots à Haut –Mazeris à Fronsac. Toute notre équipe de vendangeurs saisonniers (35 personnes)+ les permanents des vignes de chez nous et ceux de Haut –Mazeris avec la présence des propriétaires qui m’accordent leur confiance dans mon rôle assez rare de « consultant ». Marie-Christine et Capucine, ainsi que leurs maris, sont, je le crois, parfaitement heureux des résultats obtenus sur cette propriété familiale jusque là un peu « endormie » si  l’on pense au terroir incroyable présent ici, et je ne suis pas le seul à le penser puisque tout à côté à Mazeris, Stéphane Derenoncourt en dit la même chose.

 

 

A part ça, une équipe télé de France 2  fait un reportage (pour Savoir Plus sciences)  sur Michel Rolland et un peu sur les interactions entre la science et le vin … C’est curieux qu’ils viennent chez moi à  cette occasion… Bon, on verra bien !

En tout cas, mardi on reprend notre dernier lot de Cabernet Franc dans la plaine et les Merlots de Bel Air ainsi que la jeune vigne de Cabernet Sauvignon.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2005 4 29 /09 /septembre /2005 23:00

Sortie de la 1ère tranche d’Yquem 2001 hier.

La demande de nos clients importateurs anglais, américains, japonais  est très très supérieure à l’offre.

Un grand vin dans un grand millésime et on verse rapidement dans l’irrationnel, le rare, le mythe et on en oublie presque le prix ! (et qu’est ce que j’aimerai que cela m’arrive !)

 

 

Aujourd’hui on continue nos Cabernet Franc dans la plaine (dont voici la petite analyse d’hier : Alcool 13, pH 3.73, acidité totale 2.68,  malique 2, azote assimilable 112) et on attaque enfin la parcelle historique de Valandraud dans le vallon de Fongaban cet après midi.

Hier encore, 1ère dégustation de 3 lots de vins  2005, à priori issus de nos moins bonnes parcelles. Le résultat a surpris notre œnologue – conseil Jean Philippe Fort, car les lots sont déjà de très haut niveau. Cela signifie que notre 3ème vin est parti pour être meilleur cette année que le Virginie habituel… Donc, on peut déjà dire que nous sommes en route vers un vrai grand millésime 2005.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 23:00

Hier mardi, 2ème  jour de vendange des merlots à Haut Mazeris, superbe lieu et superbe terroir, et ce matin, on va se hâter de ramasser les Cabernet Franc de Saint Emilion et Saint Sulpice ainsi que les Merlot de Fongaban, tout ça non stop car la maturité me semble parfaite.

Déjà, on s’excite et chacun commence à faire ses pronostics : « c’est mieux qu’en 1982 », « ça me rappelle 45 » etc, etc… De notre côté, on va pouvoir commencer à goûter les 1ères cuves qui ont terminé leur fermentation alcoolique ; et ce qu’il y a de certain c’est que c’est plutôt joli à regarder tous ces jus noirs lors des pigeages ou des remontages.  Et le meilleur reste à venir car on a pas commencé à rentrer les meilleurs lots de Saint Etienne de Lisse !

 

 

Un peu de technique (le peu que je comprenne) concernant ces vendanges :

Tout d’abord je recherche avant tout à calmer mes vignes et depuis une dizaine d’années, il s’agit pour nous de donner juste assez à manger aux vignes pour qu’elles soient vert pâle au regard, et surtout pas vert foncé, qui est pour moi signe de trop bonne santé. Donc, de temps en temps, un peu de fumier et sinon il est plutôt question de la gestion de l’herbe et du labour.

On laboure jusqu’à fin juillet et après basta ! L’herbe arrive pour concurrencer cette vigne lors des pluies. Ce qui fait que notre azote assimilable est souvent assez basse. Malgré ça, dans la plaine les pH sont toujours plus élevés hélas ; en conséquence, nous sommes obligés d’être très propres dans le chai.

Nos soufres sont plutôt hauts, à contre courant de la mode « écolo » actuelle, heureusement la richesse en tannins et en alcool aide à ne pas trop avoir de problème (comme j’ai pu en avoir par le passé à cause de la gourmandise de ces foutus brett !)

Bref, rien de sorcier, mais il ne faut pas se louper pour faire des vins « nets » cette année. A Bel Air l’année dernière, des pH à 3.30/3.50 nous ont fait passer à côté d’une bonne note chez Parker, donc en conclusion, je suis un vrai paysan : ça ne va jamais bien…

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2005 7 25 /09 /septembre /2005 23:00

Petit coup d’œil à l’analyse des merlot destinés à la  cuvée casher qui ont été ramassés le 23 septembre sur un terroir sublime de graves, sol sain, pas de problème d’eau, vignes de 30 ans labourées sur Saint Emilion :

 Degré 14.41, PH 3.75, acidité totale 2.63, malique 1.7 et azote assimilable 83.

 

                         

 

Retour sur vendredi avec le tournage d’un film - petite étude des différents « courants » locaux qui, a priori, sortira après le nouveau classement des Saint Emilion.

Samedi, c’était au tour d’une grande chaîne de télé allemande de venir voir comment se passait la crise de Bordeaux pour un « garagiste ». Cela a donné à midi un repas très animé, avec en plus de l’équipe télé, les nouveaux propriétaires du Château Malromé et leurs voisins. Bref, une tablée de 11 personnes avec 11 avis sur le monde du vin….

Le soir repas amical et visite du superbe chai de Haut Carles à Fronsac pour notre ami indien.

Dimanche, 1ère pluie avec 12 millimètres

Au « menu » de ce matin : ramassage des derniers merlots de la plaine et de la première parcelle devant le château Bel Air, sur le plateau argilo calcaire.

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2005 4 22 /09 /septembre /2005 23:00

Activité bouillonante aujourd'hui !

Pour démarrer la journée, nous avons accueilli les acheteurs d'une enseigne de grande distribution avec la dégustation d'une trentaine de vins en compagnie de notre directeur commercial France, Philippe Chevalier;  le tout filmé par une équipe de journalistes  déjà présente à Valandraud ... sans oublier 2 groupes de japonais désireux d'observer les vendanges et de visiter la propriété.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2005 3 21 /09 /septembre /2005 23:00

 

Aujourd’hui, notre troupe de vendangeurs ramasse les merlots pour élaborer une cuve casher. Dès l’arrivée des raisins devant la porte du chai, toutes les manipulations et interventions sont prises en charges par les représentants du Rabbinat, qui utilisent du matériel qu’ils ont préalablement cachérisé. Leur recherche de pureté ajoutée à mes propres « méthodes » font que le chai est vraiment nickel. C’est une petite occasion qui permet de voir se côtoyer dans un même lieu juifs, musulmans, catholiques, sans doute des agnostiques et même un Indien Sikh en stage, et ça fonctionne dans la bonne humeur .

 

A part ça, vous savez que nous sommes en train de préparer un sacré millésime, températures froides la nuit (8/12 degrés), chaudes la journée (23/26 degrés) et du soleil, que du bonheur !!

 

 

Chez Leclerc, nos vins du Roussillon ont l’air d’avoir du succès (succès nécessaire si l’on veut pouvoir continuer à investir) et notre caviste à Perpignan continue à faire en parallèle un travail formidable. C’est paradoxal mais il me semble que c’est presque plus facile de trouver notre cible de clients là bas qu’à Bordeaux….

 

Partager cet article
Repost0