Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 08:34

Sur winemega.com, pleins d’infos, dont une peut particulièrement intéresser les amateurs : c’est un tableau qui essaie de présenter les meilleures qualités (notes des journalistes) / prix des vins, jusqu’à la vente.

 

 

A prendre avec précaution, comme tout relevé statistique, et sans vouloir dire de mal, il y a quelques rapports qualité / prix à qui il manque vraiment soit la qualité, soit le prix. Mais c’est un avis perso.

Cela donne en tout cas quelques indications. Pour 2005, par exemple, je suis d’accord avec au moins 70% des vins cités, ce qui est déjà pas si mal.

 

 

Tant qu’on est sur ces rapports qualités / prix, j’avais demandé à un ami de m’acheter quelques bonnes bouteilles de Bourgogne dans un rapport prix / qualité (je n’ai pas encore de nouvelles sur ces vins, mais je suis sûr que ce sera bon !).

Vous remarquerez que j’ai écrit « prix » avant « qualité ». En effet, quand j’achète un produit à 50 €uros, je n’attends pas le même résultat que pour un produit à 10 ou à 100 €uros . C’est dans ce sens que je peux, moi, situer un rapport prix / qualité, plus facile quand je vais au restaurant ou dans une boutique, pour exprimer mes besoins.

Partager cet article
Repost0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 09:26

Visite de Bellevue de Tayac à Margaux, hier, avec Guillaume Quéron.

Les vignes sont belles.  Même si un blaireau gourmand attaque déjà nos raisins les plus mûrs, en attendant …les sangliers qui, ici aussi, sont très présents (je dis « aussi » car Hervé Bizeul et tous mes amis du Roussillon savent ce que les sangliers sont capables de faire comme dégâts dans les vignes).

Là où ç’est le pire, puisque les sangliers sont même visibles en plein jour, ç’est chez Andréa Francetti, à Tenuta Di Trinoro en Toscane.

 

 

Donc, en tout cas, on va mettre une clôture électrique pour sauver nos raisins. Mais je crois que le lieu est propice aussi aux oiseaux.  Tout autour de nos vignes il y a des bois, des taillis, des prés, donc très fréquentés par nos amis les bêtes.

 

 

A Clément-Pichon, rendements naturels en baisse sur les Cabernets. Les Merlots, ça va.

Le lieu est magique, à 10 minutes de Bordeaux. La capacité d’accueil et la possibilité de visite seront exploitées sous peu.

 

 

A Compassant, c’est le top de nos vignobles : équilibre total, pas de vendanges en vert, rendement naturel autour de 35 hecto/hectare.

 

 

Encore beau temps…

Partager cet article
Repost0
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 09:16

Hier soir, pour les Droulers et leurs amis, petit repas sympa !

 

 

Billecart-Salmon Brut : vineux – Truffes sur toast.

Dominus 2000 : Parfait comme 1er vin. Ca commençait très fort ! A résisté au Jabugo-Melon.

Valandraud 1998, une de nos grandes réussites et Harlan 1997, toujours aussi bluffant avec le rôti / purée !

Klein Constantia 1995 : Superbe d’équilibre – Sur une soupe de fruits rouges à la vanille.

 

 

Et… la fin de la bouteille de Mistel de Masroig et de notre Chocho «  Valandraud ».

 

 

 

 

Aujourd’hui, visite des vignes dans le Médoc, Clément-Pichon et Bellevue de Tayac.

Partager cet article
Repost0
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 12:38

J’ai quelquefois des demandes de lien avec d’autres sites. Et chaque fois que j’ai une demande, je trouve cela sympa. Sauf qu’avant de dire oui, je regarde un peu ce qui se dit sur le site du demandeur.

 

 

Et, si celui qui me demande un lien, alors qu’il est visiblement très inspiré par l’inverse de ce que j’aime, avec les sempiternelles phrases sur : terroir, mondialisation, vin vrai, anti-Rolland, Parker, Bettane, etc…alors là, je suis surpris par son manque de bon sens et, bien sûr, je ne réponds pas !!!

 

 

Sinon, à part ça….beau temps !

Partager cet article
Repost0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 08:56

Hamitan a écrit sur le site dégustateur.com ou la passion du vin : « si le vin est bon et qu’il fait plaisir à ceux qui le consomment, cela devrait lui (il parle de moi) apporter plus de satisfaction qu’une (toute) relative tiédeur sur une note. »

Merci !

 

 

Mais voilà, je ne suis jamais content ! Je veux tout, comme un enfant capricieux que la chance a bien favorisé jusque là. Je veux tout !

 

 

Paradoxe, je ne suis pas malheureux de ne pas tout avoir, cela me donne la pêche pour aller encore plus haut. Cela peut paraître très bizarre et ça n’a pas l’air de s’arranger : j’ai besoin que l’on m’estime, que l’on me reconnaisse pour calmer (un peu) mes angoisses. Mais je ne suis pas abattu, et rarement négatif. Angoissé, oui. Optimiste, toujours.

C’est ma vie …

Partager cet article
Repost0
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 09:59

Reçu le Décanter d’Août/Septembre 2006.

 

 

Avec un beau, très beau score pour Calvet Thunevin « Les Dentelles » et Cuvée Hugo 2003, qui obtiennent chacun 5 étoiles, avec Domaine de l’Edre 2004, Carerades 2004 de Mas Amiel 2004.

 

 

Grand reportage de 5 pages sur les Cotes du Roussillon Villages, avec de très beaux commentaires sur beaucoup de vins comme ceux du Clos des Fées, et un beau 2 étoiles, vu le prix, pour Calandray réserve 2004.

 

 

Tout ceci vient consacrer maintenant : après la Revue du Vin de France (1er à nous découvrir), Parker (avec la première note de ce niveau pour nos Roussillon, je crois) et désormais Décanter.

 

 

Notre importateur anglais va voir sa tâche facilitée, et son coup de cœur pour nos vins, récompensé !

Et nos amis des supermarchés Leclerc, qui ont sélectionné Constance 2004, aussi !!!
Partager cet article
Repost0
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 16:01

Repas organisé à la maison à la place du Château La Dominique, où une salle à manger devrait être conçue avant Mars 2007.

 

 

Les invités : 13, de la revue TASTED. Avec dans ce groupe, 3 sommeliers amis : Hervé Pennequin (classé 3ème meilleur sommelier du Monde), Mark Slater (sommelier du célèbre restaurant Citronnelle à Washington) et Andréas Larsson (meilleur sommelier d’Europe).

En plus, il y avait le meilleur sommelier du Japon 2005 : Youichi Sato,  et le meilleur sommelier du monde 1978 : Giuseppe Vaccarini,.

C’est dire, la qualité de nos invités !

Plus les jeunes gens chargés d’installer l’image de Acqua Panna, l’eau plate alter ego de San Pellegrino, et Mr et Mme Salvi, journalistes.

 

 

Tout ce monde là avait, malgré leur journée de dégustation, faim et soif, et pour une fois, le repas s’est terminé tard pour nous : minuit !

 

 

Repas simple, Murielle étant encore dans les vignes avec nos saisonniers, pour finir les derniers effeuillages et vendanges vertes, et sa journée commence à 6h30 jusqu’à 13h30. Donc, pommes de terre habituelles aux truffes, purée, rôti de bœuf délicieux, fromages et ce gâteau glacé au chocolat de chez Lopez.

 

 

Les vins :

Blanc n°1 de Valandraud 2004 : très bon

La Dominique 2005 : très bon

La Dominique 2001 : bon

Clos Badon Thunevin 2003 : Bon

3 de Valandraud 2003 : Bon

Haut Mazeris Canon Fronsac 2003 : Très bon

Virginie 2003 : Bon

Valandraud 2005 : Très bon

Valandraud 2004 : Très bon

Valandraud 2003 : Bon

Calvet Thunevin Cuvée Hugo 2003 : Très bon

Calvet Thunevin Maury 2004 : Très très bon

Harlan 1997 (Californie) : Très très bon

L’Hermita 2003 (Priorat) : Très bon

Chocho (alcool de blé japonais ?), élevé dans des barriques - Seguin Moreau - d’un vin de Valandraud, et notre Cognac de Crimée.

 

 

Aujourd’hui, visite des vignes de Pomerol, Lalande de Pomerol, Lalande de Fronsac, avec Guillaume Quéron et rendez-vous avec toute l’équipe technique de Fleur Cardinale.

Partager cet article
Repost0
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 11:04

Commentaires sur la visite des 4 Américains, nouveaux viticulteurs dans l’état de Virginie.

 

 

Ils avaient déjà un programme très complet avec visite de crus et propriétaires, ou responsables célèbres (Pétrus, Cheval Blanc, …).

En fait de mondialisation, la France est toujours le modèle à suivre et, malgré toutes les contraintes, reste encore terre d’innovation. Seul le problème des réglementations peut paraître incongru pour ces Américains pragmatiques.

 

 

Chez moi, ils ont voulu voir un maximum de choses, surtout (et c’est plutôt rare) les vignes, et les terroirs.

Et principalement, ce qui a mérité beaucoup de moquerie ici, mais beaucoup de respect chez eux : mes plus « mauvais » terroirs. Terre à asperges dont on qualifiait, alors, les vignes de la Grezolle à Saint Sulpice de Valeyrens. Cela m’avait valu il y a déjà quelques années l’un des plus beaux compliments de Michel Delon (Léoville Las Cases), qui avait lui aussi voulu comprendre et voir ces vignes. Il s’était exclamé « Ho, la, la… » : très parlant ! C’était du style « mais comment fait-il ? ». Cela a été l’un des plus beaux compliments reçus, surtout venant de la part de ce grand Monsieur.

 

 

Ils étaient enchantés de mon discours et de l’état de nos vignes, ayant eu eux aussi des difficultés avec la notion de terroir telle qu’elle est souvent avancée en France, pour masquer tout le reste (travail, climat…)

 

 

Ensuite, nous avons été voir Daniel Saint Seuvin, qui avait mis au point ces bâches « folles » permettant de protéger les vignes du gel et de la pluie et offrant, de surcroît, au propriétaire un complément dans sa gamme puisque la récolte était de ce fait déclassée en vin de table.

 

 

Ce pauvre Daniel aurait dû naître Américain !

Partager cet article
Repost0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 11:31

Repas sérieux pour remercier 2 amis, d’être disponibles pour m’aider à la première demande. Prétexte pour faire un peu d’excès, donc repas simple : 4 personnes, pommes de terre tièdes, sel, huile d’olive, truffe noire de Dordogne (qui se conserve très bien 12 mois au congélateur), gigot d’agneau rôti, vraie purée de pommes de terre, fromages et fraises natures au sucre.

 

 

Les vins :

 

 

1 – Montrachet 1997 Louis Latour : correct

2 – Valandraud 1999 : une température de service à 19° et un bon bouchon et c’était là une bouteille de compétition. Je partage l’avis de Jean-Marc Quarin à propos de cette formidable disparité dans les dégustations, avec pourtant des vins qui devraient être identiques et qui le sont rarement.

3 – L’Arrosée 1961 : Christophe né en 1964, Richard en 1954, Murielle 1955 et moi 1951. Ce 1961 dans ma cave depuis 4 à 5 ans, avait un bouchon sec qui était presque en fin de course. Mais bouteille très bonne, pas un vin hors classe comme il en existe très peu mais un vin qui prouve la capacité du vin de Bordeaux à bien vieillir.

4 – Pétrus 1974 : usé, buvable pour moi, bouchon foutu. J’en ai d’autres, je vais les vendre.

5 – Mistel de Masroig, en Appellation Montsant : vin fortifié ? Parfait, servi frais avec les fraises.

6 – Et alcool de vin Russe ou de Crimée, façon Cognac, pour finir.

 

 

J’ai dû mettre 5 minutes pour m’endormir, parfait comme anti-stress.

 

 

Aujourd’hui, visite d’un Américain de Virginie, propriétaire de vignes, et qui s’intéresse à nos essais de bâchage anti-pluie d’avant vendanges, puisque cela semble être le problème dans son coin.

Et bel article de l’AFP sur l’Essentiel, qui inspire toujours autant par son look.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 14:59

Toute la journée de vendredi passée à faire le tour des vignes : un passage à La Dominique pour signer plein de chèques, visite de la fin des travaux de climatisation et d’humidification dernier cri pour nos chais d ‘élevage, visite à La Commanderie de Mazeyres pour voir l’avancement des travaux de réhabilitation des cuves bois de vinification et également notre nouvelle clim, dégustation de différents lots dont 2 vraiment superbes (en compagnie de Philippe Fezas de la Tonnellerie Seguin Moreau et de Michel Puzio du Château Croix de Labrie).

Le même matin,  petit tour des vignes avec Mr Dosso et le nouveau responsable des vignobles du Château de Carles à Fronsac : discussion  sur les choses à faire pour les vendanges 2006, car c’est dans moins de 2 mois.

De retour au bureau, chèques et rendez-vous divers (clim ici aussi) : l’équipe s’agrandit et il faut de la place et du confort pour bien travailler.

J’ai eu le temps de lire l’édito de l’Institut Rural de Vayres et je suis tombé  sur « une pensée pour José Maria Calem », mort en Espagne  le 8 mars dans un accident de voiture alors qu’il rentrait chez lui au Portugal. Il était passé me voir comme beaucoup de « fous » de vin et m’avait raconté son histoire, celle de sa famille très puissante autrefois (Porto Calem) et je devais aller le voir au Portugal pour revoir ce beau pays et voir ce projet qu’il avait à cœur d’entreprendre : refaire son histoire personnelle dans et pour le vin, mais voilà… Le destin, encore et toujours le destin en a décidé autrement.

 

 

Ce week-end, nous avons bu à table 2 vins achetés à Paris dans la nouvelle boutique de Bernard Magrez : Passion d’une vie 2003 – Roussillon – un peu déçu si l’on pense aux autres vins faits dans le coin, et un superbe Paciencia 2003 – Appellation Toro – qui, lui, nous a étonné par sa richesse : à boire sans modération… mais prévoir une petite sieste !

 

 

Sinon au restaurant l’Huitrier Pie à St-Emilion, bu avec Philippe Fezas et Michel Puzio, un Château Thieuley Blanc 2004, Bordeaux non boisé, dont le rapport qualité/prix n’est plus à démontrer !

Partager cet article
Repost0