Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

1 septembre 2006 5 01 /09 /septembre /2006 09:40

J’ai rarement vu quelqu’un boire seul une bouteille à 200 euros, c’est peut être  comme les éléphants dans les arbres… Jamais vu, c’est donc la preuve qu’ils sont bien cachés (c’est ce qu’on raconte aux enfants).

 Blague à part, j’ai parfois l’impression que ce qui est beau et bon se doit d’être gratuit, l’argent étant évidemment sale et mauvais dans notre pays !

Aux USA, les sommeliers,  serveurs, cuisiniers qui travaillent à fond la caisse sont souvent très bien payés (salaire + pourboire). J’ai remarqué que très peu de travailleurs et travailleuses américains demandaient la « carte grise » pour exercer leur métier en France.

 Est ce que tout est parfait en ce bas monde ? Non, bien sûr.

Après avoir été bûcheron et employé de banque, est ce que je regrette d’avoir créé ma petite entreprise avec 30 salariés ?

Est ce que je regrette que ma femme ne travaille plus comme aide-soignante à l’hôpital de Libourne ou à la Maison de Retraite de Montpon  mais avec ma fille et moi?

Ne suis-je pas heureux de vendre cher mes bouteilles pour mieux vivre et créer des richesses qui sont réinvesties illico ici-même et dans le Roussillon ? Car je n’ai toujours pas de compte en Suisse.

M’est il impossible d’apprécier la poésie, la beauté des paysages, le lever du jour ce matin en promenant Max et cette vue sur la vallée avec cette brume sur la Dordogne qui rend ce beau paysage de Saint Emilion romantique en diable ?  Bien sûr car je ne pense qu’à mes sous, pour être encore plus riche et égoïste, et évidemment me lamenter  sur le sort de ces pauvres clients qui ne pourront pas boire de Pétrus ou de Romanée Conti.

Caricature… Vous avez dit caricature ?

Juger est un métier pour certain, un travers pour d’autres.

Hier soir, invitation du Château Guiraud pour présenter au négoce et  aux courtiers dits de place les nouveaux propriétaires réunis autour du fonds d’investissement FFP (famille Peugeot) : Neipperg Invest , Bernard (Domaine de Chevalier) et également le gérant Xavier Planty .

Très belle soirée avec une ambiance très chic et décontractée grâce au beau temps réinstallé (je l’espère) sur Bordeaux jusqu’aux vendanges, grâce aussi aux vacances que la plupart de ces invités ont passées dans de bonnes conditions après cette incroyable campagne primeur 2005, et grâce surtout à la gentillesse de nos hôtes. Murielle et moi étions très particulièrement à notre aise, les fabricants d’auto étant quand même assez proches des garagistes !

Le beau château Guiraud, 1er cru classé 1855 de 128 hectares, est l’un des 5 grands vins du Sauternais, et ce soir là tout le monde a apprécié la dizaine de millésimes offerts pour cette occasion, avec pour moi un remarquable 2001.

Ce genre de manifestation permet aussi de rencontrer nos amis dans ce métier qui est quand même plutôt convivial (Sauternes aidant…)

Partager cet article
Repost0
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 14:06

Quelques commentaires sur les réflexions lues depuis peu sur " La Passion du vin" à propos de l’achat de vins en Primeurs.

 

 

L’achat primeur offre la possibilité de commander tranquillement depuis chez soi par internet ou par courrier et dans les formats désirés (1/2 bouteille, magnum, double magnum, etc.., car ce genre de format n’est pas toujours disponible en magasin. En effet, certains produits seront livrés au même prix et parfois même moins chers 2 ans après, et là  l’acheteur primeur professionnel ou amateur aura raison de ne pas être satisfait.

Est ce pour autant risqué d’acheter des vins non spéculatifs  à des commerçants sérieux, offrant les garanties minimum de solidité financière ?

Et même si le produit n’est pas spéculatif, est ce que le fait d’avoir des vins qui sont rarement offerts en magasin, comme les vins de Catherine Papon-Nouvel et tant d’autres, ceux qui souvent vendent tout en primeur et sont rarement disponibles comme Domaine de l’A, Fontenil, est ce que cela ne justifie pas aussi les achats primeurs ?

 

 

Sinon, si je partage et comprends les ressentiments des amateurs sur les primeurs, je ne comprends pas trop quand il s’agit de professionnels dont c’est le métier d’appréhender le fait qu’il s’agit pour nous d’un tout, que nous ne sommes pas obligés de souscrire à tout, à moins d’être suicidaire, et qu’en plus du « bizness », il y a aussi les relations personnelles.

 Je préfère promouvoir une marque dont le propriétaire me respecte, m’offre du vin à vendre.  Si son produit est bon mais pas trop spéculatif et si lui –même est un peu cohérent (si il n’alimente pas le marché à tort et à travers comme on peut le voir, le propriétaire étant dans ce cas, le premier à dévaloriser sa marque, et ça, cela n’incite pas trop à l’indulgence )
Partager cet article
Repost0
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 13:33

Fin Septembre, Leclerc proposera dans toute la France pendant sa Foire Aux Vins, notre Constance 2004 à 5.40 euros TTC la bouteille. A priori, dégustation proposée dans chaque magasin le 1er jour de la Foire. Seuls certains magasins auront aussi Dentelles et Hugo.

Durant notre séjour à New York, nous avons passé (Xavier, Christian et moi) une bonne partie de notre temps à accompagner des commerciaux dans leur travail de vente aux magasins et restaurants (il n’y a pas d’alcool en GD aux USA, me semble-t-il).

A chaque coin de rue, des magasins offrent ce qui se fait de mieux dans le monde. Nous avions 2 des vins de Philippe Gard (Coume del Mas et Quadratur) ainsi que Constance, Dentelles et Hugo : 5 bouteilles portées toute la journée par notre agent, un client visité par heure (avec beaucoup de métro et de taxi). Départ à 10h, retour à 18 h 30, casse-croute à midi chez un client pour ne pas perdre de temps et chaque jour plus de 100 caisses vendues dont notre Constance par 5 ou 10 caisses !!!

L’opinion générale : « Ah ça  ce sont des vins comme on les aime, et vive Collioure, vive le Roussillon, ce sont des vins sans prise de tête (ils disent sex ou sexy wine… tout un programme !), des vins selon le goût américain »

Ayant pas mal d’amateurs ailleurs, cela tendrait à prouver que le soi-disant « goût américain » est un peu un mythe, ou alors cela veut simplement dire "vin provenant de raisins mûrs" !?

Les notes Parker 90 pour Constance et 93 pour Hugo n’étaient paradoxalement pas particulièrement mises en avant, New York étant un marché un peu mature avec des cavistes à la décision d’achat immédiate suite à leur opinion sur le vin qu’ils dégustent avec nous : c’est rapide, concis, pas de bla bla inutile : leur magasin est ouvert et leurs clients sont là !

Pour info : aux USA, le prix de vente détail magasin de Constance est de 14 $ la bouteille.

Partager cet article
Repost0
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 09:27

Les ventes de vins de Bordeaux sont reparties plein pot, si l’on en croit les statistiques.

 Cela n’empêche pas Alain Raynaud de dire fort justement que nous avons maintenant une viticulture à 3 vitesses : les grands vins «icônes », les vins invendables (de qualité insuffisante) et surtout tous les autres qu’il faut vendre, et ça, c’est de plus en plus professionnalisé.

Par exemple, visite de 6 personnes  à la Commanderie de Mazeyres, tous commerciaux France chez Kressman, en contact permanent avec les restaurants, cavistes, etc… Nos clients doivent être chouchoutés, visités et motivés par nos produits qui se doivent d’être commerciaux. C’est pas nouveau, mais je crois  que la crise accentue les décalages entre ceux qui bossent et les autres.

Ce matin aussi, un tour des vignes à Lalande de Fronsac, la visite d’un représentant de l’INAO pour régler nos problèmes de vignes achetées qui étaient mal entretenues auparavant : il a pu voir notre efficacité….En 4 mois, ce vignoble a repris  en partie son état normal, c’est à dire entretenu et compris.

Je dis ça car ce n’est pas si courant, et ce n’est pas là le moindre des paradoxes de ce métier
Partager cet article
Repost0
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 09:47

Entendu aux USA : « Dans le monde, l’eau sépare les peuples, le vin les unit » !!!

 

 

Sinon, décision de refaire passer nos employés dans les vignes pour un deuxième effeuillage style « cou nu ». Je ferai une photo à l’occasion….

Reprise du boulot à fond la caisse.

Partager cet article
Repost0
28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 14:53

De retour de  New York,  voici un petit compte rendu de quelques uns de nos  dîners-dégustations

Pour accompagner ce dîner, dégustation de vins américains et français.

 Côté US :

1978 STAGS LEAP « LOT 2 »C.S. : niveau Haut Brion, le meilleur des vins présentés. Long, complexe, pur,  l’harmonie faite classe.

1976 MAYACAMAS C.S. : noir, nez sophistiqué : parfum frais,  cendre. Très concentré, riche, très bon

1975 STAGS LEAP « LOT 3 » C.S. : très bon, complexe, fin, du niveau d’un 1er cru

1974 MONDAVI RESERVE C.S. : Beau vin, correct sans plus. Manque de classe mais reste jeune, s’est ouvert après 15 minutes.

1974 DIAMOND CREEK « GRAVELLY MEADOW » C.S. : robe noire, très jeune, encore complexe, pas encore prêt, peut être trop concentré ( !!!)

1974 GEMELLO C.S. : bien, vanille, cuir , sucrosité

1970 BEAULIEU VINEYARDS GEORGE DE LATOUR PRIVATE RESERVE C.S.

La première bouteille : couleur normale, « brett », cuir, terre mouillée, champignons

La deuxième bouteille : rien à voir avec la première : suave, équilibrée, presque Bordelaise

 

« L’équipe » France était composée de

Valandraud 2005, Blanc de Valandraud N° 2 2005, Blanc de Valandraud N° 1 2004, Château de Carles 2004, Haut Carles 2003, Clos Badon 2001, 3 de Valandraud 2001, Virginie de Valandraud 2002, Valandraud 2002, Haut Mazeris 2003 Canon Fronsac, Franc Maillet cuvée Jean Baptiste 2001

 

Autre diner-dégustation le 21 août à la Bottega del Vino:

 

 

Le tout accompagné de :

 

 

Cuilleron 2005 Roussanne VDP des Côtes Rhodaniennes, délicieux

Blanc de Valandraud N°1 2004

Franc Maillet Jean Baptiste 2001  

Haut Mazeris 2003 Canon Fronsac 

Virginie de Valandraud 1999  

Valandraud 2001

 

Calvet Thunevin  Hugo 2003

 

Calvet Thunevin Constance 2004

 

Pichon Lalande 1996 

Pichon Lalande 1989  très bon, fin, riche , mûr

Pichon Baron 1989 très bon , long, complet

Montrose 1990  Evangile 1990  complet

Angélus 1989  le plus riche, très jeune

Yquem 1990

 

 

 

 

Deux autres excellents repas durant ce séjour : un au « Daniel » , bistro moderne et l’autre dans un steak-house, le B L T .

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2006 1 21 /08 /août /2006 09:09

Quelques clients célèbres !

L’un des vins préférés de Tom Jones serait Valandraud 1999. Cela tombe bien : j’aime bien  ce sexy-boy, né en 1940, et quand même toujours là avec ses tubes planétaires (It’s not unusual, What’s new pussycat et Sex bomb).

Sa pêche d’enfer vient sans doute de tous ces polyphénols et anti-oxydants que je livre avec mes bouteilles…

 

Il y a quelques années, nous avions vendu aussi quelques caisses à Monaco pour Elton John, qui voulait offrir ce vin à ses amis.

 

 

Si seulement, ils pouvaient faire un clip avec une bouteille de mon vin, cela vaudrait toutes les campagnes de pub du CIVB !!!

Partager cet article
Repost0
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 08:57

Pour ceux qui pensent que mon métier, ce n’est que bien manger et bien boire à cause de tous ces repas que je relate, car il est évident que je préfère le verre à moitié plein dans ma vie, je voudrais juste donner une idée de choses désagréables, à gérer de plus ou moins près : un dossier aux prud’hommes déposé par l’ancien cadre responsable des Vignobles Clément Fayat, une convocation devant le juge pour l’oubli d’un numéro de lot sur l’étiquetage de Château Puy Arnaud Maureze (22 étiquettes trouvées sans numéro de lot sur plus d’un million vendues par an dont 80% à l’export), des réunions avec les archis pour les travaux à finir à Bellevue de Tayac et ceux qui débutent à Bel Air Ouÿ, les négociations à chaque fois sur les commandes qui, aujourd’hui, n’arrivent pas seules mais avec des demandes de remise et autres aides à la vente, les rendez-vous avec mes banquiers pour les financements en cours concernant les futurs achats de vignobles qui devraient nous permettre d’être indépendants en ce qui concerne les approvisionnements, mon problème permanent de stockage de tout ce stock, les vérifications des prix (de vente, d’achat, moyens, pondérés, bilans), etc, etc….

Les journées sont bien remplies !

Partager cet article
Repost0
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 11:02

Visite de copains du Québec

 

 

Avec la Famille Laberge, Jean Frédéric, Madame et leur fille, à 12h30, une assiette de charcuterie à L’Essentiel avec Clos Badon et Calvet Thunevin. Et, à toute vitesse, un saut à Bel Air Ouÿ avec un couple de jeunes mariés, férus de vins, (qui à côté de nous se régalaient d’Yquem, Ausone et Cheval Blanc), pour voir les vignes et le chai.

Ensuite dégustation d’un lot de merlot 2005 et Valandraud 2004, toujours en barrique.

Et, vite, vite, ils sont partis pour visiter Cheval Blanc à 15h00, non sans m’avoir laissé sirop d’érable, 2 bouteilles de cidre de glace au nom évocateur, la face cachée de la pomme « Neige » et surtout Frimas 2003, bu tout de suite après l’avoir reçu, avec Carlos de L’Essentiel et l’équipe commerciale encore au boulot au Mois d’Août.

Même si l’on n’aime pas les pommes, il faut dire que, là, ce n’est que du plaisir : du fruit comme un sorbet au miel acidulé, et une longueur en bouche en plus. Quand je pense que ces pauvres Québécois peuvent nous porter toutes ces merveilles et qu’au retour ils vont être contingentés à 2 ou 3 bouteilles de vin.

La vie d’amateur de vin Québécois ressemble vraiment à un enfer : tout à portée de main mais défense d’y toucher….

 

 

Et aussi les préparatifs du voyage à New York, du lundi 20 au dimanche 27, avec Xavier et Christian. Ce sera notre 4ème voyage aux USA cette année : après déjà New York, Washington, et Las Vegas.

 

 

Ensuite, on sera dans les préparatifs des vendanges, la sortie du Guide Hachette, le Cercle Rive Droite, 2 repas en Sauternais, le début des foires aux vins et la gestion de tout cela, sans avoir le don d’ubiquité.

Partager cet article
Repost0
16 août 2006 3 16 /08 /août /2006 09:34

Week-end prolongé à Maury, pour voir nos vignes, nos amis, et nos projets en cours. Plusieurs repas au Bistro-cave Pichenouille de Geneviève et Jean : table d’hôtes de 20 personnes et tous les vins du coin, à la boutique et sur table, ce qui nous donne l’occasion de goûter les petits derniers et les nouveautés.

 

 

Un repas également au Château de Jau, un soir, où exceptionnellement il faisait froid. Ambiance froide par conséquent, idée simple de repas à la propriété avec les vins des proprios. Cadre très beau, assiette normale, le thon délicieux…mais, pourquoi en si petite portion ? Les vins servis, eux, généreusement, blanc, rouge, rosé, clientèle jeune, service jeune. Prix : 36 €uros par personne, vin compris. Le midi, c’est 27 €uros, je crois.

 

 

Heureusement, un repas chez Claudine et Hervé Bizeul, où là, tout est toujours parfait, avec un Clos des Fées 2003 d’anthologie et un Walden 2005, juste mis en bouteille et déjà tout vendu. Visite du chai, puisque fini, qui ferait notre bonheur, nous qui sommes cette année accueilli à la Cave coopérative de Maury pour vinifier Constance.

 

 

Un moment de vacances, au paradis de Christine et Jacques Montagné, au Cap Béar à Port- Vendres, avec vue sublime sur la baie de Paulille, et des gambas fraîches comme jamais je n’en avais mangé, accompagnées d’un rosé de Philippe Gard.

Le Paradis, je vous dis…

Partager cet article
Repost0