Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 13:49

Les rendements sont très largement supérieurs aux prévisions chez nous et pour le moment ce que l’on rentre est de qualité, j’attends avec curiosité nos premières analyses pour commencer à extrapoler, imaginer, anticiper, et encore c’est pas sûr.

Allons nous avoir suffisamment de cuves de vinification ? Je crois que j’ai oublié d’intégrer les nouvelles plantations qui commencent à produire en quantité et peut-être en qualité, mais ça, j’y crois moins cette année . Comme souvent on privilégiera les vieilles vignes et les grands terroirs tardifs (sauf si la pluie revient en force)

Analyse pour Bellevue de Tayac

 

Analyse pour le 1er lot de notre 3ème vin

 

Un peu d'humour pour finir :

J’ai reçu mon nouveau modèle de ML Mercedes, confortable , silencieux et économe en carburant, rien à voir avec le modèle précédent. J’ai toujours aussi peur en voiture, de moi et des autres, c’est à dire que je n’achète un véhicule que pour la sécurité qu’il semble m’offrir.

Bon, le journaliste allemand  Gregor Drescher (qui, lui roule en BMW) m’apprend qu’à Bordeaux, dès qu’il y a une bonne année, Mercedes créé un modèle cher spécial « propriétaire viticole », le nom du modèle : « Parker Benz »..

J’imagine chaque journaliste ou media avec un modèle dédié à la réussite de ses coups de cœur … A nous d’imaginer les modèles : la Dupont diesel, la Ford Suckling… Allez, à vous de chercher !

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 08:56

Les pluies n’inspirent pas confiance quant au potentiel sanitaire de nos vignes. Pourtant à aujourd’hui, nous sommes malgré tout dans un bon millésime, va comprendre… nous aurons les explications sérieuses d’ici 15 jours – 3 semaines.

 Degré élevé, couleur forte, malique et acidité normale. Seuls les pépins auraient pu mûrir un peu plus, mais bon, le 2005 d’anthologie ne peut pas se renouveler tous les ans.

A Bellevue de Tayac on a ramassé tous nos merlots hier, à Saint Emilion, pour nos fermages et 3ème vin, déjà 2 ha. La Dominique est commencée et  aujourd’hui Pomerol pour certaines parcelles.

Haut Carles n’a jamais  été aussi précoce et Haut Mazeris idem, c’est tout simplement incompréhensible… Cela va faire des embouteillages à l’arrivée.

Hier 7 Chinois reçus à Clément Pichon, gros clients du Groupe Fayat, nous ont prouvé, si besoin était qu’ils sont très intéressés par nos vins et la culture qui l’accompagne (qui a dit que l’exception culturelle n’était qu’en Espagne?)

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 16:38

Et début des vendanges rouges.

 Le temps maussade de ces derniers jours nous a ruiné le moral, mais  bon ,  il y a encore 3 semaines et nos meilleurs terroirs tardifs résistent bien à ce climat océanique. Je comprends aujourd’hui l’entêtement de la profession à laisser passer notre nouveau « vin de pays de l’Atlantique », alors que dans le Languedoc Roussillon, on préfère utiliser « Sud de France » et autres qualificatifs en attendant de faire simple avec « Vin de Pays de France ».

Plus ou moins concernées par nos vendanges , près de 300 personnes seront dans les vignes et les chais : c’est incroyable !

Sinon, déjà beaucoup de réflexions sur la manière de piloter nos vinifications et le regret que Bordeaux empêche les essais de bâchage anti-pluie.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 08:47

Un article paru dans le Sud-Ouest, que m’a sorti Cécile sur Internet, parle d’un scandale à venir sur les très vieux Bordeaux, estampillés Thomas Jefferson, et vendus par H.R.

 

 

 

Le secteur des vieux vins est un terrain miné.

Dès que j’ai pu, j’ai évité de commercialiser ces vins rares, chers et recherchés. Car, très rapidement, on peut, sans être suspicieux, se rendre compte que c’est incoyable d’imaginer que l’on puisse encore trouver des Mouton 1945, Cheval 1947, Yquem 1800…dans un état marchand, sans jamais trop savoir derrière quel mur ou dans quelle cave nazie on a pu les trouver.

Donc tout simplement de la prudence de ma part. Je n’achète ces vins qu’à des personnes ayant pignon sur rue et qui, par conséquent, auraient plus à perdre qu’à gagner, à me refiler des faux.

 

 

 

Il n’empêche que j’ai également participé à des grands évènements où nous avions la chance d’être invités à boire ces grands flacons de rêve, et où ces vins servis étaient tout simplement époustouflants. Plaisir garanti.

Alors la seule question que je me suis posée et que je me pose encore : si un faussaire réalise une œuvre aussi belle, voire plus belle que l’original, n’est-il pas un génie ? Et est-ce que ses secrets de « fabrication » ne feraient pas la fortune de ce faussaire ?

 

 

 

Immoral, sans doute ! Mais c’est toujours la même question : la fin justifie-t-elle les moyens ?

Et les analyses du Semillon :

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 10:58

Voici les résultats d'analyses pour les vins blancs de Valandraud.

PREMIER PASSAGE :

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 07:05

Mardi soir, soirée « Incroyables » Leclerc à Paris : environ 600 personnes invitées avec plein de vins à goûter et plein de gens à rencontrer.

Quelques amusements organisés pour attiser la convoitise, tel que dégustation de 4 vins (2 premiers crus et 2 Incroyables) à l’aveugle. Dur pour tout le monde de retrouver qui est qui.

Journalistes, propriétaires, négociants, agents, acheteurs  et patrons de GD dans une ambiance festive. Pour le vin c’est pas mal, dans notre société de plus en plus rigide.

Repas avec Jean Claude Aubert dans un bistrot, carte des vins limite affligeante : beaucoup de seconds vins de crus déjà un peu sous côtés. Les coefficients pratiqués étant du style X 8 ou X 10.

Retour mercredi matin : réunion de chantier, bureau, les vendanges en blanc, Fayat, etc….

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2006 3 13 /09 /septembre /2006 13:28

A propos du Grand Contournement, voici  ce que j'ai reçu aujourd'hui  :

La synthèse des différents fuseaux :

 

PRESERVER UN JOYAU :

 

L’APPELLATION MARGAUX

 

 

 

- la France possède les plus beaux terroirs viticoles

 

 

 

- ces terroirs sont le Saint GRAAL de la viticulture Mondiale

 

 

 

- Les producteurs du monde entier puisent dans ce vivier pour construire leur propre histoire :

 

 

 

- méthodes culturales

 

- techniques de vinification

 

- cépages et porte greffe

 

- vins d’assemblage

 

- élevage sous bois français

 

- bouteilles

 

- les termes Château, Clos, Domaine, Cru

 

- à une époque utilisation de nos appellations comme Marque (en Australie-USA-Afrique du Sud)

 

 

 

 

 

LA SEULE CHOSE INNIMITABLE  :LE TERROIR

 

  

 

 

 

IMAGE MONDIALE DE L APPELLATION MARGAUX

 

 

 

                    - Margaux est la région viticole la plus connu au monde

 

 

 

- l’appellation fait partie du Patrimoine Mondiale de la   Viticulture

 

 

 

- c’est la seule à posséder un 1° Cru qui porte son nom, et le plus grand nombre de Crus Classés en 1855 : 21

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    

 

 

 

 

 

UN BIEN INALIENABLE

 

UN TERROIR UNIQUE AU MONDE

 

 

 

- définition de la notion de terroir :

 

         Un sol

 

         Un climat

 

         Le travail de l’homme

 

 

 

-         l’appellation Margaux a effectué un travail considérable de connaissance du terroir lors de la préparation du dossier de délimitation de l’appellation. Des centaines de fosses pédologiques ont donnés une meilleure appréciation du profil hydrique des sols sans pour autant en livrer tous ses secrets (la mise en place date du XVII°siècles à la demande de Louis XIV)

 

 

 

-          on ne connaît pas exactement le fonctionnement du terroir c’est le côté magique, l’alchimie entre les zones humides de marais et les terroirs de graves

 

 

 

-          en faisant passer l’autoroute par le marais d’Arcins on va déboiser et modifier l’orientation des vents et détériorer l’éco-système (couloir de grêle, rythme des précipitations)

 

 

 

-          cette zone de marais fait partie des zones sensibles

 

« NATURA 2000 ». C’est une zone unique abritant des espèces à feuille caduque  ainsi que le plus vieux chêne du médoc

 

On note la présence d’espèces rares et protégées dont la tortue Cistude

 

 

 

-        en vertu du principe de précaution il est impensable de toucher à l’équilibre extrêmement fragile des sols et de l’environnement

 

 

 

-         un terroir est mis en valeur par son environnement. (On ne construit pas d’usine Place Vendôme).

 

   L’environnement visuel de l’AOC Margaux devrait être protégé : pas d’usines, pas de hlm, pas de réseaux routiers offensants

 

 

 

  

 

 

-   Le Médoc est en retard dans le développement de l’Oenotourisme.

 

La pollution visuelle et sonore handicapera le développement économique local.

 

Coupé par un réseau autoroutier dévolu au camionnage, l’Oenotourisme serait tué avant d’être né

 

 

 

 

 

-   Il ne faut pas attendre le décret d’utilité publique, il sera alors trop tard pour dévier le tracé

 

 

 

-   Le contournement s’il est nécessaire ne doit pas se faire au détriment d’un fleuron du patrimoine français

 

 

 

-   Avant même le classement du site de Saint Emilion au Patrimoine Mondiale de l’Unesco, les pouvoirs publics avaient su modifier le trajet de l’autoroute A 89 pour ne pas atteindre au prestige des appellations Saint Emilion et Pomerol

 

 

 

-   il est impensable de détruire le site de l’appellation Margaux par une ceinture autoroutière

 

 

 

- Les effets pervers de ce dossier ne verront pas le jour avant 30 ans, nous devons préserver le patrimoine viticole des prochaines générations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 10:16

Aujourd’hui à Lalande de Fronsac, des vieilles vignes et sémillon et de sauvignon blanc auront droit à leur premier passage. Il s’agit de la nouvelle propriété acquise par une jeune agricultrice (2 ha de blanc et 18 ha de rouge) en appellation bordeaux.

La propriété a été un peu laissée à l’abandon mais les terroirs sont superbes et la nouvelle propriétaire va bénéficier du talent de Guillaume Quéron, de l’aide  de la BNP, des vendanges sous le contrôle attentif de Murielle et d'un client très motivé par ce 1er exercice réel, loin des prévisionnels et autres trucs que l’on apprend à l’école.

Bon, cette jeune agricultrice qui se lance en cette période troublée, ne sera pas seule, comme c’est hélas souvent le cas, mais accompagnée de très près par nous, et c’est la moindre des choses, puisqu’il s’agit de Virginie, notre fille.

Hier, visite de 3 heures au Cercle des Grands Vins de la Rive Droite, qui organisait au CAPC, avec l'Association des Crus Bourgeois du Médoc pour le négoce, les journalistes et les professionnels, la dégustation des vins livrables (2004, 2003, etc…) en stock encore à la propriété. Beaucoup de bons vins et pas mal de monde, l’événement est en train de trouver sa place dans cette pléthore de propositions commerciales.

 J’ai été entre autre abordé par un de mes amis de l’appellation Margaux, qui m’a demandé  de m’engager un peu plus dans la lutte déjà mise ne place par notre syndicat et certaines associations contre le projet de contournement autoroutier qui passerait juste à côté de mes vignes. Comme par hasard, la zone de marécages qui devait être classée réserve naturelle grâce à la présence d’espèces rares et de la possible disparition des ces lieux de vie formidables que sont ces zones humides, n’a pas eu le temps de voir le préfet signer le décret... ce même préfet étant très disponible pour parler contournement. J’aurai l’occasion d’en reparler, surtout aux leaders politiques capables de laisser dénaturer, peut –être par laxisme, notre vignoble et son écologie.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 15:17

Analyses au 08/09/2006

 

 

           Semillon blanc                                Sauvignon blanc

Alcool en puissance       13.94                           14.67

Ph                                 3.28                             3.09

Acidité Totale               3.62                              6.07

Et donc, début du premier passage de la vendange du Blanc de Valandraud ce lundi matin de   9 h à 11 h (20 personnes)

 

 

Classement toujours (réponses en vrac)

1/Pour S. Hébert

L’avantage d’être classé en 1er B est multiple

Premièrement, la valeur patrimoniale est multipliée par 2 par rapport à un grand cru classé  qui lui même multiplie par  2 celui d’un grand cru (il s’agit là d’une estimation moyenne qui n’engage que moi, si j’avais les moyens d’acquérir de tels crus)

*En cas de faiblesse passagère, on le voit encore cette fois-ci, une plus grande tolérance de la part de la commission qui sait les enjeux formidables qu’un déclassement peut occasionner, et qui, par là même est influencée par la « position sociale » du 1er grand cru classé B.

*Dans les cas de qualité au top, les notes journalistiques seront un peu plus positives (on le voit souvent avec mon vin, qui bien  que souvent décrit par les journalistes comme meilleur qu’un 1er grand cru, aura au final une note moins bonne !)

* Les consommateurs lambda pourront plus facilement être intéressés à acheter ce vin puisqu’ils  commencent tous comme ça, et en accepter le prix. Il faut déjà être un  peu curieux et informé pour accepter de payer un La Mondotte ou autre Croix de Labrie plus cher q’un premier cru classé B, voire A.

* Cette question posée par S.Hébert devrait être posée d’ailleurs au propriétaire de Troplong Mondot (ou des autres 1ers crus)

 

 

2/ Pour Didul (drôle de nom ?!)

N’étant pas trop cultivé et mon niveau scolaire s’étant arrêté au BEPC, j’ai vérifié si le mot fatuité et le reste du texte était :

Ironique ?

Humoristique ?

Sarcastique ?

Ou plutôt méchant ?… de cette méchanceté gratuite que permet internet à quelques rares aigris pour se défouler, surtout si comme sur mon blog, je n’interviens que pour corriger mes pauvres fautes d’orthographe ou de Français (et encore, je n’abuse pas :1 ou 2 fois depuis 2 ans)

Fatuité, donc : contentement excessif de soi qui se manifeste par une suffisance ridicule, une vanité insolente.

Bon, pourquoi pas .(bien que seul le mot « insolente » me plaise dans cette définition) Si c’est ainsi que Didul, homme charitable, plein d’amour pour son prochain, pétri de compassion comme on peut le voir, me juge moi, mes vins, Parker et les entrepreneurs de bas étage, c’est après tout son droit.

 

 

Seulement, peut être faudrait-il penser qu’un blog est souvent un peu un espace de fatuité par nature, non ? Blog – égocentrisme, fatuité : pléonasme… Pourquoi pas ? Mais alors pourquoi lire ce genre "d’ânerie", alors que les librairies regorgent d’auteurs formidables ?

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 08:32

Sainte Rita a du recevoir beaucoup de remerciements, certains crus encore classés ont  du faire appel à ses services, sinon comment comprendre cette énorme disparité enter les 1ers crus classés  B (il faudrait créer des classes  C, D et E, comme dans le Médoc avec les 5 catégories)

Et comment comprendre certaines énormes différences d’appréciation entre certains déclassés et certains miraculés ? Pas de nom… A  chacun d’y réfléchir pour autant que cela intéresse. En fait, notre microcosme est capable de faire des tempêtes dans un verre d’eau, comme d’habitude.

Pour les bonnes nouvelles, il est certain que Monbousquet enlève une fois pour toute cette vilaine étoile  posée sur la plaine de Saint Emilion ; et Bellefont-Belcier, Destieux, Fleur Cardinale, Grand Corbin, Grand Corbin Despagne ouvrent eux aussi une voie plus large pour les crus situés en dehors de la commune de Saint Emilion.

Les 2 promus B, Troplong Mondot (que tout le monde attendait) et la surprise Pavie Macquin font de cette colline de Pavie le pendant de la colline d’en face. Bravo. Manque peut être la promotion de Canon La Gaffelière, et c’est dommage qu’il n’en veuille pas, Tertre Roteboeuf ?

Valandraud dans 10 ans, c’est promis, juré, on va tout faire pour là aussi prouver que l’on peut être né modeste et bénéficier de « l’ascenseur social » qui existe par ce classement révisable.

En attendant, nous nous préparons fébrilement aux vendanges 2006, mais  avant, ce samedi 9, au mariage de Ludovic Decoster, la fête sera complète grâce à cette promotion du Château Fleur Cardinale, qui avait déjà postulé il y a 10 ans.

Comme quoi, il faut persévérer.

Partager cet article
Repost0