Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 13:24

Aujourd’hui, signature d'actes chez le notaire pou l’achat de petites parcelles de bois qui entourent nos vignes à Saint Etienne de Lisse,  et cet après midi, visite du magasin Auchan de Bordeaux Lac, qui possède une des plus belles caves de la région.

Et ce soir, il est prévu un beau repas avec des amis à la maison.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 10:11

Vendredi matin, dégustation de 6 lots de Valandraud 2006 élevés dans des barriques différentes . Cela avait été déjà fait directement en barrique par notre œnologue du Laboratoire Michel Rolland, Jean-Philippe Fort. Cette fois, le résultat de nos préférences a été presque totalement différent de la première dégustation. Pourquoi ces dégustations ? Simplement pour vérifier que le niveau de qualité des barriques fournies est bon. En fait, de manière simple à comprendre : certaines barriques sèchent l’onctuosité du vin et donnent des boisés poussiéreux, tandis que d’autres apportent de la rondeur et dans ce cas précis, les barriques de notre tonnelier principal (et historique) Seguin Moreau étaient imperceptibles et faisaient ressortir le goût des fruits.

Dans la même semaine, j’ai pu trouver mon vin très décevant et formidable ce vendredi, surtout bu à table. Evolutions difficiles à comprendre, après déjà 21 mois d’élevage. Le vin doit continuer son élevage à priori 3 mois de plus.

 

L’après midi, à la place d’une réunion à Bordeaux annulée au dernier moment par le groupe Fayat, visite rapide à notre caviste préféré à Bordeaux (Maison des Millésimes) en face du Grand Théâtre et je me disais en voyant les prix des millésimes anciens des 1ers crus exposés que ceux-ci étaient 2 fois moins chers que le nouveau millésime… Va comprendre ? !

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 09:50

Hier, visite guidée ( par Murielle et Valérie) de notre vignoble pour Alain Bringolf (winemega.com, que je consulte régulièrement), Daniel Seriot  de Saint Emilion que je crois ne pas connaître  et 2 de leurs amis qui ne nous ont pas laissé de cartes de visite.

J’essaie de plus en plus de laisser le soin à Murielle d’expliquer notre vignoble car j’y suis de moins en moins car de plus en plus pris par le commerce, le négoce, les Vignobles  Fayat, etc…

Murielle a « seulement » ouvert une bouteille de Valandraud 1999, que nous faisons goûter maintenant car ce vin n’est pas trop concentré et déjà mûr et sans doute à boire rapidement comme il se doit pour un millésime « moyen » (et en plus c’est le seul où nous avons encore pas mal de bouteilles (contre un stock de 38 bouteilles en 2001 et 175 bouteilles en 2000). Aujourd’hui, avec l’adition des terroirs argilo calcaires de Saint Etienne de Lisse, des ph proches de 3.5  et des acidités fortes, un tel vin serait plutôt du genre inoxydable !

 

 

Le Grand Jury Européen a publié ses notes et ses commentaires sur les Bordeaux 2004 goûtés à l’aveugle.

J’avais participé à l’une des dégustations et moi aussi, j’avais beaucoup aimé Magrez Fombrauge ( 42ème) et Marojallia (25ème).  Je suis heureux de voir la place de 1er de Pape Clément et la 2ème pour Angélus, qui deviennent des habitués des premières places dans ce jury.

Lorsqu’on regarde des résultats, il y a d’ailleurs une belle régularité quel que soit le millésime pour Haut Condissas, Pavie et Valandraud (20ème)

La confirmation pour des vins manquant de la notoriété d’une belle appellation comme pour Les Grands Chênes, Le Pin Beausoleil, Karolus et surtout pour Haut Carles qui arrive encore une fois dans les tout bons Bordeaux (52ème)

Clos Badon, Commanderie de Mazeyres, Compassant, La Fleur Mongiron sont dans les  100 premiers et si on regarde les prix de vente, ils se confirment comme de « bonnes affaires » pour l’amateur éclairé et pas snob !

 

 

http://www.winemega.com/fr/

 

 

http://www.grandjuryeuropeen.com/

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 14:39

Hier après midi, j’ai reçu un groupe de viticulteurs espagnols de la Ribera del Duero, Vina Sastre, qui avaient prévu de me faire goûter leur Regina Vides 2003, bon vin et surtout leur micro cuvée Pesus 2004, tout à fait étonnante, au point que Murielle et moi avons fini la bouteille le soir à table. Le prix de ces 2 vins est tout simplement  très cher. Est ce là aussi une volonté marketing ou tout simplement le résultat de l’offre et la demande ?

Rien qu’hier mardi j’ai du goûter une dizaine de vins, et en plus du négoce, j’ai fait le tour du négoce et des chais.

Cheval Blanc 2006 avec les volumes mis en marché, ne sera pas trop dur à vendre, mais à force de réduire les allocations, tous ces grands vins vont se retrouver dans la catégorie micro cuvées (puisque le terme garage ne s’applique pas pour eux)

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 13:48

Cheval Blanc et Petit Cheval , en attendant de pouvoir trouver à la revente, quelques bouteilles de Lafleur, Le Pin et bien sûr Pétrus.

Campagne primeur de plus en plus dure… J’ai trop d’offres de vin difficiles à vendre parce que peu ou pas du tout spéculatifs ou trop chers,  et je peine à distribuer efficacement pour mon entreprise, les châteaux les plus recherchés. Encore plus cette année, se creuse l’écart entre 20/30 marques et la centaine d’autres qui prétendent à être vendus en primeur .

Parker dont on annonce (comme pour les vins de garage) la fin, fait de plus en plus le marché, les autres critiques étant source d’information et peut être pour certains, découvreurs de nouveaux talents.

Mais Bordeaux n’est pas que ses grands vins. Tous les jours, heureusement, nous vendons – oui nous vendons – car là, pas de demande spontanée, des Bordeaux normaux tels ces Coucy à Montagne, ces Puy Arnaud Maurèze à Castillon et autres Présidial. Nous sommes devenus spécialisés dans ce que j’appelle le vin mi- haut de gamme, n’étant pas capables de lutter dans les premiers prix et en fait, ça tombe bien puisque presque personne dans mon entreprise n’aime ces premiers prix et n’ayant pas assez de ces icônes bordelaises recherchées !

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 14:56

Yquem…. Cher, hélas, mais très réussi cette année, au point qu’il arrive  1er (avec la note moyenne de 97/100) chez Bertand Le Guern qui a fait la compilation de toutes les notes journalistiques, devant Mouton Rothschild etc…

 

Vendredi soir, soirée exceptionnelle au château Clément Pichon pour fêter avec plus de 700 personnes, les 50 ans du groupe créé par Clément Fayat. Quelle joie pour moi d’accompagner ce groupe mondial composé de plus de 10 000 personnes et d’être aujourd’hui  associé à son succès via ses vignobles.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 13:09

Que restera-t-il dans nos mémoires comme souvenir sur ce qui s’est passé dans les mises en marché pour cette campagne primeur des 2006 ?

La langue de bois n’empêche pas de se poser des questions, surtout pour les quelques châteaux qui ont été trop haut dans leur prix et c’est encore une fois le moindre des paradoxes de ce métier, ou même de grands professionnels peuvent être aveugles et sourds quand il s’agit de leur vin (moi y compris bien sûr)

Y aura-t-il des dégâts ? En tout cas, il est sûr que l’un des critères bordelais  pour les classements en tout genre – le prix – est devenu une arme à double tranchant, et pour le château, et pour les clients.

Les châteaux qui offrent tous les ans un peu moins de vin, en tout cas en première tranche, qu’en font ils de leurs bouteilles ? Sont elles revendues à d’autres négociants « plus méritants » ? Font ils de la  rétention spéculative, ou sont elles destinées à une consommation interne ? Cochez la bonne case.

En tout cas, bien heureux que cela se termine, même si l’année prochaine tout ceci sera oublié…

Partager cet article
Repost0
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 14:07

Hier dégustation des 2004 rive droite et rive gauche avec le Grand Jury Européen au  château Léoville Poyferré, qui avait mis une salle de dégustation très professionnelle à la disposition des nombreux dégustateurs du Grand Jury

http://www.grandjuryeuropeen.com/

 

 

J’ai été surpris par la qualité d’ensemble de la dégustation de l’après midi et tout particulièrement par la qualité des vins dits modernes dans ce millésime complexe. J’ai adoré Magrez Fombauge et Grand Mayne, ainsi que Marojallia.

A table au café Lavinal créé par Jean Michel Cazes à Pauillac, dans le village de Bages, un ami de Jean Guyon a fait ouvrir pour le dessert quelques bouteilles de Lynch Bages, le repas était lui assuré par le club médocain Biturica, qui compte dans ses rangs les crus qui se bougent dans une catégorie pas trop chère.

Aujourd’hui, mise en marché, entre autres, de Pingus et Flor de Pingus 2006

Partager cet article
Repost0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 14:18

Le bureau a été fracturé, malgré toutes les serrures…..  Où est l’intérêt de dévaliser un bureau et de prendre des ordinateurs, quelques bouteilles échantillons, le sucre du café et d’autres bricoles qui nous sont utiles, mais peu marchandes pour des receleurs ?

C’est surtout les dégâts : portes ouvertes en force et le fait de se dire que c’est sans doute les mêmes personnes qu’il y a 2-3 ans qui ont commis  cet acte.

Ce matin, sortie de Ducru, une des réussite du millésime.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 10:22

Mise en vente de Troplong Mondot 2006, Chapelle D’Ausone 2006 et Haut Carles 2006, un joli choix parmi les meilleurs vins de rive droite, en attendant les « stars ».

 

 

Hier soir, repas à l’initiative de Corinne et Hubert de Boüard de Laforest avec Murielle et Alain pour rencontrer Jeffrey Leve qui possède un média (radio ?) à Los Angeles, mais qui est surtout gourmand et amateur de vins. Et nous avons pu boire pour l’occasion :

En Champagne : un Egly-Ouriet 1998 , délicieux et Sélosse au goût « boisé-rancio » qu’affectionnent Hubert et Corinne. Ensuite, un Batard Montrachet 1997  de Ramonet, suivi d’Angelus 1990 , mûr et à son apogée (17 ans : le bel âge !), un Angélus 1955 qui nous a régalé, surtout Murielle qui était heureuse de voir à quel point c’est un grand millésime. Et Angélus 2001 au nez de violette, encre, mûres à la vanille, complexe et très riche.

Un bien bon repas dans une ambiance familiale des plus sympas puisqu’il y avait aussi avec nous Coralie et Loïc.

Aujourd’hui à midi, nous avons un repas avec un ami propriétaire et négociant, mais comment faire pour rester mince dans ce métier ?

 

 

Partager cet article
Repost0