Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles RÉCents

20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 23:10

Comme d’habitude je regarde cela avec attention, je fais un point de ce que je dois ou peux améliorer dans mes propriétés, dans celles dont je suis le consultant et pour les crus que j’achète pour mon négoce. Je suis également triste quand les notes et commentaires ne correspondent pas à ce que je sais ou dont je suis sûr, et que, manifestement, le critique, dans ce cas précis Antonio Galloni, n’a pas pu ou su voir toutes les qualités. S’il surnote certains crus, c’est également une autre histoire puisque nos vins sont jugés par rapport à notre appellation, notre millésime et nos collègues ; et que nos clients peuvent s’inspirer de ces notes pour faire leurs achats. C’est là qu’intervient l’importance de critiques influents et reconnus (ce qui est le cas pour Antonio Galloni).

Alors, dans les satisfactions, je suis content des places de premiers pour Cheval Blanc et Haut Brion qui, avec 97 confirme qu’il s’agit bien pour les 2012 de Bordeaux d’un bon millésime, certainement sous estimé aux dégustations primeurs par nous, nos critiques et nos clients, donc une bonne raison d’acheter !

Belles notes pour les 1ers crus et assimilés : le 94 pour Valandraud rouge me permettra d’être un bon outsider dans les dégustations à l’aveugle, ce que j’ai commencé à faire. Même note pour le blanc de Valandraud qui se trouve du coup très très bien noté, juste derrière Haut Brion et Mission Haut Brion, et c’est comme ça que l’on construit une marque, par de petites victoires répétées, un travail toujours ambitieux avec l’aide de collaborateurs et consultants plus que motivés par le succès.

Pour le suite des vins où je suis vraiment concerné, heureux des succès de Secret de Cardinale, Fleur Cardinale et Marojallia avec 93, la Marzelle 92, et les 91 pour Virginie de Valandraud rouge et blanc ainsi que la Vieille Cure et content des 90 de Clos Badon et Clos du beau Père. Les autres vins sont plus ou moins à leur place sauf Sansonnet qui méritait au moins 93, il suffit de le goûter à l’aveugle (ou non) pour le vérifier si vous êtes incrédule.

En tout cas, voilà du bon boulot de la part d’un critique sérieux qui mérite 95/100.

Pourquoi ne noterions nous pas, nous aussi, les critiques ?

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:49
Bouteilles bues

Après un Bon Pasteur 2006 ce dimanche et un Galaxies 2 Romanile 2012 ce midi, nous avons bu aussi à midi, pour faire plaisir et en profiter pour vérifier si les commentaires de dégustation et les états d’âme d’un critique français concernant les Valandraud 2004 et 2006 goûtés par lui dernièrement avaient des raisons de nous inquiéter : et bien non.

Et ça me rappelle les histoires de Jacques Luxey qui, dans le années 80/90, avait trouvé une bonne méthode pour goûter , boire et faire ouvrir par les châteaux visités, leurs grands vins millésimes 1928 et 1929, car la question était : quel est le meilleur, le voisin me dit que c’est le 29 et vous ?

La même méthode ayant été appliquée par nous pour les 1959 et 1961 et ensuite pour les 1989 et 1990 ! En fait, quoi que l’on dise ou que l’on écrive, tout fini par être prétexte à ouvrir les bouteilles qui, sans cela, resteraient muettes dans nos caves

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 15:48
Altitude

Ou le niveau du vignoble par rapport à la Dordogne (et à son mascaret)

Juste par curiosité, j’ai regardé une carte pour voir les différentes altitudes de mes vignobles et bien sûr, l’explication des différences notables de dates de vendanges selon que l’on se trouve à Valandraud à Saint Etienne de Lisse, entre 70 et 80 mètres ou à Saint Sulpice de Faleyrens entre 3 et 5 mètres, voire Badon à 17 mètres.

Notre durée de vendanges qui s’étale sur plus ou moins 1 mois s’explique sérieusement.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 15:46
U.G.C. et Bordeaux 2013

Dégustation exclusivement réservée au négoce et courtage bordelais

L’Union des Grands Crus organise au Château Giscours (Ferme Suzanne) avec le concours du Négoce et du Courtage Bordelais, la dégustation du dernier millésime livré (2013) et ce, avant leur déplacement en Amérique du nord du 21 au 31 janvier et surtout avant la semaine des primeurs du 4 au 8 avril 2016, qui devrait être un grand succès.

Cette organisation parfaite permet aux collègues négociants de goûter tranquillement les 124 vins membres présents avec quelques vins de châteaux prestigieux ou non de l’UGC, comme Mouton Rothschild, Lafite Rothschild, Haut Brion, Mission Haut Brion et bien sûr les membres habituels de l’UGC.

J’ai le privilège d’y être invité depuis 3 ans pour présenter Valandraud, et cela me permet en plus de pouvoir goûter les vins dont certains sont distribués pas mon entreprise de négoce.

J’aime ce métier, même quand il s’agit du millésime 2013, qui fût l’un des plus difficiles à réaliser par mon équipe et moi. Notre Valandraud 2013 est quasi prêt et pas encore en bouteille mais il ne s‘agit maintenant que d’un problème logistique, le vin est enfin prêt et nous avons bien fait d’attendre ; les premiers commentaires seront échangés demain.

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 11:46
2015 : parlons un peu de ce qui se passe en chai

A Valandraud, au Clos du beau Père, et également à Fleur Cardinale, Sansonnet, Moulin du Cadet et la Vieille Cure, un mix entre le 2009 et le 2010, plus frais que 2009 et plus suave et sexy que 2010. Et cela a l’air général en rive droite jusqu’à Margaux, au-dessus c’est plus compliqué à cause des orages localisés.

Avec un volume correct, la production de 1er vin très importante, il n’y en a jamais eu autant chez nous, et ceci grâce à l’homogénéité de la floraison et donc de la maturité des grappes.

Les blancs secs : moins de volume qu’en 2014 mais là encore, une belle qualité.

Les malos se font doucement, elles sont finies à Pomerol, quasi finies dans les chais de Saint Emilion et de Prieuré Lescours et, comme d’habitude se passent plus difficilement à Valandraud. Pas d’alertes particulières sur les sucres et les bretts.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 16:11
Cordon Bleu

L’école du Cordon Bleu et ses stagiaires sont les bienvenus à Valandraud où j’ai le plaisir de les recevoir et de parler de Valandraud , de notre histoire et de faire goûter l’un des millésimes en élevage. Vendredi c’était le 2013 avant mise, puisqu’il est toujours en élevage à 90 % cuve et 10 % en barrique.

A chaque fois, je suis surpris par le niveau des professeurs et des élèves avec les questions posées. rien de mieux pour ne pas s’ennuyer . A l’année prochaine !

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 16:45
Bad Boy 2014

Enfin disponible, ce bon millésime 2014 en appellation Bordeaux, qui arrive après une période de pénurie.

En effet, nous étions en rupture de stocks depuis quelques semaines (mais il est vrai que nous n’avions pas produit beaucoup de 2013)

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 15:09
Médias

Dans « En magnum » le numéro 2 annonce la couleur et l’ambition d’être le magazine de référence, signé Bettane & Desseauve il y a enfin de quoi lire, des articles de fond et de très belles photos : lire l’article sur Saint Emilion.

Dans la RVF, je suis cité parmi les 200 personnalités du vin à la 48ème place dans les incontournables. Merci, je vais essayer de faire mieux la prochaine fois !

Chez Decanter, organisation parfaite de ce 2ème salon de Shanghai au Ritz Carlton de Pudong, j’ai déjà donné mon accord pour participer à la 3ème édition en 2016.

Pendant que j’étais en Chine avec Qing, Murielle a reçu Roger Voss du Wine Enthusiast mercredi et Barbara Schroeder de Vinum, pour une dégustation du 2013. Toujours Valandraud 2013, qui sera présent à la dégustation destinée au négoce et courtage bodelais organisée par l’Union des Grands Crus au Château Giscours le 6 janvier 2016.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:01
Quarin et les Bordeaux 2005

Y a-t-il un rapport, y a-t-il une cause qui fasse que ce critique, dans sa dernière dégustation à l’aveugle des vins du millésime 2005, puisse tant remettre en cause toutes ses dégustations précédentes , trouvant mauvais presque tous les vins de la rive droite et préférant nettement ceux de la rive gauche ?

Etait-il seulement capable de se poser les questions qui viennent à l’esprit quand les résultats d’une dégustation sont si différents tout d’un coup ?

Bien entendu sur 50 vins, 25 rive gauche bien meilleurs que 25 rive droite, cela ne peut pas être du hasard : le stockage ? les bouchons ? la température de service ou les décanteurs ?

Alors ? Alors ?

Si c’est bien la vérité, c’est qu’il s’est trompé toutes ces années. Sa compétence pourra être mise en jeu …. Impossible. Alors c’est que les vins de la rive droite sont issus de technologie différente, de terroirs moins aptes, voire que la réussite du 2005 est moins bonne en rive droite qu’en rive gauche ? Peut- être aussi la posture choisie volontairement ou pas, de prendre une position radicalement opposée à celle de Parker qui a, lui, encensé le 2005. Alors, Quarin, bien meilleur critique que Parker ?

Mais, c’était une dégustation avec un public, lui aussi d’accord ces jours là sur la suprématie des rives gauche et de la misère des rives droite. Dégustation à l’aveugle, public du même avis, ceci est irréfutable. Quarin 100, Parker 50 !

Ceci ne peut pas me satisfaire, j’aime les critiques qui ont en partie fait ce que Valandraud est devenu ; ne pas mordre la main vous nourrit.

Alors ? Et bien, cette dégustation n’était pas une vraie dégustation à l’aveugle, pas aussi sérieusement organisée que ce que fait par exemple, le Grand Jury Européen de François Mauss. « Comment ? Pourquoi contester ? Cher ami, je vous affirme que c’était à l’aveugle, il y a des témoins ! »

L’organisateur et Jean Marc Quarin ont juste oublié de faire goûter ces vins ensemble, le même jour, mélangeant les rive droite et les rive gauche. En effet, c’était jour «fleur » pour la rive gauche et jour « feuille » pour la rive droite. Cela me fait comparer cela à ces dégustations très bien, trop bien, organisées en Angleterre par les marchands anglais et quelques critiques de poids comme Jancis ou Neal. Là aussi, on ne mélange pas les appellations, comme si l’on voulait avoir un avis différent de Parker ou pour dire aussi que ceci est meilleur que cela. Dans ces dégustations à l’aveugle on ne mélange pas les torchons et les serviettes, les 1ers crus sont notés entre eux, pas de risque que Ducru, Pape Clément ou Angélus aient une meilleure note que les 1ers.

Voilà un grand commentaire pour, moi aussi , donner mon avis sur un dégustateur et une dégustation.

La vraie dégustation à l’aveugle, c’est d’avoir les mêmes conditions de pression atmosphérique, le même taux d’humidité, de temps clair ou perturbé pour tous les vins, et si une dégustation avait trop remis en cause mes avis précédents, j’aurai essayé de comprendre, de re-goûter ces quelques vins que j’ai si bien aimé, noté, précédemment, pour voir s’il n’y avait pas une raison à cela.

A moins que cela soit simplement fait pour avoir un avis différent de celui de M. Parker, ce que je peux comprendre.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 16:16
2015

C’est clair, en goûtant les premières cuves en macération ou écoulées chez moi, j’ai la confirmation que 2015 sera un sacré prétendant au millésime du siècle ;) .

Oui, je sais, il y en a 2 ou 3 qui font date tous les 10 ans, en tout cas, c’est un millésime qu’il faudra comparer, en rive droite au moins, aux 2009/2010, ce qui n’est pas rien.

En plus d’être dans la catégorie des grands millésimes réussis, il me semble que le plus de celui-ci, c’est la quantité de 1er vin. En effet, il y a très peu de deuxième vin, et c’est plus que bien pour les volumes à offrir à nos clients et nous faire oublier le 2013.

Ce constat est le même au Château La Vieille Cure, Château Fleur Cardinale, Château Sansonnet et Moulin du Cadet, ainsi que chez mes amis, il y a le même sourire lorsque l’on parle du 2015.

Avec l’été indien, le vignoble est très beau, toutes les vignes s’étant parées de déclinaisons de jaune.

Partager cet article
Repost0