Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 11:09

Jeudi midi, j’étais invité à L’Envers du Décor, le restaurant avait fait le plein de clients et a du refuser du monde,  il faut pouvoir faire coordonner le personnel de service, la cuisine et les clients.... et ça, ce n’est pas toujours évident.

Bon repas avec un château d’Aiguilhe 2000 toujours aussi bon, 60 euros sur table, et comme toujours des collègues et amis courtiers aux tables voisines, difficile de passer incognito, mais ce n’est pas le but quand on va à l’Envers du Décor.

A Saint Emilion je ne vais pas trop souvent au restaurant sauf de temps en temps dans quelques restaurants amis (et clients de mes vins ) : Le Tertre, Le Clocher, La Cadène et bien sûr l’Envers du Décor.

 

La plupart de mes repas professionnels se passant à la maison, tant que Murielle ne trouve pas ça trop contraignant : l’intérêt  étant d’y manger des produits qu’on aime, cuisinés à notre goût et avec la possibilité de boire nos vins pour en faire la promotion par l’usage, et aussi de pouvoir boire des vins chers comme Pingus, Harlan, Cheval Blanc, voire Pétrus.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 13:19

Quand il fait chaud, rien de tel que les champagne, les blancs et les rosés à table.

 

Le 2009  Rosé du Domaine de Chevalier est vraiment bon, capable de rivaliser avec les meilleurs crus classés de Provence. On n’en parle pas souvent mais, à Bordeaux, on fait aussi des vins rosés et même une spécialité locale le Clairet, à boire sans façon, frais, sur des grillades, salades, poissons, ce vin fait des miracles !

(et j'allais oublier les crémants ! - Lionel si tu me lis )

 

Le prix et la qualité de ces rosés que nous vendons dans nos boutiques de Saint Emilion sont évidemment tributaires du soleil et du mauvais temps. Hier, il y avait du soleil et les boutiques ont vendu du rosé, si le temps est un peu plus froid, c’est les vins rouges. L’ambiance climatique en plus de l’ambiance économique font et défont les succès ou les échecs des ventes ! (Nous vendons le Rosé de Chevalier à 9 euro et les bons Bordeaux Château Subilaux et Château Lafont Fourcat à 5 euro)

 

 

vin rosé GD(1)

 

 

 

 

Pour augmenter notre indépendance financière, nous sommes passés de 2  boutiques de vins à Saint Emilion et d’une à Maury l’année dernière  à 2  de plus à Saint Emilion et  1 à Margaux, en plus de notre site internet, ça finit par en faire, des bouteilles.

Surtout si l’on rajoute nos clients qui louent le château Valandraud à Saint Etienne de Lisse qui sont très disposés à acheter nos vins.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 12:04

Ce matin, tour des vignes de Saint Emilion et Pomerol avec Christophe Lardière, Jean François Beyney et Xavier Lacoste.

C’est plutôt très beau, avec peu de vendange en vert à faire, preuve d’un équilibre dans nos vignes, certaines vieilles vignes de merlot n’ayant pas assez de rendement à cause de la coulure.

Les effeuillages se terminent,  c'est un travail dur pour les employés saisonniers, les permanents eux, sont  plus habitués.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 10:14

Le tour de France cycliste  passera devant notre propriété de Margaux : le château Bellevue de Tayac ets en effet placé sur la route des châteaux, et le contre la montre individuel Bordeaux-Pauillac (52 km) passe au milieu de ces vignobles célèbres du Médoc.

Le lendemain, ce sera la fin de l'édition 2010 du tour de France avec l'arrivée sur les Champs Elysées à Paris.

Avec un peu de chance on pourra voir notre chai et nos vignes dans les reportages diffusés à la télévision

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 09:45

 

Invité hier chez des amis propriétaires d’un cru célèbre à Saint Emilion, juste pour le plaisir de se voir, de se parler.

Pour démarrer, un champagne rosé Laurent Perrier, et à table (à l’aveugle) 3 Bourgogne blanc dont un remarquable Clos des Mouches blanc 2007 de chez Joseph Drouhin, grand grand vin. Je croyais que c’était un monopole de la maison Drouhin, mais non il y a d’autres propriétaires.

Il y a eu un Meursault vieux et très bon et un Auxey Duresses pour commencer.

Un vin rouge pour finir avec une richesse incroyable, servi à la bonne température, typé sud, très sud  : Gourt de Mautens (millésime ?) très à mon goût. Vive Rasteau, vive le grenache.

Des amis, un bon repas, de bons vins, une bonne compagnie, ça vaut toutes les psychanalyses !

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 12:53

Séance de travail à Fleur Cardinale avec, à table, travaux pratiques : dégustation des 2009- 2008 et 2005… Il y a pire comme exercice.

2009, énorme….aujourd’hui. Le cru est tardif, on le sait mais il faut en tenir compte pour les dégustations primeurs.

2008 juste mis en bouteille, le plus fin, le plus élégant depuis le 2001. Ce 2008 est la preuve que l’on peut concilier terroir tardif, puissance et élégance.

Le 2005 bien sûr très réussi, un peu en phase de fermeture, comme beaucoup de 2005.

Pour les prochaines vendanges, encore 2 ou 3  essais supplémentaires y compris vinification intégrale. Nous sommes dans l’impossibilité de dormir.

 

Côtés lectures récentes :

Anna Gavalda « La consolante » : un gros roman vif, drôle, triste, étonnant. J’étais dans l’histoire.

Laurent Gounelle « L’homme qui voulait être heureux », le titre n’est pas le meilleur, le sous-titre oui : « ce que l’on croit peut devenir réalité ! »

 

Et la campagne primeur qui se termine

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 10:17

Sur le site de Valeurs Actuelles, un article écrit le 22 octobre 2009, par Arnaud Folch est en ligne, son titre : « Pieds-Noirs, une blessure française ».

Il y a des blessures qui cicatrisent mal, je revois de temps en temps des pieds-noirs qui ont encore l’accent très caractéristique de notre Algérie, sans doute des actes de résistance hostiles à la mondialisation… Ce pourrait être un sujet du bac !


Cétait l'anniversaire de Murielle ce dimanche, 2 bouteilles de Pomerol : Latour à Pomerol 2006 dans un style classique que nous apprécions, c’est un bien bon vin, chargé de bons souvenirs (les caisses de 1967 achetées 3 francs 6 sous à l’Intendant lors de sa création et bues depuis longtemps...), et Bon Pasteur 2002 toujours aussi bon et paradoxalement un cru peu commenté. Merci Dany et Michel Rolland.

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 16:00

J’ai de temps en temps l’occasion de fréquenter des « nécrovinophiles », mot inventé par moi pour définir cet amour particulier et bizarre qu’ont certains amateurs  pour des vins à l’apogée dépassée et qui, morts depuis quelques temps, n’ont de vivant que le cercueil de la bouteille en verre,  et le bouchon en liège, à bout de souffle,  qui n’en peut plus d’attendre sa mise à mort !

Autant je peux comprendre l’intérêt historique, culturel – autant j’ai du mal à croire que l’on puisse avoir du plaisir à boire ou même à goûter à ces cadavres.

En effet, combien de bouteilles de vin gardées trop longtemps  finissent - mal - dans l’évier ? Car même le vinaigrier n’y trouve pas son compte.

Combien de ces vieux vins  gardés dont l’unique intérêt est d’être là pour remplir une « jolie cave » ou pour frimer ?

Ne sont pas Cheval Blanc 47 ou Mouton 45 qui veut parmi tous les 47 ou 45, et s’il y a des exceptions à tout règle, j’ai bien peur que ces amateurs de vins trop vieux n’aient oublié que l’exception c’est justement d’être exceptionnel !

Vous me direz, et c’est la seule excuse, tant qu’on a pas goûté, tant qu’on a pas ouvert, on ne sait pas ! Il y a parfois des miracles : je me rappelle, c’est vrai, cette bouteille de Lescours 1937 bue à plus de 50 ans d’âge, qui était extraordinaire.

Sans doute les liquoreux tiennent-ils mieux la route du temps. Et je ne conteste pas  qu’il y ait de grandes surprises, ce qui m’inquiète, c’est seulement ceux qui n’éprouvent  du plaisir qu’à boire ces vins trop vieux et qui, même quand ces derniers sont sérieusement morts, leur trouvent de l’intérêt. Tous les goûts sont la nature… comme les coups et les douleurs pour les masochistes !

Pour faire simple le vin a une naissance, une apogée et une mort, c’est ainsi et c’est pour ça qu’il nous parle tant : similitude avec notre vie humaine, sans doute.

 

J’admets facilement que l’on offre une bouteille de l’année de naissance, bouteille anniversaire, cadeaux pour signifier que l’on aime cette personne. J’ai moi aussi dans ma cave quelques bouteilles de 1955 pour Murielle, quelques bouteilles de 1951  pour moi et d’autres vieux millésimes que je préfère d’ailleurs souvent offrir qu’ouvrir. J’ai moi aussi eu des chocs à boire des bouteilles improbables, le seul aspect que je critique, je le répète, c’est ceux qui trouvent toutes  les qualités à ces vins qui sont de toute évidence finis, morts !

 

Bien entendu, ceux qui font commerce de ces antiquités ne sont pas à blâmer s’ils font bien leur travail. Après tout, ils ne sont que des commerçants qui répondent  à une clientèle en offrant ces vins aux apogées largement dépassées à une clientèle bien présente. Leur rareté et les prix atteints permettent de bien vivre de ces cadavres.

Il faut de tout pour faire un monde : des maternités et des cimetières.

 

Je dois avouer  que cet article était déjà écrit depuis quelque temps. J’ai évoqué ce sujet avec des amis, certains proches de cette addiction, mais c’est seulement à  la suite de la parution d’un article dans le dernier ou avant dernier numéro de la RVF, consacré à un collectionneur célèbre qui me cite avec fiel, que j’ai eu envie de poster ce billet sur mon blog aujourd’hui
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 10:52

De retour d'une grosse semaine passée au Japon  avec plein de dégustations  de Bordeaux primeur 2009, avec à ma table mes vins plus Château Guiraud !

En tout, plus de 30 vins de Bordeaux étaient présentés avec le concours de Dominique Befve de Château Lascombes. Près de 1000 personnes en tout, juste grâce à notre plus ancien et fidèle distributeur, et avec eux des dégustations utiles : on pense à vendre ce qui, paradoxalement, n’est pas si courant lors de nos déplacements dits « de promotion ».

Et des repas... super bon au Silverado dans le quartier de Ginza, niveau 2 étoiles Michelin avec une clientèle chic, riche et décontractée, avec un fan de de mes vins, plein d’humour  et propriétaire de Aux amis 59 à Tokyo avec une vue à couper le souffle. Bien sûr aussi dans le restaurant de notre distributeur-importateur d’Osaka.

 

L’intérêt pour les 2009 est évident, même ici au Japon qui en a vu d’autres, des millésimes du siècle !

Ils sont curieux de l’évolution du marché chinois pour la cause supposée générée sur les prix cette année  et un peu aussi sur le fait qu’ils soient, à leurs yeux, un peu novices dans l’art du vin et la complexité de cette culture que le Japon a fort bien assimilée, « lui ».

Sinon, que de monde, que de monde dans les rues, partout. Que Tokyo est grand et comme ce pays mélange tradition et modernité avec facilité !

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 14:38

Toujours dans la série des nouvelles dégustations et notations des 2000 par Robert Parker, et puisque Patrick le citait dans un de ses commentaires : Gracia 2000 est passé de 93 à 96


"This is a big upgrade for this spectacular micro-cuvee, a true garage wine from a 4.4-acre vineyard. A blend of 90% Merlot and 10% Cabernet Franc, I always find Gracia to be reminiscent of Ausone. The dense, rich 2000 reveals notes of a spring flower garden intermixed with smoky barbecue meat, blackberries, black currants, and crushed rocks. The extraordinary perfume is followed by a wine of great depth and richness, full-bodied power, and not a hard edge to be found. This velvety blockbuster is just beginning to strut all its stuff, and should age easily for another 15+ years. "RP


Mais cela fait longtemps que je n'en ai plus....


A lire également, sur le site du Wall Street Journal,  un article  de Will Lyons revisitant terroir et garagistes ...

Partager cet article
Repost0